Jane Harper

Jane Harper

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (9)

  • Couverture du livre « Sauvage » de Jane Harper aux éditions Calmann-levy

    Analyse sur Sauvage de Jane Harper

    Je remercie Netgalley et les éditions Calmann-Levy de m’avoir permis de lire et de découvrir la plume et le style de Jane Harper avec Sauvage un roman que j’ai apprécié mais qui me laisse sur un avis partagé

    J’ai vraiment apprécié ce roman et surtout sa construction avec une partie polar pour...
    Voir plus

    Je remercie Netgalley et les éditions Calmann-Levy de m’avoir permis de lire et de découvrir la plume et le style de Jane Harper avec Sauvage un roman que j’ai apprécié mais qui me laisse sur un avis partagé

    J’ai vraiment apprécié ce roman et surtout sa construction avec une partie polar pour l’enquête et une partie thriller qui relate la progression des cinq femmes perdues dans le bush australien. J’ai trouvé que les deux parties s’imbriquaient parfaitement, extrêmement bien calculée de la part de Jane Harper pour nous tenir en haleine et garder le suspense.

    Une randonnée dans le bush est organisée pour un séminaire d’entreprise. Ils sont dix à y participer: cinq hommes et cinq femmes donc deux équipes, deux randonnées différentes. Pendant 4 jours ils vont devoir affronter l’immensité de la nature, la météo, la saison et leur partenaires.
    L’équipe des hommes arrive à l’heure donné le dimanche sans dégâts. Les femmes arrivent beaucoup plus tard avec une participante en moins. Alice a disparu. Des recherches sont engagées sous le commandement du sergent King.
    Un étrange message sur son portable laissé par Alice, l’agent Falk et sa coéquipière Carmen roulent vers le lieu de la disparition d’Alice, leur informatrice et témoin.

    Que s’est ils passé dans le bush?

    Dans la partie thriller, celle que j’ai préféré, l’auteur nous transporte dans un huit clos angoissant et prenant dans un décors à la fois magnifique et hostile par la densité de sa végétation. On sent la tension monté petit à petit dans le groupes de ces femmes qui se connaissent , travaillent ensemble mais qui ne s’apprécient pas forcément. Tout est propice au conflit…
    L’auteur a su transmettre aux lecteurs la peur à différent niveau que ces femmes ont pu ressentir tout au long de ce périple ce qui a fait que j’avais plus envie de lire cette partie thriller que la partie enquête beaucoup plus fade à mon gout.

    L’intrigue est très bien amenée par l’auteur qui nous laisse quelques pistes pour que l’on puisse suspecter plusieurs individus et mener parallèlement notre propre petite enquête.

    Dans la partie enquête que j’ai trouvé un peu plan-plan, ennuyeuse, un peu tiré par les cheveux car les deux personnages principaux sont deux fédéraux de la brigade financière qui ont certes un lien avec la personne disparue ( elle est leur informatrice et doit leur transmettre des documents pour faire tomber ses patrons) mais qui n’ont absolument rien à faire là puisque ce n’est normalement pas de leur ressort… Bref, ils vont aider le sergent King, chargé de retrouver Alice, en interrogeant les témoins de l’affaire.

    Lorsque j’ai sollicité ce roman je ne savais pas qu’il existait un tome 1 , je pense que l’auteur avec ce livre a voulu nous faire entrer un peu plus dans la vie personnelle de Falk et nous présenter sa nouvelle coéquipière Carmen c’est peut être pour cela qu’ils ne sont pas au premier plan de cette histoire. Grâce à cette affaire, Falk va se confier à sa collègue sur son passé avec son père notamment. Il va même l’inviter chez lui et on va découvrir en même tant que Carmen l’univers dans lequel il vit, son intimité. Je pense que ce livre est un livre transitoire qui appelle certainement à une suite.
    Je vous rassure on peut lire ce tome sans avoir lu le premier.

    Dans les trois premier quart du livre, on suit l’enquête ainsi que la progression des femmes comme s’y on y était et puis on rentre dans le dernier quart et le rythme s’accélère de plus en plus, on sent l’adrénaline nous chatouillé l’esprit jusqu’au dénouement final. J’ai vraiment adoré ce dernier quart pour son rythme endiablé.

  • Couverture du livre « Sauvage » de Jane Harper aux éditions Calmann-levy

    Ju lit les Mots sur Sauvage de Jane Harper

    Après avoir eu le plaisir de découvrir la plume de l’auteur avec Canicule, j’avais hâte de la retrouver dans une intrigue prenant sa source dans les paysages australiens qu’elle décrit de manière très visuelle.

    Sauvage, est dans la même veine que Canicule et l’auteur confirme son talent pour...
    Voir plus

    Après avoir eu le plaisir de découvrir la plume de l’auteur avec Canicule, j’avais hâte de la retrouver dans une intrigue prenant sa source dans les paysages australiens qu’elle décrit de manière très visuelle.

    Sauvage, est dans la même veine que Canicule et l’auteur confirme son talent pour les intrigues bien construites avec des personnages aux personnalités bien travaillées. En arrière-plan, il y a toujours ces fabuleux paysages qu’elle affectionne et décrit de manière sublime. C’est tellement visuel, que l’on ne peut s’empêcher d’aller zieuter sur le net pour voir de belles photos…

    L’environnement, toujours aussi « Sauvage » va servir de toile de fond à une intrigue bien très bien ficelée avec des personnages diablement construits. Une construction narrative en entonnoir, comme on peut les apprécier, permettant au suspense de monter crescendo.

    Une alternance de deux intrigues en une, avec une autre en toile de fond, qui est là pour mettre en lumière l’hostilité de la région où tout se déroule.

    La rivalité entre les personnages ne fait qu’accentuer le conflit sous-jacent et surtout fait émerger les jalousies qui vont indéniablement conduire à la violence latente. Une violence palpable, mais toujours maîtrisée. Cette violence qui trouve son écho dans les profondeurs de cette nature de plus en plus hostiles…

    Plus les conflits et les jalousies sont exprimés, plus les paysages deviennent dangereux. Comme dans son premier livre, Jane Harper offre un parallèle saisissant entre ses personnages et la nature dans laquelle ils se trouvent. C’est un des points fort de l’auteur, qui dans chaque recoin de nature, trouve un point d’ancrage humain. Plus la colère monte plus les sons se font présents, la nature parle et gronde, hurle son mécontentement, comme ces femmes qui vont peu à peu exprimer leur haine…

    La psychologie de ces femmes est extrêmement bien construite, les rendant difficiles à cerner par un lecteur qui sera à la fois touché et agacé par les comportements de chacune.

    Une descente en enfer dans tous les sens du terme, puisqu’elles sont confrontés à la fois à la faim, la peur, à ces paysages magnifiques qui les enveloppent pour ne plus laisser respirer… mais surtout à cette peur de l’autre, à cette découverte de l’autre qui devient plus hostile que la nature…

    La nature en opposition avec la nature humaine… Pas tant que cela, puisqu’elles sont en osmose et vivent chacune au rythme de l’autre…

    Malgré beaucoup de points positifs, j’ai trouvé que « Sauvage » était un cran en dessous de « Canicule » l’intrigue étant plus classique avec quelques passages plus lents, certainement dû au fait que l’alternance entre l’enquête et les jours qui précédent n’est pas toujours respectée, puisque certains chapitres nous permettent de mieux connaitre l’enquêteur emblématique de Jane Harper, mais « cassent » un peu le rythme de l’intrigue.

    L’atmosphère est beaucoup moins oppressante que dans « Canicule » alors que l’auteur avait toutes les cartes en main. Elle a préféré se recentrer sur Aaron Falk que le lecteur apprend à mieux connaitre.

    Malgré tout, j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir cette intrigue policière pourtant plus classique. J’espère que l’auteur, dans son prochain livre retrouvera cette puissance narrative dont elle le secret.

    Je serais de toutes les façons au rendez-vous pour le prochain, Jane Harper étant un auteur dont j’apprécie la plume, la puissance de ses descriptions et surtout le parallèle qu’elle imagine entre l’Homme et la nature…

  • Couverture du livre « Canicule » de Jane Harper aux éditions Kero

    TIRAND Catherine sur Canicule de Jane Harper

    "Dans la "touffeur" de Kiewarra petite ville fantôme du sud-est australien, qui a bien pu massacrer la famille Hadler ? Le père avant de se suicider? Ou bien s'agit-il d'un règlement de compte entre voisins soupçonneux? Falk, l"ami d'enfance de retour au pays après 20 d'absence, pour...
    Voir plus

    "Dans la "touffeur" de Kiewarra petite ville fantôme du sud-est australien, qui a bien pu massacrer la famille Hadler ? Le père avant de se suicider? Ou bien s'agit-il d'un règlement de compte entre voisins soupçonneux? Falk, l"ami d'enfance de retour au pays après 20 d'absence, pour l'enterrement tentera de dénouer les fils de deux enquêtes imbriquées entre passé et présent. Le charme indéniable d'un western australien doublé d'une bonne dose de suspense qui nous tient en haleine du début jusqu'à la fin."
    3 étoiles

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com