Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Jamey Bradbury

Jamey Bradbury
Jamey Bradbury est née en 1979 dans le Midwest et vit en Alaska depuis quinze ans. Elle a été réceptionniste, actrice, secouriste et bénévole a` la Croix Rouge. Elle partage aujourd'hui son temps entre l'écriture et l'engagement auprès des services sociaux qui soutiennent les peuples natifs de l'... Voir plus
Jamey Bradbury est née en 1979 dans le Midwest et vit en Alaska depuis quinze ans. Elle a été réceptionniste, actrice, secouriste et bénévole a` la Croix Rouge. Elle partage aujourd'hui son temps entre l'écriture et l'engagement auprès des services sociaux qui soutiennent les peuples natifs de l'Alaska.

Avis sur cet auteur (21)

  • add_box
    Couverture du livre « Sauvage » de Jamey Bradbury aux éditions Gallmeister

    Marie Kirzy sur Sauvage de Jamey Bradbury

    Alerte tornade coup de coeur !
    Et une nouvelle fois, ce sont les éditions Gallmeister qui nous offre un premier roman fascinant mettant en scène une jeune héroïne, après les soeurs Nell et Eva de Dans la forêt , après Turtle de My Absolute darling. Je suis béate d'admiration face à la capacité...
    Voir plus

    Alerte tornade coup de coeur !
    Et une nouvelle fois, ce sont les éditions Gallmeister qui nous offre un premier roman fascinant mettant en scène une jeune héroïne, après les soeurs Nell et Eva de Dans la forêt , après Turtle de My Absolute darling. Je suis béate d'admiration face à la capacité de cette maison d'éditions à dénicher des trésors qui sortent des sentiers battus et rebattus de la littérature américaine.

    Fin fond de l'Alaska, Tracy, donc, 17 ans, en colère, rebelle, renvoyée de son établissement scolaire pour s'être battue avec un camarade, mère décédée, un père qui tente de la canaliser en lui interdisant ce pour quoi elle vit : prendre soin de ses chiens de traineau, faire du mushing, sortir dans les bois, chasser. Ce n'est pas seulement une envie d'être à l'extérieur, elle en a organiquement besoin.

    « J'ai senti quelque chose de sauvage monter en moi. Un puissant désir de courir aussi loin que je pouvais, jusqu'à ce que la tête se vide intégralement et que ma peau s'arrête de bourdonner que que je sois capable de me concentrer suffisamment longtemps pour poser un collet et attendre qu'une petite bête se pointe, et alors là je pourrais m'abandonner complètement quelques instants, mes yeux et mes oreilles cesseraient de m'appartenir, ce seraient ceux d'une marte ou bien d'un écureuil. »

    J'ai rarement rencontré une héroïne aussi marquante. Car Tracy - comme souvent les jeunes personnages de Stephen King - a un « don », un don surnaturel ( que je tairai absolument, quelques billets de retour le dévoilent, fuyez pour avoir le privilège d'être surpris, horrifié, esbaudi, mal à l'aise. Un don qui est surtout une façon pour elle de faire vivre la mémoire de sa mère décédée dans des circonstances mystérieuses, de comprendre ce legs, de grandir avec et d'accepter sa nature profonde.

    Que signifie être sauvage ? Jusqu'où va aller Tracy avec ce « Wild inside » ( titre original ). L'auteur sème des péripéties sur la route de Tracy : une agression dans la forêt, un agresseur en liberté, un jeune homme mystérieux qui s'installe chez elle et son père, une compétition de mushers ... J'ai vibré à mesure que la tension s'installe, monte, se tord jusqu'à la paranoïa, jusqu'à cette fin imprévisible et pourtant si cohérente et superbe. J'ai aimé que Jamey Bradbury laisse beaucoup de place à l'imagination du lecteur. Jamais ou quasi elle ne décrit ces personnages mais son écriture dense et riche sonde au plus près les émotions de Tracy. On est viscéralement avec elle dans les paysages grandioses de l'Alaska.

    Entre thriller psychologique, conte initiatique avec une pointe de fantastique. Un incroyable roman , original, intense et hypnotique qui palpite encore une fois ses pages refermées. Une bombe !

  • add_box
    Couverture du livre « Sauvage » de Jamey Bradbury aux éditions Gallmeister

    Bono Chamrousse sur Sauvage de Jamey Bradbury

    SAUVAGE de Jamey Bradbury
    Traduit par Jacques Mailhos

    Éditions Gallmeister

    ********** C O U P D E C O E U R **********

    Je dois dire que les 50 premières pages m'ont laissées perplexe... à chaque fois que je tournais une nouvelle page, je me demandais ce que c'était que ce...
    Voir plus

    SAUVAGE de Jamey Bradbury
    Traduit par Jacques Mailhos

    Éditions Gallmeister

    ********** C O U P D E C O E U R **********

    Je dois dire que les 50 premières pages m'ont laissées perplexe... à chaque fois que je tournais une nouvelle page, je me demandais ce que c'était que ce livre... et puis, sans y prendre garde, il m'a obsédée et je n'ai plus pu le lâcher jusqu'à la fin.

    Ce livre, c'est une voix unique, celle de Tracy... et Tracy va nous choquer, nous révulser par certaines de ses actions car le grand mystère de ce livre c'est sa sauvagerie...

    De page en page, la tension monte jusqu'à une fin totalement inattendue et le dénouement est juste effroyable.

    Mais le plus incroyable dans ce livre, c'est l'atmosphère qui s'en dégage malgré le peu de description, que ce soit sur les personnages ou le paysage. On est dans la tête de Tracy, un point c'est tout.

    Et je ne sais pas si c'est dans l'air, le climat, la géographie ou dans l'eau de l'Alaska qu'il faut chercher ce qui donne naissance à des écrivains comme Jamey Bradbury ou David Vann, mais le même sang coule dans leur veine. Il y a peut-être juste un peu plus de subtilité féminine dans la plume de Jamey Bradbury ? Mais j'ai reçu le même coup de poing pour "Sauvage" que pour "Sukwan Island".

    Jamey Bradbury est un écrivain incroyable et Jacques Mailhos l'a brillamment traduite.

    Un ÉNORME coup de coeur pour ce livre !

  • add_box
    Couverture du livre « Sauvage » de Jamey Bradbury aux éditions Gallmeister

    KateMoore70 sur Sauvage de Jamey Bradbury

    Tracy Petrikoff, dix-sept ans, vit en Alaska. Elle y habite avec son père, Bill, et son frère, Scott. Elle est passionnée de courses de traîneaux avec ses chiens.
    Elle veut concourir à la course de l’Iditarod en junior. Puis, quelques jours après ses dix-huit ans, à l’Iditarod, course ouverte...
    Voir plus

    Tracy Petrikoff, dix-sept ans, vit en Alaska. Elle y habite avec son père, Bill, et son frère, Scott. Elle est passionnée de courses de traîneaux avec ses chiens.
    Elle veut concourir à la course de l’Iditarod en junior. Puis, quelques jours après ses dix-huit ans, à l’Iditarod, course ouverte seulement à ceux qui ont dix-huit ans et plus.

    Elle aime, aussi, sortir avec son traîneau, juste pour avoir le plaisir de s’enfoncer dans la forêt, dans la neige… Cette forêt a été de tout temps son jardin d’enfant, un refuge pour elle.

    « Il y a de la satisfaction à courir vite. Quand vous courez vous allez quelque part, mais vous laissez aussi un autre lieu derrière vous. Il y a cette sensation qui se pose sur vous comme une couverture. Elle vient se draper autour de votre esprit et fait taire vos pensées, de sorte que vous pouvez cesser d’écouter les voix qui parlent dans votre tête, et vous concentrer sur le bruissement des buissons ou les petits cris d’un écureuil dans les frondaisons. Je cours aussi vite que je peux aussi longtemps que je peux. Mon esprit part ailleurs, et je ne suis plus qu’une respiration, des os, des muscles. C’est une sensation sereine et précise, puissante et pleine d’énergie, tout cela en même temps.
    C’est comme ça que j’évacue la colère et les soucis, comme un chien s’ébroue pour se débarrasser de l’eau sur son pelage. C’est comme ça que je me vide pour me remplir après. » (page 22).

    « Sauvage » est une grande histoire d’amour entre un père et sa fille, un passage de témoin. Bill lui a tout appris et Tracy est une véritable musher dans l’âme, dans son corps, dans ses veines.
    Elle est toujours enthousiaste pour s’occuper des chiens, les nourrir, les panser… et cela depuis toute petite.

    Tracy est pourvue d’un don hors du commun. C’est à ce moment là que le roman plonge dans le fantastique. « J’ai senti quelque chose de sauvage monter en moi… » (page 58). Mais je ne vous en dirai pas plus ; à vous, lecteur, de découvrir cette partie de l’histoire.

    Ce premier roman est à la croisée de plusieurs genres (nature writing, fantastique, thriller).
    L’auteure, Jamey Bradbury, convoque tous nos sens, dans ces grands espaces blancs d’Alaska.
    A travers les pages de « Sauvage », elle nous donne la véritable sensation de courir avec son héroïne : nous entendons le bruit de pas des chiens sur la neige, leur halètement, leurs aboiements parfois quand ils flairent un animal ; le crissement des patins du traîneau.
    Nous sentons l’air glacé rentrer dans nos poumons.
    Nous voyons la nature parée de blanc, des sapins immenses, la forêt tellement touffue qu’elle est infranchissable.
    Ceux qui arrivent à s’acclimater à cette terre sont les plus heureux : des kilomètres et des kilomètres de nature vierge ; à marcher, à courir avec ou sans traîneau…. la liberté totale !

    Il ne faut pas faire l’impasse sur la sauvagerie de ces espaces, des hommes qui y habitent, la dureté d’y vivre. Ce magnifique paysage peut-être mortel si ses habitants relâchent leur vigilance. Ils doivent être préparés à affronter toute éventualité. Tout est rendu plus difficile par, justement, les distances, le climat très froid.
    Cela reste l’Alaska, avec son territoire souvent inhospitalier.
    Tracy y chasse et pose des pièges comme au temps de Jack London, ou presque.
    La sauvagerie se retrouve à l’intérieur des hommes, sous des formes différentes. « On ne peut pas fuir la sauvagerie qu’on a en soi. » (page 256).

    Je terminerai en adressant un grand merci aux Editions Gallmeister qui nous offrent des livres magiques, avec des histoires hors des sentiers battus.
    L’année dernière, nous nous étions passionnés pour Turtle dans le livre de Gabriel Tallent « My Absolute Darling ».
    Cette année, nous faisons la découverte de Tracy dans le roman de Jamey Bradbury « Sauvage ».
    Les points communs s’arrêtent là. Vous le verrez, très vite, par vous même, en le lisant.

    Bon vent à cette nouvelle pépite !

  • add_box
    Couverture du livre « Sauvage » de Jamey Bradbury aux éditions Gallmeister

    NADIA D'ANTONIO sur Sauvage de Jamey Bradbury

    Ayant vu des mots magiques tels que : Alaska – chiens de traîneau – immensités sauvages (entre autres) et que « SAUVAGE » (« THE WILD INSIDE ») de Jamey Bradbury avait été publié par les Éditions Gallmeister, il n'en fallait pas plus pour que je me doute que ce serait un coup de cœur et dans ce...
    Voir plus

    Ayant vu des mots magiques tels que : Alaska – chiens de traîneau – immensités sauvages (entre autres) et que « SAUVAGE » (« THE WILD INSIDE ») de Jamey Bradbury avait été publié par les Éditions Gallmeister, il n'en fallait pas plus pour que je me doute que ce serait un coup de cœur et dans ce roman je me suis plongée en étant certaine que je ne serais pas déçue.
    L'écrivaine est originaire du Middlewest et vit à présent en Alaska. « SAUVAGE » est son premier roman et quel roman !
    C'est l'histoire d'une jeune fille, Tracy Sue Petrikoff qui vit avec son frère Scott et son père Bill. Tracy est d'ailleurs la narratrice et commence ainsi : « J'ai toujours su lire dans les pensées des chiens. Mon père dit que c'est dû à la manière dont je suis venue au monde, née sur le seuil de la porte ouverte du chenil, avec vingt-deux paires d'yeux canins qui me regardaient et les aboiements et hurlements de nos chiens qui furent les premiers sons que j'aie entendus. (…) Je suis sortie grosse et lourde et toujours affamée. » (...) « Maman n'avait jamais vu un bébé comme moi, elle disait que j'étais vorace. »
    Tracy est une rebelle dans l'âme – un tempérament vraiment particulier, sauvage. Dans ce roman pour lequel John Irving a écrit « Singulier et inquiétant. Pensez soeurs Brontë et Stephen King », il y a vraiment de l'amour filial, celui que porte Bill à ses enfants même lorsqu'il se montre sévère avec eux. Il n'a pas le choix car il les élève seul, la mère étant décédée, une mère particulière elle aussi, qui avait dit à Tracy : « A ton âge, j'étais vraiment comme toi (…) Je passais des heures dehors, et je rentrais à la maison couverte de boue. J'étais une petite sauvage. »
    On suit Tracy, cette jeune fille amoureuse de ses chiens de traîneau, qui n'a qu'une idée en tête, devenir une femme musher confirmée et participer à l'Iditarod, course mythique dans la neige à perte de vue. Mais elle a aussi un grand secret concernant sa sauvagerie et là, il faut découvrir comment elle arrive à entrer dans les pensées des humains comme dans celles des animaux qu'elle traque chaque fois qu'elle en éprouve le besoin. Elle adore faire de longues marches dans la forêt proche, s'y aventurer quelques heures, un jour ou plusieurs sans prévenir, sans jamais oublier son couteau.
    Avec ce don qu'elle possède, on frôle le fantastique (voilà pourquoi la référence à Stephen King). le récit est entrecoupé de réminiscences qui n'appartiennent pas forcément qu'à elle seule.
    Avec « SAUVAGE », Jamey Bradbury nous offre un magnifique roman sur le nature writing (superbes paysages enneigés – les aurores boréales...) - la vie des mushers – les divagations de l'héroïne – le tout avec du sang comme fil rouge – du suspense – de l'angoisse ….
    On peut aussi décrire cet ouvrage comme un thriller avec également des considérations psychologiques et des obsessions. Mais je préfère arrêter d'en dire plus car c'est totalement inouï et superbement bien écrit.
    Avec ce premier roman, inutile de douter que Jamey va continuer à nous captiver comme elle a su le faire dans mon cas, avec ce livre coup de poing – un coup de poing et des émotions très fortes tout au long de la lecture, de la première ligne jusqu'à la dernière avec un dénouement incroyable.
    D'ailleurs, j'ai relevé deux critiques telles que :
    « Un premier roman obsédant, une nouvelle voix dans la lignée d'Emily Ruskovich et Emily Fridlund
    Un roman au croisement de plusieurs genres (fantastique, nature writing, thriller) »
    « Hymne à la nature et à l'aventure (sublimes séquences de mushing), doublé d'une fine étude psychologique, « Sauvage » est en symétrie d'une contrée rude et grandiose, fascinant et flippant. »
    Il ne me reste plus qu'à rajouter que la couverture du livre attire bien l'attention : elle est toute simple pourtant avec ce paysage sous la neige, de la neige que l'on trouve tout au long de ce récit passionnant.
    Ma conclusion et mon ressenti ? Un gros coup de coeur – une arrivée fracassante de l'écrivaine dans cette rentrée littéraire 2019 et un grand Bravo à Jamey Bradbury.

Bibliographie de Jamey Bradbury (1)

Thèmes en lien avec Jamey Bradbury

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !