Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

James Mcbride

James Mcbride
Né à Brooklyn, James McBride est écrivain et journaliste (il a écrit pour différents journaux américains comme The Boston Globe, People, The Washington Post). Son premier ouvrage La Couleur de l'eau a été vendu à 1,3 million d'exemplaires aux États-Unis et a été traduit dans plus de vingt pays. M... Voir plus
Né à Brooklyn, James McBride est écrivain et journaliste (il a écrit pour différents journaux américains comme The Boston Globe, People, The Washington Post). Son premier ouvrage La Couleur de l'eau a été vendu à 1,3 million d'exemplaires aux États-Unis et a été traduit dans plus de vingt pays. Musicien reconnu, saxophoniste et compositeur professionnel ; il a obtenu plusieurs prix pour ses créations et compositions de comédies musicales. Il vit aujourd'hui en Pennsylvanie.

Articles en lien avec James Mcbride (1)

Avis sur cet auteur (9)

  • add_box
    Couverture du livre « L'oiseau du Bon Dieu » de James Mcbride aux éditions Gallmeister

    Sevlipp sur L'oiseau du Bon Dieu de James Mcbride

    John Brown, homme blanc, abolitionniste un peu cinglé, complétement habité par sa cause se lance en guerre pour libérer les esclaves noirs. Sur sa route, il rencontre un jeune garçon qu'il prends pour une fille qu'il surnomme l'Echalote. L'Echalote, le narrateur, va le suivre, va souvent tenter...
    Voir plus

    John Brown, homme blanc, abolitionniste un peu cinglé, complétement habité par sa cause se lance en guerre pour libérer les esclaves noirs. Sur sa route, il rencontre un jeune garçon qu'il prends pour une fille qu'il surnomme l'Echalote. L'Echalote, le narrateur, va le suivre, va souvent tenter de se sauver et va assister à toutes les folies du "vieux" Brown.
    Cette histoire souvent drôle, avec certes parfois des longueurs, raconte un pan de l'histoire américaine et comment certains ont eu le courage de se soulever contre l'esclavage.

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur de l'eau » de James Mcbride aux éditions Gallmeister

    Gerry sur La couleur de l'eau de James Mcbride

    Très bon récit, à deux voix, sur une famille mixte américaine pauvre, au XXème siècle.
    Un chapitre porte sur la vie de l'auteur ; l'autre nous présente sa mère si volontaire mais pour qui, notamment, les études permettent de s'élever.
    Les parcours de chacun ne sont pas faciles : famille...
    Voir plus

    Très bon récit, à deux voix, sur une famille mixte américaine pauvre, au XXème siècle.
    Un chapitre porte sur la vie de l'auteur ; l'autre nous présente sa mère si volontaire mais pour qui, notamment, les études permettent de s'élever.
    Les parcours de chacun ne sont pas faciles : famille pouvant être toxique ou aimante et protectrice, misère, racisme, drogue, religion.
    Franchement bonne lecture où ressort l'amour d'un fils (qui n'a pas eu une jeunesse facile) pour sa mère (qui n'a pas eu une vie facile).

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur de l'eau » de James Mcbride aux éditions Gallmeister

    CamilleB sur La couleur de l'eau de James Mcbride

    Très beau roman autobiographique de James Mc Bride, révélant deux histoires très différentes et pourtant sur plusieurs points similaires :

    Celle de James tout d’abord, huitième enfant d’une famille nombreuse, pauvre et plutôt originale pour l'époque puisque mixte. Il grandit dans les années...
    Voir plus

    Très beau roman autobiographique de James Mc Bride, révélant deux histoires très différentes et pourtant sur plusieurs points similaires :

    Celle de James tout d’abord, huitième enfant d’une famille nombreuse, pauvre et plutôt originale pour l'époque puisque mixte. Il grandit dans les années 50-60, effrayé de perdre sa mère, seule Blanche vivant dans un quartier habité presque exclusivement par des Noirs dans une période où le mouvement Black Power et les Black Panthers font parler d’eux. Déjà enfant, il s’interroge sur qui il est : est-il noir ou blanc ? Pourquoi sa mère n’est pas de la même couleur de peau que lui ? Est-ce que Dieu est blanc ou noir ?

    Puis le chapitre suivant retrace le parcours de Ruth, sa mère. Issue d’une famille juive orthodoxe, dont le père est autoritaire et la mère effacée et soumise à son rôle d’épouse, elle grandit dans le Sud, où le racisme est omniprésent et où les communautés vivent dans un entre-soi. Longtemps, James et ses frères et sœurs n’ont rien su du passé de leur mère. Ils ne connaissent pas leurs ancêtres maternels et c’est ce silence qui pousse James à s’interroger sur sa mère : est-elle réellement sa mère ? D’où vient-elle ? Qui est-elle ? Pourquoi est-elle blanche et pourquoi prétend t-elle ne pas l’être ?

    En résumé, ce roman est une quête identitaire et un hommage à une vraie force de la nature, Ruth, qui élève 12 enfants avec brio, en répétant inlassablement que l’éducation est la solution. Il retrace également deux périodes historiques charnières, indispensables pour comprendre les Etats-Unis d’aujourd’hui, pays gangréné par le racisme et le séparatisme.

  • add_box
    Couverture du livre « L'oiseau du Bon Dieu » de James Mcbride aux éditions Gallmeister

    Pascal Gillet sur L'oiseau du Bon Dieu de James Mcbride

    illuminée, cette chevauchée en compagnie de l'Echalotte, jeune esclave en fuite et d'une armée de bric et de broc bien décidée à faire abolir l'esclavage aux Etats-Unis , rien de moins!
    on y rit on y grince des dents on y est muet d'effroi : c'est une Amérique déglinguée, prémisse absolue de ce...
    Voir plus

    illuminée, cette chevauchée en compagnie de l'Echalotte, jeune esclave en fuite et d'une armée de bric et de broc bien décidée à faire abolir l'esclavage aux Etats-Unis , rien de moins!
    on y rit on y grince des dents on y est muet d'effroi : c'est une Amérique déglinguée, prémisse absolue de ce qu'elle est encore aujourd'hui. Incapable d'imaginer son prochain comme un humain comme les autres. vénale et folle à la fois.
    L'écriture est enlevée et les images fusent ! la traduction du style fait mouche !
    Chapeau bas, mr McBride

Récemment sur lecteurs.com