Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jacques Josse

Jacques Josse

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Marco Pantani a débranché la prise » de Jacques Josse aux éditions La Contre Allee

    Marianne Kmiecik de LES LISIÈRES sur Marco Pantani a débranché la prise de Jacques Josse

    Des chapitres courts, comme autant d'étapes des plus grandes courses cyclistes ; un rythme enfiévré, comme une cavalcade, une course contre-la-montre ; un style sobre, factuel ; autant d'ingrédients qui nous entraînent dans la roue d'une figure emblématique du cyclisme, à cette époque où il...
    Voir plus

    Des chapitres courts, comme autant d'étapes des plus grandes courses cyclistes ; un rythme enfiévré, comme une cavalcade, une course contre-la-montre ; un style sobre, factuel ; autant d'ingrédients qui nous entraînent dans la roue d'une figure emblématique du cyclisme, à cette époque où il était encore un spectacle, un art de la fuite en avant...
    Grimpeur hors pair, tout en légèreté et panache, passionné, mais abonné aux difficultés, imprévus et accidents, Marco Pantani a connu des périodes plus que délicates !
    Avec son écriture vive, directe et entraînante, Jacques Josse revient sur une carrière qui fut fulgurante, majestueuse, mais aussi entachée par les scandales de dopage ; et surtout, il nous laisse apercevoir, entre les lignes et les faits, la simplicité d'un homme ordinaire, un peu trop malchanceux...

  • add_box
    Couverture du livre « Cloués au port » de Jacques Josse aux éditions Quidam

    Sarah Clément de INTERLIGNES sur Cloués au port de Jacques Josse

    Jacques Josse semble avoir construit son récit sur cette phrase de Patrick Kermann, placée en exergue du livre : «Ce n'est pas parce qu'on est mort qu'on n'a plus rien à dire.» Le Capitaine, figure du bar Chez Pedro, situé dans un petit bort breton, parle aux morts et raconte les morts. Pendant...
    Voir plus

    Jacques Josse semble avoir construit son récit sur cette phrase de Patrick Kermann, placée en exergue du livre : «Ce n'est pas parce qu'on est mort qu'on n'a plus rien à dire.» Le Capitaine, figure du bar Chez Pedro, situé dans un petit bort breton, parle aux morts et raconte les morts. Pendant qu'il déblatère et convoque Stevenson, Albert Londres ou Melville, les vieux du village tombent comme des mouches, victimes de la canicule. Un court roman avec lequel, à l'instar de Jimmy, ex-grutier chômeur et alcoolique, nous resterons cloués au port.