Jacky Schwartzmann

Jacky Schwartzmann
Il a été libraire aux Sandales d'Empédocle (Besançon) et à Passages (Lyon). Il a été aussi barman au Luxembourg et chef de rang dans divers restaurants. Il travaille désormais dans une multinationale à Lyon. Il est l'auteur d'une pièce de théâtre, La Cravate écrite avec Denis Robert et d'un ... Voir plus
Il a été libraire aux Sandales d'Empédocle (Besançon) et à Passages (Lyon). Il a été aussi barman au Luxembourg et chef de rang dans divers restaurants. Il travaille désormais dans une multinationale à Lyon. Il est l'auteur d'une pièce de théâtre, La Cravate écrite avec Denis Robert et d'un roman, Bad Trip (Hugo roman, 2008), Pocket (2009).

Avis (10)

  • add_box
    Couverture du livre « Pension complète » de Jacky Schwartzmann aux éditions Seuil

    Bill sur Pension complète de Jacky Schwartzmann

    L'année dernière, j'avais beaucoup apprécié ma découverte de Jacky Schwartzmann et son "Demain, c'est loin", polar aux rebondissements inattendus comportant des scènes hilarantes ! 

    Aussi quand j'ai découvert son nouveaux roman sur les rayonnages virtuels de la bibliothèque numérique de la...
    Voir plus

    L'année dernière, j'avais beaucoup apprécié ma découverte de Jacky Schwartzmann et son "Demain, c'est loin", polar aux rebondissements inattendus comportant des scènes hilarantes ! 

    Aussi quand j'ai découvert son nouveaux roman sur les rayonnages virtuels de la bibliothèque numérique de la ville de Paris, je n'ai pas attendu une minute pour l'emprunter et le dévorer ! 

    On y découvre Dino Scala, 45 ns, ex-jeune de la banlieue lyonnaise, arrivé par hasard au Luxembourg, vingt ans auparavant, où il a rencontré Lucienne son aînée de 32 ans avec qui il coule des jours heureux depuis ... enfin presque heureux puisque sa belle-mère ne l'a jamais apprécié ! 

    Sa vie devient plus rude quand sa belle-mère qu'un AVC a laissé impotente et qu'un nouveau venu 'Chiant-Pierre' vient s'occuper d'elle ...

    Pour lui changer les idées, Lucienne l'envoie sur son yacht de Saint Tropez qu'il n'atteindra jamais, une panne de voiture le coinçant sur les hauteurs de la Ciotat au camping des Naïades récemment endeuillé par la noyade d'un ado batave ! 

    S'ensuivront des aventures rocambolesques en compagnie d'un écrivain goncourisé venu voir la plèbe de près 

    Un roman policier bien rythmé, aux personnages bien campés, décapants, et rarement vu ailleurs ...

    Un auteur qui a le sens de la narration avec des rebondissements juste comme il faut, des histoires plausibles et joyeusement cyniques ! 

    Bref , un auteur dont je vais m'empresser de rechercher les autres opus ...

  • add_box
    Couverture du livre « Demain c'est loin » de Jacky Schwartzmann aux éditions Seuil

    Sociolitté sur Demain c'est loin de Jacky Schwartzmann

    « Je lui ai dit que j'avais un nom de juif et une tête d'Arabe mais qu'en fait j'étais normal », « Je m'appelle François Feldman, comme l'aut'con. Mais je suis pas chanteur. »

    Avec Jacky Schwartzman, pas question de faire dans la dentelle (« c'est pour les tapettes »). Et on n'est pas prêt de...
    Voir plus

    « Je lui ai dit que j'avais un nom de juif et une tête d'Arabe mais qu'en fait j'étais normal », « Je m'appelle François Feldman, comme l'aut'con. Mais je suis pas chanteur. »

    Avec Jacky Schwartzman, pas question de faire dans la dentelle (« c'est pour les tapettes »). Et on n'est pas prêt de se laisser bercer par "Les Valses de Vienne", François il serait plutôt du genre IAM : le titre du livre étant aussi une chanson dudit groupe.

    François Feldman, le personnage principal, vient du quartier des Buers, à Villeurbanne, dans la banlieue lyonnaise. À 39 ans, il a ouvert une boutique de t-shirts détournants des citations, réelles ou imaginées, dans le but de créer une situation comique. Il veut se sortir des magouilles de la cité et devenir « enfin un Français. Un vrai. ».

    « Bonjour, c'est bien ici Charlie Hebdo ? », signé Chérif Kouachi, est sa dernière création. Mais, apparemment son humour macabre ne passe pas dans le centre-ville. Ça ne marche pas. Son humour des banlieues n'arrive pas à passer le Rhône.

    « Ce genre de vannes, aux Buers, ça faisait marrer tout le monde. Mais dans la presqu'île, pas du tout, et à la Banque populaire encore moins. »
    Car évidemment, sa petite entreprise connaissant la crise, il a maille à partir avec les agences de prêts financiers, notamment sa conseillère, « la Bacardi », Juliane de son prénom. À travers son mépris, il se verra telle qu'elle le considère, avec la condescendance que lui impose son poste : un « teubé » vulgaire et ignare.

    C'est pourtant avec elle, une fois qu'elle se sera mise toute seule dans « une merde apocalyptique » qu'il partira dans une fuite effrénée à travers les rues de la ville lumière, tentant d'échapper autant à la flicaille qu'aux petites frappes de la cité.

    Même si son aide est au départ intéressée, c'est un véritable duo de choc qui va se former sous nos yeux de lecteur, pour leur survie, mais aussi pour notre propre bonheur.

    Sur un rythmé enlevé, allié à un humour décapant, nous voilà embarqué dans une course poursuite délirante à laquelle il est difficile de résister. Mêmes les petites incohérences scénaristiques sont vite oubliées, dépassés que nous sommes par la verve et style inimitable du bonhomme.

    Entre un humour mordant à la Desproges, et une ironie sociale qui fait penser à Iain Levison, si Jacky Schwartzmann ne fait pas dans la demi-mesure (« c'est pour les pédés »), c'est au contraire pour nous offrir une écriture fine et maline.
    Le mépris des nantis, la décolonisation, les cités-ghettos ou la peur du déclassement, tout y passe.

    Intelligent, vif, et drôle, je ne me souviens pas m'être autant marré en lisant un roman !
    À condition d'apprécier le deuxième, voire le troisième degré, les fous rires sont garantis.

    Un roman social noir, à l'humour... noir, forcément, qui ne pourra vous laisser indifférent.

    « C'est quand même un joyeux bordel la vie » ;-)

    Lu en novembre 2018.

    Et spécial dédicace à Renod, grâce à qui, par sa chronique, j'ai découvert ce livre et cet auteur. Donc, merci à lui ! ;-)

    Ma chronique sur Fnac.com/Le conseil des libraires

  • add_box
    Couverture du livre « Demain c'est loin » de Jacky Schwartzmann aux éditions Seuil

    régine berlinski sur Demain c'est loin de Jacky Schwartzmann

    Et bien voilà un étonnant roman entre polar thriller et comédie...Une jolie découverte; Et surtout une écriture légère des personnages dignes d'un script de cinéma, bref un livre qui capte l'attention, et lors d'un épisode fameux d'une rencontre dans un bar qui va se dérouler au lit (évidemment-...
    Voir plus

    Et bien voilà un étonnant roman entre polar thriller et comédie...Une jolie découverte; Et surtout une écriture légère des personnages dignes d'un script de cinéma, bref un livre qui capte l'attention, et lors d'un épisode fameux d'une rencontre dans un bar qui va se dérouler au lit (évidemment- mais d'une manière cocasse) fait rire ! A ne pas rater !

  • add_box
    Couverture du livre « Pension complète » de Jacky Schwartzmann aux éditions Seuil

    Ghislaine DEGACHE sur Pension complète de Jacky Schwartzmann

    Dino et Frank, son pote, enfants de la cité, tous deux Français, sont venus au Grand-Duché de Luxembourg durant l'été 1999 pour un pseudo-business. Et le 11 août 1999, alors qu'il est assis à la terrasse du Come Prima, pour assister à la dernière éclipse solaire totale du deuxième millénaire,...
    Voir plus

    Dino et Frank, son pote, enfants de la cité, tous deux Français, sont venus au Grand-Duché de Luxembourg durant l'été 1999 pour un pseudo-business. Et le 11 août 1999, alors qu'il est assis à la terrasse du Come Prima, pour assister à la dernière éclipse solaire totale du deuxième millénaire, Dino fait connaissance avec Lucienne, de trente-deux ans son aînée, et « lorsque nous nous sommes réinstallés à nos tables, nous étions déjà un couple. » Il ignorait que Lucienne était riche à millions.
    La véritable histoire débute une vingtaine d'années après cette rencontre. Nous faisons connaissance avec Macha, la belle-mère de Dino, presque cent ans, qu'il qualifie de vieille peau. Mais les problèmes commencent avec l'altercation qu'il va avoir avec Paul Drumond, responsable de l'agence bancaire BGL où Lucienne détient plusieurs comptes. Celui-ci, ivre, va le traiter indirectement de gigolo et Dino va réagir en peu brutalement, lui cassant le nez, et lui prendre sa Rolex au passage.
    Pour tenter de trouver un arrangement avec le policier, Daniel Schwartz, Lucienne propose à Dino de s'éloigner pendant une période du Luxembourg et d'aller passer quelque temps sur son yacht, à Saint-Tropez, le temps de convaincre Drumond de retirer sa plainte.
    Dino va donc partir pour le sud de la France avec la Mercedes C63 AMG qui, malheureusement, va tomber en panne et il devra faire appel à un dépanneur. Celui-ci était débordé, il va devoir la garder deux ou trois jours.
    Une seule solution pour Dino, le camping de la Ciotat, tout proche, où il va pouvoir louer un bungalow. de nombreuses places sont disponibles car un des jeunes vacanciers s'étant noyé dans la piscine, les gens choqués, s'en vont.
    Et c'est là, au camping « Les Naïades », qu'il va faire la connaissance de son voisin de bungalow, Charles Desservy, ancien prix Goncourt. Ce romancier que Dino décrit ainsi : « Une courtoisie exagérée, ou disons inadaptée, mâtinée d'une espèce de phobie de la classe moyenne. Un aristo, quoi. Un gars avec du sang de navet dans les veines. » Il est en immersion dans ce qu'il appelle le peuple, les gens, avec qui il a pris un peu de distance, ceci pour alimenter ses prochains écrits.
    Je n'en dirai pas plus pour ne pas dévoiler l'intrigue de ce polar atypique mais sachez que les morts vont être relativement nombreux, que l'assassin sera assez vite identifié mais le suspense restera entier. Jusqu'où peut-il aller ?
    C'est un polar au vocabulaire très imagé, au style jubilatoire avec de savoureux portraits et de sublimes comparaisons. Un polar où, bien que les morts s'agglutinent, reste un très bon moment de détente. J'ai ri du début à la fin. Mais ce qui est génial, c'est le fait que ce n'est pas seulement un livre désopilant. C'est également un livre où l'auteur nous fait partager quelques vérités bien senties sur toutes les couches de la société, les rapports entre humains, sur l'urbanisation.
    Dans ses caricatures truculentes, il n'oublie personne. Tout en se moquant des faiblesses de chacun il réussit néanmoins à glisser beaucoup de tendresse.
    Si, au premier abord, j'ai pensé qu'il s'agissait uniquement d'un excellent moment de détente, je me suis vite aperçue que c'était également un livre plein de philosophie qui nous permet de réfléchir à ce que nous sommes chacun et de prendre conscience avec humour de la société dans laquelle nous vivons.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !