Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Isabelle Sorente

Isabelle Sorente

Isabelle Sorente est une écrivaine française née le 11 septembre 1970. Après un passage à Polytechnique et une spécialisation dans l’aviation civile, elle devient d’abord fonctionnaire au ministère des Transports. Ayant été elle-même boulimique pendant près de 10 ans, elle traite le sujet de l’ad...

Voir plus

Isabelle Sorente est une écrivaine française née le 11 septembre 1970. Après un passage à Polytechnique et une spécialisation dans l’aviation civile, elle devient d’abord fonctionnaire au ministère des Transports. Ayant été elle-même boulimique pendant près de 10 ans, elle traite le sujet de l’addiction dans son premier roman, L, paru en 2001. Isabelle Sorente s’intéresse à la spiritualité, qui est, avec les questions de l’inassouvissement et de la métamorphose, l’un des thèmes récurrents de ses textes. En parallèle à sa carrière d’auteure, elle est la cofondatrice de la revue RAVAGES et du magazine Blast. Elle a également été chroniqueuse pour la radio.

Les livres d’Isabelle Sorente sont de différents genres. Romans, essais, nouvelles, mais aussi pièces de théâtre (Hard Copy en 2002 et Gilles de Rais en 2004) : l’écrivaine explore différentes possibilités littéraires. Ancrés dans leur époque, les écrits d’Isabelle Sorente s’appuient pour la plupart sur des phénomènes contemporains tels que le racisme ou l’emprise de la productivité.

Articles en lien avec Isabelle Sorente (3)

  • #Partenariat : une belle journée à Manosque pour une seule passion, le livre.
    #Partenariat : Une belle journée à Manosque pour une seule passion, le livre.

    Une belle journée à Manosque, comme un été indien littéraire, la rencontre de deux femmes,deux ambiances, deux styles, deux visons pour une seule passion, le livre : Delphine de Vigan et Anne-Marie Garat, aux Correspondances de Manosque Découvrez le reportage de Christophe Robert, fidèle lecteur et explorateur de la rentrée littéraire 2015

  • Les explorateurs de la rentrée littéraire 2013 rendent leur verdict !
    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict !

    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict ! Parmi les romans sélectionnés, retrouvez leur critique dans la liste ci-dessous, en cliquant tout simplement sur le titre du livre. Nous vous présenterons très prochainement le palmarès de ces romans passionnants !

  • La rentrée littéraire 2013 sur lecteurs.com ? La parole aux Explorateurs
    La rentrée littéraire c'est aussi sur lecteurs.com

    L’idée a germé en juin : pourquoi lecteurs.com, qui compte plus de 200 000 dévoreurs de livres avertis, n’aurait pas son mot à dire sur la rentrée qui s’annonçait ? L’enthousiasme aidant, épicé d’un petit grain de folie, l’aventure a commencé. D’abord, un appel à candidature a été lancé via le site et les réseaux sociaux, qui a vu des réponses fuser sur-le-champ. Il a fallu être impitoyable pour sélectionner 21 participants parmi les passionnés.

Avis sur cet auteur (31)

  • add_box
    Couverture du livre « La femme et l'oiseau » de Isabelle Sorente aux éditions Lattes

    Ghislaine Degache sur La femme et l'oiseau de Isabelle Sorente

    Quand sa petite-nièce, Elisabeth, lui téléphone pour savoir si elle peut se rendre chez lui avec sa fille Vina, Thomas, 91 ans qui habite la maison où il a grandi en pleine forêt des Vosges, un peu affolé par la détresse et la lassitude perçues dans sa voix, lui déclare sa joie de les voir...
    Voir plus

    Quand sa petite-nièce, Elisabeth, lui téléphone pour savoir si elle peut se rendre chez lui avec sa fille Vina, Thomas, 91 ans qui habite la maison où il a grandi en pleine forêt des Vosges, un peu affolé par la détresse et la lassitude perçues dans sa voix, lui déclare sa joie de les voir toutes les deux.
    Vina, 14 ans, surdouée, tourmentée par ses origines et troublée par les bouleversements de l'adolescence a été exclue de son lycée pour avoir menacé un camarade. Sa mère, directrice d'une société productrice de documentaires, elle-même surmenée est au bord de la rupture. Un séjour chez ce grand-oncle qu'elle considère comme sa seule famille car lui seul ne l'a jamais jugée s'avère, il lui semble, le seul moyen de lâcher-prise.
    Dès leur arrivée en Alsace, Vina est très vite intriguée puis fascinée par cet homme qui communique avec les rapaces et semble deviner les pensées.
    Rapidement des liens vont se tisser entre le vieil homme et l'adolescente.
    En parallèle à l'histoire de cette mère et sa fille confrontées à des choix difficiles, l'auteure revient sur ce que vécurent Thomas et son frère Alex enrôlés malgré eux dans l'armée allemande en 1944.
    En se basant sur des faits réels, c'est pour Isabelle Sorente le moyen de mettre en avant ce tragique épisode des « Malgré-nous », ce drame méconnu de la Seconde Guerre mondiale, peu souvent évoqué.
    Elle montre comment ces Alsaciens ou Mosellans n'avaient d'autre choix que d'obéir, sauf à se blesser dangereusement eux-mêmes, pour se rendre inaptes à partir sur le front russe en uniforme allemand alors qu'ils étaient français, ou à disparaître et à être considérés alors comme déserteurs exposant leurs familles à l'expulsion et aux représailles.
    À l'incorporation forcée et l'horreur vécue sur le front, vont s'ajouter pour les deux frères les conditions de vie terribles par un froid glacial dans un camp de prisonniers soviétique, ce camp 188 de Tambov-Rada, où furent détenus et où moururent nombre de « Malgré-Nous » ayant déserté le front ou faits prisonniers par l'Armée rouge. Des passages parfois très crus permettent d'approcher ce qu'a pu être la réalité pour ces jeunes enrôlés.
    La femme et l'oiseau est un huis-clos psychologique conduit magistralement par Isabelle Sorente, dans lequel chacun des personnages est, a été et peut être encore confronté à des choix, des choix souvent douloureux, jamais anodins pour leur avenir.
    Au fur et à mesure que les liens se tissent entre Thomas, Elisabeth, Vina et Mona, l'aide-ménagère de Thomas, chacun dénoue les secrets de l'histoire familiale. Et pour guérir leurs blessures, pour se libérer des fantômes qui les hantent, tous devront affronter leur culpabilité.
    Quelle magnifique image que ce vieil homme qui donne confiance à cette adolescente qui, en retour, lui permet de se libérer de son secret !
    J'ai aimé cette symbolique du faucon dont se sert Isabelle Sorente au travers de son personnage Thomas. Cet oiseau majestueux à la vue hyper développée qui a sauvé celui-ci en lui permettant de s'évader par la force de l'esprit montre qu'on n'est jamais complètement piégé dans une situation, qu'il peut y avoir une possibilité de s'en extraire.
    Ce roman haletant, développe avec beaucoup de profondeur et de sensibilité la relation-mère-fille et le thème de la gestation pour autrui, de même qu'il exprime avec justesse la résilience et la transmission entre les générations et se penche aussi avec finesse sur le sens de la vie.
    Un grand coup de cœur pour La femme et l'oiseau d'Isabelle Sorente.
    Je remercie Babelio et Folio pour m'avoir permis avec ce somptueux roman de découvrir une auteure que je ne connaissais jusque-là que de nom.
    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2023/01/isabelle-sorente-la-femme-et-l-oiseau.html

  • add_box
    Couverture du livre « La femme et l'oiseau » de Isabelle Sorente aux éditions Lattes

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur La femme et l'oiseau de Isabelle Sorente

    Elizabeth est à la tête d’une société de production. Femme volontaire et courageuse, elle mène de front sa carrière professionnelle et sa vie personnelle auprès de sa fille Vina.
    Tour bascule lorsque l’adolescente est renvoyée de son lycée pour avoir menacé un camarade avec un...
    Voir plus

    Elizabeth est à la tête d’une société de production. Femme volontaire et courageuse, elle mène de front sa carrière professionnelle et sa vie personnelle auprès de sa fille Vina.
    Tour bascule lorsque l’adolescente est renvoyée de son lycée pour avoir menacé un camarade avec un couteau.
    Elizabeth pense aussitôt que son grand-oncle Thomas est le seul a pouvoir lui donner la protection dont elle et Vina ont tant besoin.
    Thomas est hanté par ce qu’il a vécu pendant la guerre. Il faisait partie de ces soldats originaires d’Alsace ou de Moselle enrôlés de force par l’armée allemande, que l’on appelait « Les malgré-nous. »
    Vina, Elizabeth, Thomas vont apprendre à se connaître, à s’apprivoiser, à s’entraider.
    Isabelle Sorente tisse l’histoire de chacun avec beaucoup de tendresse. On ne peut qu’aimer ces êtres aux grandes qualités humaines.
    « La femme et l’oiseau » est un magnifique roman sur la vie, le destin, sur comment on grandit et comment on choisit de grandir, ce qu’on veut faire de sa propre vie.
    L’écriture est pleine de douceur et de poésie. J’ai tellement aimé suivre Thomas et Vina au milieu d’une nature magnifique à la rencontre de l’oiseau.
    Je remercie très vivement NetGalley et les Editions JC Lattès pour ce partenariat.
    #Lafemmeetloiseau #NetGalleyFrance !

  • add_box
    Couverture du livre « La femme et l'oiseau » de Isabelle Sorente aux éditions Lattes

    AudreyT sur La femme et l'oiseau de Isabelle Sorente

    Vina est exclue du lycée. Au-delà de cette terrible décision, Elisabeth, sa mère, ne comprend pas l'acte de violence qui en est à l'origine. Elle décide d'emmener sa fille quelques jours loin de leur quotidien, de leur vie rythmée et de retrouver un peu de sérénité. Elisabeth renoue avec son...
    Voir plus

    Vina est exclue du lycée. Au-delà de cette terrible décision, Elisabeth, sa mère, ne comprend pas l'acte de violence qui en est à l'origine. Elle décide d'emmener sa fille quelques jours loin de leur quotidien, de leur vie rythmée et de retrouver un peu de sérénité. Elisabeth renoue avec son grand-oncle, Thomas, qu'elle n'a pas vu depuis des années mais qui lui apporte toujours autant d'amour et de douceur. Ce trio va s'apprivoiser, au milieu de la forêt et du vol des rapaces... Entre un passé sous silence, un présent où tout s'emmêle et un avenir chaotique, chacun va combler les vides et panser les blessures des autres...

    La femme et l'oiseau est un très beau roman. A multiples tiroirs, à facettes multiformes, Isabelle Sorente nous offre une histoire touchante et émouvante.
    A travers le regard de ses personnages, elle multiplie les récits, elle éclaire le présent par les souvenirs du passé et une vision apaisante de l'avenir.

    Thomas, le grand-oncle de 91 ans, nous livre ses terribles souvenirs de "Malgré-nous", ces alsaciens enrôlés de force dans l'armée allemande lors de la seconde guerre mondiale.
    Elisabeth, la mère perdue, nous raconte son deuil impossible et sa grossesse par procuration. Elle tait ses doutes et ses douleurs mais on les partage pourtant.
    Vina, l'adolescente tourmentée, nous confesse sa difficile naissance et la recherche de ses racines.
    Mona enfin, cette amie discrète, cache sa douloureuse expérience et on sent pointer toute la peur qu'elle a engendrée au quotidien.

    Tous ces personnages nous font cadeau de leur vie, de leur souvenir, de leur lien. Quand le passé éclaire le présent, quand les secrets révélés allègent l'existence, la famille devient alors le foyer rassurant que chacun appelle pour adoucir ses jours...

  • add_box
    Couverture du livre « La femme et l'oiseau » de Isabelle Sorente aux éditions Lattes

    Isa Pouteau sur La femme et l'oiseau de Isabelle Sorente

    Parce qu’ils ont tous les deux un secret qu’ils ne peuvent partager avec personne, Thomas, un vieil homme de 91 ans et Vina, une adolescente de 14 ans, son arrière-petite-nièce, nouent une amitié puissante qui va bien au-delà d’un simple lien familial.
    Lui, fut un Malgré-nous, alsacien enrôlé...
    Voir plus

    Parce qu’ils ont tous les deux un secret qu’ils ne peuvent partager avec personne, Thomas, un vieil homme de 91 ans et Vina, une adolescente de 14 ans, son arrière-petite-nièce, nouent une amitié puissante qui va bien au-delà d’un simple lien familial.
    Lui, fut un Malgré-nous, alsacien enrôlé de force à 17 ans dans l’armée allemande puis déporté par les russes dans le camp de Tamlov jusqu’à sa libération. Elle, est née d’une mère porteuse indienne et doit faire abstraction de ses origines pour vivre une vie formatée de lycéenne.
    Si ce passé les isole des autres, il les rapproche également. Dans leur recherche d’une place dans un monde où ils ne porteraient pas le poids de la culpabilité d’une situation dont ils ne sont pas responsables, Thomas apprend à Vina à s’échapper dans le vol d’un rapace, en laissant l’oiseau emporter cette partie secrète de son âme qui l’empêche d’être heureuse.
    Difficile recherche de l’acceptation de soi dans un dédoublement de la perception qui a aidé le jeune homme à survivre pendant la guerre et qu’il tente de transmettre à la jeune fille en souffrance.
    Un roman qui alterne les époques et les lieux, du plus profond de la Russie en 1945, au cœur de la vie parisienne en 2018, et qui passe de la réalité au rêve, tantôt dans une course effrénée à la réussite, tantôt dans les paysages féeriques de la forêt vosgienne.
    La partie témoignage de la guerre est passionnante et trop courte à mon goût, face au récit du quotidien de cette lycéenne et de sa mère qui m’a paru assez ordinaire. Mais il fallait certainement ce contraste pour faire se rencontrer ces deux personnages blessés et leur permettre de nouer un lien salutaire, presque mystique.
    Un avis mitigé pour ce roman aux situations éprouvantes chargées d’émotion mais au rythme irrégulier qui me laisse néanmoins l’agréable sentiment d’avoir lu un conte très optimiste.