Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Isaac Bashevis-Singer

Isaac Bashevis-Singer

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Le charlatan » de Isaac Bashevis-Singer aux éditions Stock

    Miss K Paris sur Le charlatan de Isaac Bashevis-Singer

    Dans cet inédit d'Isaac Bashevis Singer, paru sous forme de feuilleton dans un journal yiddish new-yorkais au milieu des années 60, nous suivons des personnages dignes d'un vaudeville.
    Tous sont juifs, fraîchement débarqués de cette Europe qui se déchire à la fin des années 30 et qu'ils ont fui...
    Voir plus

    Dans cet inédit d'Isaac Bashevis Singer, paru sous forme de feuilleton dans un journal yiddish new-yorkais au milieu des années 60, nous suivons des personnages dignes d'un vaudeville.
    Tous sont juifs, fraîchement débarqués de cette Europe qui se déchire à la fin des années 30 et qu'ils ont fui en espérant refaire leur vie dans cette ville capable de tous les miracles.
    Hertz Minsker tout d'abord, le charlatan. Écrivain philosophe qui aurait déjà pu avoir écrit dix livres mais qui n'a pas fini le chapitre un du premier ouvrage. Il est arrivé avec Bronia, sa quatrième femme, qu'il a conquis des bras d'un mari et qui a laissé au passage ses deux enfants en Pologne ; elle survit dans l'attente de nouvelles de ces derniers. Hertz lui vit aux crochets de Morris Calisher, à qui la vie américaine a plutôt bien réussi. Et comme dépendre de ses subsides ne lui suffit pas, il profite aussi de sa femme, la volcanique Minna. Voilà pour les quatre principaux personnages, mais évidemment d'autres tout aussi truculents vont faire leur apparition.
    Au delà de ces portraits parfois à la limite de la caricature, c'est une véritable réflexion sur le déracinement, l'exil, la culpabilité, Dieu, l'identité juive d'une façon générale, mais aussi sur l'opposition entre ancien et nouveau monde. Tout cela réuni au sein d'un roman à la fois grave et drôle servit par la plume d'un conteur hors pair. Magistral !

  • add_box
    Couverture du livre « Keila la rouge » de Isaac Bashevis-Singer aux éditions Stock

    Yannick Desbois sur Keila la rouge de Isaac Bashevis-Singer

    Coloré et dépaysant, mais sombre, sombre...

    Coloré et dépaysant, mais sombre, sombre...

  • add_box
    Couverture du livre « La famille Moskat » de Isaac Bashevis-Singer aux éditions J'ai Lu

    Sandrine Fernandez sur La famille Moskat de Isaac Bashevis-Singer

    Varsovie, début du XXè siècle. Deux fois veuf et septuagénaire, Reb Meshulam surprend toute sa nombreuse famille quand il revient des eaux au bras de sa troisième épouse, Rosa Frumetl et de sa nouvelle belle-fille Adèle. Cette union affole fils, filles, gendres, brus et petits enfants qui tous...
    Voir plus

    Varsovie, début du XXè siècle. Deux fois veuf et septuagénaire, Reb Meshulam surprend toute sa nombreuse famille quand il revient des eaux au bras de sa troisième épouse, Rosa Frumetl et de sa nouvelle belle-fille Adèle. Cette union affole fils, filles, gendres, brus et petits enfants qui tous vivent des rentes que leur cède le riche patriarche. Juifs orthodoxes, les Moskat vivent selon les lois du Talmud, respectent les rites et coutumes hébraïques et croient au prochain retour du Messie. Mais les temps changent et les nouvelles générations ne veulent plus suivre des préceptes jugés moyenâgeux. A force de fréquenter les écoles mixtes, les garçons ne veulent plus porter le cafetan, la barbe et les papillotes, les filles aspirent à étudier, à choisir elle-même leur mari et refusent la perruque de matrone, certaines allant même jusqu'à sortir tête nue! Les jeunes rêvent d'Amérique ou d'un état juif en Palestine. Et ce n'est pas Abram Shapiro, le mari d'Hama Moskat qui va les mettre sur le droit chemin! Noceur invétéré, mari infidèle, il s'habille à l'occidentale et entretient une maîtresse. Ses défauts ne doivent pourtant pas faire oublier qu'il a le coeur sur la main. Et quand il fait la connaissance du jeune Asa Heshel Bannet, petit fils du rabbin de Tereshpol Minor, fraîchement arrivé dans la capitale pour y faire des études, il n'hésite pas à l'inviter dans sa famille afin de l'introduire dans la bonne société juive de Varsovie. Des liens vont se tisser entre les Moskat et Asa Heshel, ensemble ils vont vivre des drames, des évènements heureux, la première guerre mondiale et la menace nazie.

    A travers le destin d'une riche famille juive polonaise, Isaac Bashevis Singer nous entraîne dans ce qu'était la société juive en Pologne au début du XXè siècle, une communauté qui vivait en vase clos, respectant les principes du Talmud, évitant les rapports avec le reste de la population polonaise. On en apprend beaucoup sur les rites religieux, les fêtes, la foi, les divers courants. Persuadés que c'est en respectant scrupuleusement les traditions qu'on se préserve de tout, les juifs de Varsovie acceptent les insultes et rebuffades d'un antisémitisme latent qui monte en puissance au fil du temps.
    Tous différents, souvent brouillés entre eux mais unis dans la foi, les Moskat sont la quintessence d'un peuple persécuté, résigné, fataliste et résolument confiant en Dieu. Au sein de la famille les relations sont compliquées entre ceux qui ne tolèrent aucune entorse aux lois hassidiques, ceux qui se "modernisent" et ceux qui vont jusqu'à oublier leur foi. Mais ils sont tous attachants à leur façon et quand le roman s'achève, au moment de l'entrée des nazis à Varsovie, on tremble pour ceux qui ont fait le choix de rester en Pologne, inconscients du danger ou simplement prêts à accepter cette nouvelle épreuve que Dieu met sur leur chemin.
    Un roman riche, presque un documentaire, sur une communauté dont on ne sait pas grand chose, finalement, quand on n'en fait pas partie. Une très intéressante découverte.

  • add_box
    Couverture du livre « La jeune mariée et autres souvenirs » de Isaac Bashevis-Singer aux éditions Andre Versaille

    André Versaille sur La jeune mariée et autres souvenirs de Isaac Bashevis-Singer

    "Rares sont les romanciers qui ont peint avec une telle finesse les replis secrets de la psyché féminine. C'était son idéal d'ailleurs : “Être le serviteur de deux idoles, les femmes et la littérature”. Mêler les deux lui paraissant naturel, Singer n'envisageait pas la vie sans vies parallèles....
    Voir plus

    "Rares sont les romanciers qui ont peint avec une telle finesse les replis secrets de la psyché féminine. C'était son idéal d'ailleurs : “Être le serviteur de deux idoles, les femmes et la littérature”. Mêler les deux lui paraissant naturel, Singer n'envisageait pas la vie sans vies parallèles. C'est ce qui m'a frappé tout de suite quand j'ai commencé à le lire." Florence Noiville