In Koli Jean Bofane

In Koli Jean Bofane

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (12)

  • Couverture du livre « La belle de Casa » de In Koli Jean Bofane aux éditions Actes Sud

    Colette LORBAT sur La belle de Casa de In Koli Jean Bofane

    Le seul titre me fait penser à une chanson de Luis Mariano que chantait beaucoup mon père : La belle de Cadix a des yeux de velours… La similitude s’arrête là.
    Ichrak fait se pâmer tous les mâles du quartier populaire de Derb Taliane lorsqu’ils la regardent déambuler. Il se dégage d’elle un...
    Voir plus

    Le seul titre me fait penser à une chanson de Luis Mariano que chantait beaucoup mon père : La belle de Cadix a des yeux de velours… La similitude s’arrête là.
    Ichrak fait se pâmer tous les mâles du quartier populaire de Derb Taliane lorsqu’ils la regardent déambuler. Il se dégage d’elle un magnétisme augmenté par l’ondulation hypnotique de ses hanches.
    Mais voilà, Ichrak est découverte morte une estafilade mortelle lui ayant coupé la carotide. Sese Tshimanga, son grand ami, a fait la macabre découverte. « Elle ne ressemblait plus à Ichrak, une balafre lui barrait la poitrine et avait découpé son vêtement : une gandoura noir, brodée de fil d’or. ». A Mokhtar Daoudi, le flic du quartier, de trouver le coupable
    A partir de là, l’auteur raconte la vie quotidienne de Sese, migrant sans papier, arrivé, sans l’avoir voulu, à Casablanca. Depuis, il se débrouille avec de petits boulots, de petits trafics. « Sese était ce qu’on appelle un brouteur, un genre de cyber-séducteur africain. » Il séduit, via internet, les femmes esseulées occidentales. Très bon comédien et jamais à court d’idée, il les manipule, les fait craquer juste par ses paroles et elles lui envoient des mandats. C’est ce qu’il propose à Ichrak la sauvage qui, contre toute attente, accepte et essaie de séduire les mâles européens. Il n’y aura jamais rien entre eux que du respect. C’est sa grande sœur, son amie, sa « pire moto na ye ».
    Le, leur, quartier est menacé par les promoteurs qui voudraient en faire un quartier classe avec de beaux immeubles. Avant, il faut déloger les miséreux et ce n’est pas chose facile, malgré les sbires de la belle madame Azzouz, mandatée par l’émir saoudien Saqr al-Jasser. Le saoudien sait ce que peut rapporter l’exploitation d’un concept. « Il comptait agir de même en construisant, sur les ruines de Derb Taliane et qui quartier Cuba des infrastructures au design futuriste, un hôtel cinq étoiles…. »
    In Koli Jean Bofane brosse une peinture réaliste de ce quartier, de sa vie de misère, de tous les migrants qui y vivent, se débrouillent, du racisme latent… Une comédie sociale qui peut tourner au drame et le Chergui, vent qui rend fou, n’est pas là pour apaiser les corps et les esprits. Le petit plus, ce sont les expressions africaines que j’ai trouvées dans ce récit et, petits clins d’œil à nous lecteurs français de France, certains renvois comme l’explication du vase de Soissons.
    Un livre plus social que policier, lu d’une traite et qui, malgré les différents thèmes sociaux abordés est bienveillant. In Koli Jean Bofane a l’art de dresser un portrait, un paysage, une action en peu de phrases imagées. Une description de Casablanca qui n’est pas celle des dépliants touristiques. Le marché aux esclaves qu’est devenu la Lybie fait froid dans le dos tant il est inhumain à l’heure de la mondialisation, les plus pauvres ne sont que monnaies d’échange sonnantes et trébuchantes.
    J’ai beaucoup apprécié son écriture rythmée, vive, gaie, réaliste mais habillée d’une certaine poésie, où l’humour caustique ou pas est présent.
    Monsieur In Koli Jean Bofane vous êtes un conteur qui sait captiver ses lecteurs.
    Une très belle découverte et un coup de cœur

    Lecture commune dans le cadre du cercle des lecteurs de la librairie le Cyprès

  • Couverture du livre « La belle de Casa » de In Koli Jean Bofane aux éditions Actes Sud

    Dominique Sudre sur La belle de Casa de In Koli Jean Bofane

    Dans Casa la belle, migrants et voyous se rencontrent dans les quartiers populaires. Sese est un jeune clandestin arrivé de Kinshasa. Il a atterri là alors qu'il pensait arriver en Normandie. Depuis il vivote en faisant casquer sur internet quelques européennes en mal d'amour, en les amadouant...
    Voir plus

    Dans Casa la belle, migrants et voyous se rencontrent dans les quartiers populaires. Sese est un jeune clandestin arrivé de Kinshasa. Il a atterri là alors qu'il pensait arriver en Normandie. Depuis il vivote en faisant casquer sur internet quelques européennes en mal d'amour, en les amadouant et en leur promettant la lune. Il était associé dans son petit business avec Ichrak.

    Un matin, dans une ruelle peu fréquentée, il découvre la belle Ichrak morte, ensanglantée. Ichrak n'a pas de père et sa mère, la farouche Zahira, est folle depuis longtemps. Alors qui pouvait bien lui en vouloir ? Tous ! Car Ichrak la sublime avait la langue bien pendue et ne s'en laissait pas conter.

    Et certainement pas par tous ces hommes concupiscents qui la guettaient et rêvaient de la soumettre à leur volonté. Ces nombreux hommes qui évoluent autour d'Ichrak, à commencer par le commissaire Daoudi, qui mène l'enquête. Lui-même est tombé sous le charme de la belle, mais n'a jamais réussi à la faire plier. Il y a bien sûr Sese le migrant, mais aussi Nordine le voyou, Farida la femme d'affaires avertie et son mari le très ambigu Cherkaoui, qui entretient une bien étrange relation avec Ichrak.
    Dans ce quartier misérable, les migrants arrivent du Congo, du Cameroun, du Sénégal. Ils n'ont pas trouvé d'issue à leur course vers l'Europe et ont posé ici leurs maigres bagages. Ils squattent des immeubles miteux lorgnés par les promoteurs. Ces derniers rêvent de transformer les quartiers pauvres de Casablanca pour les proposer aux plus riches, centres commerciaux, palaces, immeubles de luxe remplaceraient opportunément ces ruines, pourvu que l'on puisse en chasser les habitants. Et l'auteur nous décrit, avec une gouaille et un sens du dialogue qui nous embarquent dans une sordide réalité, les malversations, magouilles et affaires qui se trament ici sous le manteau.

    Chronique complète sur le blog https://domiclire.wordpress.com/2018/10/03/la-belle-de-casa-in-koli-jean-bofane/

  • Couverture du livre « La belle de Casa » de In Koli Jean Bofane aux éditions Actes Sud

    dominique petrone sur La belle de Casa de In Koli Jean Bofane

    Avis de la page 100 :

    La belle Ichrak est retrouvée assassinée dans une rue de Casablanca, mais pour l'heure le meurtrier n'est pas arrêté , beaucoup de suspects apparaissent car cette jeune fille était très remarqué par les hommes.
    Elle avait un ami, un certain Sese qu'elle ne craignait pas...
    Voir plus

    Avis de la page 100 :

    La belle Ichrak est retrouvée assassinée dans une rue de Casablanca, mais pour l'heure le meurtrier n'est pas arrêté , beaucoup de suspects apparaissent car cette jeune fille était très remarqué par les hommes.
    Elle avait un ami, un certain Sese qu'elle ne craignait pas car il la respectait alors la suite de l'histoire se profile en une enquête qui je l'espère saura me combler.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !