Hubert Haddad

Hubert Haddad
Auteur d'une œuvre considérable, Hubert Haddad nous implique magnifiquement dans son engagement d'intellectuel et d'artiste, avec des titres comme Palestine (Prix Renaudot Poche, Prix des cinq continents de la Francophonie), les deux volumes foisonnants du Nouveau Magasin d'écriture ou le très re... Voir plus
Auteur d'une œuvre considérable, Hubert Haddad nous implique magnifiquement dans son engagement d'intellectuel et d'artiste, avec des titres comme Palestine (Prix Renaudot Poche, Prix des cinq continents de la Francophonie), les deux volumes foisonnants du Nouveau Magasin d'écriture ou le très remarqué Peintre d'éventail (Prix Louis Guilloux, Grand Prix SGDL de littérature pour l'ensemble de l'œuvre).

Articles (1)

Avis (70)

  • add_box
    Couverture du livre « Le peintre d'éventail » de Hubert Haddad aux éditions Gallimard

    Michèle FINANCE sur Le peintre d'éventail de Hubert Haddad

    Trop lisse, trop bien écrit, trop propre, trop esthétique, presque artificiel ... trop Japon de vitrine !

    Trop lisse, trop bien écrit, trop propre, trop esthétique, presque artificiel ... trop Japon de vitrine !

  • add_box
    Couverture du livre « Le peintre d'éventail » de Hubert Haddad aux éditions Gallimard

    Anne Dimier-Vallet sur Le peintre d'éventail de Hubert Haddad

    C'est très bien écrit... mais presque trop bien. A la Japonaise. Et je ne sais pas si l'imitation est ce que que l'on attend d'un auteur -mais je précise que c'est le premier livre d'Hubert Haddad que je lis, je ne connais donc pas son écriture.
    La première partie m'a donc un peu agacée, mais...
    Voir plus

    C'est très bien écrit... mais presque trop bien. A la Japonaise. Et je ne sais pas si l'imitation est ce que que l'on attend d'un auteur -mais je précise que c'est le premier livre d'Hubert Haddad que je lis, je ne connais donc pas son écriture.
    La première partie m'a donc un peu agacée, mais j'ai trouvé toute la fin absolument sublime.

  • add_box
    Couverture du livre « Le peintre d'éventail » de Hubert Haddad aux éditions Gallimard

    Sandrine Fernandez sur Le peintre d'éventail de Hubert Haddad

    C'est à Atôra, dans une petite pension perdue entre l'océan et la montagne que Matabei Reien a choisi de se retirer, loin de la trépidante Kobé. Au sein d'une petite communauté d'exilés de la vie, couvée par Dame Hison, la propriétaire des lieux, ancienne courtisane aux formes épanouies, Matabei...
    Voir plus

    C'est à Atôra, dans une petite pension perdue entre l'océan et la montagne que Matabei Reien a choisi de se retirer, loin de la trépidante Kobé. Au sein d'une petite communauté d'exilés de la vie, couvée par Dame Hison, la propriétaire des lieux, ancienne courtisane aux formes épanouies, Matabei retrouve sa sérénité perdue. Mais c'est surtout dans la compagnie du vieux jardinier qu'il trouve un but à sa vie. Osaki Tanaka devient son maître et l'initie au jardinage et à la peinture d'éventails. A la mort de son mentor, il continue le minutieux travail de préservation de la beauté des lieux et à son tour enseigne son art à un disciple, le jeune Xu Hi-han. Entre la transmission de son savoir, ses promenades dans la montagne et ses incursions dans le lit de Dame Hison, Matabei est un homme apaisé et serein. Cependant, comme jamais rien ne dure, ce bel équilibre sera rompu, d'abord par la beauté ensorcelante d'une nouvelle pensionnaire, puis par la nature elle-même, qui se révolte et reprend ses droits sur les hommes qui ont cru la dompter.

    Le Japon tel qu'on le rêve dans un roman d'initiation et de transmission qui laisse la part belle à la beauté et à la poésie. Hubert HADDAD nous entraîne dans un univers esthétique et intemporel, dans le calme zen d'un jardin pensé pour sublimer la nature au fil des saisons. Mais la douceur des lieux et la délicatesse des touches de peinture cèdent la place à la violence des sentiments et à celle de la nature déchaînée, prouvant que rien n'est immuable et que le monde finit toujours par rattrapé celui qui veut le fuir.
    Un petit bijou à savourer sans se presser. Sublime Japon, sublime roman!

  • add_box
    Couverture du livre « Le peintre d'éventail » de Hubert Haddad aux éditions Gallimard

    Annie Sohet sur Le peintre d'éventail de Hubert Haddad

    Très bon ressenti pour ce roman que j'ai lu d'une traite. Le style, poétique, est agréable et invite à la pause et à la rêverie. Le français est très bon et le vocabulaire recherché, cela est assez rare pour être souligné.
    Le roman se passe au Japon et n'est pas situé dans le temps. La nature...
    Voir plus

    Très bon ressenti pour ce roman que j'ai lu d'une traite. Le style, poétique, est agréable et invite à la pause et à la rêverie. Le français est très bon et le vocabulaire recherché, cela est assez rare pour être souligné.
    Le roman se passe au Japon et n'est pas situé dans le temps. La nature propulsée au premier plan par l'écriture, est omniprésente et est décrite dans sa beauté mais aussi dans sa fureur. L'exotisme du Japon et la poésie des haïkus permettent une évasion, on se croirait par moment dans une estampe. On est dans une autre dimension en lisant ce livre, les sens sont convoqués dans chaque description.
    Vraiment, un très bon roman.