Hubert Haddad

Hubert Haddad
Auteur d'une œuvre considérable, Hubert Haddad nous implique magnifiquement dans son engagement d'intellectuel et d'artiste, avec des titres comme Palestine (Prix Renaudot Poche, Prix des cinq continents de la Francophonie), les deux volumes foisonnants du Nouveau Magasin d'écriture ou le très re... Voir plus
Auteur d'une œuvre considérable, Hubert Haddad nous implique magnifiquement dans son engagement d'intellectuel et d'artiste, avec des titres comme Palestine (Prix Renaudot Poche, Prix des cinq continents de la Francophonie), les deux volumes foisonnants du Nouveau Magasin d'écriture ou le très remarqué Peintre d'éventail (Prix Louis Guilloux, Grand Prix SGDL de littérature pour l'ensemble de l'œuvre).

Articles (1)

Avis (72)

  • add_box
    Couverture du livre « Premières neiges sur Pondichéry » de Hubert Haddad aux éditions Zulma

    Aymelle sur Premières neiges sur Pondichéry de Hubert Haddad

    Hochéa Meintzel, violoniste israélien et juif à la renommée internationale, décide d'accepter l'invitation qui lui a été faite de participer à un festival de musique en Inde du Sud. Toujours meurtri à la suite d'un attentat, dont il est sorti physiquement indemne, survenu quelques années plus...
    Voir plus

    Hochéa Meintzel, violoniste israélien et juif à la renommée internationale, décide d'accepter l'invitation qui lui a été faite de participer à un festival de musique en Inde du Sud. Toujours meurtri à la suite d'un attentat, dont il est sorti physiquement indemne, survenu quelques années plus tôt à Jérusalem, il décide de quitter cette ville et son pays natal.
    Son voyage est avant tout un départ, et le début d'une quête initiatique au coeur de la spiritualité et des légendes indiennes dans lesquelles le lecteur est invité à embarquer, au côté de Hochéa Meintzel, et à se laisser (em)porter.
    C'est un livre assez déroutant au début, une seconde lecture m'a aidée, car la construction n'est pas linéaire, mais écrit dans une langue littéraire splendide ! Quel plaisir de lire ces mots et de se laisser toucher par cette sensibilité et cette finesse qui transparaissent au travers de toutes ces images, odeurs et sons ! On sent que l'auteur est un érudit, qu'il aime la poésie et les mots, et s'amuse à les façonner à sa guise, à jouer délicatement avec eux pour suggérer des émotions chez le lecteur.
    Le livre est dense, poétique, émouvant et riche en références culturelles, linguistiques et musicales. Il pourra décontenancer un lecteur non habitué à ce style et cette écriture.

    Merci à lecteurs.com de m'avoir offert ce beau moment de lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Premières neiges sur Pondichéry » de Hubert Haddad aux éditions Zulma

    Régine Roger sur Premières neiges sur Pondichéry de Hubert Haddad

    L’Inde du Sud, terre d’accueil ancestrale de la diaspora juive, semble être le dernier voyage pour Hochéa Meintzel, violoniste de renommée internationale.
    Victime il y a quelques années d’un attentat à Jérusalem, il reste meurtri par les souvenirs qui engouffrent ses nuits dans un labyrinthe...
    Voir plus

    L’Inde du Sud, terre d’accueil ancestrale de la diaspora juive, semble être le dernier voyage pour Hochéa Meintzel, violoniste de renommée internationale.
    Victime il y a quelques années d’un attentat à Jérusalem, il reste meurtri par les souvenirs qui engouffrent ses nuits dans un labyrinthe souterrain dont il se réveille épuisé.
    Seul le lever du jour dissipe ses fantômes en le faisant renaître au monde extérieur de ce pays qu’il traverse : le bruit des klaxons, les cris de la foule bruyante sur les marchés de Pondichéry, le tapage luxuriant de la forêt tropicale, la furie de la tempête sur la ville côtière de Fort Cochin ou simplement le vrombissement des pales d’un ventilateur  d’une chambre d’hôtel.
    Toute cette vague de sensations que le vieil homme reçoit forme la musicalité et le rythme de ce beau texte dédié à la musique et à son pouvoir de consolation «  les mélodies sont des âmes qui n’ont pas de corps ».
    Au contrepoint des bruits et des sons s’harmonisent en une partition musicale les autres sens comme le parfum entêtant des fleurs, la senteur des épices ou les couleurs chatoyantes des saris que l’auteur magnifie par la beauté de ses mots.
    Ce livre contient aussi des passages érudits sur les croyances, les religions, le cosmos et en général les idées intellectuelles de Hubert Haddad qui permettent aussi de mieux comprendre le conflit intérieur de Hochéa.
    Dans cet environnement cosmopolite où le mélange des langues forme une musique insolite et aidé par Mutuswami, interprète et musicienne, le virtuose apprend la paix intérieure.

    « Plus que tout art, la musique a soif d’images, elle donne un rythme aux jeux d’ombre, laisse se confier les créatures, raccorde aux cycles naturels leurs trajectoires confuses et restitue l’âme des choses ; tout deviens danse à travers elle » ;

    Je remercie lecteurs.com de m’avoir fait passer un très beau moment de lecture en m’offrant ce livre qui est un coup de coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Premières neiges sur Pondichéry » de Hubert Haddad aux éditions Zulma

    Michèle HENRY sur Premières neiges sur Pondichéry de Hubert Haddad

    Hochéa Meintzel, israélien et juif, célèbre violoniste, décide de quitter Jérusalem et son pays natal après avoir vécu un attentat dont il sortira indemne. Invité pour participer à un festival de musique à Chennai Il part en Inde du Sud.
    Tout au long de ses pérégrinations qui le conduiront de...
    Voir plus

    Hochéa Meintzel, israélien et juif, célèbre violoniste, décide de quitter Jérusalem et son pays natal après avoir vécu un attentat dont il sortira indemne. Invité pour participer à un festival de musique à Chennai Il part en Inde du Sud.
    Tout au long de ses pérégrinations qui le conduiront de Pondichéry à Cranganore, la Jérusalem de l’est, en passant par les Ghâts occidentaux, Hochéa se laisse porter dans sa quête spirituelle et initiatique et emporte avec lui le lecteur.
    Ce livre, animé par les sons, les odeurs et les images est d’une extrême sensibilité et délicatesse. Les descriptions d’évènements même violents sont adoucies par la subtilité des mots choisis, comme peut l’attester le passage ci-dessous :
    « Ils vaquent au soucieux bonheur d’exister, pour soi ou pour un proche, chacun ajoutant son pas tranquille au grand ballet déambulatoire. Puis tout se brouille soudainement dans un souffle. Les danseurs ploient et chutent au ralenti, d’autres restés debout saignent du nez et des oreilles. La déflagration n’assourdit que les rescapés. Des limbes tournoient chargés de fragments de verre et de chair humaine. Un instant, tout se fige dans une volute étrangement déliée, pareille aux ailes renversées d’une colombe en plein vol. Le couperet du silence effraie plus que cette pluie de sang…. ».
    Quelquefois, le lecteur peut se perdre dans certaines références théologiques mais l’intensité de l’attente d’une réconciliation du personnage avec la foi nous garde dans cette traversée « musicale » et mystique.
    Un livre dense, profond, émouvant et d’une qualité littéraire hors du commun.

  • add_box
    Couverture du livre « Le peintre d'éventail » de Hubert Haddad aux éditions Gallimard

    Apitre sur Le peintre d'éventail de Hubert Haddad

    Une écriture poétique et fine, un peu à la manière de François Cheng. L'auteur peint littéralement les paysages et les personnages, d'une formidable beauté. Un beau roman d'apprentissage...

    Une écriture poétique et fine, un peu à la manière de François Cheng. L'auteur peint littéralement les paysages et les personnages, d'une formidable beauté. Un beau roman d'apprentissage...

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !