Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hubert Ben Kemoun

Hubert Ben Kemoun
Né à Sidi Bel Abbès, en Algérie, en 1958, Hubert Ben Kemoun vit près de Nantes et enseigne le français dans un lycée, après avoir été scénariste et dialoguiste pour Radio France. Auteur d'ouvrage pour la jeunesse depuis le début des années 1990, il a débuté avec le roman Marathon sur l'estuaire. ... Voir plus
Né à Sidi Bel Abbès, en Algérie, en 1958, Hubert Ben Kemoun vit près de Nantes et enseigne le français dans un lycée, après avoir été scénariste et dialoguiste pour Radio France. Auteur d'ouvrage pour la jeunesse depuis le début des années 1990, il a débuté avec le roman Marathon sur l'estuaire. Il a ensuite publié ses livres chez Nathan, Bayard, ou encore aux éditions Thierry Magnier. Pour Casterman, il a écrit Le coupable habite en face, Pas si bêtes ! - Les jongleurs de lettres, ou L'Araignée gipsy. Chez Flammarion, on lui connaît les romans Blues en noir, La Fille seule dans le vestiaire de garçons mais également des histoires du Père Castor, comme Les Bouteilles à la mer et Arlequin ou les oreilles de Venise.

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « L'école de la rue qui monte t.2 ; ce week-end, c'est lapin ! » de Hubert Ben Kemoun et Sess aux éditions Pere Castor

    Florel sur L'école de la rue qui monte t.2 ; ce week-end, c'est lapin ! de Hubert Ben Kemoun - Sess

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2020/10/19/38598465.html


    L’école de la rue qui monte est une courte aventure qui nous raconte l’histoire de Colin qui doit garder le lapin de la classe pendant le week-end. Ce dernier doit en outre, raconter dans un album ce qu’il a fait...
    Voir plus

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2020/10/19/38598465.html


    L’école de la rue qui monte est une courte aventure qui nous raconte l’histoire de Colin qui doit garder le lapin de la classe pendant le week-end. Ce dernier doit en outre, raconter dans un album ce qu’il a fait avec.
    Forcément comme tout enfant, il veut faire mieux que les autres élèves de la classe, sauf que n’ayant pas trop d’idée – ni trop de moyen – notre petit Colin stresse un peu. Jusqu’à ce que…

    Soyons honnêtes, ce livre ne deviendra pas un classique de la littérature jeunesse. Nous sommes en effet loin des Contes de la rue Broca. Pour autant, il est fort possible que les enfants apprécient beaucoup ce petit livre dessiné et simple à lire. D’une part parce que le petit héros du livre, est à l’image des enfants d’aujourd’hui qui peuvent être inquiets de mal faire ou encore inquiets face à la concurrence car ils ne sont pas la star de l’école et connaissent leurs limites. Et d’autre part, parce que Colin est un personnage banal qui fonctionne comme les enfants et se fait quelques réflexions typiques du jeune âge, comme par exemple sur le nom de l’école. Montrant de fait qu’il fonctionne comme beaucoup d’enfants réels, et ne cache par conséquent rien d’extraordinaire.
    Bref ! Cette petite histoire raconte un petit bout d’enfant bien actuel, et il est fort à parier que beaucoup d’enfants se retrouveront dedans si jamais ils ont se réflexe de s’identifier au personnage qui n’est pas la star de l’école. (A défaut de pouvoir rêver avec des sorcières et autres pouvoirs magiques, ils pourront toujours s’apaiser grâce à Colin.)

    En conclusion c’est un petit livre parfait pour les jeunes enfants dans l’apprentissage de la lecture. Ces pages mélangent à parts égales dessin et texte, et convient bien pour la tranche d’âge qu’il vise : les 6-8 ans. J’essayerai de m’en souvenir si jamais j’enseigne un jour aux petites classes.

  • add_box
    Couverture du livre « Dans ma bulle » de Hubert Ben Kemoun aux éditions Gulf Stream

    Mimosa sur Dans ma bulle de Hubert Ben Kemoun

    j' aime bien cet auteur jeunesse...mais ai trouvé ce roman sur l'obsession amoureuse donc aveugle trop "gentillet",voire gnan-gnan:les ados méritent mieux que ce roman à gros traits avec des personnages caricaturaux.C'est une lecture sympathique cependant;peut-être est-ce moi qui vieillit mal?

    j' aime bien cet auteur jeunesse...mais ai trouvé ce roman sur l'obsession amoureuse donc aveugle trop "gentillet",voire gnan-gnan:les ados méritent mieux que ce roman à gros traits avec des personnages caricaturaux.C'est une lecture sympathique cependant;peut-être est-ce moi qui vieillit mal?

  • add_box
    Couverture du livre « Joyeuses Pâques et bon Noël ! » de Hubert Ben Kemoun aux éditions Thierry Magnier

    Cigale Tenor sur Joyeuses Pâques et bon Noël ! de Hubert Ben Kemoun

    Quand Barnabé arrive chez sa grand-mère qu'il n'a pas vue depuis 5 ans, il est désespéré. La maison est moche, le jardin minuscule, la mer à 100 kilomètres, le village désert et sans supermarché, et pour couronner le tout, les portables ne passent pas ! Heureusement, il a son billet de retour...
    Voir plus

    Quand Barnabé arrive chez sa grand-mère qu'il n'a pas vue depuis 5 ans, il est désespéré. La maison est moche, le jardin minuscule, la mer à 100 kilomètres, le village désert et sans supermarché, et pour couronner le tout, les portables ne passent pas ! Heureusement, il a son billet de retour dans sa poche, et tant pis pour ce que sa mère dira ; elle n'avait qu'à pas l'obliger à venir passer quatre jours au bout du monde, chez une vieille dame qu'il connaît à peine. Et puis, entre nous, est-ce que cette grand-mère ne perd pas un peu la tête ? Elle mélange tout : l'Épiphanie, la Chandeleur, Pâques, Noël, les anniversaires… Mais la vieille dame est tout à fait consciente des craintes de son petit-fils et elle trouve la plus jolie des manières pour qu'il ne voie pas le temps passer.

    Dans ce roman de 41 pages destiné aux 7-10 ans, Barnabé nous raconte à la première personne les quatre jours d'enfer qu'il passe chez sa grand-mère. On découvrira dans la lettre que Myriam adresse à Barnabé toutes les explications de ses bizarreries. On comprend bien, quand Barnabé fait lire la lettre à sa mère, que le livre s'adresse aussi aux parents…

  • add_box
    Couverture du livre « Menteur, quel menteur ! » de Hubert Ben Kemoun et Cecile Becq aux éditions Nathan

    Mes écrits d'un jour sur Menteur, quel menteur ! de Hubert Ben Kemoun - Cecile Becq

    La maîtresse d’Alvin aime convier les papas en classe afin que chacun puisse présenter son métier aux élèves. Aujourd’hui, c’est au tour d’Alvin. Il a honte. À ses yeux, son père n’est ni un super-pompier ni un brillant-avocat. Non, il est jardinier. Alors pour donner un peu de magie à...
    Voir plus

    La maîtresse d’Alvin aime convier les papas en classe afin que chacun puisse présenter son métier aux élèves. Aujourd’hui, c’est au tour d’Alvin. Il a honte. À ses yeux, son père n’est ni un super-pompier ni un brillant-avocat. Non, il est jardinier. Alors pour donner un peu de magie à l’évènement, Alvin raconte un petit mensonge qui hélas en engendre bien d’autres. Le voilà pris dans une spirale infernale !

    Un petit roman simple et efficace abordant le mensonge chez l’enfant avec son lot de conséquences. Alvin a peur du regard de ses copains, du jugement et il a raison. N’avons-nous pas été ce gosse en mal-être, ne serait-ce qu’une heure au milieu de la cour de récré et peu importe le pourquoi du comment ? Alvin s’invente une vie, rêve pour finalement se protéger. Fort heureusement son père joue un rôle très important. Le ramenant à la réalité des choses. Alvin finit par trouver sa place au sein de relations si complexes durant la scolarité. Menteur, quel menteur ! est cette petite morale indispensable qui sonne vraie pour un enfant.

    http://www.mesecritsdunjour.com/archives/2019/08/18/37573552.html