Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Herve Le Tellier

Herve Le Tellier

Hervé Le Tellier, membre de l’Oulipo depuis 1992, écrivain et linguiste est l’un des « Papous » de France Culture. Chroniqueur quotidien au Monde.fr, auteur de récits, nouvelles et romans, il a notamment publié Le Voleur de nostalgie ; Joconde sur votre indulgence ; Quelques mousquetaires ; Inuks...

Voir plus

Hervé Le Tellier, membre de l’Oulipo depuis 1992, écrivain et linguiste est l’un des « Papous » de France Culture. Chroniqueur quotidien au Monde.fr, auteur de récits, nouvelles et romans, il a notamment publié Le Voleur de nostalgie ; Joconde sur votre indulgence ; Quelques mousquetaires ; Inukshuk, l’homme debout, Sonates de bar, Esthétique de l’Oulipo et Les Opossums célèbres (Le Castor Astral), ainsi que Guerre et plaies (Eden), Cités de mémoire (Berg International), La Chapelle Sextine (Estuaire) et Je m’attache très facilement (Mille et une nuits).

Son roman"Toutes les familles heureuses" parait chez Lattès en 2017.

Avis sur cet auteur (89)

  • add_box
    Couverture du livre « Toutes les familles heureuses » de Herve Le Tellier aux éditions Lattes

    Réjane MARTEAU sur Toutes les familles heureuses de Herve Le Tellier

    Hervé le Tellier dresse dans ce roman autobiographique un portrait familial sans concessions, il observe, juge, évalue. J'ai parfois été un peu déroutée par la multitude de personnages, malgré un arbre généalogique détaillé en début de roman. Humour, dérision, lucidité, "Toutes les familles...
    Voir plus

    Hervé le Tellier dresse dans ce roman autobiographique un portrait familial sans concessions, il observe, juge, évalue. J'ai parfois été un peu déroutée par la multitude de personnages, malgré un arbre généalogique détaillé en début de roman. Humour, dérision, lucidité, "Toutes les familles heureuses" joue sur l'ambiguïté de relations compliquées, où l'amour semble inexistant, alors, peut-on parler de "famille heureuse" ? et n'est-ce pas de l'auto-flagellation de se considérer comme un monstre alors qu'il s'agit simplement de lucidité. Difficiles relations familiales, comme il en existe hélas dans de nombreuses familles, ce roman se lit d'une traite, l'écriture est fluide, mais il ne fera pas partie de mes coups de coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Moi et François Mitterrand » de Herve Le Tellier aux éditions Lattes

    Christine GAZO sur Moi et François Mitterrand de Herve Le Tellier

    Inclassable, dispensable mais drôlissime !!! A découvrir !

    Inclassable, dispensable mais drôlissime !!! A découvrir !

  • add_box
    Couverture du livre « Toutes les familles heureuses » de Herve Le Tellier aux éditions Lattes

    Fab. sur Toutes les familles heureuses de Herve Le Tellier

    Mon avis d'#Explolectrice :

    Hervé Le Tellier déclare n'avoir pas été un enfant malheureux, ni privé, ni battu, ni abusé. Mais très jeune, il a compris que quelque chose n'allait pas, très tôt il a voulu partir, et d'ailleurs très tôt il est parti. Son père, son beau-père sont morts, sa mère...
    Voir plus

    Mon avis d'#Explolectrice :

    Hervé Le Tellier déclare n'avoir pas été un enfant malheureux, ni privé, ni battu, ni abusé. Mais très jeune, il a compris que quelque chose n'allait pas, très tôt il a voulu partir, et d'ailleurs très tôt il est parti. Son père, son beau-père sont morts, sa mère est folle. Par conséquent, ils ne liront jamais Toutes les familles heureuses, ce livre qui évoque cette bien étrange famille.

    L'auteur tire d'abord le portrait de ses proches. Celui du beau-père, du grand-père, de la mère qu'il nomme par son prénom, de sa tante puis du père, Genitor. S'ensuit l'évocation des principales étapes de sa vie qu'il illustre de situations concrètes aussi farfelues que croustillantes. Les pages de Toutes les familles heureuses se tournent et pas l'ombre d'une once d'amour. De la jalousie, de la folie, ça oui, il y en a, mais de l'amour, pas vraiment. Dans sa famille, l'amour ne va pas de soi.

    Toutes les familles heureuses est un roman autobiographique. Parce qu'il ne sera jamais lu des siens, Hervé Le Tellier s'est autorisé à raconter sa famille sans colère et la décrire sans se plaindre. Il affirme même vouloir en faire rire, sans regrets.
    Dès la première phrase, la première page, sa plume acérée et son style narratif nous transporte au cœur de cette cellule familiale si singulière. Il égrène son arbre généalogique, évoque sans aucune complaisance un à un les siens. Le ton est tantôt caustique, tantôt pudique comme pour y mettre de la distance et jeter pudiquement un voile sur ses sentiments. Hervé Le Tellier n'est jamais larmoyant, il est factuel, même lorsqu'il illustre les différentes étapes de sa vie. Pourtant, certaines situations sont psychologiquement insupportables et particulièrement violentes.

    Toutes les familles heureuses n'est pas sans rappeler le fabuleux Profession du père de Sorj Chalandon. Ces deux romans évoquent la folie d'un parent que l'enfant subit sans s'en rendre vraiment compte. Pareillement, les deux auteurs se sont autorisés à l'évoquer, à l'écrire qu'une fois la certitude acquise que leurs parents ne pourront jamais voir leur folie défiler entre les pages.
    J'avais aimé le roman de Sorj Chalandon, j'aime tout autant celui d'Hervé Le Tellier.
    Un vrai coup de cœur doublé de la découverte d’un auteur.
    Un conseil, lisez-le !



    Mon avis à la page 105 :

    Dès la première phrase, la première page, l'écriture d'Hervé Le Teillier interpelle, je sens que je vais aimer son style, son ton caustique mêlé à la pudeur de ses sentiments.
    Immédiatement je suis propulsée au côté de ce petit garçon d'une douzaine d'années qui prend conscience que quelque chose ne tourne pas rond dans sa famille. Lui qui croyait en avoir normale, il constate qu'il n'en est rien. Il ne ressent pas d'amour pour ses parents alors Il croit qu'il est un monstre.
    Débute alors le bal des portraits de famille. Le beau-père, le grand-père, la mère qu'il nomme par son prénom, la tante, cette pute, le Genitor, tous défilent et ce n'est pas franchement reluisant.

    Cent pages et pas l'ombre d'une trace d'amour, de la folie, de la jalousie oui il y en a, mais de l'amour, pas vraiment... C'est caustique à souhait et j'avoue que j'adore ça !

    Ah la famille, quelle plaie quand même !

  • add_box
    Couverture du livre « Toutes les familles heureuses » de Herve Le Tellier aux éditions Lattes

    Frédérique CAMPS sur Toutes les familles heureuses de Herve Le Tellier

    Page 100 de "toutes les familles heureuses" d'Hervé Le Tellier
    Très tôt Hervé se rend compte qu'il est un monstre, deux exemples en quelques pages et me voilà embarquée à la découverte de sa famille. C'est drôle, légèrement caustique mais très très agréable à lire !

    Commentaire final...
    Voir plus

    Page 100 de "toutes les familles heureuses" d'Hervé Le Tellier
    Très tôt Hervé se rend compte qu'il est un monstre, deux exemples en quelques pages et me voilà embarquée à la découverte de sa famille. C'est drôle, légèrement caustique mais très très agréable à lire !

    Commentaire final :

    J‌e ne connaissais pas ni n'avais lu Hervé Le Tellier et "Toutes les familles heureuses" a été une jolie découverte pour moi.
    De son enfance à aujourd'hui, l'auteur nous raconte sa famille et l'absence d'amour qui a marqué ses relations avec sa mère et son beau-père en particulier.
    Ayant la chance d'avoir grandi et de vieillir auprès de parents aimants et bienveillants, d'avoir toujours des relations simples et aimantes avec mes oncles, tantes et toute la famille, j'ai été attristée pour lui du manque d'amour flagrant qu'il a subi.
    Toutefois il ne s’apitoie pas, il est drôle, caustique et dépeint des scènes très drôles.
    Le dernier chapitre est particulièrement émouvant. Même s'il n'a jamais rêvé d'une autre famille, adulte et papa, l'auteur nous avoue avoir plein d'amour à donner, être d'une sensibilité particulière. Je l'ai trouvé très attachant, émouvant même ! C'est une belle découverte pour moi,