Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Herman Koch

Herman Koch
Herman Koch est né en 1953. Très connu en Hollande pour ses émissions de télé satiristes et pour ses chroniques dans des journaux réputés, il est également un auteur renommé avec ses romans, tous marqués d'une ironie grinçante. La consécration lui vient avec Le Dîner, élu livre de l'année aux Pay... Voir plus
Herman Koch est né en 1953. Très connu en Hollande pour ses émissions de télé satiristes et pour ses chroniques dans des journaux réputés, il est également un auteur renommé avec ses romans, tous marqués d'une ironie grinçante. La consécration lui vient avec Le Dîner, élu livre de l'année aux Pays-Bas où il connut un succès phénoménal et qui fut traduit par les maisons les plus prestigieuses dans une vingtaine de langues. Villa avec piscine est son deuxième roman.

Avis sur cet auteur (40)

  • add_box
    Couverture du livre « Le fossé » de Herman Koch aux éditions Belfond

    LALIE.01 sur Le fossé de Herman Koch

    Cette fois, je me suis tournée vers les Pays-Bas, pays d'origine de Herman Koch avec son livre « Le fossé » (« De Greppel « ) publié aux éditions BELFOND.
    Son roman « Le Dîner » (« Het diner ») a remporté le prix du public, s'est largement vendu et a été le sujet d'un film.

    On a surnommé...
    Voir plus

    Cette fois, je me suis tournée vers les Pays-Bas, pays d'origine de Herman Koch avec son livre « Le fossé » (« De Greppel « ) publié aux éditions BELFOND.
    Son roman « Le Dîner » (« Het diner ») a remporté le prix du public, s'est largement vendu et a été le sujet d'un film.

    On a surnommé Herman Koch : « L'artilleur du conformisme. »

    Dans « Le fossé », le narrateur est le Maire d'Amsterdam, Robert Walter. Il commence par nous parler de son épouse qu'il préfère nommer Sylvia : « Ce n'est pas son prénom – son vrai prénom ne ferait que détourner l'attention. (…) Contentons-nous de dire que, dans tous les cas, il ne s'agit pas d'un prénom néerlandais. »
    Ils ont une fille, Diana, et forment un couple heureux jusqu'à ce que … au cours d'une soirée où Sylvia l'a accompagné (ce qu'elle ne fait pas toujours), Robert l'observe en train de rire aux éclats avec Maarten van Hoogstratten, son adjoint qu'il juge insignifiant. Alors, comment se fait-il qu'il soit si près de Sylvia et que lui dit-il de si drôle pour avoir attiré son attention ?

    A partir de là, Robert va se poser moult questions - démontrer une grande jalousie – observer son épouse pour voir si son comportement a changé – il fait preuve d'un certain cynisme – Robert est carrément torturé par ses doutes – on lit des souvenirs du passé ….

    On peut dire que ce roman est très psychologique avec l'étude des caractères – c'est plus que détaillé (ce qui donne lieu à certaines longueurs) – et cet ouvrage comporte essentiellement des émotions ainsi que des sentiments. Mais l'écriture reste fluide et « Le fossé » se lit très vite car il est bien écrit par Herman Koch qui utilise tout de même un peu d'humour (ce qui est toujours appréciable) .
    « Le fossé » est un réel drame psychologique pour Robert : « Je craignais d'entacher le passé. Je pouvais peut-être à la rigueur supporter que la trahison remette en cause le présent. Je devais déjà vivre avec cette idée. Mais pas le passé, par pitié, pas le passé. »

    On trouve également des notifications sur des personnages importants tels que François Hollande, Barack Obama : « Tu dois me promettre de me laisser t'accompagner si Obama vient, avait-elle dit.
    - Pourquoi à cette occasion plutôt qu'une autre ? Avais-je demandé pour la forme car je connaissais déjà la réponse.
    - Parce qu'il est tout simplement agréable à regarder mon doux trésor. (…)
    - Comme Georges Clooney ? (…) même si je voyais mal Barack Obama tourner dans une pub pour Nespresso. »
    Il y a aussi les parents De Robert qui ont décidé de mettre fin à leurs jours sans donner de date précise car eux-mêmes ne le savent pas encore, ce qui ajoute un souci de plus à Robert. Mais que de problèmes !

    Le livre se termine de façon étonnante (pour ne rien dévoiler) mais les méninges de Robert en ont pris un sacré coup (et nous aussi).

  • add_box
    Couverture du livre « Le fossé » de Herman Koch aux éditions Belfond

    Carrie sur Le fossé de Herman Koch

    Si Herman Koch m'avait captivée avec son cynique et acerbe roman le dîner, force est de constater que ce ne fut pas exactement la même musique avec le fossé.
    On y retrouve certes une plume alerte et acérée mais on est loin du très politiquement incorrect de l'opus précité.

    L'idée de départ...
    Voir plus

    Si Herman Koch m'avait captivée avec son cynique et acerbe roman le dîner, force est de constater que ce ne fut pas exactement la même musique avec le fossé.
    On y retrouve certes une plume alerte et acérée mais on est loin du très politiquement incorrect de l'opus précité.

    L'idée de départ est très intéressante, un homme à qui tout semble réussir, tant au niveau professionnel - il est le maire d'Amsterdam quand même - qu'au niveau personnel, surprend sa femme à rire à gorge déployée avec son sinistre adjoint. Tiens, il ne savait pas que sa femme et son adjoint se connaissaient si bien car, à bien y regarder, il semble y avoir beaucoup de connivence entre eux. Et là un scénario implacable se met en place dans son esprit.
    Si on en était resté là et qu'Herman Koch s'était uniquement basé sur cet aspect, je crois que ça aurait pu faire un roman génial, surtout qu'il y avait matière à disserter des heures et des heures sur le sujet (et donc à écrire des pages et des pages). Mais il en a décidé autrement et bien d'autres thèmes sont finalement abordés, de manière bien plus succincte c'est certain, et souvent en forme d'anecdotes, mais cela a souvent dévié mon intérêt pour l'histoire. de plus, j'ai trouvé que le tout n'était pas suffisamment creusé, ce qui a créé, je m'en excuse, un fossé entre l'auteur et moi.
    J'ai finalement trouvé que le roman n'était pas abouti et je l'ai refermé en me disant qu'il y manquait de la fougue et aussi de la prise de risque.

    Reste que ce roman demeure un agréable divertissement et qu'il se lit vite et bien, la plume étant très vivante même si elle a perdu, selon moi, quelque peu de son mordant (ce que j'attendais précisément ici au vu de son livre le dîner).

  • add_box
    Couverture du livre « Le fossé » de Herman Koch aux éditions Belfond

    Bill sur Le fossé de Herman Koch

    Robert Walter, maire d'Amsterdam est un homme affable, bien dans sa vie, heureux de fréquenter les grands de ce monde, les présidents du monde entier qui viennent visiter sa ville.

    Il est heureux avec sa femme, Sylvia, rencontrée dans un pays du Sud (qu'il ne nommera pas) où il passait des...
    Voir plus

    Robert Walter, maire d'Amsterdam est un homme affable, bien dans sa vie, heureux de fréquenter les grands de ce monde, les présidents du monde entier qui viennent visiter sa ville.

    Il est heureux avec sa femme, Sylvia, rencontrée dans un pays du Sud (qu'il ne nommera pas) où il passait des vacances avec son meilleur ami, blond comme lui.

    ... Mais un jour, il devient persuadé que sa femme le trompe avec son adjoint. 

    Et Robert devient suspicieux, cherche à tout instant la confirmation de cette liaison et cela lui empoisonne la vie.

    Dans le même temps, il doit faire face au vieillissement de ses parents, qui veulent mettre fin à leur jour, à sa fille qui grandit, à son chat qui disparaît.

    Dans ce roman, Herman Koch nous convie à partager quelques mois de la vie de cet homme qui semble avoir tout pour lui, mais qui perd peu à peu le fil de sa vie.

    J'avais bien apprécié Le dîner,  Villa avec piscine m'avait amusée, je suis bien plus mitigée avec ce Fossé qui aurait mérité d'être plus ramassé et moins frileux.

  • add_box
    Couverture du livre « Cher Monsieur M. » de Herman Koch aux éditions Belfond

    Kryan sur Cher Monsieur M. de Herman Koch

    J'ai adoré les deux précédents romans de cet auteur.
    Ici, la première partie et la fin sont très bien pour moi, mais il y a trop de longueurs entre deux et ça gâche le rythme et l'histoire.
    Je mets quand même 4 car cet auteur sait mettre en scène des histoires bien ficelées et prenantes au...
    Voir plus

    J'ai adoré les deux précédents romans de cet auteur.
    Ici, la première partie et la fin sont très bien pour moi, mais il y a trop de longueurs entre deux et ça gâche le rythme et l'histoire.
    Je mets quand même 4 car cet auteur sait mettre en scène des histoires bien ficelées et prenantes au niveau psychologique.