Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Haruki Murakami

Haruki Murakami
Né à Kyoto en 1949, Haruki Murakami est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'est expatrié en Grèce, en Italie puis aux États-Unis. En 1995, après le tremblement de terre de Kobe et l'attentat du m... Voir plus
Né à Kyoto en 1949, Haruki Murakami est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'est expatrié en Grèce, en Italie puis aux États-Unis. En 1995, après le tremblement de terre de Kobe et l'attentat du métro de Tokyo, il a décidé de rentrer au Japon. Haruki Murakami a rencontré le succès dès la parution de son premier roman, Écoute le chant du vent (1979), qui lui a valu le prix Gunzo. Suivront notamment Chroniques de l'oiseau à ressort, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, Les Amants du Spoutnik, Kafka sur le rivage et Le Passage de la nuit. Il signe aujourd'hui une trilogie, 1Q84, dont les deux premiers tomes ont paru chez Belfond en 2011 et le dernier tome sortira en 2012. Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature, Haruki Murakami est aujourd'hui un auteur culte au Japon et son ½uvre est traduite dans plus de trente pays.

Articles en lien avec Haruki Murakami (1)

  • Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire
    Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire

    Le transport amoureux inspire depuis des siècles aux poètes et aux auteurs des histoires pétries d'interdits. Comme le chantait Aragon "Il n'y a pas d'amour heureux…", et la puissance de ces romans se mesure à l'aune de la douleur et de l'impossible qu'elles racontent. Morceaux de choix.

Avis sur cet auteur (248)

  • add_box
    Couverture du livre « La fin des temps » de Haruki Murakami aux éditions Points

    lise lise sur La fin des temps de Haruki Murakami

    Quand l’inattendu s’immisce dans le quotidien, quand l’improbable vient dérégler une routine bien huilée, vous pouvez être sûr que Murakami n’est pas bien loin. Cette fois, c’est la vie d’un informaticien qui vole en éclat, tout pendant qu’un autre narrateur renonce à son ombre pour s’installer...
    Voir plus

    Quand l’inattendu s’immisce dans le quotidien, quand l’improbable vient dérégler une routine bien huilée, vous pouvez être sûr que Murakami n’est pas bien loin. Cette fois, c’est la vie d’un informaticien qui vole en éclat, tout pendant qu’un autre narrateur renonce à son ombre pour s’installer dans la ville idéale. Deux récits pas vraiment disjoints l’un de l’autre, deux narrateurs, deux mondes entre lesquels les parallèles vont vite s’établir. Un univers conscient chaotique et un univers inconscient parfaitement organisé.
    Les habitués reconnaîtront dans ce roman les stratagèmes et les codes favoris de l’auteur : les références à la musique classique, au jazz et au rock, au cinéma de Truffaut et de Godard et à la littérature (russe, américaine, française). On croise également des références, plus ou moins explicites, aux contes faisant coexister, en marge d’un monde réaliste, le Pays des Merveilles ou le Pays Imaginaire.
    La Fin des Temps brille particulièrement par deux aspects : d’une part, l’intelligence avec laquelle elle fait coïncider les deux récits, mettant en permanence en miroir la dimension réaliste et la dimension symbolique, en altérant progressivement les repères, de sorte qu’on ne sait plus vraiment laquelle est quoi ; et, d’autre part, le suspense de la course-poursuite entraînant le narrateur dans des périls d’autant plus inquiétants que leurs contours ou leur identité restent flous.
    Le roman propose plusieurs questions auxquelles les réponses sont laissées en suspens : des questions d’éthique face aux progrès de la science, de parti pris, de bien et de mal, d’utopie, de contrôle de la société, de valeur des normes, de spiritualité. Elles sont posées comme autant de jalons permettant d’arriver à cette interrogation : ne contenons-nous pas en nous-mêmes le pire et le meilleur de ce que le monde peut nous offrir ?

  • add_box
    Couverture du livre « Après le tremblement de terre » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    Andrée Lapapivore sur Après le tremblement de terre de Haruki Murakami

    Voici six nouvelles, indépendantes les unes des autres, avec en toile de fond le tragique tremblement de terre qui a touché Kobe le 17 janvier 1995. Six nouvelles tout en délicatesse, où les non-dits sont nombreux, les failles bien présentes, et où un évènement anodin va tout remettre en...
    Voir plus

    Voici six nouvelles, indépendantes les unes des autres, avec en toile de fond le tragique tremblement de terre qui a touché Kobe le 17 janvier 1995. Six nouvelles tout en délicatesse, où les non-dits sont nombreux, les failles bien présentes, et où un évènement anodin va tout remettre en question. Car si le tremblement de terre n'a touché aucun des personnages du recueil directement, il sert de catalyseur à leurs doutes, à leurs questionnements. Amour, amitié, solitude, acceptation de soi, vie et mort... les thèmes abordés dans ces nouvelles sont nombreux et nous incitent à réfléchir au sens de la vie.
    Le style de l'auteur est très agréable à lire, le texte se déroule devant nos yeux avec fluidité et nous entraîne doucement à la découverte de tranches de vies et de personnages attachants ; et, comme souvent avec Haruki Murakami, il n'y a pas de dénouement clair à ces histoires, c'est au lecteur d'imaginer la fin qui lui plaît...
    J'ai trouvé que les nouvelles n'étaient pas de qualité égale : j'ai tout particulièrement aimé Paysage avec fer, Thaïlande et Crapaudin sauve Tokyo, par contre Un ovni a atteri à Kushino m'a laissée de marbre. Cependant les nouvelles sont variées, je pense que chaque lecteur peut y trouver son compte...

  • add_box
    Couverture du livre « L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélerinage » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    Andrée Lapapivore sur L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélerinage de Haruki Murakami

    L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage est le quatrième livre d'Haruki Murakami que je lis, et c'est celui qui m'a le plus touchée. Il contient tout ce que j'aime : du mystère, une touche de fantastique, des personnages attachants voir même attendrissants, un récit intelligent......
    Voir plus

    L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage est le quatrième livre d'Haruki Murakami que je lis, et c'est celui qui m'a le plus touchée. Il contient tout ce que j'aime : du mystère, une touche de fantastique, des personnages attachants voir même attendrissants, un récit intelligent... La lecture du roman est très agréable, le style de l'auteur est fluide et tout se déroule en délicatesse, avec même une certaine lenteur pour le début. C'est avec beaucoup de plaisir et d'empathie que j'ai suivi la quête de Tsukuru qui affronte un passé douloureux fait de rejet et de solitude, et qui découvre peu à peu qu'on ne peut vivre pleinement sans amour. La fin est ouverte, deux possibilités existent, chacun peut donc imaginer l'issue qu'il souhaite ; qu'importe le choix final, la quête de Tsukuru n'aura pas été vaine, que ce soit pour lui ou pour le lecteur...

  • add_box
    Couverture du livre « Les attaques de la boulangerie » de Haruki Murakami et Kat Menschik aux éditions 10/18

    Andrée Lapapivore sur Les attaques de la boulangerie de Haruki Murakami - Kat Menschik

    Dans le même style que Sommeil, publié en 2010, voici une édition "collector" regroupant deux nouvelles d'Haruki Murakami : L'attaque de la boulangerie et La seconde attaque de la boulangerie, le tout superbement illustré par la célèbre dessinatrice allemande Kat Menschik.
    Ayant bien aimé...
    Voir plus

    Dans le même style que Sommeil, publié en 2010, voici une édition "collector" regroupant deux nouvelles d'Haruki Murakami : L'attaque de la boulangerie et La seconde attaque de la boulangerie, le tout superbement illustré par la célèbre dessinatrice allemande Kat Menschik.
    Ayant bien aimé Sommeil, je me suis lancée dans la lecture de ce court recueil avec enthousiasme. Je n'ai malheureusement ressenti que très peu d'intérêt pour ces Attaques de la boulangerie. Les nouvelles sont bien écrites, pas de problème de ce coté là, le style de l'auteur est agréable à lire et il a même réussi à me faire ressentir une certaine faim avec ces histoires. Cela n'a cependant pas suffit à maintenir mon attention : j'ai trouvé les deux histoires trop répétitives et sans grande originalité, ce qui est un comble pour cet auteur. A mon avis, Haruki Murakami aurait dû aller plus loin avec le coté absurde et décalé de l'intrigue pour écrire le genre de nouvelles dont on se souvient longtemps...