Haruki Murakami

Haruki Murakami
Né à Kyoto en 1949, Haruki Murakami est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'est expatrié en Grèce, en Italie puis aux États-Unis. En 1995, après le tremblement de terre de Kobe et l'attentat du m... Voir plus
Né à Kyoto en 1949, Haruki Murakami est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'est expatrié en Grèce, en Italie puis aux États-Unis. En 1995, après le tremblement de terre de Kobe et l'attentat du métro de Tokyo, il a décidé de rentrer au Japon. Haruki Murakami a rencontré le succès dès la parution de son premier roman, Écoute le chant du vent (1979), qui lui a valu le prix Gunzo. Suivront notamment Chroniques de l'oiseau à ressort, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, Les Amants du Spoutnik, Kafka sur le rivage et Le Passage de la nuit. Il signe aujourd'hui une trilogie, 1Q84, dont les deux premiers tomes ont paru chez Belfond en 2011 et le dernier tome sortira en 2012. Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature, Haruki Murakami est aujourd'hui un auteur culte au Japon et son ½uvre est traduite dans plus de trente pays.

Articles en lien avec Haruki Murakami (1)

  • Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire
    Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire

    Le transport amoureux inspire depuis des siècles aux poètes et aux auteurs des histoires pétries d'interdits. Comme le chantait Aragon "Il n'y a pas d'amour heureux…", et la puissance de ces romans se mesure à l'aune de la douleur et de l'impossible qu'elles racontent. Morceaux de choix.

Avis sur cet auteur (242)

  • add_box
    Couverture du livre « L'éléphant s'évapore » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    lise lise sur L'éléphant s'évapore de Haruki Murakami

    L’éléphant s’évapore est le deuxième recueil de nouvelles de Haruki Murakami, que je relis après Saules aveugles, femme endormie. Je signale au passage que deux nouvelles de ce recueil existent en versions illustrées : La deuxième attaque de la boulangerie et Sommeil.
    J’ai beaucoup aimé...
    Voir plus

    L’éléphant s’évapore est le deuxième recueil de nouvelles de Haruki Murakami, que je relis après Saules aveugles, femme endormie. Je signale au passage que deux nouvelles de ce recueil existent en versions illustrées : La deuxième attaque de la boulangerie et Sommeil.
    J’ai beaucoup aimé L’éléphant s’évapore essentiellement parce qu’il navigue à mi-chemin entre les univers de Murakami, un univers réaliste, poétique et souvent initiatique et un univers onirique, doucement inquiétant et parfois presque psychanalytique. Entre le fait réel brut dépourvu (en apparence) de biais interprétatif et le rêve, il faut percevoir un continuum sur lequel on peut situer chacun des récits du recueil. De ce fait, certains personnages éveilleront notre empathie davantage que d’autres, certaines histoires feront écho à notre propre vécu quand d’autres resteront à des milliers d’années lumières de ce que nous aurions pu imaginer.
    Il n’y a qu’un seul mot d’ordre : Laisser faire, laisser aller. Les récits même les plus étranges demeurent terriblement zen par la capacité des protagonistes à contempler le monde, et même à y participer, sans le laisser déborder sur leur moi intérieur. Ils sont le plus souvent très routiniers, isolés, et c’est par l’inattendu que leur horizon s’élargit. L’étrangeté, même dangereuse, n’est jamais réellement inquiétante.
    Un espace ouvert à la contemplation, et une mention particulière (et toute personnelle) pour trois textes : Le communiqué d’un kangourou, Le nain qui danse et L’éléphant s’évapore.

  • add_box
    Couverture du livre « Autoportrait de l'auteur en coureur de fond » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    Philippe Taulet sur Autoportrait de l'auteur en coureur de fond de Haruki Murakami

    J'ai beaucoup aimé ce livre qui nous offre un point de vue singulier et intime sur l'approche du sport. L'auteur nous y raconte sa vie, ses débuts, son goût pour la course à pied. Il n'est pas à la recherche d'une performance mais plutôt d'un moyen de conserver la santé et la condition physique...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé ce livre qui nous offre un point de vue singulier et intime sur l'approche du sport. L'auteur nous y raconte sa vie, ses débuts, son goût pour la course à pied. Il n'est pas à la recherche d'une performance mais plutôt d'un moyen de conserver la santé et la condition physique lui permettant de poursuivre son métier d'écrivain. J'ai aimé ce parallèle entre la discipline qu'exige le sport et celle qui est indispensable pour parvenir à écrire. Son rythme de vie est adapté à cette discipline. Un très bel ouvrage qui m'a d'autant plus emballé que je pratique moi aussi ce sport et suis contraint de m'adapter aux exigences qu'implique la préparation d'un marathon (ou de plusieurs...)

  • add_box
    Couverture du livre « Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    lise lise sur Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil de Haruki Murakami

    Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil est un livre que j’ai lu deux fois. La première fois, c’était après avoir lu Kafka sur le rivage et la fin des temps. J’avais été déçue. J’étais fascinée par le brouillage des frontières entre univers réaliste et onirique dans lequel Murakami excelle,...
    Voir plus

    Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil est un livre que j’ai lu deux fois. La première fois, c’était après avoir lu Kafka sur le rivage et la fin des temps. J’avais été déçue. J’étais fascinée par le brouillage des frontières entre univers réaliste et onirique dans lequel Murakami excelle, que je n’ai pas retrouvé dans ce livre plus contemplatif et moins tarabiscoté que les autres. Ressenti superficiel et passablement influencé par ce que je pouvais attendre sous la plume de cet auteur. En seconde lecture, j’ai adoré ce livre très subtil, un récit de la découverte de soi par le révélateur que constitue l’interaction avec les autres.
    Quels sont les choix que l’on fait ? Pourquoi les fait-on ? Se connaît-on vraiment ?
    Hajime et Shimamoto ont douze ans. Ils s’aiment. Hajime et Shimamoto ont trente-sept ans. Ils se retrouvent. Quel genre de personne est devenu Hajime ? Comment ces retrouvailles affectent-elles son existence.
    Un livre comme celui-ci, un livre sur ce que c’est que de savoir ce à quoi on tient et ce dont on est capable, est, qu’on le veuille ou non, un livre sur le bonheur. J’en recommande la lecture aux fans de Murakami, aux adeptes de l’introspection, aux amoureux de la musique, à tous ceux qui souhaitent se laisser bercer un moment au ressac de l’existence.

  • add_box
    Couverture du livre « La ballade de l'impossible » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    Jacqueline Fayolle sur La ballade de l'impossible de Haruki Murakami

    Un roman initiatique à la japonaise : voilà ma première pensée, un peu caricaturale, je le concède. Il aurait sûrement fallu que je le lise avant la série des 1Q84 !
    La quatrième de couverture mentionne : "roman d'apprentissage aux résonnances autobiographiques, dans lequel l'auteur fait preuve...
    Voir plus

    Un roman initiatique à la japonaise : voilà ma première pensée, un peu caricaturale, je le concède. Il aurait sûrement fallu que je le lise avant la série des 1Q84 !
    La quatrième de couverture mentionne : "roman d'apprentissage aux résonnances autobiographiques, dans lequel l'auteur fait preuve d'une tendresse, d'un charme poétique et d'une intensité érotique saisissante." Mentions avec lesquelles je suis d'accord, j'y ajouterai une quête à l'envie de vivre malgré les suicides de proches, la recherche d'un amour rêvé...La plume de Murakami n'appartient qu'à lui, si on l'apprécie, il ne faut pas passer à côté de cet opus.