Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Haruki Murakami

Haruki Murakami
Né à Kyoto en 1949, Haruki Murakami est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'est expatrié en Grèce, en Italie puis aux États-Unis. En 1995, après le tremblement de terre de Kobe et l'attentat du m... Voir plus
Né à Kyoto en 1949, Haruki Murakami est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'est expatrié en Grèce, en Italie puis aux États-Unis. En 1995, après le tremblement de terre de Kobe et l'attentat du métro de Tokyo, il a décidé de rentrer au Japon. Haruki Murakami a rencontré le succès dès la parution de son premier roman, Écoute le chant du vent (1979), qui lui a valu le prix Gunzo. Suivront notamment Chroniques de l'oiseau à ressort, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, Les Amants du Spoutnik, Kafka sur le rivage et Le Passage de la nuit. Il signe aujourd'hui une trilogie, 1Q84, dont les deux premiers tomes ont paru chez Belfond en 2011 et le dernier tome sortira en 2012. Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature, Haruki Murakami est aujourd'hui un auteur culte au Japon et son ½uvre est traduite dans plus de trente pays.

Articles en lien avec Haruki Murakami (1)

  • Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire
    Amour et littérature : les gens heureux n'ont pas d'histoire

    Le transport amoureux inspire depuis des siècles aux poètes et aux auteurs des histoires pétries d'interdits. Comme le chantait Aragon "Il n'y a pas d'amour heureux…", et la puissance de ces romans se mesure à l'aune de la douleur et de l'impossible qu'elles racontent. Morceaux de choix.

Avis sur cet auteur (246)

  • add_box
    Couverture du livre « 1Q84 ; COFFRET T.1 A T.3 » de Haruki Murakami aux éditions Belfond

    Jo Thomas sur 1Q84 ; COFFRET T.1 A T.3 de Haruki Murakami

    C'est lent, c'est long, il ne s'y passe pas grand-chose et pourtant c'est un livre qui ne s'oublie pas. La magie-Murakami...

    C'est lent, c'est long, il ne s'y passe pas grand-chose et pourtant c'est un livre qui ne s'oublie pas. La magie-Murakami...

  • add_box
    Couverture du livre « Sommeil » de Haruki Murakami et Kat Menschik aux éditions 10/18

    Jo Thomas sur Sommeil de Haruki Murakami - Kat Menschik

    Très fort. La combinaison des illustrations et du texte participe à l'expérience.

    Très fort. La combinaison des illustrations et du texte participe à l'expérience.

  • add_box
    Couverture du livre « 1Q84 T.3 ; octobre-décembre » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    NADIA D'ANTONIO sur 1Q84 T.3 ; octobre-décembre de Haruki Murakami

    Et voilà, c’est la fin de « 1Q84 » de Haruki Murakami avec ce tome 3, une période qui va d’octobre à décembre.
    Et je fais une petite entorse à ma critique avec quelques lignes de la chanson de Jean-Louis Aubert :
    « Voilà, c'est fini 
    On a tant ressassé les mêmes théories 
    On a tellement tiré...
    Voir plus

    Et voilà, c’est la fin de « 1Q84 » de Haruki Murakami avec ce tome 3, une période qui va d’octobre à décembre.
    Et je fais une petite entorse à ma critique avec quelques lignes de la chanson de Jean-Louis Aubert :
    « Voilà, c'est fini 
    On a tant ressassé les mêmes théories 
    On a tellement tiré chacun de notre côté 
    Que voilà c'est fini... »

    Après ce petit intermède musical, la question est :quelles réponses intéressantes à toute cette intrigue ai-je pu avoir alors que j’avais dévoré cette trilogie il y a quelques années ?
    Bonne question : en japonais :良い質問Yoi shitsumon.

    « Haruki Murakami est un enchanteur qui aime explorer des contrées fantomatiques pour distiller, à l'heure du crépuscule, l’œuvre la plus envoûtante des lettres japonaises ». (Lire/André Clavel).
    On y entend une nouvelle voix, celle d’Ushikawa, un détective. Sous les deux lunes, Aomamé et Tengo ne sont plus seuls.
    Aomamé a assassiné le leader d’un secte diabolique « Les Précurseurs » – à présent elle squatte un petit appartement où elle se cache en dévorant les livres de Proust, ce qui l’aide à raccommoder les fils de sa mémoire dans son passé aussi chaotique – quelque chose grandit en elle et on se demande si ce sera DAUGHTER.
    Tengo, lui, doit désormais veiller sur un père grabataire tout en écrivant un roman inspiré par la petite dyslexique – il n’a pas revu Aomamé depuis des décennies mais elle reste ancrée dans son esprit…

    Dans ce Tome 3, Aomamé refuse de penser à son passé criminel – la vieille dame quitte la scène tout doucement – Tamaru continue à s’occuper de fournir à Aomamé tout ce dont elle a besoin et à lui prodiguer des conseils…

    C’est une suite romantique des aventures des deux héros qui se recherchent sous les deux lunes de 1Q84. On se trouve entre la réalité et le fantastique.

    Dans cet ouvrage, le style est lent, l’auteur joue avec les nerfs du lecteur pressé de connaître le dénouement, de voir si le récit va devenir un peu plus passionnant. Un peu d’humour quand Aomamé fait son test de grossesse en se demandant quel récipient elle va pouvoir utiliser. On voit qu’elle prend un soin très attentif à sa jolie personne : alimentation – crèmes de soins, masques de beauté…
    Ce qui reste de cette trilogie, c’est que l’écrivain nous livre une belle analyse psychologique des personnages – on flotte entre le réel et l’irréel.

    Avec le grand succès obtenu par Murakami, cet écrivain enchanteur, nul doute que ce soit bien mérité. En tout cas, j’ai été séduite malgré de nombreuses répétitions dans les descriptions des journées des deux héros.

    Mais c’est un auteur qui a un tel talent pour l’imaginaire, que je suis toujours en admiration pour son écriture, même si ce dernier tome a pu laisser quelques lecteurs « sur la faim pour la fin » (ce que je conçois aisément). Il est un phénomène au Japon et sait écrire à merveille un thriller fantastique, ceci pour mon plus grand plaisir même si, moi aussi, je reste un brin sceptique pour le dénouement :
    « Elle ne savait pas encore dans quelle sorte de monde ils se trouvaient. Mais elle était sûre qu’elle resterait là. Nous resterons là. Il se peut que ce monde contienne ses propres menaces, ses propres dangers, qu’il soit plein d’énigmes et de contradictions. Il se peut que nous ayons à suivre bien des chemins obscurs dont la destination nous sera inconnue. (…) Quoiqu’il arrive, nous demeurerons dans le monde où brille une seule lune. Tengo et moi, et la petite chose. Tous les trois. (…) Elle tendit doucement la main et Tengo la saisit. Debout l’un à côté de l’autre, ne faisant plus qu’un, ils restèrent en silence les yeux rivés sur la lune qui flottait au-dessus des immeubles….. »
    Fin du livre 3.

    Est-ce la porte ouverte à une suite, un autre tome ?
    En attendant, je vous dis au-revoir : さようなら- Sayōnara, et
    à bientôt : 間もなく- mamonaku.

  • add_box
    Couverture du livre « 1Q84 T.2 ; juillet-septembre » de Haruki Murakami aux éditions 10/18

    NADIA D'ANTONIO sur 1Q84 T.2 ; juillet-septembre de Haruki Murakami

    Puisque je me suis enfin décidée à publier mes critiques sur d’anciennes lectures (dans le fond il n’est jamais trop tard) aujourd’hui c'est celle de « 1Q84  - Tome 2» de Haruki Murakami, que je vous propose.
    On retourne donc à Tokyo où l’on entre un peu mieux dans les deux mondes...
    Voir plus

    Puisque je me suis enfin décidée à publier mes critiques sur d’anciennes lectures (dans le fond il n’est jamais trop tard) aujourd’hui c'est celle de « 1Q84  - Tome 2» de Haruki Murakami, que je vous propose.
    On retourne donc à Tokyo où l’on entre un peu mieux dans les deux mondes parallèles.
    Aomamé, qui se trouve dans un appartement provisoire, attend de pouvoir exécuter sa mission, la dernière.
    Tengo, lui, recherche toujours la jeune Fukaéri, auteure de « La Chrysalide de l’air ».
    Cette période s’étend de juillet à septembre et c’est donc bien une suite tout à fait logique du Tome 1. Quant aux événements pouvant sembler invraisemblables, d’abord il ne faut pas oublier que c’est du fantastique – ensuite, il faut se souvenir des paroles du chauffeur de taxi, au tout début du Tome précédent, disant à Aomamé : « J’aimerais que vous vous souveniez d’un point, c’est que les choses et l’apparence, c’est différent. »

    Dans ce second livre, l’atmosphère est plus oppressante – on pense que les deux héros vont pouvoir se rencontrer – Aomamé contemple les deux lunes : l'une brillante, l'autre plus terne. Signifient-elles le Bien et le Mal ? – Murakami fait connaître au lecteur un peu plus de ce qu’il a appris sur la secte « Aum Shirinkyö » (après l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995).
    Les deux jeunes gens se rapprochent tout doucement des fameux « Little People » et des « Précurseurs » - on en apprend un peu plus sur « La Chrysalide de l’air » - on découvre l’assassinat de l’amie policière….
    Chapitre après chapitre, on avance lentement, certes, mais sûrement. « La frontière entre le réel et le fantastique n’a jamais été aussi ténue chez cet auteur qui affectionne les glissements furtifs. » (le Figaro. Françoise Dargent).
    Mais il faut éviter d’en dire trop sauf… que c’est très prenant ; qu’on se laisse très facilement entraîner nous aussi dans cette histoire surréaliste à la fois mais également magique.

    On peut dire que Haruki Murakami a vraiment du talent car il sait nous tenir en haleine ; il nous révèle certaines choses et en laisse d’autres en suspens (pour nous asticoter), pour nous intéresser à ces deux lunes, pour se poser la question de ce qu’il va se passer à la fin de ce Tome 2...

    Eh bien il faut lire le Tome 3 très rapidement car attendre est trop long et tout ce que l’on désire c’est d’ENFIN connaître le dénouement.

    D’ailleurs, en page 495, on peut lire : « Je vivrai désormais dans ce monde, songea Tengo en fermant les yeux. Il ne savait pas encore comment ce monde s’était constitué, ni selon quels principes il évoluait. Mais peu lui importait. Il n’avait plus besoin d’avoir peur. Quels que soient les événements qui s’apprêteraient à advenir, il trouverait le chemin sur lequel il marcherait pour survivre dans ce monde aux deux lunes. »
    Et en conclusion : « Tengo se répète mentalement sa résolution de retrouver Aomamé. Quoi qu’il arrive, et quel que soit le monde, et elle, quelle qu’elle soit. »
    Fin du Livre 2.

    Ma conclusion : le lecteur reste encore sur sa faim et il est devenu urgent de passer au Tome 3, ce que j’avais fait dans la foulée et je publierai, très bientôt, ma dernière critique sur cette magnifique Trilogie. Heureusement que j’avais acheté les trois volumes ensemble à leur parution en livres de poche autrement j’aurais eu bien du mal à attendre.