Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hannelore Cayre

Hannelore Cayre

Avocate pénaliste à Paris, Hannelore CAYRE est née en 1963. Elle est l'auteur de Commis d'office, qui a reçu le Prix polar derrière les murs 2005, Toiles de maître et Ground XO, tous publiés aux Editions Métailié. Elle a adapté au cinéma Commis d'office en 2009 avec pour acteurs principaux Roschd...

Voir plus

Avocate pénaliste à Paris, Hannelore CAYRE est née en 1963. Elle est l'auteur de Commis d'office, qui a reçu le Prix polar derrière les murs 2005, Toiles de maître et Ground XO, tous publiés aux Editions Métailié. Elle a adapté au cinéma Commis d'office en 2009 avec pour acteurs principaux Roschdy Zem et Jean-Philippe Ecoffey.

Articles en lien avec Hannelore Cayre (1)

Avis sur cet auteur (51)

  • add_box
    Couverture du livre « La daronne » de Hannelore Cayre aux éditions Points

    caro manil sur La daronne de Hannelore Cayre

    roman noir social ...
    Roman ultra réaliste !!! trafic de drogue, petit banditisme ;) Lecture plutôt drôle ... traductrice pour la police et pour garantir ses vieux jours, dealeuse de drogue ... Comment entourlouper tout ce petit monde :P les représentants de la loi et les petits dealers de...
    Voir plus

    roman noir social ...
    Roman ultra réaliste !!! trafic de drogue, petit banditisme ;) Lecture plutôt drôle ... traductrice pour la police et pour garantir ses vieux jours, dealeuse de drogue ... Comment entourlouper tout ce petit monde :P les représentants de la loi et les petits dealers de pacotilles ... intelligente cette daronne ;)

  • add_box
    Couverture du livre « Richesse oblige » de Hannelore Cayre aux éditions Metailie

    JuanGarciaMadero sur Richesse oblige de Hannelore Cayre

    Découverte de Mme Hannelore Cayre, dont j’avais déjà entendu parler, par les échos favorables reçus par ses premiers romans, « Commis d’office » ou « La daronne ». L’histoire de « Richesse oblige » lui a été inspirée par la lecture de Thomas Piketty, et on retrouve ici avec force l’indignation...
    Voir plus

    Découverte de Mme Hannelore Cayre, dont j’avais déjà entendu parler, par les échos favorables reçus par ses premiers romans, « Commis d’office » ou « La daronne ». L’histoire de « Richesse oblige » lui a été inspirée par la lecture de Thomas Piketty, et on retrouve ici avec force l’indignation que lui procure notre monde capitaliste, dans un roman toutefois un peu bancal.

    Bancal dans le sens où j’ai trouvé complètement manqué les allers et retours entre le passé et l’histoire d’Auguste de Rigny et celle de Blanche de Rigny, à notre époque, qui découvre sa riche ascendance et va réfléchir à comment l’utiliser. Les deux histoires indépendamment sont fortes et auraient mérité chacune un meilleur traitement, j’ai eu l’impression ici qu’au final on n’avait que deux ébauches de deux bons romans, rassemblés à la hâte dans un seul roman qui n’en est que moyen. En effet, dans l’histoire moderne, les personnages, comme Hildegarde, l’amie révoltée qui milite chez L214, ne sont qu’à peine esquissés, et restent trop secondaires pour nous emporter pleinement. Comme dans celle du passé, où, malgré le grand intérêt de l’achat de remplaçants par les familles fortunées en cas de mauvais tirage pouvant mobiliser et envoyer leurs enfants à la guerre, nous n’avons qu’une esquisse de ce système, sans malheureusement tirer tout le potentiel d’une telle pratique.

    Bref, je retiens une documentation très solide, et des dénonciations pertinentes des injustices et des scandales des pratiques capitalistes inconscientes, mais hélas sans que les deux récits ne parviennent à nous emmener dans une émotion et l’empathie avec leurs protagonistes. A souligner quand même un style agréable et un foisonnement d’idées, qui me font espérer pour les autres ouvrages de cette écrivaine que je continuerai de suivre.

  • add_box
    Couverture du livre « La daronne » de Hannelore Cayre aux éditions Points

    Michel Gardin sur La daronne de Hannelore Cayre

    La Daronne d' Hannelore Cayre

    En fouillant dans les rayons de la bibliothèque de mon petit village, je suis tombé par hasard, je l'avoue sur ce livre d' Hannelore Cayre La Daronne. Hé bien chers amis, en une seule soirée j'ai lu ce livre de 172 pages , écrit comme il est indiqué en page 4 de...
    Voir plus

    La Daronne d' Hannelore Cayre

    En fouillant dans les rayons de la bibliothèque de mon petit village, je suis tombé par hasard, je l'avoue sur ce livre d' Hannelore Cayre La Daronne. Hé bien chers amis, en une seule soirée j'ai lu ce livre de 172 pages , écrit comme il est indiqué en page 4 de couverture par Hannelore Cayre, avocate pénaliste. Le premier chapitre plante le décor : «  Mes fraudeurs de parents aimaient viscéralement l'argent. Pas comme une chose inerte qu'on planque dans un coffre ou que l'on possède sur un compte. Non comme un être vivant, intelligent qui peut créer et tuer, qui est doué de la faculté de se reproduire. Le condensé de tout ce qui s'achète dans un monde ou tout est à vendre. Il faut dire qu'ils avaient tout perdu y compris leur pays. Plus rien de la Tunisie Française de mon père, rien de la Vienne juive de ma mère. »
    Page 16 nous faisons connaissance d'une petite fille prénommée Patience «  car tu es née à dix mois. ! » qui rêve d'être collectionneuse de feux d'artifice, comme elle le dit lors de sa rencontre objet d'une photographie avec Audrey Hepburn, prise le premier jour de la fête nationale Suisse au Belvèdère. Puis, nous retrouvons, Patience veuve Portefeux, 53 ans, exerçant la profession d’interprète traductrice pour le Ministère de la Justice, payée au black ! Hé oui l'on apprend qu'un interprète ne reçoit pas de bulletin de salaire et donc ne cotise pas pour sa retraite ! le traducteur interprète assermenté fait un travail de traducteur interprète classique, mais il appose sur la traduction et sur l’original qu’il a traduit, son cachet, sa signature et un numéro d’ordre unique qui valident officiellement que l’un est bien la traduction certifiée de l’autre. 
    Petit rappel que vous lirez dans ce livre : Pour devenir traducteur interprète assermenté, il faut être nommé par une Cour d’Appel. Il n’y a pas de niveau de diplôme requis, tout citoyen français majeur ayant un casier judiciaire vierge peut postuler. Il est avant tout à la disposition de la justice, de la police, des douanes et de la gendarmerie, qui pourront recourir à ses services dans divers contextes requérants traduction ou interprétariat : audiences, garde à vue, interrogatoires, enquêtes, écoutes téléphoniques, traduction de dossiers et il est préférable qu'il connaissent deux langues la sienne et une étrangère. Vous verrez que si la langue étrangère comporte plusieurs dialectes hé bien on ne s'embêtera pas à rechercher le dialecte idoine pour la traduction. Mais revenons à La Daronne. Patience Portefeux choisi ce travail de traductrice interprète car ces deux filles sont grandes et que sa mère acariâtre patentée, est placée dans un EPAHD poétiquement appelée Les Eoliades. Vous découvrirez au chapitre n° 3, quelques phrases bien senties sur cet univers ou l'on emploie un langage particulier ! Dont je ne ne veux pas vous révèler le contenu pour ne pasvous gâcher le plaisir de le lire.
    C'est alors qu'à force de transcrire pendant des milliers d'heures des écoutes téléphoniques de dealers et de trafiquants de shit à la petite semaine, que Patience Portefeux, franchit la ligne, jaune , rouge comme vous voudrez, en se disant qu'elle aussi elle pourrait à l'exemple de son père, prendre sa part d'un gâteau qui lui tend les bras. «  On était au mois de juillet, le soleil incendiait de le ciel ; les Parisiens migraient vers les plages, Philippe mon fiancé flic, prenait son poste comme commandant aux Stups de la 2e DPJ. J'étais vraiment contente pour lui et je n'avais pas encore 2 tonnes de shit dans la cave de mon immeuble occupé par la famille chinoise de Mme Colette Fò. »
    Si vous n'avez pas encore lu La Daronne d'Hannelore Cayre faites le séance tenante ! Vous allez passer quelques heures absolument jouissives par ce livre, d'une écriture ciselée, un humour quelques fois un peu pince sans rire, mais toujours présent, une connaissance très fine des arcanes de la justice Française. Un polar, qui ne va pas vous prendre la tête, amusant, avec un regard acéré sur notre société, son racisme, son traitement des résidents en EHPAD ou tout simplement la vieillesse de sa population et de belles histoires sur les trafics, les trafiquants de drogue et les policiers chargés de lutter contre ces trafics.
    La Daronne un ton, une histoire, un polar que je vous recommande chaudement, bien heureux d'avoir découvert cette autrice dans le rayonnage de la bibliothèque de mon petit village. La Daronne d' Hannelore Cayre, une perle rare croyez-moi ! Bien à vous.

  • add_box
    Couverture du livre « Richesse oblige » de Hannelore Cayre aux éditions Metailie

    Kryan sur Richesse oblige de Hannelore Cayre

    " Le destin a été drôlement têtu dans cette famille".

    C'est l'histoire de Blanche de Rigny au corps brisé, mère de Juliette une petite furie et amie avec Hildegarde une géante végétarienne.
    C'est l'histoire de l'ancêtre de Blanche, Auguste, qui cherchait à se faire remplacer comme soldat...
    Voir plus

    " Le destin a été drôlement têtu dans cette famille".

    C'est l'histoire de Blanche de Rigny au corps brisé, mère de Juliette une petite furie et amie avec Hildegarde une géante végétarienne.
    C'est l'histoire de l'ancêtre de Blanche, Auguste, qui cherchait à se faire remplacer comme soldat en 1870.

    Roman intéressant et bien documenté avec des personnages assez fascinants.