Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Guillaume Poix

Guillaume Poix
Né en 1986, Guillaume Poix est auteur et metteur en scène. En 2014, il publie un premier texte de théâtre aux éditions Théâtrales, Straight, sélectionné au festival Regards croisés, lauréat de l'aide à la création des textes dramatiques du CNT et prix des Journées de Lyon des auteurs de théât... Voir plus
Né en 1986, Guillaume Poix est auteur et metteur en scène. En 2014, il publie un premier texte de théâtre aux éditions Théâtrales, Straight, sélectionné au festival Regards croisés, lauréat de l'aide à la création des textes dramatiques du CNT et prix des Journées de Lyon des auteurs de théâtre en 2014, prix Godot des lycéens et prix Sony-Labou- Tansi des lycéens en 2016. Il est aussi l'auteur de Wave (commande de l'Institut français de Cotonou où le texte est joué en 2015), Waste (créé par Johanny Bert au Poche/ GVE en 2016) et Tout entière / Et le ciel est par terre. Il met en scène Tout entière en 2016 au Préau - Centre dramatique régional de Normandie-Vire. Il est dramaturge associé du théâtre genevois Poche/GVE en 2015-2016. Il travaille avec Christian et François Ben Aïm et Ibrahim Maalouf à l'écriture d'une partition chorégraphique, Brûlent nos cœurs insoumis, créée en 2017 à La Garance - Scène nationale de Cavaillon. La même année, il met en scène avec Pauline Sales WIP (quatre textes écrits par Roland Schimmelpfennig, Vincent Farasse, Pauline Peyrade et lui-même) à la Comédie de Saint-Étienne - Centre dramatique national. Son premier roman, Les Fils conducteurs, paraît en août 2017 aux éditions Verticales et reçoit le Prix Wepler - Fondation La Poste.

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « Là d'où je viens a disparu » de Guillaume Poix aux éditions Verticales

    Chantal YVENOU sur Là d'où je viens a disparu de Guillaume Poix

    Du Salvador à la Somalie, le malheur au malheur ressemble et les rêves de liberté échouent sur des rafiots de fortune ou des camps aux frontières. Rafael et Marta évoquent leur histoire tandis qu'à Somerville, les rêves avortés parviennent à Mogadiscio sous forme de pieux mensonges.

    C'est une...
    Voir plus

    Du Salvador à la Somalie, le malheur au malheur ressemble et les rêves de liberté échouent sur des rafiots de fortune ou des camps aux frontières. Rafael et Marta évoquent leur histoire tandis qu'à Somerville, les rêves avortés parviennent à Mogadiscio sous forme de pieux mensonges.

    C'est une tout autre ambiance à Lyon, alors que Pascal fait le bilan de vingt et un ans d'une cohabitation avec ce fils qu'il n'a pas vu grandir. Ce fils qui devient autonome, mais dont il sait peu de choses, jusqu'au jour où il reconnait sa voix, captée pour une interview à la radio …

    C'est avec beaucoup d'empathie que Guillaume Poix donne la parole à ses personnages, qui rêvent tous d'un autre monde. Malgré les frontières toujours plus hautes, plus controlées plus inaccessibles , l'espoir est là, brisé parfois avant même de comprendre l'imposture.

    C'est l'histoire d'un monde qui vit mal son évolution, d'un monde qui continue à penser en légitimité du droit du sol, et ferme les yeux sur la détresse de moins chanceux mais autant humains qu'eux.

    Sans jugement péremptoire, l'auteur dresse une galerie de portraits comme un état des lieux de l'époque.
    L'humour n'est pas absent de ces lignes, en particulier pour les chapitres consacrés à Pascal, le naïf de service, avec ses principes qui explosent en vol, confronté à une réalité inimaginable pour lui.

    Un très beau roman humaniste, qui dresse un état des lieux sans donner de leçon

  • add_box
    Couverture du livre « Là d'où je viens a disparu » de Guillaume Poix aux éditions Verticales

    Claudine B sur Là d'où je viens a disparu de Guillaume Poix

    Roman choral à cœurs et à cris ouverts, « Là d’où je viens à disparu », nous emmène, des Etats-Unis au Salvador en passant par la Lybie, la Somalie et la France, à la rencontre de vies qui s’entrecroisent au fil des chapitres.

    Des vies qui ont rêvé, osé, tremblé, fui et surtout toutes espéré...
    Voir plus

    Roman choral à cœurs et à cris ouverts, « Là d’où je viens à disparu », nous emmène, des Etats-Unis au Salvador en passant par la Lybie, la Somalie et la France, à la rencontre de vies qui s’entrecroisent au fil des chapitres.

    Des vies qui ont rêvé, osé, tremblé, fui et surtout toutes espéré qu’un avenir meilleur les attendrait au bout du voyage… pour ceux qui ont eu la chance d’arriver à son terme.
    Un roman qui parle des migrants, terme générique pour un sujet ô combien d’actualité qui nous est devenu ces derniers années si « familier ». Un mot vaste pour un sujet qui l’est tout autant…
    Oui, mais voilà : dans ce roman justement, ces migrants prennent vie et identité :
    ils sont Litzy, Luis, Eva, Giant, Malek, Sahra ou Angela.
    Ils sont hommes, femmes, parents, enseignante ou pizzaiolo de formation, ou simplement un enfant et nous emportent avec eux dans un tourbillon d’espoir et de désillusions.

    Lire ce livre, c’est embarquer au plus près de certains d’entre eux dans ces radeaux de fortune en route vers un Eldorado d’illusions qu’ils atteindront pour certains, quand les eaux ne les emporteront pas pour d’autres, c’est aussi se résigner à mener la vie sur le qui-vive et clandestine d’une femme de ménage que sa famille imagine enseignante dans une des plus brillantes universités d’Amérique.
    Lire ce livre, c’est se plonger et se heurter à une réalité dramatique d’autant plus réaliste que ces histoires de vies sont inspirées de faits réels.

    Une lecture qui dérange et qui bouscule, qui ne peut laisser insensible.

  • add_box
    Couverture du livre « Là d'où je viens a disparu » de Guillaume Poix aux éditions Verticales

    Papyrus sur Là d'où je viens a disparu de Guillaume Poix

    Toutes les voix de ce magnifique récit polyphonique nous hantent longtemps après l’avoir refermé. Ce roman est pour moi la quintessence de la littérature, quand le fond rejoint la forme. Quand la plume est un scalpel, quand le discours est un plaidoyer, quand l’humilité grandit l’humain, quand...
    Voir plus

    Toutes les voix de ce magnifique récit polyphonique nous hantent longtemps après l’avoir refermé. Ce roman est pour moi la quintessence de la littérature, quand le fond rejoint la forme. Quand la plume est un scalpel, quand le discours est un plaidoyer, quand l’humilité grandit l’humain, quand les mots vous serrent le cœur et vous arrachent les tripes…
    On se prend à rêver d’en acheter des centaines d’exemplaires et d’en inonder le monde…
    Ce livre fait honneur à la littérature et fait apparaître le 5 bien insuffisant à l’heure de l’attribution des étoiles.

  • add_box
    Couverture du livre « Là d'où je viens a disparu » de Guillaume Poix aux éditions Verticales

    Cécile sur Là d'où je viens a disparu de Guillaume Poix

    Ils s'appellent Rafael, Litzie, Pascal ou Angie, ils viennent de France, de Lybie, du Salvador.
    Tous ont un point commun, ils rêvent d'un monde meilleur ; ils recherchent la sécurité pour leurs enfants et eux. Ils veulent un avenir.

    J'ai tout d'abord été saisie par la puissance du texte, la...
    Voir plus

    Ils s'appellent Rafael, Litzie, Pascal ou Angie, ils viennent de France, de Lybie, du Salvador.
    Tous ont un point commun, ils rêvent d'un monde meilleur ; ils recherchent la sécurité pour leurs enfants et eux. Ils veulent un avenir.

    J'ai tout d'abord été saisie par la puissance du texte, la très belle écriture de Guillaume Poix, ciselée, intense. Il orchestre ses mots et ses phrases à la perfection. Il m'est arrivé de relire plusieurs fois la même phrase pour savourer l'emplacement du sujet, la proposition subordonnée, un plaisir.
    Son texte sonne juste, qu'il prête sa voix à un homme ou à une femme, à un adolescent ou à une grand-mère.

    Dans ce récit choral, j'ai été touchée par la détresse des personnages, leur souffrance mais également la volonté qu'ils ont de changer leur destin.
    Certains fuient, pour échapper à la misère, à la violence, pour vivre un rêve d'ailleurs ; d'autres protègent.

    Malgré les nombreux discours, je n'ai pas été perdue parmi toutes ces voix, tous ces personnages, ils forment un tout, reliés les uns aux autres dans une ronde implacable.
    C'est un roman poignant sans être lourd qui nous fait réfléchir à notre rapport à l'autre ainsi qu'à notre terre.
    Une belle découverte grâce au prix Landerneau.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !