Gregoire Delacourt

Gregoire Delacourt
Après le succès mondial de "La liste de mes envies" et de "La première chose qu'on regarde", Grégoire Delacourt signe sans doute son roman le plus fort, le plus personnel, sur la violence de nos vies et aussi sur le pardon.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Gregoire Delacourt (7)

Avis sur cet auteur (229)

  • add_box
    Couverture du livre « La première chose qu'on regarde » de Gregoire Delacourt aux éditions Lgf

    Vanessa DJR sur La première chose qu'on regarde de Gregoire Delacourt

    C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Grégoire Delacourt, pour une nouvelle lecture douce et mélodieuse, après mon coup de coeur de Mars pour La Liste de Mes Envies.
    Grégoire Delacourt aime la simplicité, la beauté des petits instants, les élans du coeur tapis dans une boîte de...
    Voir plus

    C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Grégoire Delacourt, pour une nouvelle lecture douce et mélodieuse, après mon coup de coeur de Mars pour La Liste de Mes Envies.
    Grégoire Delacourt aime la simplicité, la beauté des petits instants, les élans du coeur tapis dans une boîte de Ricorée sacrifiée. Et Dieu, ce que ça fait du bien, un peu de douceur dans ce monde de brutes!
    C'était une lecture fluide et agréable, salement romantique et très mélancolique.
    L'histoire de deux êtres un peu bosselés par quelques accidents de la route, qui en six petits jours, tenteront de se sauver l'un l'autre.
    Un petit mécano du Nord, qui aime traîner en caleçon Schtroumphs devant la télé, avec des rêves pas plus gros qu'une belle paire de seins pour partager ses nuits, une concession Audi à lui, peut-être aussi. Et un sosie flétri, perdue dans l'ombre d'une autre, amoureuse d'un réparateur de vélo occasionnel, inconnu, distillateur de sourires. Un amour naissant entre un Ryan Gosling en mieux, et une Scarlett Johansson picarde.
    Des personnages un brin loufoque, un décor de bout de la rue, tout paraît à la fois familier et singulier, et c'est là tout le charme de ce livre. Alors oui, c'est probablement mièvre, et un peu facile de coller deux sosies de belles gueules célèbres dans les bras l'un de l'autre pour en faire un roman, mais je ne suis pas déçue. Même si ce n'était pas un coup de coeur, c'était une belle lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « La liste de mes envies » de Gregoire Delacourt aux éditions Lgf

    Carol James sur La liste de mes envies de Gregoire Delacourt

    Mon 5* vise aussi à compenser les nombreux commentaires négatifs que j'ai lus.
    Certes je les comprends ; y sont évoqués de la mièvrerie, une coulée de bon sentiments, un manque d'originalité.... certes c'est un prisme de lecture ...
    Et pourtant : l'écriture est belle, fluide, facile, l'auteur...
    Voir plus

    Mon 5* vise aussi à compenser les nombreux commentaires négatifs que j'ai lus.
    Certes je les comprends ; y sont évoqués de la mièvrerie, une coulée de bon sentiments, un manque d'originalité.... certes c'est un prisme de lecture ...
    Et pourtant : l'écriture est belle, fluide, facile, l'auteur nous emporte, le pari est donc réussi.
    Les qualificatifs qui me resteront sont "poétiques" et "différents"

  • add_box
    Couverture du livre « Les quatre saisons de l'été » de Gregoire Delacourt aux éditions Lgf

    Christine Remy sur Les quatre saisons de l'été de Gregoire Delacourt

    Avec « les quatre saisons de l’été », Grégoire Delacourt nous livre un nouveau roman tendre, léger mais tellement agréable à lire.
    Nous y partons à la rencontre de 4 couples, à différentes périodes de leur vie (le printemps pour l’adolescence, l’été pour l’âge de 35 ans, l’automne aux alentours...
    Voir plus

    Avec « les quatre saisons de l’été », Grégoire Delacourt nous livre un nouveau roman tendre, léger mais tellement agréable à lire.
    Nous y partons à la rencontre de 4 couples, à différentes périodes de leur vie (le printemps pour l’adolescence, l’été pour l’âge de 35 ans, l’automne aux alentours de 55 ans et l’hiver).
    Ces couples se sont croisés, sans vraiment se rencontrer, sur la plage du Touquet, le 14 juillet 1999, juste avant la fin du monde.

    Même si les histoires sont courtes, on s’attache aux personnages, on voudrait que leur amour dure toujours.
    On aimerait pouvoir revivre ces émois que sont le premier amour et on espère vieillir ensemble.

    « Les quatre saisons de l’été » est un roman doux, poétique à souhait qui fait autant de bien au moral qu’un morceau de chocolat.

    A savourer sans hésiter, sur la plage ou dans son transat.

  • add_box
    Couverture du livre « Les quatre saisons de l'été » de Gregoire Delacourt aux éditions Lgf

    Benoit LACOSTE sur Les quatre saisons de l'été de Gregoire Delacourt

    Dans son dernier roman, les quatre saisons de l'été, Grégoire Delacourt nous parle de l'amour, plus particulièrement du premier amour.
    Quatre saisons, quatre personnages aux travers de quatre histoires- Pimprenelle, Eugénie Guinoisseau, Jacinthe et Rose.

    Ces quatre grosses nouvelles, au...
    Voir plus

    Dans son dernier roman, les quatre saisons de l'été, Grégoire Delacourt nous parle de l'amour, plus particulièrement du premier amour.
    Quatre saisons, quatre personnages aux travers de quatre histoires- Pimprenelle, Eugénie Guinoisseau, Jacinthe et Rose.

    Ces quatre grosses nouvelles, au premier abord indépendantes, sont en fait reliées par trois points communs : la chanson Hors Saison de Francis Cabrel, le 14 juillet 1999 au Touquet et l'amour.

    Pourquoi le 14 juillet 1999? Car les récits se passent en été, période connue du premier amour ou d'amour léger... et que la fin du monde était prévu pour fin 1999. Grégoire Delacourt utilise donc ce filon pour que ses personnages se penchent sur leur vie: la fin d'une période, aventure, rencontre...ou le début d'une autre. C'est bien pensé et réalisé.

    Delacourt se sert également énormément du vocabulaire floral: les roses et leur signification. C'est élégant, doux. Les phrases sont mélodieuses et poétiques, très agréable à la lecture à haute voix.
    Tout au long du roman, on se sent bien.

    Chaque histoire est riche en émotion. On ne reste pas indifférent même si bien entendu (et c'est récurrent chez Delacourt) il y a de gros clichés. Néanmoins on ne lui en tient pas rigueur tant le livre est agréable et terriblement addictif.

    Roman grand public, ce n'est pas pour autant un roman léger. Delacourt parvient à nous faire méditer sur nos vies au travers des 4 histoires. De la fin de l'adolescence à la vieillesse, celles-ci se lisent quasiment d'une traite. Quel que soit son age, on se sent concerné de bout en bout par ce roman.
    Delacourt nous offre une rapide conclusion pour chaque histoire (et relie certaine). On retourne la dernière page avec le sourire.

    C'est pour moi une belle réussite et j'ai vraiment beaucoup apprécié cette symphonie de Delacourt. Je vous la recommande.

    4/5

Discussions autour de cet auteur