Gregoire Delacourt

Gregoire Delacourt
Après le succès mondial de "La liste de mes envies" et de "La première chose qu'on regarde", Grégoire Delacourt signe sans doute son roman le plus fort, le plus personnel, sur la violence de nos vies et aussi sur le pardon.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Gregoire Delacourt (7)

Avis sur cet auteur (229)

  • add_box
    Couverture du livre « Mon père » de Gregoire Delacourt aux éditions Lattes

    Stéphanie Lyon sur Mon père de Gregoire Delacourt

    Mon père

    Un titre à double sens.
    Ce livre est une claque. Surtout la fin.
    Les mots sont tellement bien choisis pour nous faire imaginer toute l'horreur que peut apporter la douceur...
    Il faut le lire pour comprendre.
    Il faut surtout dénoncer la pédophilie, notamment celle que l'Eglise...
    Voir plus

    Mon père

    Un titre à double sens.
    Ce livre est une claque. Surtout la fin.
    Les mots sont tellement bien choisis pour nous faire imaginer toute l'horreur que peut apporter la douceur...
    Il faut le lire pour comprendre.
    Il faut surtout dénoncer la pédophilie, notamment celle que l'Eglise protège.
    Un vrai coup de coeur littéraire.

  • add_box
    Couverture du livre « Mon père » de Gregoire Delacourt aux éditions Lattes

    Nath Bertrand sur Mon père de Gregoire Delacourt

    Mon Père est le tout dernier roman de Grégoire Delacourt. Changeant radicalement de registre, l’auteur aborde ici un sujet d’une actualité terrible : la pédophilie au sein de l’Église.

    L’histoire a tout de la tragédie, tant par le fond que par la forme, puisque ce huis-clos respecte les trois...
    Voir plus

    Mon Père est le tout dernier roman de Grégoire Delacourt. Changeant radicalement de registre, l’auteur aborde ici un sujet d’une actualité terrible : la pédophilie au sein de l’Église.

    L’histoire a tout de la tragédie, tant par le fond que par la forme, puisque ce huis-clos respecte les trois règles inhérentes à la tragédie, à savoir l’unité de temps, de lieu , et d’action.

    Mon Père, c’est l’histoire de Benjamin, fils d’Edouard et Nathalie. Enfant de divorcés, il est néanmoins élevé dans le respect des dogmes de l’Église catholique. C’est au cours d’un séjour en colonie de vacance qu’il sera victime d’un prêtre en proie à des désirs charnels, de ceux qui brisent une enfance, une vie. Bien sûr, Benjamin a tenté d’alerter son père, il lui a envoyé ces trois mots «Viens me chercher », mais voilà, Edouard pense qu’il s’agit là d’un caprice. Alors, l’enfant va se murer dans le silence et dans une souffrance immense qui prendra fin le jour où , hospitalisé pour des douleurs au ventre il finira par raconter l’indicible.

    Dès lors, que faire, en tant que père , lorsque l’on recueille la parole d’un fils blessé, sali, violé ?

    Que faire quand on a grandi avec ces valeurs qui prônent le pardon ?

    Edouard choisira d’affronter le bourreau de son fils , et, dans un huis-clos oppressant qui durera trois jours, le père et le Père vont se faire face. Le récit oscille entre le temps ,d’avant, léger, et le présent pesant.

    J’avoue avoir eu beaucoup de mal avec ce roman, dont je ne sais finalement que penser. Peut-être à cause du sujet abordé. Peut-être parce que je me suis perdue dans ces digressions théologiques, ces références bibliques, ce parallèle constant avec Isaac. Bien sûr, demeurent les jolies phrases, celles que l'on s'empresse de noter, celles qui sont indissociables de la plume de l'auteur.

    "On finit par devenir ce ue nos parents ont de cassé en eux"

    "Le chagrin fait grandir plus vite pour avoir plus vite de longues jambes et plus vite le fuir"

    Il faut reconnaître que Grégoire Delacourt ne fait pas l’économie de mots, et qu’il a le mérite de s'attaquer à un thème particulièrement douloureux.

    Je crois tout de même, mais cela est juste un avis personnel, à un moment donné, que je préfère quand il parle d’amour, de sentiments tendres, et de Femmes.

  • add_box
    Couverture du livre « Mon père » de Gregoire Delacourt aux éditions Lattes

    annie-france belaval sur Mon père de Gregoire Delacourt

    Grégoire Delacourt écrit souvent des livres légers mais dans On ne voyait que le bonheur pour lequel il fut Goncourable, il y avait en puissance l'auteur de Mon père. C'est fait, l'auteur écrit un livre coup de poing!
    Le sujet délicat de la pédophilie chez les prêtres est abordé avec l'extrême...
    Voir plus

    Grégoire Delacourt écrit souvent des livres légers mais dans On ne voyait que le bonheur pour lequel il fut Goncourable, il y avait en puissance l'auteur de Mon père. C'est fait, l'auteur écrit un livre coup de poing!
    Le sujet délicat de la pédophilie chez les prêtres est abordé avec l'extrême violence d'un père dont le fils a été violé: il saccage tout dans l'église, menace et mutile jusqu'à obtenir le récit détaillé des ignominies qui ont été commises. L'enfant à qui on a volé son innocence n'a qu'une dizaine d'années et il ne se confie à personne; il souffre dans son corps et dans sa tête. Les parents sont sous le choc: ils n'ont rien deviné mais ils se retrouvent pour entourer leur fils de leur amour.
    Le prêtre aux actes odieux sur une quinzaine de gamins ne m'est pas aussi antipathique que cette bigote tarée de grand-mère!

  • add_box
    Couverture du livre « On ne voyait que le bonheur » de Gregoire Delacourt aux éditions Lattes

    Carrie sur On ne voyait que le bonheur de Gregoire Delacourt

    Un récit charmant qui tourne au glaçant très rapidement.

    Les apparences, ce que l'on montre de soi aux autres, sont souvent trompeurs.

    Un récit charmant qui tourne au glaçant très rapidement.

    Les apparences, ce que l'on montre de soi aux autres, sont souvent trompeurs.

Discussions autour de cet auteur