Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Gregoire Delacourt

Gregoire Delacourt
Après le succès mondial de "La liste de mes envies" et de "La première chose qu'on regarde", Grégoire Delacourt signe sans doute son roman le plus fort, le plus personnel, sur la violence de nos vies et aussi sur le pardon.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Gregoire Delacourt (6)

Avis sur cet auteur (270)

  • add_box
    Couverture du livre « Un jour viendra couleur d'orange » de Gregoire Delacourt aux éditions Grasset Et Fasquelle

    LAUDICINA Lydie sur Un jour viendra couleur d'orange de Gregoire Delacourt

    J'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre. Les sujets sont intéressants et poignants mais l'écriture est insupportable. Toutes ces phrases courtes, certaines de trois mots à peine et qui s'égrainent pages après pages ...Très difficile à lire alors que les sujets abordés donnent à réfléchir..

    J'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre. Les sujets sont intéressants et poignants mais l'écriture est insupportable. Toutes ces phrases courtes, certaines de trois mots à peine et qui s'égrainent pages après pages ...Très difficile à lire alors que les sujets abordés donnent à réfléchir..

  • add_box
    Couverture du livre « Mon père » de Gregoire Delacourt aux éditions Lattes

    Julie R sur Mon père de Gregoire Delacourt

    Ce livre est un huit-clos oppressant et étouffant, une confrontation dure et violente...
    Pour résumer, c’est un père dévasté et meurtri, car il n’a pas su protéger son fils de 10 ans des prêtres, il cherche à comprendre l’incompréhension et l’inacceptable au sein de l’église...
    Ce récit est...
    Voir plus

    Ce livre est un huit-clos oppressant et étouffant, une confrontation dure et violente...
    Pour résumer, c’est un père dévasté et meurtri, car il n’a pas su protéger son fils de 10 ans des prêtres, il cherche à comprendre l’incompréhension et l’inacceptable au sein de l’église...
    Ce récit est violent, percutant, cruel et bouleversant, des actes intolérables avec des mots violents sur un sujet tabou.
    Une plume superbe avec des mots qui prend aux tripes !
    Ce livre ne me laisse pas indifférente au contraire je le ferme avec une boule au ventre car malheureusement c’est une triste réalité.
    Petit bémol personnel, j’ai eu du mal avec les passages bibliques, ça me pesait un peu... Mais le sujet m’a plu...

  • add_box
    Couverture du livre « La femme qui ne vieillissait pas » de Gregoire Delacourt aux éditions Lattes

    Amelielit sur La femme qui ne vieillissait pas de Gregoire Delacourt

    La jeunesse éternelle, qui n'en a jamais rêvé? Garder une peau ferme, sans trace du passage du temps, une rose éternelle... C'est le sort que la nature a réservé à Betty (anciennement Martine).
    Alors qui est-elle?
    C'est une jeune femme séduisante, dynamique, follement éprise de son mari, mère...
    Voir plus

    La jeunesse éternelle, qui n'en a jamais rêvé? Garder une peau ferme, sans trace du passage du temps, une rose éternelle... C'est le sort que la nature a réservé à Betty (anciennement Martine).
    Alors qui est-elle?
    C'est une jeune femme séduisante, dynamique, follement éprise de son mari, mère épanouie d'un petit garçon qui la comble de bonheur, amie fidèle dont on épouse le point de vue tout au long du roman. Nous allons donc, le temps de notre lecture, vivre un rêve éveillé: être dans la tête de cette chimérique jeune femme qui habite un corps refusant son fleurissement naturel.
    Alors don du ciel ou cadeau empoisonné? Rester jeune est-il la clef du bonheur?
    Grégoire Delacourt nous propose d'y réfléchir à travers ce parcours de vie dans lequel chacun pourra se reconnaître et réussit avec brio à s'éclipser totalement le temps du roman. Les scènes décrites sont d'un réalisme saisissant et permettent bien de s'interroger sur ce qui fait réellement notre bonheur.
    J'ai beaucoup aimé ce roman qui m'a plongée littéralement dans la tête de Betty et j'en recommande la lecture à tous ceux qui balisent devant l'apparition de rides ou d'un cheveu blanc...

  • add_box
    Couverture du livre « On ne voyait que le bonheur » de Gregoire Delacourt aux éditions Lattes

    Amelielit sur On ne voyait que le bonheur de Gregoire Delacourt

    Antoine est un père de famille tranquille qui travaille dans les assurances et qui mène une vie paisible jusqu'à ce qu'un grain de sable vienne enrayer les rouages du bonheur: son père est atteint d'un cancer qui le tue à petit. Mais ce grain de sable était-il le premier? Antoine est-il aussi...
    Voir plus

    Antoine est un père de famille tranquille qui travaille dans les assurances et qui mène une vie paisible jusqu'à ce qu'un grain de sable vienne enrayer les rouages du bonheur: son père est atteint d'un cancer qui le tue à petit. Mais ce grain de sable était-il le premier? Antoine est-il aussi heureux qu'il souhaite le penser?
    Grégoire Delcourt nous propose de suivre l'introspection de cet homme ô combien banal qui s'est construit sur un drame et un abandon. On suit ses pensées, ses interrogations, sa lente descente dans la dépression.
    Comment Antoine surmontera-t'il les épreuves que la vie continue de semer sur son passage? Est-il vraiment heureux?
    J'ai beaucoup aimé ce roman et en particulier l'écriture incisive de Grégoire Delcourt. La première partie se présente sous la forme de courts tableaux de la vie d'Antoine, guidée par des nombres. Quant aux deux parties suivantes elles sont surprenantes et assez perturbantes. J'avoue ne pas avoir vu arriver les événements concernant le personnage.
    J'en recommande la lecture mais attention, ce roman comporte des uppercuts, il faut donc être bien dans sa tête en le lisant. Je terminerai par cette phrase qui laisse à réfléchir: "On pousse tordu sans l'amour d'une maman. On grandit de traviole." On peut par ailleurs l'élargir à la figure paternelle.