Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Gilly Macmillan

Gilly Macmillan
Gilly Macmillan vit en Angleterre où elle enseigne aujourd'hui la photographie. Ne pars pas sans moi est son premier roman.

Avis sur cet auteur (30)

  • add_box
    Couverture du livre « Pour tout te dire » de Gilly Macmillan aux éditions Les Escales

    Musemania sur Pour tout te dire de Gilly Macmillan

    Les livres en lice pour le Grand Prix des Lecteurs de L’Actu Littéraire ne se ressem-blent pas. Je vous ai déjà parlé de certains dont vous pouvez retrouver les chroniques complètes sur mon blog comme « L’ami des ombres » ou « Le serment ». Ici, il s’agit du nouveau thriller de l’auteure...
    Voir plus

    Les livres en lice pour le Grand Prix des Lecteurs de L’Actu Littéraire ne se ressem-blent pas. Je vous ai déjà parlé de certains dont vous pouvez retrouver les chroniques complètes sur mon blog comme « L’ami des ombres » ou « Le serment ». Ici, il s’agit du nouveau thriller de l’auteure anglaise, Gilly Mac Millan.

    J’avais déjà pu lire sa plume avec « La fille idéale » qui était alors aussi en lice pour le Grand Prix des Lecteurs de L’Actu Littéraire- édition 2017. J’avais assez bien apprécié ce roman, malgré l’absence de grands rebondis-sements ou de surprises mais je n’avais pas su m’attacher à l’héroïne principale.

    C’est drôle car j’ai le même ressenti pour son nouveau thriller, « Pour tout te dire ». Alors que j’ai bien aimé l’histoire en général j’ai trouvé le personnage de Lucy Harper, agaçante. Il n’a pas été rare que je lève les yeux au ciel par ses actions ou ses réactions. Elle fait preuve d’une grande passivité à maintes reprises. Bien qu’elle soit une soit-disant écrivaine de talent, écoulant des milliers d’exemplaires de ses livres, j’avais l’impression qu’elle n’était point finaude !

    Alors que les histoires n’ont rien en commun, hormis peut-être d’avoir osé choisir des personnages principaux féminins, dans les deux cas, ce sont les mêmes sentiments que j’ai éprouvés à leurs égards et dans leurs constructions.

    Un autre point sur lequel j’ai tiqué, c’est la résolution du livre. J’ai trouvé que certaines inconnues planaient et dans ce genre de lecture, cela m’irrite. Je considère ce point comme un point de vue absolument personnel. Je ne pense pas que d’autres lecteurs percevront la même chose.

    A part ce désappointement pour Lucy Harper et la résolution du final, c’est un roman qui se lit facilement. Il s’agit ici de mystérieuses disparitions : à la fois celle de son petit frère alors qu’elle n’était elle-même qu’une gamine et celle de mari, écrivain désappointé face au succès de son épouse.

    Ce n’est donc pas une lecture totalement négative mais juste qu’elle ne sera pas mon premier choix dans la sélection, je pense. Je ne ferme – par contre – pas la porte à cette auteure, ne dit-on pas : « Jamais deux sans trois ?! ».

  • add_box
    Couverture du livre « La fille idéale » de Gilly Macmillan aux éditions Les Escales

    Alexandra Ovré sur La fille idéale de Gilly Macmillan

    Nous suivons par chapitre plusieurs personnages Zoé, Sam, Tessa, Richard, nous suivons l'enquête et avons le droit à des flash-back. Chaque chapitre est court ce qui permet d'avancer assez vite au début, mais l'ennui guette, il ne se passe pas grand-chose.

    Les sujets difficiles sont survolés...
    Voir plus

    Nous suivons par chapitre plusieurs personnages Zoé, Sam, Tessa, Richard, nous suivons l'enquête et avons le droit à des flash-back. Chaque chapitre est court ce qui permet d'avancer assez vite au début, mais l'ennui guette, il ne se passe pas grand-chose.

    Les sujets difficiles sont survolés (mensonge, culpabilité, alcoolisme et j'en pense…) , les personnages ennuyeux bien qu'ils ont tous quelque chose à cacher … Sam, je me suis souvent demandé à quoi il servait à part remplir des pages (son sujet aurait pu être plus court.), Zoé n'est pas la gamine idéale (loin de là) , Richard sort de sa léthargie qu'a la toute fin et Tessa est attachante en tant que tante, mais pas en tant que femme. Le coupable ne m'a pas surprise par contre concernant le twist final qui m'a laissé dubitative, chaque lecteur terminant ce roman dit psychologique repensera à cette phrase de son livre :
    " Dans le cœur de chacun d'entre nous le rationnel et l'irrationnel, le bien et le mal se livrent bataille " !

  • add_box
    Couverture du livre « La nanny » de Gilly Macmillan aux éditions Les Escales

    evergreen13 sur La nanny de Gilly Macmillan

    Une nounou d'enfer ?

    Au décès de son mari, Jo rentre avec Ruby, sa fille de 10 ans, vivre en Angleterre, auprès de sa mère Lady Holt, à la tête du domaine de Lake Hall. Elle n'espère pas  y trouver de réconfort car elle déteste sa mère depuis sa tendre enfance, celle ci l'ayant toujours plus...
    Voir plus

    Une nounou d'enfer ?

    Au décès de son mari, Jo rentre avec Ruby, sa fille de 10 ans, vivre en Angleterre, auprès de sa mère Lady Holt, à la tête du domaine de Lake Hall. Elle n'espère pas  y trouver de réconfort car elle déteste sa mère depuis sa tendre enfance, celle ci l'ayant toujours plus ou moins délaissée et  confiée aux bons soins d'une Nanny, puis après que celle ci ait disparu aussi brutalement que mystérieusement, à ceux d'un pensionnat. Jo en a toujours voulu à sa mère lui reprochant le départ inexpliqué et soudain de sa Nanny adorée. Et lorsque qu'un crâne est repêché dans les eaux troubles du lac du domaine, le doute s'instille : et si c'était celui d'Hannah ? Suicidée ou même assassinée ? Mais voilà qu'Hannah vient frapper à la porte du domaine, bien vivante ! Jo ne cache pas sa joie, elle retrouve enfin celle qui a veillé sur son enfance et qui, fort à propos, pourrait s'occuper de Ruby pendant que Jo irait travailler à Londres, et accessoirement, quitter l'atmosphère familiale étouffante... .
    Bien entendu les apparences sont toujours trompeuses surtout dans ces romans noirs délicieusement British… On est bien loin de la bienveillance de Downtown Abbey et l'histoire finira mal, très mal...
    Voici un bon thriller en forme de huis clos familial, avec des retours dans le passé pour mieux comprendre le présent. Les personnages sont bien campés et même si on se rend vite compte que Hannah n'est pas super Nanny, le suspens est au rendez-vous.
    À lire avec une tasse de Earl Grey par un après midi pluvieux.

  • add_box
    Couverture du livre « La nanny » de Gilly Macmillan aux éditions Les Escales

    Alexandra Olivier sur La nanny de Gilly Macmillan

    Jocelyn, perd sa nanny qui disparaît sans laisser de traces.
    Les années passent et elle doit retourner vivre auprès de sa mère malgré les tensions entre mère et fille.
    Un jour , elle apprend que sa nanny est de retour. Elle exulte de joie car seule sa nourrice lui prodiguait de l...
    Voir plus

    Jocelyn, perd sa nanny qui disparaît sans laisser de traces.
    Les années passent et elle doit retourner vivre auprès de sa mère malgré les tensions entre mère et fille.
    Un jour , elle apprend que sa nanny est de retour. Elle exulte de joie car seule sa nourrice lui prodiguait de l amour.
    Malheureusement des restes humains sont retrouvés, et il appartiennent à la nounou. Mais qui est réellement de retour, la vraie ou la fausse nounou....
    Un thriller implacable. A lire sans attendre

Ils suivent Gilly Macmillan

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !