Gilles Vincent

Gilles Vincent
Gilles Vincent est né à Issy-les-Moulineaux le 11 septembre 1958. Un grand-père député du Front Populaire, grand résistant, déporté... Une grand-mère institutrice, hussarde de la République, bouffeuse de curés. Un père prof de Fac, une mère prof de Lettres, puis psychanalyste. Et c'est du côté de... Voir plus
Gilles Vincent est né à Issy-les-Moulineaux le 11 septembre 1958. Un grand-père député du Front Populaire, grand résistant, déporté... Une grand-mère institutrice, hussarde de la République, bouffeuse de curés. Un père prof de Fac, une mère prof de Lettres, puis psychanalyste. Et c'est du côté de Valenciennes qu'il passe sa jeunesse dans laquelle ne trouvent grâce à ses yeux que les livres, et les mondes imaginaires. À 14 ans, au Maroc, il découvre Frédéric Dard et dévore San Antonio jusqu'à en oublier la magie du désert. Sa décision est prise : plus tard lui aussi il racontera des histoires. À 20 ans, il abandonne ses études pour une carrière de commercial. Puis il rejoint le sud, Marseille tout d'abord puis les environs de Pau où il vit depuis quelques années, tout entier consacré à « l'aventure des mots » : ateliers, classes, conférences et romans. Dans les auteurs qui l'ont marqué, on retrouve Duras, Besson, Van Cauwelaert, Jim Harrison, Jesse Kellerman et Frédéric Dard bien sûr ! Dans ses passions se mêlent le ciné, les bouffes entre copains, les courses autour du lac, la lecture, les rêves, tous les rêves et Madrid où il se verrait bien vivre un jour...

Avis (21)

  • add_box
    Couverture du livre « Ce pays qu'on assassine » de Gilles Vincent aux éditions Atelier In8

    Albert Lepalois sur Ce pays qu'on assassine de Gilles Vincent

    A Marseille, un homme d'affaire franco-syrien est abattu. Il était le directeur de campagne d'une jeune députée d'extrême droite, nièce d'une autre députée du même bord (suivez mon regard). La commissaire Aïcha Sadia est chargée de l'enquête. En même temps, sa collègue Carole Vermer enquête dans...
    Voir plus

    A Marseille, un homme d'affaire franco-syrien est abattu. Il était le directeur de campagne d'une jeune députée d'extrême droite, nièce d'une autre députée du même bord (suivez mon regard). La commissaire Aïcha Sadia est chargée de l'enquête. En même temps, sa collègue Carole Vermer enquête dans le nord de la France sur l'assassinat de deux migrantes. Deux histoire parallèles qui finissent par s'entrecroiser, sur le rythme d'un thriller engagé. Une belle histoire, noire, prenante, et malheureusement d'actualité.

  • add_box
    Couverture du livre « Ce pays qu'on assassine » de Gilles Vincent aux éditions Atelier In8

    NADIA D'ANTONIO sur Ce pays qu'on assassine de Gilles Vincent

    Gilles Vincent, qui a vécu onze ans à Marseille, a déjà écrit plusieurs livres – des polars – a été récompensé plusieurs fois. A présent, il vit dans le Béarn et se consacre surtout à l’écriture mais a également d’autres activités : par exemple, animateur d’ateliers d’écriture, que ce soit en...
    Voir plus

    Gilles Vincent, qui a vécu onze ans à Marseille, a déjà écrit plusieurs livres – des polars – a été récompensé plusieurs fois. A présent, il vit dans le Béarn et se consacre surtout à l’écriture mais a également d’autres activités : par exemple, animateur d’ateliers d’écriture, que ce soit en milieu scolaire, hospitalier ou…. dans des prisons.

    Dans son dernier livre, « Ce pays qu’on assassine », il plante le décor à Marseille, avec le meurtre de Tarek Bsarani, directeur de campagne d’une très jeune députée du Vaucluse, représentante du Parti National de France (le PNF), Manon Péan. Et là, évidemment, on pense tout de suite au Front National, d’autant plus que Manon a une tante dans le Nord, également dans ce Parti. Vous voyez à qui je pense ?

    Pendant ce temps, justement dans le Nord, on retrouve les corps de deux jeunes migrantes Érythréennes.

    Le livre débute ainsi sur les chapeaux de roues avec deux enquêtes simultanées : à Marseille, c’est la commissaire Aïcha Sadia qui va tenter de résoudre l’affaire, tandis que dans le Pas-de-Calais, c’est la capitaine Carole Vermeer (flic fragile) qui dirigera ses hommes.

    Ces investigations nous sont racontées chacune dans un chapitre différent, en parallèle, et il n’y a aucun répit dans la lecture. Tout y passe : racisme, drogue, chômage, arrivée massive des migrants, magouilles politiques, personnages porteurs de leurs faiblesses… Mais les deux enquêtrices font preuve d’un caractère bien trempé et savent mener leurs équipiers avec une main de fer.

    J’ai l’habitude de lire de nombreux polars (et autres thrillers ou romans noirs, excellents du reste), mais dans celui-ci, j’ai ressenti une grande émotion. Est-ce du au fait que ces deux enquêtes sont menées par des femmes qui apportent leurs touches personnelles tout en faisant preuve d’un grand courage ? Je ne pense pas car à présent, des femmes responsables dans la Police, ce n’est pas chose rare. C’est peut-être l’écriture qui agit ainsi.
    Dans le fond, elles sont responsables de leurs équipiers et elles en ont l’habitude.
    Et puis il faut faire vite : on se trouve dans une période électorale mais il faut aussi faire face au problème des migrants.

    On passe donc ainsi, « Dans ce pays qu’on assassine », dans notre France, avec un rythme très nerveux, sans répit, dans des milieux sordides, violents, corrompus et criants de souffrances.

    L’auteur nous décrit fort bien cette France d’aujourd’hui. Il n’y a pas plus réel que cette vérité avec toute cette actualité où les médias se délectent. Parfois, j’ai même ressenti un certain malaise justement parce que c’est tellement vrai.

    De plus, il est même question du Bataclan avec le terrorisme présent absolument partout. Sans oublier ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants à qui il ne reste qu’un seul espoir : quitter leur pays mais à quel prix ? C’est justement au péril de leur vie.

    Il aurait été judicieux de lire ce livre, ce polar bien noir, avant les élections.

    Bravo à Gilles Vincent pour cet ouvrage haletant, émouvant, écrit avec autant de talent !

    Si vous lisez ce livre, vous serez étonnés de tout ce que l’on y découvre car je n’ai fait qu’indiquer un minimum de l’histoire, afin de ménager le suspense. Et croyez-moi, elle est particulièrement forte et son titre parfaitement adapté. D’ailleurs « on s’en prend plein la gueule ».

  • add_box
    Couverture du livre « Ce pays qu'on assassine » de Gilles Vincent aux éditions Atelier In8

    Mel Bidart sur Ce pays qu'on assassine de Gilles Vincent

    Je retrouve avec plaisir les personnages principaux qui font partie du décors de Gilles Vincent.
    Un roman qui avec les meours politiques du moment sont de grande actualité.
    encore une fois un roman très plaisant difficile de le laisser avant de l'avoir terminé
    L'ayant lu en pleine période...
    Voir plus

    Je retrouve avec plaisir les personnages principaux qui font partie du décors de Gilles Vincent.
    Un roman qui avec les meours politiques du moment sont de grande actualité.
    encore une fois un roman très plaisant difficile de le laisser avant de l'avoir terminé
    L'ayant lu en pleine période présidentielle ce roman amène a se poser des question et à se renseigner pour ces choix citoyens

  • add_box
    Couverture du livre « Un, deux, trois... sommeil » de Gilles Vincent aux éditions Cairn

    Ludivine Bidart sur Un, deux, trois... sommeil de Gilles Vincent

    Gilles Vincent, toujours aussi passionnant !
    Ce livre est plus court que les autres (se lit en une heure et demie seulement) toutefois cella n'enlève en rien l'intérêt de ce dernier. Il nous tiens en haleine du début à la fin, quelques rebondissements intéressants.

    Livre sympathique, de plus...
    Voir plus

    Gilles Vincent, toujours aussi passionnant !
    Ce livre est plus court que les autres (se lit en une heure et demie seulement) toutefois cella n'enlève en rien l'intérêt de ce dernier. Il nous tiens en haleine du début à la fin, quelques rebondissements intéressants.

    Livre sympathique, de plus l'action se déroule non loin de chez moi à Pau et des lieux emblématique font que l'on recherche des liens avec des faits divers.
    J'ai toutefois préféré les autres livres de cet auteur qui nous à habitué a des livres plus conséquent et plus fourni en rebondissement !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !