Giles Milton

Giles Milton
Né en 1966, Giles Milton, historien et écrivain anglais, est spécialiste de l'histoire des voyages et des explorations. Il collabore à nombre de journaux anglais et étrangers. Il a publié plusieurs ouvrages, dont six traduits en français aux Éditions Noir sur Blanc : La Guerre de la noix muscade ... Voir plus
Né en 1966, Giles Milton, historien et écrivain anglais, est spécialiste de l'histoire des voyages et des explorations. Il collabore à nombre de journaux anglais et étrangers. Il a publié plusieurs ouvrages, dont six traduits en français aux Éditions Noir sur Blanc : La Guerre de la noix muscade (2000), Les Aventuriers de la Reine (2002), Samouraï William (2003), Captifs en Barbarie (2006), Le Paradis perdu (2010) et Wolfram, un jeune rêveur face aux nazis (2012), et deux romans traduits chez Buchet/Chastel, Le Nez d'Edward Trencom (2007) et Le Monde selon Arnold (2010). Il a également écrit trois livres pour enfants, dont deux illustrés par sa femme Alexandra. Il vit à Londres.

Avis (3)

  • add_box
    Couverture du livre « D-day : les soldats du débarquement » de Giles Milton aux éditions Noir Sur Blanc

    Jean-Paul Degache sur D-day : les soldats du débarquement de Giles Milton

    Quel livre extraordinaire ! Je conseille vraiment à chacune et à chacun de le lire pour ne pas oublier le sacrifice de tous ces hommes qui sont venus libérer notre pays et le reste du monde de l’oppression et de la barbarie nazie.

    Giles Milton a su raconter le fameux D-Day de façon vivante...
    Voir plus

    Quel livre extraordinaire ! Je conseille vraiment à chacune et à chacun de le lire pour ne pas oublier le sacrifice de tous ces hommes qui sont venus libérer notre pays et le reste du monde de l’oppression et de la barbarie nazie.

    Giles Milton a su raconter le fameux D-Day de façon vivante et surtout extraordinairement documentée. Surtout, il n’oublie pas ce qui se passait côté Allemand, le rôle de la Résistance et le sort des civils sous les bombes des Alliés…
    La machine de guerre nazie ne s’est pas effondrée ce jour-là, bien au contraire. Elle a démontré pendant des mois encore toutes ses capacités à semer mort et désolation et cela, l’auteur le mentionne en fin d’ouvrage.
    Ouvrage historique basé sur une quantité énorme de documents et de témoignages, tous cités à la fin du livre, D-Day : Les soldats du Débarquement propose d’abord une carte et deux gros plans sur les cinq plages choisies par le haut commandement des forces alliées aux ordres de Churchill et Roosevelt mais dirigées par Dwight Eisenhower, secondé par neuf cents personnes.
    Overlord, comme on l’a nommée, s’est déroulé sur une centaine de kilomètres entre Sainte-Mère-Église et Lion-sur-Mer, impliquant cent cinquante-six mille soldats débarquant sur Utah Beach et Omaha Beach (USA), Gold Beach (Grande-Bretagne), Juno Beach (Canada) et Sword Beach (GB). Ces noms codés désignaient des plages bien tranquilles, des villages charmants que la folie hitlérienne avait bunkérisés, tentant d’ériger un Mur de l’Atlantique infranchissable.
    Avec une écriture précise, prenante, l’auteur sait prendre son lecteur et lui faire partager l’ambiance d’un centre radio qui tente d’intercepter tous les messages venant d’Angleterre puis il nous plonge dans le centre météo de Fort Southwick où sept cents personnes travaillent avant de nous faire survoler la Manche à bord des planeurs devant larguer les parachutistes. Le fait de nommer les gens, de les décrire un peu, de donner parfois leurs goûts, leurs passions – tout cela sans rien inventer – rend le récit captivant de bout en bout.
    Une liste impressionnante de personnages entraîne au cœur de la bataille mais aussi sur les traces de Guillaume Mercader, ce champion cycliste qui s’entraîne entre Courseulles-sur-Mer et Grandcamp, avec l’autorisation de la Gestapo, et récolte tous les renseignements sur les postes de défense allemands, renseignements transmis ensuite en Angleterre par la Résistance.
    Les heures précédant le jour J sont angoissantes, des deux côtés de la Manche puis c’est la nuit du 5 au 6 juin, cette météo exécrable, atout et handicap terrible. Les premiers parachutistes sont là puis, à l’aube, les premiers hommes tentent de débarquer. C’est précis, plage par plage. Chaque partie des vingt-huit chapitres est introduite par une photo d’archives commentée. La journée sera longue, les blessures, les morts seront abominables. L’auteur n’oublie pas les bombardements de Caen où huit cents personnes ont été tuées en vingt-quatre heures par les bombes alliées
    Certains Allemands se rendent mais beaucoup trop résistent, fanatisés, la plupart sont très jeunes, d’autres, Polonais, Tchèques, ne parlent même pas allemand… À chaque page, je me demande pourquoi ces hommes ont été capables d’aller au bout de tant d’atrocités pour obéir à des officiers qui vivent dans des châteaux, à un Führer qui s’isole à Berchtesgaden mais je n’oublie pas que, pendant ce temps, dans les camps de la mort, on continue d’exterminer enfants, femmes et hommes…
    Il faut lire ce récit du D-Day, journée si importante pour nos démocraties, même si beaucoup d’autres livres ont déjà été publiés, si de grands films ont tenté de nous faire prendre conscience de l’ampleur de la bataille.

    Dans D-Day : les soldats du Débarquement, Giles Milton accomplit une tâche admirable qui m’a passionné. Je remercie Babelio et les Éditions Noir sur Blanc de m’avoir permis cette lecture essentielle.

  • add_box
    Couverture du livre « D-day : les soldats du débarquement » de Giles Milton aux éditions Noir Sur Blanc

    GeorgesSmiley sur D-day : les soldats du débarquement de Giles Milton

    « J’ai connu beaucoup de bons moments pendant l’écriture de ce livre ; les promenades sur les plages désertes de Normandie aux premières lueurs de l’aube comptent parmi les plus magnifiques de mes souvenirs. Mais même par les journées les plus belles, je n’ai jamais pu oublier l’héroïsme et les...
    Voir plus

    « J’ai connu beaucoup de bons moments pendant l’écriture de ce livre ; les promenades sur les plages désertes de Normandie aux premières lueurs de l’aube comptent parmi les plus magnifiques de mes souvenirs. Mais même par les journées les plus belles, je n’ai jamais pu oublier l’héroïsme et les tragédies qui se sont jouées là autrefois. En ces lieux, des vies ont été perdues et la liberté conquise de haute lutte. Mon dernier remerciement total et sans réserve, va à tous ceux qui ont combattu pour nous. »
    Il me semble que ces derniers mots de Giles Milton, à la toute fin de la rubrique « remerciements » illustrent parfaitement ce qu’est son livre : le récit détaillé et terriblement humain des vingt-quatre heures du Jour J et l’hommage bouleversant qu’il rend à tous ses participants.
    On croyait tout savoir et on découvre qu’on ne savait pas grand-chose au final. On avait en tête les images des péniches de débarquement, la flotte immense, les parachutistes de Sainte Mère l’Eglise et la plage tellement sanglante d’Omaha mais on avait oublié les planeurs, les chars amphibies et Bill Millin, le joueur de cornemuse de la plage d’Ouistreham, qui survécut parce que les Allemands n’osèrent pas lui tirer dessus, le prenant pour un « dummkopf » (simple d’esprit). On avait oublié aussi qu’un incendie accidentel joua son rôle (tragique, épouvantable) à Sainte Mère l’Eglise ainsi que les terribles bombardements sur Caen qui firent tant de victimes civiles.
    Du coureur cycliste espion aux chaussures de Frau Rommel, en passant par la peur saisissant les assaillants comme les défenseurs allemands (souvent des Russes ou des Polonais peu enclins à mourir pour Hitler), menacés par les Kettenhunde (chiens enchaînés) chargés de liquider les soldats abandonnant leurs postes, Giles Milton redonne la parole aux acteurs de cette tragédie absolue. Les trois cartes du début éclairent parfaitement le champ de bataille ainsi que les principaux faits d’armes relatés, tout comme les nombreuses photos du jour J. C’est un très bel ouvrage dans lequel l’émotion est permanente et qu’on ne peut que recommander à tous, anciens ou jeunes. Difficile de résister à la larme qui vient, à un moment ou à un autre, troubler le regard, comme un ultime salut à ces jeunes gens qui méritaient tellement mieux.

  • add_box
    Couverture du livre « Le paradis perdu » de Giles Milton aux éditions Libretto

    Laurent Lebourg de PRIVAT-CHAPITRE sur Le paradis perdu de Giles Milton

    Smyrne, portrait d'une ville carrefour où il faisait bon vivre, avant sa destruction totale par le fer et par le feu des Kémalistes. Les Grecs évoquent cette douloureuse page de leur histoire sous le nom de «Grande catastrophe», l'une des plus terribles épurations ethniques du vingtième siècle....
    Voir plus

    Smyrne, portrait d'une ville carrefour où il faisait bon vivre, avant sa destruction totale par le fer et par le feu des Kémalistes. Les Grecs évoquent cette douloureuse page de leur histoire sous le nom de «Grande catastrophe», l'une des plus terribles épurations ethniques du vingtième siècle. L'entassement de centaines de milliers de réfugiés sur les quais, sous l'observation passive des navires occidentaux, restera dans l'histoire comme l'un des tableaux les plus indignant de l'humanité. Sous la plume de Giles Milton, aidé de précieux témoignages, la cité égéenne grouillante d'activité renait de ses cendres, avant de céder la place aux fantômes des Smyrniotes victimes d'une brutalité radicalement débridée. Le nom de Smyrne résonnera à jamais dans vos mémoires à l'issue de cette lecture éprouvante mais salutaire.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !