Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Gilbert Bordes

Gilbert Bordes
Gilbert Bordes a été instituteur, puis journaliste, avant de se consacrer à l'écriture et à la musique. Il mène aujourd'hui une double vie : écrivain le matin, luthier l'après-midi. Membre de l'école de Brive, il a obtenu le prix RTL Grand Public avec La Nuit des hulottes, et le prix des Maisons... Voir plus
Gilbert Bordes a été instituteur, puis journaliste, avant de se consacrer à l'écriture et à la musique. Il mène aujourd'hui une double vie : écrivain le matin, luthier l'après-midi. Membre de l'école de Brive, il a obtenu le prix RTL Grand Public avec La Nuit des hulottes, et le prix des Maisons de la Presse avec Le Porteur de destin. La Maison des Houches, Le Chant du papillon, Le Cri du Goéland et La Tour de Malvent, tous parus chez Belfond, ont été des succès.

Avis sur cet auteur (22)

  • add_box
    Couverture du livre « La garçonne » de Gilbert Bordes aux éditions Presses De La Cite

    yves MONTMARTIN sur La garçonne de Gilbert Bordes

    Nous sommes en Sologne juste avant la Deuxième Guerre mondiale, Louison avec sa veste grise, son pantalon et sa casquette parcourt la forêt, c'est son domaine, on l'a surnommée « la garçonne ». Sa liberté, son indépendance, sa manière de vivre, sa sensualité sont une offense aux bonnes moeurs,...
    Voir plus

    Nous sommes en Sologne juste avant la Deuxième Guerre mondiale, Louison avec sa veste grise, son pantalon et sa casquette parcourt la forêt, c'est son domaine, on l'a surnommée « la garçonne ». Sa liberté, son indépendance, sa manière de vivre, sa sensualité sont une offense aux bonnes moeurs, une invitation à profiter d'elle. Pour certains c'est une sorcière, tout le monde sait que le roux porte malheur.

    Après avoir lu quelques livres un peu difficiles, j'avais envie de me laisser aller avec un roman du « terroir ». L'écriture de Gilbert Bordes est reposante et dans sa première partie je me suis plongé avec plaisir dans ce roman dont la nature solognote est le principal personnage. Ensuite je dois reconnaître que le récit est beaucoup plus convenu. Gilbert Bordes exploite des thèmes un peu éculés la jeune sauvageonne qui ignore ses origines, l'héroïne qui disparaît et revient dans son village fortune faite pour se venger. Les rancœurs familiales, les secrets enfouis, l'après-guerre et les comptes à rendre pour ceux qui ont pactisé avec l'ennemi, trahi les amis, profité du système. Rien de bien original et une fin un peu fade.

  • add_box
    Couverture du livre « Elle voulait voir la mer » de Gilbert Bordes aux éditions Xo

    Missbook85 sur Elle voulait voir la mer de Gilbert Bordes

    Né en Corrèze, Gilbert Bordes a été instituteur puis journaliste et est aujourd’hui luthier et écrivain. Membre de l’école de Brive, il est l’auteur d’une quarantaine de romans. Dans » Elle voulait voir la mer « publié en 2018 chez XO Editions, il nous fait vivre l’Occupation allemande pendant...
    Voir plus

    Né en Corrèze, Gilbert Bordes a été instituteur puis journaliste et est aujourd’hui luthier et écrivain. Membre de l’école de Brive, il est l’auteur d’une quarantaine de romans. Dans » Elle voulait voir la mer « publié en 2018 chez XO Editions, il nous fait vivre l’Occupation allemande pendant la Seconde Guerre Mondiale, à travers les yeux d’une bande d’adolescents. C’est un roman émouvant, gorgé d’humanité et d’espoir !
    2 mai 1944. Village de Guilly en lisière de Sologne. Jérémy Monicher et ses deux sœurs cadettes Rachel et Eloïse, ont été confiés par leurs parents à Jean et Solange Marty, des agriculteurs, depuis six mois maintenant.
    p. 7 : » Leurs parents nous les ont confié pour qu’ils échappent aux bombardements. «
    La guerre fait rage, et Daniel Monicher est recherché. Il avait reçu l’ordre de rejoindre un groupe de chercheurs en Allemagne. Mais celui-ci ne voulait pas travailler pour Hitler qui extermine les Juifs. C’est pour cette raison qu’il a fui pour rejoindre les Etats-Unis via Saint-Nazaire, avec sa femme. Laissant leurs enfants âgés respectivement de dix-huit, dix-sept et cinq ans aux bon soins des Marty, le temps de la guerre.
    Mais la milice est à leur trousse. En capturant les enfants, ils pensent pouvoir faire pression sur le savant et obtenir sa coopération en échange. Les enfants doivent donc quitter précipitamment la ferme. Mais la petite Eloïse est asthmatique et fragile. Comment retrouver leurs parents à Saint-Nazaire et imposer un tel périple à ses sœurs ? Eux qui étaient habitués à un train de vie plutôt confortable, vont apprendre à leurs dépens à vivre comme des évadés.
    p. 77 : » Jérémy restait sombre : comme sa sœur, il se heurtait aux barrières de son éducation. La vie lui avait été si facile jusque-là qu’il n’en avait pas mesuré les écueils. «
    Y voyant là l’occasion rêvée d’échapper aux violences et aux injures de son père, Marguerite, une jeune voisine des Marty, tente de les suivre tant bien que mal. Boiteuse, elle peine à marcher et craint d’être rejetée. Mais désespérée, elle tente le tout pour le tout…
    p. 21 : » – Je pars avec vous, dit la boiteuse. Je n’en peux plus ! Mon père me frappe quand il a trop bu et me traite de bâtarde. «
    Peu débrouillarde, la bande d’adolescents doit faire face à la faim tout en se cachant. Dans ces conditions difficiles la petite Eloïse enchaîne les crises d’asthme. C’est alors que Paul, orphelin depuis peu, se joint à eux, vantant ses qualités d’aventurier, au plus grand agacement de Jérémy.
    p. 37 : » – Maintenant, c’est moi qui commande ! cria-t-il en rechargeant son arme. Jean Marty a été arrêté par votre faute. Ils vont le torturer […] Ce que je ne comprends pas, c’est qu’ils vous cherchent avec autant d’insistance. «
    Ensemble mais avec des motivations bien différentes, ils vont parcourir des centaines de kilomètres pour rejoindre Saint-Nazaire.
    p. 295 : » Ils éprouvaient le besoin de rester ensemble, soudés par tant de jours de marche et de difficultés. «
    Mais des épreuves les attendent, au gré des rencontres, dont souvent leur survie dépendra. Mais la quête de leur liberté se fera au prix de trahisons et de dénonciations. Ils apprendront que le soutien mutuel et la cohésion seront indispensables face à l’adversité.
    Un roman d’initiation bouleversant. Pour ma part, certains passages traînent en longueur, notamment tout le temps de leur fuite, au détriment d’un final un peu précipité. Un roman qui ravira notamment les adolescents !

    p. 310 : » – Elle voulait voir la mer et c’est si beau ! «

  • add_box
    Couverture du livre « Elle voulait voir la mer » de Gilbert Bordes aux éditions Xo

    La liseuse heureuse sur Elle voulait voir la mer de Gilbert Bordes

    Une lecture émouvante, un périple humain grandeur nature. L'histoire poignante de ces 5 jeunes contraints de fuir sans rien juste leur espoir et leur soutien mutuel.
    Un style narratif d'une grande sensibilité, avec une plume douce Gilbert Bordes va nous raconter une histoire humaine ou la...
    Voir plus

    Une lecture émouvante, un périple humain grandeur nature. L'histoire poignante de ces 5 jeunes contraints de fuir sans rien juste leur espoir et leur soutien mutuel.
    Un style narratif d'une grande sensibilité, avec une plume douce Gilbert Bordes va nous raconter une histoire humaine ou la solidarité est omnis présente. Elle nous redonne foi en l'homme malgré les horreurs qu'il est capable de faire. L'amour est omnis présent, l'amour avec un grand A. L'histoire est triste mais merveilleuse et je ne peux que la conseiller.

    https://happymandapassions.blogspot.com/2018/12/elle-voulait-voir-mer-gilbert-bordes.html

  • add_box
    Couverture du livre « Juste un coin de ciel bleu » de Gilbert Bordes aux éditions Robert Laffont

    MClaude sur Juste un coin de ciel bleu de Gilbert Bordes

    Tendre, cocasse et improbable, le voyage d'un alcoolique et d'un ivrogne en compagnie d'une gamine fugueuse délaissée par ses parents. Ce livre fait sourire, parfois grincé des dents...un bon moment de lecture simple.

    Tendre, cocasse et improbable, le voyage d'un alcoolique et d'un ivrogne en compagnie d'une gamine fugueuse délaissée par ses parents. Ce livre fait sourire, parfois grincé des dents...un bon moment de lecture simple.

Ils suivent Gilbert Bordes

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !