Gerard De Cortanze

Gerard De Cortanze

Ecrivain, éditeur aux éditions Albin Michel, membre de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, Gérard de Cortanze a publié plus de 80 livres, traduits en vingt-cinq langues.

Auteur de romans, de biographies, d'essais sur l'art et la littérature, Gérard de Cortanze a...

Voir plus

Ecrivain, éditeur aux éditions Albin Michel, membre de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, Gérard de Cortanze a publié plus de 80 livres, traduits en vingt-cinq langues.

Auteur de romans, de biographies, d'essais sur l'art et la littérature, Gérard de Cortanze a obtenu le prix Renaudot 2002 pour Assam. Nombre de ses livres s'appuient sur une réalité historique forte. Après sa saga familiale des Vice-Rois, l'An prochain à Grenade et Les amants de Coyoacan, Zazous, se penchant sur la France de l'Occupation, ne déroge pas à cette règle.

crédit photo : © Witi DE TERA / Opale / Leemage / Editions Albin Michel

Articles (1)

Avis (29)

  • add_box
    Couverture du livre « Laisse tomber les filles » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel

    Jean-Paul Degache sur Laisse tomber les filles de Gerard De Cortanze

    Quel tour de force ! Réussir à nous faire partager 52 ans d’actualité politique, sociale, économique d’un pays au travers des chansons à succès du moment, Gérard de Cortanze l’a fait ! Laisse tomber les filles est un titre réducteur par rapport à l’ambition de ce roman mais il fallait bien...
    Voir plus

    Quel tour de force ! Réussir à nous faire partager 52 ans d’actualité politique, sociale, économique d’un pays au travers des chansons à succès du moment, Gérard de Cortanze l’a fait ! Laisse tomber les filles est un titre réducteur par rapport à l’ambition de ce roman mais il fallait bien choisir le titre d’une chanson en vogue…

    L’intérêt d’un livre est bien sûr dans ce qu’on lit et dans ce que cette lecture évoque, rappelle ou apprend. L’ambiance musicale du livre a été enregistrée sur un double CD, une compilation de 52 titres choisis par l’auteur, le tout complété par un vinyle aux Éditions E.P.M.
    Revenons au texte qui débute en 1963, avec Lorenzo qui n’a pas 15 ans : « Façonné par l’école religieuse, il n’en admet aucun des principes. Lorenzo a le sentiment de n’être nulle part à sa place. » Il fait partie de ma génération : « Une génération, la première, à n’avoir jamais à craindre sérieusement la mort. » Le mot adolescent est à la mode. On parle de baby-boom…
    Dans le métro, Lorenzo, comme beaucoup d’autres jeunes entre 15 et 20 ans, lit Salut les Copains : « Ils arrivent à l’âge de la consommation tandis que leurs géniteurs accèdent à une aisance jusque-là inconnue. »
    Place de la Nation, Salut les Copains fête son premier anniversaire. Ce magazine lancé en juillet 1962 connaît un succès foudroyant grâce à Europe 1 et surtout à la généralisation du transistor. Danyel Gérard, Richard Anthony, Johnny Halliday, Sylvie Vartan… se succèdent sur scène. On danse le twist, on commence à flirter mais vous l’avez compris, nous sommes à Paris, ce qui permet bien des choses à l’auteur, lui donnant une immense palette pour faire évoluer ses quatre héros.
    Si Lorenzo est le premier rencontré, vont suivre Michèle, Antoine et François. Ils vont, au fil des pages et des années, se rencontrer, se perdre, se retrouver, se révéler beaucoup d’amour, se cacher plein de mystères, être heureux ou malheureux, un peu comme nous tous mais en étant souvent au cœur d’une actualité trouvant son paroxysme au cours de ce fameux mois de mai 1968. Ceux que l’auteur appelle les mousquetaires se rendent à la Sorbonne : « Ils sont partie prenante de l’Histoire en train de se faire. Ils en sont les acteurs, les protagonistes. »
    Titres ou extraits de chansons ouvrent les chapitres et sont toujours bien choisis, adaptés à la situation. Les évolutions techniques comme ce Teppaz sur lequel on peut enfin écouter des disques, sont importantes et chaque famille a pu fêter son apparition comme une petite révolution.
    Michèle, je peux le dire sans nuire à l’intérêt du livre, est le personnage central de l’histoire. Elle rompt avec la vie des femmes de la génération précédente mais tout de même, « chez ces mêmes yéyés, une fille reste une fille et un garçon un garçon. Chacun reste à sa place. »
    Au fil des années, Gérard de Cortanze a voulu mener ses héros jusqu’à nos jours, ce qui n’était pas chose facile, jalonnant toujours le récit d’événements importants, souvent oubliés mais il offre une fin complètement différente du reste du livre où le fantastique côtoie le réel, preuve, peut-être, que les souvenirs s’effacent…

    Laisse tomber les filles est un roman qui s’adresse à toutes les générations, même si ceux qui ont vécu ces années, ont un ressenti différent. Gérard de Cortanze a rafraîchi ou entretenu les mémoires et l’a bien fait avec réalisme et fantaisie parfois, des rêves de jeunesse au mot fin qui clôture toute vie.

  • add_box
    Couverture du livre « Laisse tomber les filles » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel

    NATHALIE BULLAT sur Laisse tomber les filles de Gerard De Cortanze

    Résumé Nathalie Bullat

    Il y a 50 ans la jeunesse dépavait les rues, occupait les universités, réclamait la liberté sexuelle. Les ouvriers se mettaient en grève ..
    Mai 68 va ébranler la société dans ses certitudes !
    Ce livre richement documenté, est l histoire des Baby-boomers nés entre...
    Voir plus

    Résumé Nathalie Bullat

    Il y a 50 ans la jeunesse dépavait les rues, occupait les universités, réclamait la liberté sexuelle. Les ouvriers se mettaient en grève ..
    Mai 68 va ébranler la société dans ses certitudes !
    Ce livre richement documenté, est l histoire des Baby-boomers nés entre 1945 et 1965, la première génération qui n’a pas connu la guerre !
    Une jeunesse influencée par la littérature et la musique de la Beat-génération avec l’arrivée de la télévision, des électrophones topaze écoutant «salut les copains» sur les premiers transistors.
    Une époque qui a inventé l’adolescence, la musique pop rock, Woodstock, le refus de la guerre, de l’armée, des conventions.
    En retraçant la jeunesse et la vie adulte de 4 amis à partir de 1963, Gérard de Cortanze, célèbre auteur de biographies, nous livre ici plusieurs décennies de la grande Histoire :
    les accords de Grenelle, le Viet Nam, la guerre des 6 jours en Israel, les coups d’Etat en Amérique du Sud, Mitterrand en 81, la Perestroïka, la chute du mur de Berlin. Cela s’achève par la vague d’attentats de 2015…..
    Pour moi cet ouvrage déborde de jolis souvenirs. Lycéenne en 68, avec mes amis nous refaisions le monde dans les cafés.
    mais je ne suis pas certaine que la jeunesse travaillant dur dans les campagnes des années 60 se retrouve dans cette aventure estudiantine parisienne.
    J’ai eu du mal à saisir le personnage de Michèle. Eprise de liberté, elle a une curieuse façon d’apparaitre et de disparaitre tout aussi vite. Dommage que le personnage féminin ait cette image égocentrique ! Peu de filles à cette époque ont bénéficié de la liberté qu’elle affiche.
    Les garçons sont plus attachants. François est attiré par le mouvement hippie. Antoine citant Bob Dylan et Ferrat, défend la cause ouvrière avec ferveur.
    Lorenzo, passionné de cinéma, de littérature, plus fragile, plus sensible est le personnage clé de l’histoire.
    Est-ce que la jeunesse actuelle dont les préoccupations sont bien différentes apprécierait ce livre ? Peut-être …….
    Mais nous, nostalgiques, désenchantés, replongeons dans cette époque, fermons les yeux en écoutant Joan Baez et twistons un madison avec les quatre amis !
    Souvenons nous de
    «la douce violence de nos jeunes amours,
    La tendre insouciance de nos premiers beaux jours «

  • add_box
    Couverture du livre « Laisse tomber les filles » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel

    FLORENCE VANRECHEM sur Laisse tomber les filles de Gerard De Cortanze

    Je ne connais pas les livres de Gérard de Cortanze je serais interessée de découvrir cet auteur par "laisse tomber les filles" car tout de suite la chanson vient en tête. Ma chanson préférée de cette époque ? Le générique de l'émission Salut les Copains car on l'entend dans quantité de films de...
    Voir plus

    Je ne connais pas les livres de Gérard de Cortanze je serais interessée de découvrir cet auteur par "laisse tomber les filles" car tout de suite la chanson vient en tête. Ma chanson préférée de cette époque ? Le générique de l'émission Salut les Copains car on l'entend dans quantité de films de cette époque.

  • add_box
    Couverture du livre « Assam » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel

    Nina GUS... sur Assam de Gerard De Cortanze

    Il s'agit du premier livre lu de cet auteur. C'est un peu du Dumas (pour le côté roman historique). Sur les guerres napoléoniennes, nous avions Stendhal et nous avions Tolstoï. Avec ce roman, il y a aussi De Cortanze. Comme souvent chez cet auteur et dans les grandes fresques historiques, les...
    Voir plus

    Il s'agit du premier livre lu de cet auteur. C'est un peu du Dumas (pour le côté roman historique). Sur les guerres napoléoniennes, nous avions Stendhal et nous avions Tolstoï. Avec ce roman, il y a aussi De Cortanze. Comme souvent chez cet auteur et dans les grandes fresques historiques, les personnages qui vivent au travers des pages, se croisent, se perdent, se retrouvent. Les petites destinées se mêlent à la grande Histoire.
    Si seulement, l'Histoire en classe m'avait été enseignée à travers ces récits....

    A lire absolument !

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !