Gerard De Cortanze

Gerard De Cortanze

Ecrivain, éditeur aux éditions Albin Michel, membre de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, Gérard de Cortanze a publié plus de 80 livres, traduits en vingt-cinq langues.

Auteur de romans, de biographies, d'essais sur l'art et la littérature, Gérard de Cortanze a...

Voir plus

Ecrivain, éditeur aux éditions Albin Michel, membre de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, Gérard de Cortanze a publié plus de 80 livres, traduits en vingt-cinq langues.

Auteur de romans, de biographies, d'essais sur l'art et la littérature, Gérard de Cortanze a obtenu le prix Renaudot 2002 pour Assam. Nombre de ses livres s'appuient sur une réalité historique forte. Après sa saga familiale des Vice-Rois, l'An prochain à Grenade et Les amants de Coyoacan, Zazous, se penchant sur la France de l'Occupation, ne déroge pas à cette règle.

crédit photo : © Witi DE TERA / Opale / Leemage / Editions Albin Michel

Articles (1)

Voir tous les articles

Avis (23)

  • Couverture du livre « Laisse tomber les filles » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel

    MICHEL Galane sur Laisse tomber les filles de Gerard De Cortanze

    Bonjour !! L’histoire de François, Antoine, Lorenzo et Michèle. Le livre commence dans les années 1960 pendant leur adolescence et se poursuit jusqu’en 2015. Le récit raconte leurs rêves d’une société meilleure. C’est comme un roman documentaire, j’ai appris pleins de choses sur les années 60...
    Voir plus

    Bonjour !! L’histoire de François, Antoine, Lorenzo et Michèle. Le livre commence dans les années 1960 pendant leur adolescence et se poursuit jusqu’en 2015. Le récit raconte leurs rêves d’une société meilleure. C’est comme un roman documentaire, j’ai appris pleins de choses sur les années 60 (Moi qui suis née en 1989) comme les scopitones qui signent les prémisses des clips qui nous avons aujourd’hui, les yéyés, la télévision avec d’abord une puis deux chaînes, les grèves de mai 1968, l’actualité politique….. Mais j’ai découvert également comment était notre société pendant ces années là (La démographie, la culture, l’économie…) et son évolution jusqu’à aujourd’hui. J’ai regretté la noirceur et le pessimisme du livre. Je ne comprends pas comment ces 4 personnages avec leur culture, leur éducation, leur esprit d’analyse ont pu a ce point raté leur vie, finir si mal à la fin de l’histoire. C’est vraiment dommage car sinon le livre est bien écrit et plaisant à lire.

  • Couverture du livre « Laisse tomber les filles » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel

    Bill sur Laisse tomber les filles de Gerard De Cortanze

    Après Zazous, qui traitait des jeunes des années 40, et, surtout de leur musique, Gérard de Cortanze nous entraîne chez les yés-yés des années 60.

    Lorenzo, Antoine et François se côtoient sur les bancs du collège puis du CES et du lycée. Michèle les rejoint et ils forment la joyeuse bande des...
    Voir plus

    Après Zazous, qui traitait des jeunes des années 40, et, surtout de leur musique, Gérard de Cortanze nous entraîne chez les yés-yés des années 60.

    Lorenzo, Antoine et François se côtoient sur les bancs du collège puis du CES et du lycée. Michèle les rejoint et ils forment la joyeuse bande des Trois mousquetaires fans de musique ... 

    François, c'est le reocker qui virera un peu hippie, prêt à toues les expériences

    Antoine, fils d'ouvrier, aura la fibre syndicale chevillée au corps

    Lorenzo, fils d'aristocrate italien désargenté devenu cadre d'entreprise, ne jure que par la littérature et le cinéma ...

    On suivra ces quatre personnages à partir du début de leur adolescence quand seule la musique les réunit et les regroupe malgré leurs goûts différents. 

    On partira en vacances avec eux, sur un fond d'actualité qui ancre le récit dans la réalité de ces années-là : de la mort de JF Kennedy aux discours de fin d'année du Général de Gaulle, en passant par les événements de mai 68, les manifestations contre la Guerre du Viet-Nam, ... la Chute du Mur de Berlin et 'Je suis Charlie'

    Tranche de vie, tranche d'époque ... 

    Un roman un brin nostalgique, parfois tiré par les cheveux mais qui, grâce à sa bande son, nous replonge bien dans cette époque ... 

    Pas le meilleur roman de l'auteur, mais un bon moment de lecture :)

  • Couverture du livre « Laisse tomber les filles » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel

    Isabelle Anne sur Laisse tomber les filles de Gerard De Cortanze

    Laisse tomber les filles

    J'ai découvert cet ouvrage grace à une amie qui me l'a prêté. Je me suis fait une fête de découvrir une période sur laquelle j'ai peu de souvenirs (1963-1968) puisuque je suis née en 1962 et que je ne connaissais que par les dires de mes parents qui me racontaient...
    Voir plus

    Laisse tomber les filles

    J'ai découvert cet ouvrage grace à une amie qui me l'a prêté. Je me suis fait une fête de découvrir une période sur laquelle j'ai peu de souvenirs (1963-1968) puisuque je suis née en 1962 et que je ne connaissais que par les dires de mes parents qui me racontaient mai 68 et les difficultés d'approvisionnement en essence.
    Le livre de Gérard de Courtanze balaie une grende partie de ce qui fut ma vie puisqu'il s'étend de 1963 à 2015 : de l'assassinat de JF. Kennedy à l'attentat de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher.
    On suit le parcours de quatre amis , trois garçons (Antoine, Lorenzo, François et une fille, Michèle tout au long de ces années et des évènements qui les ont marquées : la musique des yéyés écoutée sur des tourne-disque topaze, les idoles des jeunes (Johnny, Sylvie, France Gall ) à peine plus âgés que leurs fans, les grèves de mai 68, l'occupation des facultés, l'arrivée du téléphone et de la télévision dans les foyers, le chute du Mur de Berlin....

    La bande des quatre est unie comme les doigts de la main et partage tout : les affres du baccalauréat, les vacances en Italie et même les premiers émois amoureux.
    J'ai été un peu «gênée au entournures » par le personnage de Michèle qui se donne successivement aux trois garçons, sortant, en vacances de la tente de l'un pour rejoindre celle de l'autre. Au nom de la liberté sexuelle revendiquée elle paraît peinte à traits grossiers.
    Je lui préfère le personnage de Lorenzo, amoureux de cinéma et de littérature qui écrit sa vie comme un compagnon produirait son chef-d'oeuvre.

    Au fil des ans, au fil des pages, les amis se perdent de vue mais se retrouvent au hasard des évènvemrnts du siècle ; les relations fortes de la jeunesse où l'on se promet d'être toujours là quoi qu'il arrive « juré craché », « amis à la vie à la mort » se distendent sans se rompre et c'est là encore Michèle qui mène la danse comme dans le jeu amoureux.

    J'ai aussi parfois été déroutée par certains dialogues durant lesquels les protagonistes échangent des diverses statistiques (sur le nombre de lycéens par exempel qui augmente avec l'allongement des études, des résultats au baccalauréat) comme s'ils préparaient un exposé sur le sujet.

    Mais je n'ai pas regretté ma lecture, cette plongée dans un monde joyeux et insouciant qui est l'appanage de la jeunesse.

    Chaque chapitre portant le titre d'une chanson de l'époque yéyé, je me suis fait fort de me préparer une petite compilation à écouter en voiture pour savourer l'embiance de ces années là une fois le livre refermé

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !