Genevieve Brisac

Genevieve Brisac
Écrivain, éditrice, journaliste, Geneviève Brisac est notamment l'auteur de Week-end de chasse à la mère (prix Femina 1996) et de Une année avec mon père (2010). Elle a consacré deux essais à la littérature anglo-saxonne, Loin du paradis et La Double Vie de Virginia Woolf.

Articles (1)

Avis (31)

  • add_box
    Couverture du livre « Emma et le monde en couleurs » de Genevieve Brisac et Bruno Salamone aux éditions Poulpe Fictions

    Lunartic sur Emma et le monde en couleurs de Genevieve Brisac - Bruno Salamone

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un petit livre jeunesse qui nous propose de vivre une histoire absolument adorable et à la couverture et au titre extrêmement attrayants, j'ai nommé Emma et le monde en couleurs. Je remercie infiniment les éditions Poulpe...
    Voir plus

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un petit livre jeunesse qui nous propose de vivre une histoire absolument adorable et à la couverture et au titre extrêmement attrayants, j'ai nommé Emma et le monde en couleurs. Je remercie infiniment les éditions Poulpe Fictions de m'avoir permis de découvrir le tout premier titre de leur nouvelle collection Mini-Poulpe avec ce ravissant envoi qui ne déçoit résolument pas : dépaysement garanti au pays de l'imagination et des couleurs !

    Dès les premières lignes, j'ai été happée et je savais que j'allais garder ce joli petit moment de douceur et d'innocence dans ma mémoire pendant longtemps. Ce charmant petit livre, aussi mignon que pratique à transporter et agréable à tenir en main de par sa reliure assurément souple (oui, je tente mon petit démarchage tranquillement, sans scrupule aucun...), m'a fait l'effet d'une bulle tout ce qu'il y a de plus réconfortante. Je me sentais si bien au creux de ses pages parsemées de mille et une étoiles et de toutes les teintes de l'arc-en-ciel. J'ai de suite adoré la plume pétillante et chaleureuse de Geneviève Brisac, qui s'allie à merveille a l'incroyable talent de dessinateur de Bruno Salomone. J'ai été tout bonnement ravie de découvrir l'écriture délicieuse et malicieuse de l'une et les ensorceleuses, joyeuses et affriolantes illustrations de l'autre qui réunies produisent une magie tout simplement exceptionnelle. C'est véridique : leurs dons indescriptibles dans leurs domaines respectifs créent ensemble une authentique alchimie qui nous enveloppe. On a la sensation que l'on nous prend par la main et qu'on embellit notre monde d'extraordinaires couleurs au fur et à mesure de la lecture. Cet intelligent et judicieux petit récit m'a pour ma part véritablement inspirée et remise d'aplomb.

    Pour ce qui est du trio de choc formé par nos trois personnages principaux, je me suis instantanément attachée et identifiée à Emma en particulier : en effet, son cerveau fourmille constamment d'idées, n'arrête jamais de carburer et elle ressent comme moi ce besoin viscéral de se sentir utile. Je pense qu'on aurait beaucoup de choses à se dire, tous les deux. On se pose indéniablement beaucoup trop de questions pour notre bien, cela nous torture réellement l'esprit et nous empêche de profiter naturellement de la simplicité magnifique de la vie. Vous l'aurez compris, la connivence que j'ai ressentie pour cette protagoniste a été tout ce qu'il y a de plus sincère et évidente. Cependant, mon véritable coup de cœur dans ce récit fut le personnage de Micha avec ses époustouflants yeux brillants comme mille soleils ; mais ce sont pas que ses mirettes qui sont d'or : son cœur l'est également. Ce petit garçon d'une bonté et générosité sans pareils m'a indubitablement fait fondre. J'ai aussi énormément apprécié sa franchise à toute épreuve, parfois un peu trop brutale mais cela fait du bien au fond de se sentir un tant soit peu secoué dans ses fondations. Quant à Plouk, j'ai trouvé ce koala tout à fait singulier résolument rigolo et mignon. Oui, tout est mignon dans ce minuscule bouquin, je n'ai que ce mot à la bouche (aux touches de mon clavier ?) depuis j'ai commencé à rédiger cette chronique, qu'est-ce que j'y peux ? Ce n'est là que la pure et simple vérité établie universellement (enfin, au sein de l'univers de Nanette, en tout cas) : ce livre est mignon, c'est son deuxième prénom, voilà. Et si vous aussi, vous aimez tout ce qui est attendrissant et empli de bons sentiments, alors cette lecture est sans aucun doute faite pour vous ! Pour en revenir aux personnages et clore ce sujet, je dirais que ce qui m'a in fine le plus plu chez eux, c'est le fait qu'ils aient chacun une personnalité bien palpable et définie. Il y en aura forcément au moins un des trois dans lequel vous saurez vous reconnaître (s'il agit de Plouk, je rirai, et fort - je plaisante : si vous répondez cela, ça voudra dire que vous êtes quelqu'un d'unique et de précieux). Une chose est sûre, c'est qu'ils ne se laissent pas facilement oublier. De mon côté, je leur ai fait une petite place bien confortable dans mon cœur dès le départ et il ne sera pas aisé de les en déloger, je pense. C'est pour ainsi dire même certain.

    Pour conclure, je dirais que, pour le premier titre d'une collection toute belle toute neuve, Poulpe fictions fait franchement très fort et je les remercie encore une fois chaleureusement pour cet envoi qui fut selon moi digne d'une rêve et qui annonce une série de titres bariolés, fascinants, féériques et abracadabrants adressés aux bambins tout ce qu'il y a de plus prometteuse. Pour ma part, Emma et le monde en couleurs est une bien jolie réussite et je ne manquerai pas de suivre désormais de près le travail méticuleux et saisissant de Geneviève Brisac et Bruno Salamone, en solo comme en duo (en espérant qu'ils refassent une nouvelle collaboration ensemble, je croise fort les doigts !), ainsi que l'exquise collection Mini-Poulpe !

  • add_box
    Couverture du livre « Une année avec mon père » de Genevieve Brisac aux éditions Points

    Elizabeth Neef-Pianon sur Une année avec mon père de Genevieve Brisac

    Les parents de l’auteur ont un accident de voiture.
    Sa mère meurt. Son père, 80 ans, est à l’hôpital avec des côtes cassées.
    Geneviève Brisac raconte l’année qui suit. Les relations avec son père qui veut être chez lui, autonome.
    Ses craintes, ses peurs, leurs moments partagés, leurs...
    Voir plus

    Les parents de l’auteur ont un accident de voiture.
    Sa mère meurt. Son père, 80 ans, est à l’hôpital avec des côtes cassées.
    Geneviève Brisac raconte l’année qui suit. Les relations avec son père qui veut être chez lui, autonome.
    Ses craintes, ses peurs, leurs moments partagés, leurs sorties.
    Beaucoup d’humour pour décrire ces moments difficiles, l’accompagnement d’un parent vieillissant.
    Ne pas être trop pesant tout en étant présent. Un difficile équilibre à trouver.
    Respecter les volontés tout en étant vigilent.
    C’est sensible, éouvant.

  • add_box
    Couverture du livre « Petite » de Genevieve Brisac aux éditions Points

    Elizabeth Neef-Pianon sur Petite de Genevieve Brisac

    Geneviève, alias Nouk, a 14 ans lorsqu’elle décide de ne plus manger.
    La longue descente vers une anorexie profonde.
    Récit autobiographique, j’ai admiré la manière dont l’auteur se souvient de ce passage de sa vie, comment elle décrit le processus.
    Elle a beaucoup d’autres choses à écrire...
    Voir plus

    Geneviève, alias Nouk, a 14 ans lorsqu’elle décide de ne plus manger.
    La longue descente vers une anorexie profonde.
    Récit autobiographique, j’ai admiré la manière dont l’auteur se souvient de ce passage de sa vie, comment elle décrit le processus.
    Elle a beaucoup d’autres choses à écrire dit-elle, mais cette histoire s’impose à elle.
    Jamais larmoyante, jamais dramatique, elle raconte, tout simplement.
    Magnifique qu’elle s’en soit sorti ! D’autant qu’à l’époque, les méthodes de soin n’étaient pas très au point.

  • add_box
    Couverture du livre « Vie de ma voisine » de Genevieve Brisac aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Elizabeth Neef-Pianon sur Vie de ma voisine de Genevieve Brisac

    L’auteur aménage dans un nouvel immeuble et sympathise avec une voisine, Jenny, qui, au fil des jours lui raconte sa vie.
    Née en 1926, ses parents étaient des juifs polonais athées, aux idées très larges.
    On parcourt ainsi l’Histoire, de 1930 à nos jours.
    Jenny a eu une existence très...
    Voir plus

    L’auteur aménage dans un nouvel immeuble et sympathise avec une voisine, Jenny, qui, au fil des jours lui raconte sa vie.
    Née en 1926, ses parents étaient des juifs polonais athées, aux idées très larges.
    On parcourt ainsi l’Histoire, de 1930 à nos jours.
    Jenny a eu une existence très exposée, surtout dans sa jeunesse, mais jamais ne se plaint. C’est une personnalité très attachante.
    Certes, tous ces évènements horribles ont déjà été dits et redits, mais en même temps ils ne le seront jamais assez.
    Et ils continuent à nous glacer.
    Le fait que ce soit un témoignage actuel les rend encore plus poignants.

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !