Garcia Marquez Gabri

Garcia Marquez Gabri

Gabriel García Márquez, né le 6 mars 1927 à Aracataca en Colombie, et mort le 17 avril 2014 à Mexico, est un romancier, journaliste et novelliste colombien. Son oeuvre est fréquemment associée au "réalisme magique" du fait de la combinaison d'éléments "magiques", "surnaturels" dans un cadre "réal...

Voir plus

Gabriel García Márquez, né le 6 mars 1927 à Aracataca en Colombie, et mort le 17 avril 2014 à Mexico, est un romancier, journaliste et novelliste colombien. Son oeuvre est fréquemment associée au "réalisme magique" du fait de la combinaison d'éléments "magiques", "surnaturels" dans un cadre "réaliste".

 

Aîné d'une fratrie de onze enfants, il est élevé par ses grands-parents maternels. Après avoir obtenu son baccalauréat, il étudie le droit à Bogotá et à Carthagène. Il commence à travailler comme chroniqueur pour le journal El Universal, puis pour le journal local El Heraldo à Barranquilla. Il rejoint le "groupe de Barranquilla" où il rencontre, entre autres, Ramón Vinyes. Le poète Álvaro Mutis l'incite à terminer son premier roman, Des feuilles dans la bourrasque, publié pour la première fois en 1955.

 

Alors qu'il travaille pour le journal El Espectador à Bogotá, de 1954 à 1955, Gabriel García Márquez écrit, sous la forme de 14 articles, le récit de huit marins colombiens tombés à la mer. Ce récit est publié en 1970 sous le titre Récit d'un naufragé.

 

Gabriel García Márquez arrive en Europe en 1955 en tant que correspondant, et visite plusieurs pays ; il s'installe à Paris au mois de décembre et commence à écrire La Mala Hora, publié en 1962. Il quitte l'Europe pour l'Amérique à la fin de l'année 1957.

 

Entre 1965 et 1966, il commence à rédiger son roman Cent ans de solitude qui paraît pour la première fois en Argentine en 1967. La même année, l'écrivain revient vivre en Europe. En 1971, il est intronisé docteur honoris causa par l'Université Columbia à New York.

 

Après la publication de L'Automne du Patriarche en 1975, Gabriel García Márquez quitte Barcelone et s'installe à Mexico. Jusqu'à la fin des années 1970, il met de côté sa carrière d'écrivain et s'implique en politique, dénonçant notamment la dictature chilienne de Pinochet. Il renoue avec la littérature avec Chronique d'une mort annoncée en 1981.

 

L'Amour aux temps du choléra paraît en 1985, après que l'auteur soit retourné en Colombie. De l'amour et autres démons paraît en 1994. Gabriel García Márquez commence la rédaction de ses mémoires alors qu'on lui diagnostique un cancer lymphatique en 1999 ; le premier tome, Vivre pour la raconter, paraît en 2002. 

 

Surnommé "Gabo" en Amérique Latine, Gabriel García Márquez reçoit le Prix Nobel de Littérature en 1982.

 

 

Crédit photo : cinelatinotrieste.org

Articles (1)

  • La Bibliothèque des romans historiques
    La Bibliothèque des romans historiques

    La prise de Rome, le destin de Louis XVI ou la ruée vers l’or, quoi de plus passionnant. De l’action, des intrigues, des rebondissements, plus qu’un peplum, la littérature en offre à foison. Allons à l'essentiel...

Avis (36)

  • Couverture du livre « Cent Ans De Solitude » de Garcia Marquez Gabri aux éditions Seuil

    Dominique Lemasson sur Cent Ans De Solitude de Garcia Marquez Gabri

    Je n’avais jamais rien lu de tel, c’est à la fois exaspérant et jubilatoire. Comment rester insensible à cette histoire tirée par… une queue de cochon ? Au final, on se trouve un peu penaud d’avoir attendu si longtemps pour pénétrer cet univers onirique dont la découverte vous a été tellement...
    Voir plus

    Je n’avais jamais rien lu de tel, c’est à la fois exaspérant et jubilatoire. Comment rester insensible à cette histoire tirée par… une queue de cochon ? Au final, on se trouve un peu penaud d’avoir attendu si longtemps pour pénétrer cet univers onirique dont la découverte vous a été tellement recommandée…
    Si ce n’est déjà fait, ne m’imitez pas, lisez le vite !
    Au début est l’amour ; mais ils sont cousins et leurs parents craignant que leurs enfants ne se voient affligés comme un autre cousin « d’une queue de cochon qui lui couta la vie le jour où un ami boucher s’offrit à la lui couper d’un coup de hachoir »s’opposent à leur mariage. « José Arcadio, avec l’insouciance de ses dix-neuf ans, résolut le problème avec une simple phrase : peu m’importe d’avoir des petits cochons pourvu qu’ils parlent ».
    Alors José Arcadio et Ursula s’enfuient et arrivés nulle part fondent un village, qu’ils nomment Macondo, puis une famille avec trois enfants : José Arcadio, Aureliano et Amaranta. La saga des Buendia (bonjour en espagnol) commence ainsi ; dès le début le lecteur est pris de vertige par un récit surnaturel et fantastique dans un environnement parfaitement rationnel.
    Pour achever d’égarer le lecteur qui s’obstinerait à rester cartésien, les prénoms des différents membres de la famille sont redondants et ce sur sept générations. On tente bien de dresser un arbre généalogique pour retrouver la filiation des différents personnages mais c’est rapidement, au fil des naissances hors mariages et des adoptions successives, peine perdue. Il y a toujours un José Arcadio ou un Aureliano pour ne pas être celui que vous croyez qu’il est.
    Pendant plus de cent ans va défiler, un peu comme sur les feuilles perforées du piano mécanique offert par le soupirant d’une des filles de la maison, le destin de la famille au milieu de l’histoire (très) agitée de la Colombie : ses guerres civiles, ses révolutionnaires, son église et ses bananeraies gérées par « les amerloks » (l’United Fruit Co n’est pas citée mais on la reconnait) dont le quartier « clôturé par un grillage électrifié » est comparé à « un gigantesque poulailler ».
    Les thèmes se succèdent et s’interpénètrent (comme les membres de la famille et du village) : l’isolement (plutôt que la solitude du titre), l’inceste qui va avec l’isolement, l’amour (plutôt physique au gré d’une nature très généreuse pour certains des mâles Buendia), la guerre et le désir de pouvoir qui s’abrite derrière les idéaux révolutionnaires.
    L’église (nous sommes en Amérique Latine) est elle aussi présente sans modération : l’un des arrières petits enfants sera, dès sa naissance, destiné par sa mère à devenir…pape ! Certains autres dont la naissance et la filiation incertaines pourraient poser problème sont déclarés trouvés dans un panier d’osier (le Nil n’est pas évoqué mais on ne peut s’empêcher d’y penser) ; une des filles disparait dans les cieux (à la manière de l’assomption de la Vierge Marie) et la pluie dure si longtemps (« il plut pendant quatre ans onze mois et deux jours ») qu’il est impossible de ne pas songer à un déluge biblique.
    Le choix d’un narrateur anonyme permet de débiter d’un ton détaché et tout à fait normal des événements qui ne le sont pas du tout. Ce décalage fait le sel extraordinaire de ce récit improbable.
    Les personnages reçoivent la visite des morts et les vivants choisissent le jour et l’heure de leur trépas. C’est très pratique car il est ainsi possible de remettre au futur mort les courriers des vivants à destination des morts plus anciens… «vers trois heures, il y avait déjà une grande boite pleine de missives. Ceux qui préféraient ne pas écrire confièrent à Amaranta des messages oraux qu’elle consigna dans un cahier avec le nom du destinataire et sa date de décès…ne vous faîtes pas de soucis…la première chose que je fais en arrivant, c’est de demander à le voir pour lui remettre votre message».
    « Ursula dut fournir un gros effort pour respecter sa promesse de mourir quand il aurait cessé de pleuvoir »
    Le récit est truffé d’images parfois très poétiques, parfois très drôles :
    « Cette passion s’avérait si pressante, alors qu’ils s’apprêtaient à manger, (qu’) ils reposaient les couverts pour s’en aller dans leur chambre mourir de faim et d’amour »
    « Le père Nicanor était un vieil homme endurci par l’ingratitude de son ministère »
    « Ce grand escogriffe dont les vents faisaient se faner les fleurs »
    « Le colonel Aureliano Buendia fut à l’origine de trente-deux soulèvements armés et autant de fois vaincu. De dix-sept femmes différentes, il eût dix-sept enfants mâles. Il échappa à quatorze attentats, à soixante-trois embuscades et à un peloton d’exécution. Il survécut à une dose massive de strychnine…qui eût suffi à tuer un cheval…mais jamais il ne permit qu’on le prenne en photo »
    « Aux femmes qui l’assiégèrent de leur convoitise,…il proposa de se mettre en loterie à dix pesos le numéro… et lorsqu’il ne resta plus que deux papiers au fond du chapeau, on put établir de qui il s’agissait _ Cinq pesos de plus pour chacune, proposa José Arcadio, et je me partage entre vous deux »
    « La guerre, reléguée au grenier des mauvais souvenirs trouva un éphémère rappel dans l’éclatement des bouchons de champagne ».
    Ces quelques citations ne sont qu’un infime échantillon de ce qu’on trouve dans cette (très) extraordinaire saga de la famille « Bonjour » qui se termine, bien entendu, en «queue de cochon ».

  • Couverture du livre « Cent Ans De Solitude » de Garcia Marquez Gabri aux éditions Seuil

    catherine C sur Cent Ans De Solitude de Garcia Marquez Gabri

    Un des meilleurs livres que j'ai lu

    Un des meilleurs livres que j'ai lu

  • Couverture du livre « Cent Ans De Solitude » de Garcia Marquez Gabri aux éditions Seuil

    Nad Bou sur Cent Ans De Solitude de Garcia Marquez Gabri

    Il existe des livres qui vous manquent déjà terriblement, à peine refermés. Cent ans de solitude est de ces romans.

    Ce classique de la littérature latino-américaine n’est pas un roman comme les autres. Vous allez adorer ce conte fantastique sur fond historique.

    Bienvenue dans le village...
    Voir plus

    Il existe des livres qui vous manquent déjà terriblement, à peine refermés. Cent ans de solitude est de ces romans.

    Ce classique de la littérature latino-américaine n’est pas un roman comme les autres. Vous allez adorer ce conte fantastique sur fond historique.

    Bienvenue dans le village imaginaire, d’apparence si paisible de Macondo. Ce village est le théâtre du destin très particulier de la famille Buendia, que l’on suit sur sept générations. Destin lié à une malédiction jeté par un vieux gitan sur le couple consanguin formé par José Arcadio Buendia et Ursula Iguaran. Cette épopée exubérante de la famille nous fera traverser les époques et les évènements marquants du village, et du pays (guerres, massacres, grèves, etc..)

    Il n’y a pas de structure d’intrigue particulière, mais plutôt une accumulation de petites histoires qui participent de près ou de loin à la grande Histoire. Il est vrai qu’on lutte un peu au début pour savoir où l’on va, qui est qui, à cause de la répétition des patronymes, mais une fois qu’on a décidé de lâcher prise, de se laisser aller, on est emporté par la dimension épique de cette saga. La grandeur et la décadence de cette famille et de ce village, et la beauté de la poésie de G. Garcia Marquez nous transportent. La répétition des petits détails, l’imbrication des histoires les unes aux autres nous donne l’impression de faire partie de cette dynastie, de faire corps avec ce village. La magie et le fantastique sont présents pendant tout le roman. Les fantômes des morts viennent hanter ou discuter avec les vivants, des malédictions et prophéties sont jetées, … Et malgré tous ces évènements, le point commun à tous ces personnages, toutes ces situations, c’est la solitude. Une solitude si présente et envoûtante qu’on en vient à l’aimer. Les mots de Gabriel Garcia Marquez sur la solitude sont les plus beaux que vous n’aurez jamais lus.

    Je ne vais pas rentrer dans le détail pour vous laisser avoir la surprise à la lecture. Savourez-la. Vous aurez appris à apprécier également la solitude dans laquelle vous serez une fois le roman fini car comme le dit si bien l’auteur : « Le secret d’une bonne vieillesse n’est rien d’autre que la conclusion d’un pacte honorable fait avec la solitude ».

  • Couverture du livre « Cent Ans De Solitude » de Garcia Marquez Gabri aux éditions Seuil

    Patrick GIBEAUD sur Cent Ans De Solitude de Garcia Marquez Gabri

    A lire et relire cette fresque gigantesque est un hymne à la liberté, la révolte, à l'imaginaire et à la vie. C'est un ouvrage riche, dense, drôle avec l'illustration de toutes les passions humaines des plus négatives aux plus belles avec l'étrange jamais très loin.
    Indispensable.

    A lire et relire cette fresque gigantesque est un hymne à la liberté, la révolte, à l'imaginaire et à la vie. C'est un ouvrage riche, dense, drôle avec l'illustration de toutes les passions humaines des plus négatives aux plus belles avec l'étrange jamais très loin.
    Indispensable.

Discussions autour de cet auteur

Récemment sur lecteurs.com