Freud Sigmund

Freud Sigmund

Sigmund Freud (1856-1939) est un médecin autrichien, neurologue et fondateur de la psychanalyse né à Freiberg (aujourd'hui Prìbor, République tchèque). Enfant, sa famille s'enfuit à Leipzig et s'installe à Vienne, où il fera ses études et restera jusqu’en 1938. C’est en 1876, en troisième anné...

Voir plus

Sigmund Freud (1856-1939) est un médecin autrichien, neurologue et fondateur de la psychanalyse né à Freiberg (aujourd'hui Prìbor, République tchèque). Enfant, sa famille s'enfuit à Leipzig et s'installe à Vienne, où il fera ses études et restera jusqu’en 1938. C’est en 1876, en troisième année de médecine, qu’il commence ses recherches sur la physiologie et la pathologie du système nerveux.

En 1885, il suit à Paris les leçons de Jean Charcot sur l'hystérie. L’année suivante, il ouvre un cabinet spécialisé dans les maladies nerveuses à Vienne où il pratique l’hypnose et l’électrothérapie. C'est en 1896 qu'il met au point une nouvelle approche qu’il nommera psychanalyse. Par ailleurs, le décès de son père l’amènera à pratiquer une autoanalyse, mettant en avant la force des souvenirs oubliés et les modifications de l'affectivité. Avec l’analyse des rêves, il élabore sa théorie sur la sexualité infantile et découvre le complexe d’Oedipe en 1897, tout comme celle du transfert.

En 1900, il publie L’interprétation des rêves, œuvre majeure dans laquelle il définit les fondamentaux de la doctrine psychanalytique tout comme la base de ses ouvrages suivants, Psychopathologie de la vie quotidienne (1904), Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905). A partir de 1923, il développe la notion de « pulsion de vie » où le ça, le moi et le surmoi constituent les trois instances de la personne, dans ses livres Le Moi et le Ça (1923) et Inhibition, Symptôme et Angoisse (1926). Freud multiplie également les tentatives pour expliquer la psychanalyse, notamment dans Ma vie et la psychanalyse (1925) et Abrégé de psychanalyse (1938).

Atteint dès 1923 d'un cancer de la mâchoire, il continue, malgré ses souffrances, de pratiquer, d'élargir et de diffuser la psychanalyse. Mais la montée du nazisme le guettait : ses œuvres sont brûlées à Berlin en 1934. Lorsque les Allemands occupent l'Autriche en 1938, Freud s'enfuit avec sa famille à Londres, où il meurt le 23 septembre 1939.