Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Frederique Deghelt

Frederique Deghelt
Voyageuse infatigable avec Paris pour port d'attache, Frédérique Deghelt est journaliste et réalisatrice de télévision. Chez Actes Sud, elle a publié trois romans – La Vie d'une autre (2008, adapté au cinéma par Sylvie Testud en 2012 ; Babel n° 897), La Grand-mère de Jade (2009, prix Chronos, pri... Voir plus
Voyageuse infatigable avec Paris pour port d'attache, Frédérique Deghelt est journaliste et réalisatrice de télévision. Chez Actes Sud, elle a publié trois romans – La Vie d'une autre (2008, adapté au cinéma par Sylvie Testud en 2012 ; Babel n° 897), La Grand-mère de Jade (2009, prix Chronos, prix Solidarité) et La Nonne et le Brigand (2011) –,deux ouvrages mêlant textes et photographies – Je porte un enfant et dans mes yeux l'étreinte sublime qui l'a conçu (2007) et Le Cordon de soie (2009) – et deux livres pour la jeunesse – Ma nuit d'amour (2011) et Le Voyage de Billie (2012).

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Frederique Deghelt (2)

Avis sur cet auteur (98)

  • add_box
    Couverture du livre « L'oeil du prince » de Frederique Deghelt aux éditions J'ai Lu

    Michel Bernard sur L'oeil du prince de Frederique Deghelt

    "Frédérique Deghelt est décidément l’un(e) des écrivains(es) que je préfère !
    L’œil du Prince, quatre histoires, quatre récits, quatre générations à priori sans
    Liens, à priori seulement… c’est franchement remarquable !
    A lire absolument !

    "Frédérique Deghelt est décidément l’un(e) des écrivains(es) que je préfère !
    L’œil du Prince, quatre histoires, quatre récits, quatre générations à priori sans
    Liens, à priori seulement… c’est franchement remarquable !
    A lire absolument !

  • add_box
    Couverture du livre « La grand-mère de Jade » de Frederique Deghelt aux éditions Actes Sud

    CATHIE LOUVET sur La grand-mère de Jade de Frederique Deghelt

    La Grand-mère de Jade a été publié par les éditions Actes Sud en 2009, puis réédité en 2021 par les éditions J'ai Lu pour la version poche. Le style de Frédérique Deghelt est fluide, très agréable à lire. Les mots glissent comme un drap de soie recouvre les corps avec légèreté et douceur:...
    Voir plus

    La Grand-mère de Jade a été publié par les éditions Actes Sud en 2009, puis réédité en 2021 par les éditions J'ai Lu pour la version poche. Le style de Frédérique Deghelt est fluide, très agréable à lire. Les mots glissent comme un drap de soie recouvre les corps avec légèreté et douceur: "Depuis dix-sept jours, Mamoune et sa petite-fille vivaient ensemble. Ce matin, Jade, l'avait laissée après le petit-déjeuner qu'elles prenaient sur le balcon pour saluer ce superbe mois de juin aux températures idylliques. Jade était heureuse que le temps soit clément afin d'éviter à Mamoune l'enfermement d'un  appartement, elle qui était toujours dehors sur les chemins de sa montagne." (Page 54).
    Construction: les chapitres alternent entre ceux racontés du point de vue de Jade à la troisième personne et au passé; ceux donnant la parole à Jeanne, la grand-mère de Jade, qui, comme le titre l'évoque, est le personnage central du roman, sont à la première personne et au présent. Une façon de faire vivre le personnage au-delà de son destin de papier?
    L'auteur a souvent recours à l'appellation "sa petite-fille" pour parler de Jade, comme si la vie de Jade se résumait à son statut de petite-fille de Mamoune; ce qui, bien entendu, est faux...
    Thèmes: la vieillesse, la place des personnes âgées dans notre société: "On ne veut plus rien savoir de la mort de nos jours. Et maintenant voilà qu'on cherche à gommer le temps qui la précède. On voudrait pour cela soustraire les vieux vivants que nous sommes, de peur qu'ils n'encombrent le regard de ceux qui veulent oublier que toute destinée a une fin. Et comment nous cacher, nous et nos décrépitudes flagrantes sinon en nous rassemblant dans des maisons loin des regards?" (Page 109). Mais également la lecture, le rapport aux livres et à la lecture: "Je me souviens d'avoir été fascinée par le miracle des bons livres qui arrivaient au bon moment de la vie. Ceux qi parfois tombaient des étagères pour répondre à des questions que me posait l'existence...J'ai tout vécu, j'ai mille ans et je le dois aux livres." (Pages 122)
    Fil rouge: la passion de Jeanne pour la lecture et la littérature.

    Jeanne, octogénaire, vit seule dans sa ferme savoyarde depuis le décès de Jean, son mari. Ses trois filles prennent pour prétexte un malaise pour décider de la placer dans une maison médicalisée, pour un séjour de courte durée, juste le temps qu'elle se remette. Mais Jeanne sait bien qu'une fois qu'on a mis un pied dans ce genre d'établissement, on en ressort qu'entre quatre planches. 
    Jade, sa petite-fille, journaliste à Paris, décide, sur un coup de tête, d'enlever sa grand-mère afin de l'installer chez elle, dans son deux-pièces parisien, malgré les doutes qui l'assaillent: "Jade avait peur de l'entraîner dans un monde qui n'était pas le sien. Elle n'était sûre de rien. Elle ne connaissait de sa grand-mère que le côté raisonnable et tranquille mais n'était-ce pas elle qui lui avait dit un jour que tout être recèle une part d'insoupçonnable, que tout être est capable de se révéler étrange voire étranger?...jade avait peur de commettre une erreur en l'emmenant, peur de ne pas pouvoir s'en occuper, peur de lui avoir menti en lui proposant de la sauver." (Pages 18-20).
    La cohabitation avec sa grand-mère, que finalement elle connaît bien peu, se passera-t-elle selon ses souhaits? Bien que les deux femmes aient grandi dans deux univers si éloignés, tant géographiquement que culturellement, peu à peu des liens forts se tissent, les aidant à franchir la distance qui les sépare. Jade découvre avec stupeur la femme qui se dissimule derrière la grand-mère:" Mamoune, je croyais la connaître, mais je ne la voyais pas comme une femme. C'était juste ma grand-mère. C'est ridicule, je sais, mais en vivant avec elle je suis remplie de questions, de curiosités et même d'indiscrétions. C'est comme si j'avais sous la main un trésor et que je sache pas encore bien ce que je peux en faire ou comment l'ouvrir." (Page 68).
    Jade va de surprises en surprises, surtout quand elle découvre le passé de lectrice avisée que sa grand-mère a dissimulé pendant de nombreuses années, même à son mari, son rapport à la lecture et sa passion pour la littérature. Elle la regarde d'un œil neuf...

    Peut-on contraindre sa propre mère, sous prétexte d'un malaise isolé, à intégrer une maison médicalisée contre son gré? Question qui pose un véritable cas de conscience: où s'arrête la liberté de chacun de décider de sa propre vie, de prendre ou non certaines décisions: "Je crois que choisir son lieu de vie et les êtres qui sont autour de soi est la dernière dignité qui reste à un être vieillissant..." (Page 94)...Peut-on reléguer une personne aux oubliettes sous prétexte qu'elle est âgée de plus de soixante-dix ans? Peut-on se ranger derrière ce prétexte fallacieux pour prétendre qu'elle ne peut plus rien entreprendre de nouveau dans sa vie, qu'elle n'est pas en adéquation avec le monde d'aujourd'hui, qu'elle ne pourra plus s'y adapter, ne peut plus interagir avec les jeunes générations que de toute façon elle ne peut pas comprendre? La Grand-mère de Jade pose cette question cruciale: Y a-t-il une vie après la jeunesse? Telles sont les questions existentielles auxquelles Frédérique Deghelt vous invite à réfléchir, tout en vous donnant quelques pistes de réponses...
    La Grand-mère de Jade est bien plus qu'un roman; c'est un livre riche d'enseignements, lumineux. Une bouffée d'air frais, un peu piquant comme celui des montagnes de Jeanne, du bonheur cristallin, beau mais si fragile, bienvenue dans le monde égoïste et froid dans lequel nous vivons.
    Pour moi, La Grand-mère de Jade est un conte initiatique, flirtant avec le conte philosophique, livrant de nombreuses considérations faisant réfléchir à propos d'aspects de la vie importants, tel l'accès à l'instruction, au savoir, à la culture de qualité et non pas la culture de masse formatée par des dirigeants hypocrites.

  • add_box
    Couverture du livre « Sankhara » de Frederique Deghelt aux éditions Actes Sud

    Sophie Wag sur Sankhara de Frederique Deghelt

    Septembre 2001Hélène ne sait plus où elle en est de sa relation avec le père de ses jumeaux, elle part pour une retraite de méditation de 10 jours, pendant lesquels elle ne pourra ni appeler ni être jointe. Elle a tout prévu, les enfants recevront une lettre par jour, postée par une amie. Mais...
    Voir plus

    Septembre 2001Hélène ne sait plus où elle en est de sa relation avec le père de ses jumeaux, elle part pour une retraite de méditation de 10 jours, pendant lesquels elle ne pourra ni appeler ni être jointe. Elle a tout prévu, les enfants recevront une lettre par jour, postée par une amie. Mais elle n'a pas dit à Sébastien où elle allait, juste qu'elle serait injoignable pendant 10 jours. Tour à tour, Hélène et Sébastien prennent la parole, chaque chapitre étant un jour de retraite avec la vision alternée de ces deux êtres qui vivent des choses totalement différentes.
    J'aime beaucoup l'écriture douce de Frédérique Deghelt que j'avais déjà appréciée dans La vie d'une autre. Dans ce roman, on découvre en plus la quête spirituelle de l'autrice ainsi que ses réflexions intimes car il faut avoir vécu soi-même cette expérience pour la livrer. J'ai adoré ce livre. Et Frédérique Deghelt passe en tête de mes "auteur.e.s" préféré.e.s!

  • add_box
    Couverture du livre « Sankhara » de Frederique Deghelt aux éditions Actes Sud

    Stephanie Martin sur Sankhara de Frederique Deghelt

    j'ai adoré suivre le parcours de cette femme lors d'un stage de méditation qui revient sur ses choix et modes de fonctionnement et en parallèle la vie de son mari qui traverse les Evénements du 11 septembre 2001 et le départ impromptu de son épouse.

    j'ai adoré suivre le parcours de cette femme lors d'un stage de méditation qui revient sur ses choix et modes de fonctionnement et en parallèle la vie de son mari qui traverse les Evénements du 11 septembre 2001 et le départ impromptu de son épouse.