Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Frederic Vermorel

Frederic Vermorel
Né en 1946, Fred Vermorel est l'auteur d' « antibiographies » consacrées aux Sex Pistols, à Vivienne Westwood ou encore à Kate Moss, devenues cultes. Il vit à Londres.

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « La dernière balade de Jean Townsend » de Frederic Vermorel aux éditions Sonatine

    Lison CARPENTIER sur La dernière balade de Jean Townsend de Frederic Vermorel

    Ce livre n’est pas un roman policier mais un travail de synthèse sur l’assassinat d’une jeune anglaise dans les années 50. Fred Vermorel est un biographe anglais qui a entre autre écrit sur les Sex Pistols, Vivienne Westwood et Kate Moss. Adolescent à l’époque du meurtre de Jean Townsend, il se...
    Voir plus

    Ce livre n’est pas un roman policier mais un travail de synthèse sur l’assassinat d’une jeune anglaise dans les années 50. Fred Vermorel est un biographe anglais qui a entre autre écrit sur les Sex Pistols, Vivienne Westwood et Kate Moss. Adolescent à l’époque du meurtre de Jean Townsend, il se passionne sa vie durant pour ce fait divers et livre soixante sept ans plus tard un compte-rendu scrupuleusement détaillé de l’affaire, dans lequel il rassemble témoignages, documents d’archives, hypothèses et pistes suivies pour élucider ce crime.

    En 1954, Jean Townsend, une jeune styliste anglaise de 21 ans, vivant à Ruislip dans le comté du Middlesex, est retrouvée étranglée avec son propre foulard sur un terrain vague. Les circonstances du meurtre restent obscures et la police ne parvient pas à identifier son agresseur. Diverses pistes ont pourtant été suivies: les soupçons se portent dans un premier temps sur des militaires américains basés dans une station aérienne voisine, puis sur un éventuel tueur en série ayant déjà sévi en Allemagne… Mais ces pistes sont écartées. Le lien est également établi avec les milieux de la nuit londonienne que fréquentait la jeune styliste. On pouvait y croiser à cette époque des personnalités du grand banditisme mais également du show-biz et de la politique, telles que l’actrice Joan Collins, Sarah Churchill ou encore le prince Philip. Dans ces clubs, la débauche sexuelle, la drogue et l’alcool forment un univers impitoyable pour des jeunes filles naïves. Jean Townsend en a t-elle été la victime, ou a t-elle été témoin de quelque chose qu’elle ne devait pas voir ?

    Le cas peut se rapprocher de celui du Dahlia Noir où de nombreux suspects potentiels pouvaient être les auteurs d’un crime non résolu survenu dans un milieu huppé… On peut aussi évoquer à une toute autre époque Jack l’Eventreur, resté non identifié mais pour lequel on soupçonne également des liens avec la famille royale… Outre le fait « d’égratigner le gratin » en rappelant chacune des pistes possibles pour résoudre ce meurtre, témoignages, documents et photographies à l’appui, ce livre établit le portrait d’une époque, d’un milieu particulier en disséquant des mœurs et mentalités parfois surprenantes. C’est ce que je retiendrai de ce livre et ce qui m’a d’ailleurs permis d’aller jusqu’au bout, plutôt que l’enquête proprement dite sur le meurtre de Jean Townsend, car l’auteur a une grande propension à la digression et l’on peut facilement se perdre au milieu des nombreuses personnes évoquées.

    A lire si l’on se passionne pour les grandes affaires criminelles ou si l’on s’intéresse de près aux années 50! Je remercie les éditions Sonatine via NetGalley pour cette lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « La dernière balade de Jean Townsend » de Frederic Vermorel aux éditions Sonatine

    Cécile sur La dernière balade de Jean Townsend de Frederic Vermorel

    True Crime

    En septembre 1954, le corps de Jean Townsend est retrouvé dans un terrain vague. Elle a été étranglée avec son foulard.
    Fred Vermorel a alors 8 ans.
    Plus de soixante ans plus tard, il revient sur cette affaire, placée sous embargo jusqu'en 2031, délai inhabituellement...
    Voir plus

    True Crime

    En septembre 1954, le corps de Jean Townsend est retrouvé dans un terrain vague. Elle a été étranglée avec son foulard.
    Fred Vermorel a alors 8 ans.
    Plus de soixante ans plus tard, il revient sur cette affaire, placée sous embargo jusqu'en 2031, délai inhabituellement long.

    L'enquête menée par Fred Vermorel est complète et minutieuse, il cite ses sources, documente énormément son propos, s'appuie sur des photos, des articles de journaux, des conversations qu'il a pu avoir avec des personnes ayant connu Jean Townsend.

    Il passe au crible l'entourage de la jeune femme, de son patron Michael Whittaker au gérant du club dont elle était membre d'honneur, George Baron, personnalité sulfureuse s'il en est.

    Au-delà de l'excellent true crime, c'est une radiographie des "longues fifties" que nous offre La dernière balade de Jean Townsend.
    L'attention se porte sur les milieux de la nuit, dans lequel Jean évoluait, et en particulier sur les bars gays, où les excès étaient loi, et tranchaient avec le conservatisme ambiant.

    J'ai beaucoup aimé l'aspect sociologique de cette enquête, hautement intéressant et finement traité.

  • add_box
    Couverture du livre « La dernière balade de Jean Townsend » de Frederic Vermorel aux éditions Sonatine

    jeanmid sur La dernière balade de Jean Townsend de Frederic Vermorel

    Ce livre n'est pas un roman mais une enquête minutieuse menée pendant des dizaines d'années par Fred Vermorel autour du meurtre d'une jeune femme prénommée Jean Townsend en banlieue londonienne dans les années cinquante .Une affaire comme bien d'autres, classée et jamais élucidée.

    L'auteur...
    Voir plus

    Ce livre n'est pas un roman mais une enquête minutieuse menée pendant des dizaines d'années par Fred Vermorel autour du meurtre d'une jeune femme prénommée Jean Townsend en banlieue londonienne dans les années cinquante .Une affaire comme bien d'autres, classée et jamais élucidée.

    L'auteur fait œuvre à la fois de journaliste, d'investigateur privé rassemblant patiemment des milliers de documents dont il a tiré ce livre . Il épluche inlassablement toutes les pistes qui pourraient mener vers un possible ou probable coupable. À grands renforts de témoignages oraux, d'album- photos, d'archives de l'enquête , d'émissions télévisées qui ont été consacrées à ce fait divers meurtrier, l'auteur construit sa contre-enquête.
    Au-delà de cette fouille détaillée des faits passés ou supposés comme tels, c'est aussi un travail d'historien que mène Fred Vermorel. Il nous offre un cliché quelque peu suranné des fifties en Angleterre et plus particulièrement à Londres, dans ces cabarets dans lesquels se côtoient figures du show biz, filles de petites vertues,des nobles qui s'encanaillent ou des gangsters à la petite semaine à la recherche de sensations fortes.

    Un livre qui intéressera sans doute certains lecteurs d'outre-Manche voire quelques historiens du dimanche mais qui ne m'a guère passionné.

  • add_box
    Couverture du livre « La dernière balade de Jean Townsend » de Frederic Vermorel aux éditions Sonatine

    Manonlitaussi sur La dernière balade de Jean Townsend de Frederic Vermorel

    La dernière Balade de Jean Townsend de Fred Vermorel
    Traduit par Simon Bouffartigue
    1954 en banlieue de Londres, Jean Townsend est retrouvée morte sur un terrain vague. Ce meutre a été classé, non élucidé.
    Fred Vermorel exploite dans ce livre toutes les hypothèses qui ont été invoquées pour...
    Voir plus

    La dernière Balade de Jean Townsend de Fred Vermorel
    Traduit par Simon Bouffartigue
    1954 en banlieue de Londres, Jean Townsend est retrouvée morte sur un terrain vague. Ce meutre a été classé, non élucidé.
    Fred Vermorel exploite dans ce livre toutes les hypothèses qui ont été invoquées pour élucider le meurtre même les plus farfelues.
    Années 50, au sortir de la guerre, Jean vivait à Ruislip ville qui accueille un contingent de l’armée américaine. Certaines hypothèses visent d’ailleurs des américains.
    Jean était une styliste, une femme indépendante qui fréquentait les milieux des clubs et du spectacle. De par ses ambitions et ses fréquentations, elle faisait partie de ces femmes qu'on considérait comme étant de mauvaise vie.
    A travers cette enquête, c’est tout un univers que l’auteur exploite et nous dessine avec les milieux artistiques, les réunions secrètes, les clubs clandestins, le milieu homosexuel, la traque des homosexuels par la police.
    Ses recherches sur ces milieux le mènent également à nous donner une autre image de la haute société qui y participait, notamment le prince Philip, Sarah Churchill, la princesse Margaret et son mari.
    L’enquête est complètement immersive. Au-delà de l’enquête, c'est le tableau d'une époque et d'un milieu que l'auteur nous offre avec notamment la condition féminine, la mode, la libéralisation des mœurs. Il ancre son enquête dans une période historique, celle de sortie de guerre.
    L’auteur nous guide en nous détaillant la procédure de ses recherches, toutes ses sources, les entretiens, les portes closes, même les recherches ebay. Les photos et coupures de presse sont nombreuses. C’est foisonnant, bien construit et très intéressant.

Thèmes en lien avec Frederic Vermorel

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !