Frederic Beigbeder

Frederic Beigbeder
Frédéric Beigbeder est né en 1965, le 21 septembre à Neuilly-sur-seine, dans un milieu favorisé. Sa mère, Christine de Chasteigner est traductrice de romans à l'eau de rose (Barbara Cartland entre autres), son père, Jean-Michel Beigbeder, d'origine béarnaise, est chasseur de têtes. Scolarité norm... Voir plus
Frédéric Beigbeder est né en 1965, le 21 septembre à Neuilly-sur-seine, dans un milieu favorisé. Sa mère, Christine de Chasteigner est traductrice de romans à l'eau de rose (Barbara Cartland entre autres), son père, Jean-Michel Beigbeder, d'origine béarnaise, est chasseur de têtes. Scolarité normale aux lycées Montaigne et Louis le Grand, puis en Sciences-Po, d'où il ressortira diplômé, à 24 ans. Il ne rentrera pas à l'ENA. Il préfère continuer à organiser des fêtes comme il l'a tellement fait avec ses potes du feu Caca's Club. On compte dans le groupe de ses amis noceurs, le comédien animateur réalisateur Édouard Baer, qu'il connaît depuis le milieu des années 80, le musicien comédien écrivain Bruno de Stabenrath, et bien d'autres.
C'est donc à 25 ans qu'il se lance dans de nombreux domaines, l'écriture, la publicité, la chronique littéraire et mondaine.
Il a créé, en 1994, le "Prix de flore" du nom du célèbre café de Saint-Germain-des-Prés à Paris (soufflé par deux bombes dans Glamorama, le dernier roman de Bret Easton Ellis et envahi par une meute de pauvres en colère dans la nouvelle "Manuscrit trouvé à Saint-Germain-des-Pres"). Ce prix est doté de 6000 euros ainsi qu'un verre de Pouilly-fuissé au Café Flore durant un an, dans un verre gravé au nom du lauréat. Il récompense chaque année un jeune auteur français au talent prometteur. Vincent Ravalec, Jacques A. Bertrand, Michel Houellebecq, Philippe Jaenada, Virginie Despentes, Guillaume Dustan, Nicolas Rey, Christophe Donner, Grégoire Bouillier en sont les lauréats depuis la création de ce prix.
Divorcé, il a une fille de 4 ans, Chloé.
Frédéric Beigbeder est un personnage très controversé et contradictoire, ce dandy aime son personnage et en même temps il n'hésite pas à se dévoiler dans ses auto-fictions. Il dénonce un système, la publicité, mais il y est resté 10 ans. Pour la présidentielle, le bourgeois de Neuilly devient conseiller du communiste Robert Hue.
Il dénonce une société gouvernée par le fric, lui qui a touché le pactole en tant que membre du conseil d'administration de la société de bourse en ligne "Selftrade" de son frère Charles, revendue en 2000.
Dans son style touche à tout, en 2002, Warner le contact pour lui proposé de concocter sa compilation sera "La Bande originale de ma jeunesse" compilation sortie le 1er juillet. Des tubes qui ont marqué sa jeunesse, le milieu des années 80, époque parcourue par la New Wave. 19 artistes parmis lesquels on retrouve Bronski Beat, Arnold Turboust, Orchestral Manœuvres In The Dark, Howard Jones, New Order, Visage, The Buggles, Donna Summer.
Frédéric Beigbeder est aussi un "fondateur" : - Fondateur et rédacteur en chef du magazine "GENEREUX" en 1992. - Fondateur et rédacteur en chef du magazine "DELUXE" en 1993. - Co-fondateur et rédacteur en chef de la revue littéraire "NRV" (1996). - Fondateur et Secrétaire Général du Prix de Flore (depuis 1994). - Fondateur et Président du CACA's Club (1984-1993).

Articles en lien avec Frederic Beigbeder (10)

Avis sur cet auteur (82)

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme qui pleure de rire » de Frederic Beigbeder aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Marie Hélène Fasquel sur L'homme qui pleure de rire de Frederic Beigbeder

    Un roman original, incisif, souvent loufoque et mordant sur les travers de la société française. What else? Un ouvrage qui a le mérite de nous faire réfléchir, de nous faire découvrir l’envers du décor et de nous emmener souvent dans le nonsense à la Britannique que j’aime tant ! Des...
    Voir plus

    Un roman original, incisif, souvent loufoque et mordant sur les travers de la société française. What else? Un ouvrage qui a le mérite de nous faire réfléchir, de nous faire découvrir l’envers du décor et de nous emmener souvent dans le nonsense à la Britannique que j’aime tant ! Des interrogations, des réflexions, des analyses sous-jacentes d’une société qui marche sur la tête…
    Un pur moment de lecture-bonheur !

  • add_box
    Couverture du livre « 99 francs » de Frederic Beigbeder aux éditions Gallimard

    Fantomas 57 sur 99 francs de Frederic Beigbeder

    Très bien.

    Très bien.

  • add_box
    Couverture du livre « L'égoïste romantique » de Frederic Beigbeder aux éditions Lgf

    Fabienne DEFOSSE sur L'égoïste romantique de Frederic Beigbeder

    Je ne lui ferai pas l'affront de le présenter, son égo risquerait d'en prendre un coup... et puis, qui ne connaît pas Frédéric Beigbeder ? Ce dandy érudit, nombriliste, branleur alcoolique (dixit l'auteur lors de sa dernière chronique sur France Inter) qui a non seulement le sens de la formule,...
    Voir plus

    Je ne lui ferai pas l'affront de le présenter, son égo risquerait d'en prendre un coup... et puis, qui ne connaît pas Frédéric Beigbeder ? Ce dandy érudit, nombriliste, branleur alcoolique (dixit l'auteur lors de sa dernière chronique sur France Inter) qui a non seulement le sens de la formule, mais surtout celui de l'humour. Oui, j'ai déjà eu l'occasion de le dire (ici et là), qu'il agace ou fascine, Frédéric Beigbeder ne laisse pas indifférent. Surtout moi !
    En revanche, Oscar Dufresne lui, mérite d'être présenté. Pour faire simple, Oscar est le personnage central de L'égoïste romantique. le nombril quoi !

    Cette histoire débute en l'an 2000. Oscar Dufresne a trente-quatre ans. C'est un écrivain fictif, comme il y a des malades imaginaires. Il tient son journal dans la presse pour que sa vie devienne passionnante. Il épingle la société du spectacle (à commencer par lui-même), courtise les femmes à la hussarde mais tombe amoureux, console les célibataires qui lui ressemblent, croise et assassine les célébrités, voyage dans les boîtes de nuit du monde entier. Il est égoïste, lâche, cynique et obsédé sexuel. Bref, c'est un homme comme les autres.
    L'égoïste romantique est un véritable manuel d'autodérision à conseiller à tous les admirateurs et détracteurs de Frédéric Beigbeder. Depuis ses débuts, l'auteur a érigé la superficialité en sagesse et a fondé sa réputation littéraire sur la caricature de ses propres turpitudes nocturnes.

    Vous l'aurez compris, Oscar Dufresne n'est autre que le double de l'écrivain. Oscar est un Narcisse qui consigne quotidiennement ses observations, réflexions et non-événements en tous genres. Il tient un journal, enfin un miroir déformant qu'il promène le long de son nombril. L'égoïste romantique est une compilation d'anecdotes et de digressions sous coke des nuits parisiennes d'Oscar. Il y est question de ses soirées mondaines, de ses voyages, de ses rencontres, de ses angoisses existentielles, de ses échanges avec son pote Ludo, de ses réflexions sur notre société, sur la politique et surtout sur l'amour. Parce qu'il a beau parler de sa queue sous toutes les coutures, Oscar n'a qu'un but, trouver l'Amour. Il l'a trouvé d'ailleurs. C'est Claire puis in fine Françoise qui l'incarnent. Oscar est un romantique, totalement névrosé, mais tellement romantique.

    "Françoise, tu es l'événement le plus important depuis que l'homme ne marche plus sur la lune. Tu ne m'as pas permis de ne pas t'aimer. Il m'était impossible de faire autrement. Tu ne m'as pas laissé passer à coté de toi. L'amour ressemble à ça : c'est quand on sent que rater quelqu'un serait rater sa vie. L'amour c'est quand on cesse d'hésiter. Quand toutes les autres deviennent fades. Je te regrette avant même de te connaitre. (p.170)"

    Bien que Frédéric Beigbeder prenne soin de reproduire un extrait de Dimanche m'attend de Jacques Audiberti à savoir : "Qu'est-ce qu'un journal ? Un roman", L'égoïste romantique s'apparente plutôt à une succession d'anecdotes drolatiques, de jolies tournures de phrases et de quelques bons jeux de mots. Il est le pendant masculin du journal de Bridget Jones "parce qu'il fallait bien qu'un mec se dévoue pour lui répondre à cette petite grue" (p. 344). C'est le genre de livre qu'on ouvre au hasard pour y picorer des instants littérature, pour rire, sourire, pour le sens de la formule de l'auteur, mais également pour son cynisme et son autodérision.
    A l'instar de ses chroniques sur France Inter, toutes les turpitudes de Frédéric Beigbeder consignées dans L'égoïste romantique ne sont pas égales, mais valent le détour.
    "A tous les critiques que je déçois, je voudrais, une fois pour toutes, dire que je suis d'accord avec eux. Moi aussi, j'aimerais bien que mes livres soient meilleurs." (p.317)

    Avec une telle clairvoyance, on ne peut que lire L'égoïste romantique, au pire vous n'en ressortirez que plus diverti !

    https://the-fab-blog.blogspot.com/2019/08/mon-avis-sur-legoiste-romantique-de.html

  • add_box
    Couverture du livre « Windows on the world » de Frederic Beigbeder aux éditions Lgf

    El.a sur Windows on the world de Frederic Beigbeder

    Mon premier livre de Beigbeder, que j’ai beaucoup aimé. Les parties parlant des clients du restaurant « Windows on the world » coincés au 107 ème étage dans une des tours du World Trade Center, sont largement plus intéressantes que le reste du livre.
    Livre qui reste une belle découverte.

    Mon premier livre de Beigbeder, que j’ai beaucoup aimé. Les parties parlant des clients du restaurant « Windows on the world » coincés au 107 ème étage dans une des tours du World Trade Center, sont largement plus intéressantes que le reste du livre.
    Livre qui reste une belle découverte.