Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Frederic Beigbeder

Frederic Beigbeder
Frédéric Beigbeder est né en 1965, le 21 septembre à Neuilly-sur-seine, dans un milieu favorisé. Sa mère, Christine de Chasteigner est traductrice de romans à l'eau de rose (Barbara Cartland entre autres), son père, Jean-Michel Beigbeder, d'origine béarnaise, est chasseur de têtes. Scolarité norm... Voir plus
Frédéric Beigbeder est né en 1965, le 21 septembre à Neuilly-sur-seine, dans un milieu favorisé. Sa mère, Christine de Chasteigner est traductrice de romans à l'eau de rose (Barbara Cartland entre autres), son père, Jean-Michel Beigbeder, d'origine béarnaise, est chasseur de têtes. Scolarité normale aux lycées Montaigne et Louis le Grand, puis en Sciences-Po, d'où il ressortira diplômé, à 24 ans. Il ne rentrera pas à l'ENA. Il préfère continuer à organiser des fêtes comme il l'a tellement fait avec ses potes du feu Caca's Club. On compte dans le groupe de ses amis noceurs, le comédien animateur réalisateur Édouard Baer, qu'il connaît depuis le milieu des années 80, le musicien comédien écrivain Bruno de Stabenrath, et bien d'autres.
C'est donc à 25 ans qu'il se lance dans de nombreux domaines, l'écriture, la publicité, la chronique littéraire et mondaine.
Il a créé, en 1994, le "Prix de flore" du nom du célèbre café de Saint-Germain-des-Prés à Paris (soufflé par deux bombes dans Glamorama, le dernier roman de Bret Easton Ellis et envahi par une meute de pauvres en colère dans la nouvelle "Manuscrit trouvé à Saint-Germain-des-Pres"). Ce prix est doté de 6000 euros ainsi qu'un verre de Pouilly-fuissé au Café Flore durant un an, dans un verre gravé au nom du lauréat. Il récompense chaque année un jeune auteur français au talent prometteur. Vincent Ravalec, Jacques A. Bertrand, Michel Houellebecq, Philippe Jaenada, Virginie Despentes, Guillaume Dustan, Nicolas Rey, Christophe Donner, Grégoire Bouillier en sont les lauréats depuis la création de ce prix.
Divorcé, il a une fille de 4 ans, Chloé.
Frédéric Beigbeder est un personnage très controversé et contradictoire, ce dandy aime son personnage et en même temps il n'hésite pas à se dévoiler dans ses auto-fictions. Il dénonce un système, la publicité, mais il y est resté 10 ans. Pour la présidentielle, le bourgeois de Neuilly devient conseiller du communiste Robert Hue.
Il dénonce une société gouvernée par le fric, lui qui a touché le pactole en tant que membre du conseil d'administration de la société de bourse en ligne "Selftrade" de son frère Charles, revendue en 2000.
Dans son style touche à tout, en 2002, Warner le contact pour lui proposé de concocter sa compilation sera "La Bande originale de ma jeunesse" compilation sortie le 1er juillet. Des tubes qui ont marqué sa jeunesse, le milieu des années 80, époque parcourue par la New Wave. 19 artistes parmis lesquels on retrouve Bronski Beat, Arnold Turboust, Orchestral Manœuvres In The Dark, Howard Jones, New Order, Visage, The Buggles, Donna Summer.
Frédéric Beigbeder est aussi un "fondateur" : - Fondateur et rédacteur en chef du magazine "GENEREUX" en 1992. - Fondateur et rédacteur en chef du magazine "DELUXE" en 1993. - Co-fondateur et rédacteur en chef de la revue littéraire "NRV" (1996). - Fondateur et Secrétaire Général du Prix de Flore (depuis 1994). - Fondateur et Président du CACA's Club (1984-1993).

Articles en lien avec Frederic Beigbeder (10)

Avis sur cet auteur (92)

  • add_box
    Couverture du livre « L'amour dure trois ans » de Frederic Beigbeder aux éditions Lgf

    ROUMANOFFBE sur L'amour dure trois ans de Frederic Beigbeder

    J'avais ce livre dans ma bibliothèque depuis des lustres et j'en avais tellement entendu parler que finalement ça m'avait plutôt écartée de la lecture de ce livre.

    Comme quelqu'un voulait me le racheter, je l'ai pris en main, j'y ai jeté un coup d'oeil et résultat, je ne l'ai plus lâché...
    Voir plus

    J'avais ce livre dans ma bibliothèque depuis des lustres et j'en avais tellement entendu parler que finalement ça m'avait plutôt écartée de la lecture de ce livre.

    Comme quelqu'un voulait me le racheter, je l'ai pris en main, j'y ai jeté un coup d'oeil et résultat, je ne l'ai plus lâché jusqu'à la dernière page.

    Non seulement, il n'est pas très épais mais en plus, ce n'était pas aussi déjanté que ce à quoi je m'attendais. Il y a quelques passages un peu loufoque mais finalement ça passe très bien dans l'ensemble.

    C'est une histoire qui dans son ensemble pourrait être banale mais racontée avec brio, elle devient attrayante parce qu'un homme qui se prend pour un tombeur, qui doit toujours se prouver qu'il peut plaire alors qu'il délaisse celle avec qui il vit, c'est très commun. Mais quand il s'aperçoit du revers de la médaille et qu'il se demande ce qui lui arrive, ça peut devenir très comique...

  • add_box
    Couverture du livre « Oona & Salinger » de Frederic Beigbeder aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Cécile sur Oona & Salinger de Frederic Beigbeder

    J'avais déjà lu ce livre à sa sortie (oui il fut un temps où je lisais chaque roman de Beigbeder dès leur sortie, ce temps était déjà révolu quand Oona & Salinger est paru mais l'histoire ne pouvait que me faire succomber) et je l'avais déjà aimé.
    La valeur ajoutée était cette fois la voix...
    Voir plus

    J'avais déjà lu ce livre à sa sortie (oui il fut un temps où je lisais chaque roman de Beigbeder dès leur sortie, ce temps était déjà révolu quand Oona & Salinger est paru mais l'histoire ne pouvait que me faire succomber) et je l'avais déjà aimé.
    La valeur ajoutée était cette fois la voix d'Edouard Baer sur les mots de Beigbeder, cette voix qui a le juste équilibre entre sérieux et ironie, qui semble nous chuchoter des sentiments intimes tout en restant sur son quant-à-soi.

    Beigbeder appelle son texte une "faction", un "roman non fictionnel".
    Et paradoxalement, c'est ce qui m'a agacée et plu dans cette écoute.
    Pour paraphraser l'auteur, "si cette histoire n'était pas vraie, je serais extrêmement déçu(e)".

    L'histoire entre Oona & Salinger est à la fois poignante et vouée à l'échec. L'admiration de Beigbeder pour ses personnages est communicative, on aime Oona, on plaint Salinger.
    Cependant, il m'a agacé à trop s'immiscer dans les dialogues ou les scènes qu'il imagine pour eux. Je l'ai parfois trouvé intrusif, comme un troisième larron non invité à une soirée en tête à tête ; ce que nous sommes en tant que lecteur, bien évidemment, mais nous voulons être les seuls.

  • add_box
    Couverture du livre « Oona & Salinger » de Frederic Beigbeder aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Camille MONDOLONI sur Oona & Salinger de Frederic Beigbeder

    En grand fan de Salinger, Beigbeder raconte son histoire d’amour brève avec Oona, avant qu’elle ne devienne Mme Chaplin. Il imagine leur échange épistolaire durant la guerre, ce que Salinger a pu ressentir en la voyant épouser un homme de plus de 30 ans son aîné, et comment cette histoire...
    Voir plus

    En grand fan de Salinger, Beigbeder raconte son histoire d’amour brève avec Oona, avant qu’elle ne devienne Mme Chaplin. Il imagine leur échange épistolaire durant la guerre, ce que Salinger a pu ressentir en la voyant épouser un homme de plus de 30 ans son aîné, et comment cette histoire a inspiré son masterpiece « l’attrape-cœurs ». En mettant en scène Salinger, Beigbeder se met aussi en scène pour le meilleur et pour le pire. Même si certains passages sont agaçants (notamment lorsque F.B analyse son nombril), ce roman est plutôt réussi, l’écriture est fluide, c’est drôle et émouvant à la fois !

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme qui pleure de rire » de Frederic Beigbeder aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Géland Charline sur L'homme qui pleure de rire de Frederic Beigbeder

    Un roman qui se lit très vite. On y découvre l'envers du décor du monde de la radio. Le personnage principal est perdu dans une société qu'il ne comprend plus, il ne veut pas vieillir et accepter l'évolution de ses contemporains. Un livre drôle, poignant, piquant et qui fait réfléchir.

    Un roman qui se lit très vite. On y découvre l'envers du décor du monde de la radio. Le personnage principal est perdu dans une société qu'il ne comprend plus, il ne veut pas vieillir et accepter l'évolution de ses contemporains. Un livre drôle, poignant, piquant et qui fait réfléchir.