Francois Garde

Francois Garde

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'il advint du sauvage blanc » de Francois Garde aux éditions Gallimard

    ISABELLE MENARD sur Ce qu'il advint du sauvage blanc de Francois Garde

    Ce premier roman nous raconte l'abandon et la survie d'un marin sur une île. Ce héros est pris de peur, de folie, de vertige. Il se nomme Narcisse Pelletier vient de St Gilles Croix de Vie en Vendée (joli petit port entre parenthèse), a embarqué comme mousse à quinze ans. Il est parti de...
    Voir plus

    Ce premier roman nous raconte l'abandon et la survie d'un marin sur une île. Ce héros est pris de peur, de folie, de vertige. Il se nomme Narcisse Pelletier vient de St Gilles Croix de Vie en Vendée (joli petit port entre parenthèse), a embarqué comme mousse à quinze ans. Il est parti de Bordeaux a fait escale au Cap où il a aimé son étreinte dans un bordel local avec une putain à la peau sombre et devait faire route vers Java et la Chine. Car le voici abandonné dans une baie anonyme et inconnue, au milieu de nulle part et au 19éme siècle.. Il croit que la goélette va venir le rechercher.

    l'auteur nous fait la description d'un apprentissage de la solitude et de la survie. Il introduit rapidement dans le récit les lettres de Sydney en mars 1861 par un scientifique français et catholique qui a voyagé dans le pacifique et s'est posé en Australie. L'explorateur, Octave de Vallombrun a un jour entendu parler d'un sauvage blanc. Presque nu, tatoué et ne s'exprimant que dans un charabia, celui ci a été retrouvé sur une plage par un navire anglais, le John Bell, ramené à bord, puis enfermé dans une prison du gouverneur de la ville. Il n'est autre que Nicolas Narcisse. ou plutôt celui qui est arrivé 17 ans plus tôt dans la baie.
    Inspiré d'une histoire vraie, le coup d'essai de François Garde frappe par sa maitrise narrative, son écriture classique et tenue, c'est un roman d'aventure, aux personnages cernés psychologiquement, c'est aussi une réflexion sur l'identité et la différence

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'il advint du sauvage blanc » de Francois Garde aux éditions Gallimard

    Juliette LEVANNIER sur Ce qu'il advint du sauvage blanc de Francois Garde

    L'histoire tourne sans s'en éloigner autour du sauvage et son tuteur, qui se donne beaucoup de mal, mais se heurte toujours à la même difficulté. Si Narcisse est docile, serviable et correct, il se terre systématiquement dans un profond mutisme dès qu'on lui pose des questions sur sa vie...
    Voir plus

    L'histoire tourne sans s'en éloigner autour du sauvage et son tuteur, qui se donne beaucoup de mal, mais se heurte toujours à la même difficulté. Si Narcisse est docile, serviable et correct, il se terre systématiquement dans un profond mutisme dès qu'on lui pose des questions sur sa vie sauvage.
    Narcisse est adorable, parfois drôle, tant il est naïf et pur. Il n'a pas de notion d'argent, de propriété, ni même de futur, ce qui nous amène au réel intérêt du livre : la notion de civilisation. A tout va l'on qualifie la peuplade australienne de « sauvages », de « barbares », on ne s'encombre pas à éventuellement avancer qu'ils ne sont peut-être même que des animaux, et qu'on ne peut porter du crédit à une race qui n'a pas de religion, et qui vit nue au milieu de la brousse et des animaux sauvages. La supériorité méprisante qu'affichent les blancs sans le moindre complexe est écoeurante, et nous fait réfléchir aux extrêmes dans lesquels ce qu'on appelle « la civilisation » nous a conduit, à la folie des hommes et leur soif de domination. La vanité occidentale : le sujet est aussi vaste que le bilan est triste.
    L'écriture est extrêmement classique, mais agréable. Mélange d'actions, descriptions, introspections, et l'ensemble du roman est construit sur le même procédé, d'abord une narration de sa vie sur l'île, ensuite une lettre du vicomte au Président où il raconte ses progrès. On assiste donc en parallèle au récit de ses deux insertions, lui qui a été coupé deux fois du monde qui était/était devenu le sien.
    L'ensemble reste plaisant et facile à lire. Bon équilibre entre le plaisir de la fiction et la réflexion qu'impose l'importance et la réalité du thème abordé. Charmant !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !