Francois Garcia

Francois Garcia
Né en Espagne, François Garcia arrive en France à l'âge de deux ans. Issu d'une famille modeste, il passe son enfance en Ardèche. Après des études qui le conduisent dans le monde de la banque, il s'installe dans la région forézienne (Loire) où il vit actuellement. Passionné de littérature, amoure... Voir plus
Né en Espagne, François Garcia arrive en France à l'âge de deux ans. Issu d'une famille modeste, il passe son enfance en Ardèche. Après des études qui le conduisent dans le monde de la banque, il s'installe dans la région forézienne (Loire) où il vit actuellement. Passionné de littérature, amoureux de la langue française, il écrit un recueil de poésies. Aujourd'hui, il nous livre « Les ombres de Roseland », son premier roman.

Avis (1)

  • Couverture du livre « Bye bye bird » de Francois Garcia aux éditions Verdier

    Marie-Laure VANIER sur Bye bye bird de Francois Garcia

    Pourquoi j'ai adoré Bye bye, bird ? Parce que ce livre m'a rappelé mon séjour chez Linda. Linda ? Oui, ma correspondante anglaise… Que je vous raconte…
    J'ai 14 ans, on est dans les années 80. Ma mère trouve que mon anglais est déplorable (il ne s'est pas vraiment amélioré depuis!). Elle me...
    Voir plus

    Pourquoi j'ai adoré Bye bye, bird ? Parce que ce livre m'a rappelé mon séjour chez Linda. Linda ? Oui, ma correspondante anglaise… Que je vous raconte…
    J'ai 14 ans, on est dans les années 80. Ma mère trouve que mon anglais est déplorable (il ne s'est pas vraiment amélioré depuis!). Elle me dégotte par je ne sais quelle assoc' une correspondante anglaise. Elle s'appelle Linda, habite un petit village près de Manchester. On s'envoie d'abord quelques lettres. On n'a strictement rien à se dire. Je me souviens seulement que sa formule finale était toujours la même : « I must go now ». Bref, Linda, après m'avoir envoyé cinq lignes totalement insignifiantes (ce que j'écrivais n'avait pas plus de substance, il faut bien l'admettre...) devait immanquablement partir, quitter le lieu où elle avait fait un effort surhumain pour m'écrire. Ce « I must go now », formule toute faite, me faisait à l'avance détester cette fille que je n'avais pas encore rencontrée… Ça commençait bien...
    A cette époque-là, comment vous dire… mes goûts allaient vers Nina Hagen, Sex Pistols, Angelic Upstarts, Clash (the best !), les tenues qui vont avec et le reste... Pas tout à fait le genre de Linda…
    Ce séjour linguistique fut une VRAIE catastrophe : le soir même de mon arrivée, nous nous sommes repliées chacune dans un mutisme complet qui s'est prolongé jusqu'à la fin du séjour (idéal pour progresser en anglais!). Je n'adressais la parole qu'à ses camarades de classe bien plus trash qu'elle et toujours prêts, comme moi, à faire les quatre cents coups, allais traîner toute seule dans les ruelles embrumées de son village et ne souhaitais qu'une chose : me balader sur King's Road repère punk de l'époque. La mère de Linda finit par nous proposer une journée londonienne et je pus acheter la teinture rose pour cheveux et la minijupe panthère que je convoitais depuis quelque temps.
    Par la suite, je n'ai évidemment plus jamais eu de nouvelles de Linda et mes parents se sont fendus d'une lettre courtoise, cherchant à compenser par leur amabilité l'attitude déplorable de leur fille ! What a shame !
    Alors, quand j'ai lu l'évocation de ce séjour en Angleterre raconté du point de vue de Paco Lorca, alter ego de l'auteur, évidemment, j'ai senti que c'était du vécu : ça sonnait tellement juste ! Comme j'ai ri en lisant ce livre, comme il m'a rappelé de bons (et de mauvais) souvenirs ! Le récit, très rythmé, très dynamique, mélangeant anglais, français, paroles de chansons restitue parfaitement toute l'atmosphère de l'époque : les années 60. Pour swinguer, ça swingue !
    Donc, le narrateur Paco, 14 ans, débarque le 10 mars 1965 au 47 Land's End Road à Bristol dans la famille Terry : « c'était une de ces maisons en brique rouge démultipliées le long de toutes les rues du Royaume-Uni... »
    Dans la famille Terry, je vous présente : Edward, le père ; Malcom le corres' ; Peter, le petit frère et, derrière l'incontournable bow-window du rez-de-chaussée, Pamela, la mère qui frétille de joie (la pauvre, si elle savait ce qui l'attend…) : « oh! my god ! Unbelievable ! Welcome to England ! » hurle-t-elle en frappant dans ses mains tandis que le père est déjà reparti « lustrer la carrosserie à l'aide de sa peau de chamois favorite.» So british… (Cela dit, je crois que c'est aussi l'occupation favorite de l'un de mes voisins… très, très français !)
    Et l'aventure commence : inénarrable… Ah, les matchs de foot qui se terminent en baston, les petits déj (haricots rouges, oeuf au plat, demi-tranche de jambon) « Paco! pas de miettes, my boy ! » and the cup of tea, of course !, les magasins estampillés « by appointment to Her Majesty » (un autre monde l'Angleterre!), les vins d'honneur au collège Saint-Andrew avec madame Dartilongue, la responsable : tous les ados affamés se jetant sur les cookies, les so lovely cakes, les muffins, les tartelettes… « What a disaster ! » hurle Dartilongue et je ne vous raconte même pas le rock 'n' roll dans le salon des Terry, la folle partie de cache-cache dans une maison so british... 
    Et puis, c'est l'époque des Mods, de leur groupes fétiches, de leurs vespas chromées. Fringués p'tits bourges dans leurs costumes cintrés, ils détestent les rockeurs. Malcom, le correspondant anglais, est littéralement fasciné par ces types et entraîne le narrateur dans des concerts endiablées où Paco découvre les premiers élans amoureux (oh, les seins de Cynthia...), la musique assourdissante des Who, des Rolling Stones, des Moody Blues, l'alcool et la drogue…
    Je ne vous dis rien des initiatives du père plutôt autoritaire : tous à la piscine, et que ça saute ! Et la partie de pêche en mer avec John (à hurler de rire…)
    Franchement, j'ai passé un excellent moment de lecture : c'est drôle, très drôle, très vivant, plein d'énergie : c'est simple, on a l'impression d'y être ! Un vrai roman d'apprentissage :  à n'en pas douter, notre petit Bordelais aura bien profité de son séjour linguistique et nous, lecteurs, aurons vraiment l'impression d'avoir vécu la folie des sixties...
    N'hésitez surtout pas, un vrai bonheur !
    You can't believe it !

    LIREAULIT http://lireaulit.blogspot.fr/

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com