Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Francois Bott

Francois Bott
François Bott a longtemps dirigé Le Monde des livres. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, parmi lesquels des romans et des essais littéraires, notamment La Demoiselle des Lumières (Gallimard, 1997), Sur la planète des sentiments (le cherche midi, 1998), Dieu prenait-il du café ? (le cherc... Voir plus
François Bott a longtemps dirigé Le Monde des livres. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, parmi lesquels des romans et des essais littéraires, notamment La Demoiselle des Lumières (Gallimard, 1997), Sur la planète des sentiments (le cherche midi, 1998), Dieu prenait-il du café ? (le cherche midi, 2002), Radiguet, l'enfant avec une canne (Folio, 2003), Femmes extrêmes (le cherche midi, 2003), Faut-il rentrer de Montevideo ? (le cherche midi, 2005) Femmes de plaisir (le cherche midi, 2007), Vel d'Hiv' (le cherche midi, 2008), La Traversée des jours, souvenirs de la République des Lettres 1958-2008 (le cherche midi, 2010) et Avez-vous l'adresse du paradis ? (le cherche midi, 2012 ; prix Lycéen de la ville de Caen 2013). L'auteur habite Paris (8è)

Articles en lien avec Francois Bott (1)

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier tango de Kees Van Dongen » de Francois Bott aux éditions Cherche Midi

    annie-france belaval sur Le dernier tango de Kees Van Dongen de Francois Bott

    Enthousiaste, je lui ai consacré une dizaine de pages de notes personnelles.
    p 100 (en fait 99, chapitre XXIV) ce livre ne compte que 132 pages...Peu de suspense puisqu'on assiste à la dernière matinée de Kees Cornelis Van Dongen, 91 ans: le vieil homme, entouré d'accortes infirmières, se...
    Voir plus

    Enthousiaste, je lui ai consacré une dizaine de pages de notes personnelles.
    p 100 (en fait 99, chapitre XXIV) ce livre ne compte que 132 pages...Peu de suspense puisqu'on assiste à la dernière matinée de Kees Cornelis Van Dongen, 91 ans: le vieil homme, entouré d'accortes infirmières, se remémore son existence avant de partir à regret! car il a trouvé la vie merveilleuse: "j'étais affamé de vivre et de peindre. J'avais rendez-vous avec la beauté du monde" Trois épouses officielles mais il les voulait toutes et tous les genres: "je les désirais toutes dans mon lit et sur mes toiles. Parmi ses oeuvres ses préférées sont Le Tango de l'Archange et le bal des années folles.
    Né en 1877 à Rotterdam, mort à Monaco le 28 mai 1968, il prend la nationalité "parisienne en 1929
    Une ombre au tableau: son voyage d'étude en Allemagne, en 1941 (il n'est pas le seul!!)
    Autobiographie d'un peintre qui se savait célèbre...j'ai pris grand plaisir à dévorer ses pages qui m'ont fait découvrir l'homme, moi qui ne connaissait qu'une partie de son oeuvre

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier tango de Kees Van Dongen » de Francois Bott aux éditions Cherche Midi

    Madame Aigre-Douce sur Le dernier tango de Kees Van Dongen de Francois Bott

    Rendez-vous de la page 50 :
    Ce court texte, biographie poétique et mélancolique du peintre Kees Van Dongen, est une jolie découverte de la rentrée littéraire. L’exercice d’écriture n’est pas simple : la plume de François Bott doit disparaître dans l’imaginaire du lecteur pour laisser place aux...
    Voir plus

    Rendez-vous de la page 50 :
    Ce court texte, biographie poétique et mélancolique du peintre Kees Van Dongen, est une jolie découverte de la rentrée littéraire. L’exercice d’écriture n’est pas simple : la plume de François Bott doit disparaître dans l’imaginaire du lecteur pour laisser place aux souvenirs du vieux peintre à l’heure de sa mort. L’auteur réussit pour l'instant, sous la forme d’un hommage parfaitement documenté, à nous transporter au début du 20ème siècle avec les artistes, sportifs et femmes de l’époque et à nous faire découvrir ainsi l’ambiance dont Van Dongen tirait son inspiration. On se laisse guider avec plaisir pour la suite du roman...

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier tango de Kees Van Dongen » de Francois Bott aux éditions Cherche Midi

    Les livres de K79 sur Le dernier tango de Kees Van Dongen de Francois Bott

    Pause à la page 100 (en réalité 50 car roman très court): Kees Van Dongen, peintre reconnu mais souvent décrié, nous livre ses dernières confessions à l'heure de sa mort. L'écriture est soignée, agréable et pleine de mélancholie. Je replonge donc avec plaisir dans la suite des mémoires de cet...
    Voir plus

    Pause à la page 100 (en réalité 50 car roman très court): Kees Van Dongen, peintre reconnu mais souvent décrié, nous livre ses dernières confessions à l'heure de sa mort. L'écriture est soignée, agréable et pleine de mélancholie. Je replonge donc avec plaisir dans la suite des mémoires de cet artiste, dandy misanthrope, qui aimait les femmes et surtout la peinture.

  • add_box
    Couverture du livre « ELOGE DE ; contraire » de Francois Bott aux éditions Rocher

    Yv Pol sur ELOGE DE ; contraire de Francois Bott

    Voilà donc François Bott parti dans des discussions quasi philosophiques avec Sophie, la concierge de son immeuble et Alex, garçon de café au Flore, fils de garçon de café aux deux Magots qui a donc fréquenté Jean-Paul Sartre et consorts. L'éloge du contraire se bâtit sur une phrase de Madame de...
    Voir plus

    Voilà donc François Bott parti dans des discussions quasi philosophiques avec Sophie, la concierge de son immeuble et Alex, garçon de café au Flore, fils de garçon de café aux deux Magots qui a donc fréquenté Jean-Paul Sartre et consorts. L'éloge du contraire se bâtit sur une phrase de Madame de Sévigné : "Je ne suis pas toujours de mon avis" (p.22) et tourne autour des aphorismes des uns et des autres, plutôt drôles, cyniques ou ironiques comme par exemple celui de Tristan Bernard, interné à Drancy pendant l'Occupation : "Jusqu'à maintenant nous vivions dans l'angoisse. Eh bien ! nous allons vivre dans l'espoir" (p.19). L'auteur déroule son raisonnement mi-moqueur, mi-sérieux entrecoupé de citations très à propos : j'en ai souligné beaucoup dans ma lecture, mais bien sûr, je ne peux pas toutes vous les citer. Si vous êtes sages, je verrais en fin d'article à en remettre une ou deux.

    Des pages savoureuses consacrées à ceux "qui savent", à ceux qui pensent avoir LA Vérité, ceux-là, "Leur credo, c'est : "Je suis ce que je suis", " Je crois ce que je crois" [...] La seule ambition de ces gens, c'est de ressembler à eux-mêmes... Et à tout le monde, jusqu'à périr de grisaille et d'ennui." (p.29)

    A soixante-quinze ans, François Bott cultive son anticonformisme et sa différence. Il les revendique et veut les avoir jusqu'à la fin.
    suite sur www.lyvres.over-blog.com