Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Francis Dupuis-Deri

Francis Dupuis-Deri
Francis Dupuis-Déri est professeur de sciences politiques à l'UQAM. Il a notamment codirigé, avec Mélissa Blais, Le mouvement masculiniste au Québec. L'antiféminisme démasqué - 2e édition (Remue-ménage, 2015).

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « La crise de la masculinité ; autopsie d'un mythe tenace » de Francis Dupuis-Deri aux éditions Remue Menage

    eprisede-paroles sur La crise de la masculinité ; autopsie d'un mythe tenace de Francis Dupuis-Deri

    « La crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace » est un essai d’une rare finesse, tant il est rendu accessible à tous-tes et son ambition pédagogique impeccablement atteinte. Dans cette surprenante enquête, Francis Dupuis-Déri procède au démantèlement du discours d’une hypothétique...
    Voir plus

    « La crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace » est un essai d’une rare finesse, tant il est rendu accessible à tous-tes et son ambition pédagogique impeccablement atteinte. Dans cette surprenante enquête, Francis Dupuis-Déri procède au démantèlement du discours d’une hypothétique crise de la masculinité au travers duquel certains hommes affirment être dépossédés de leur identité genrée par la faute des femmes. L’ouvrage, composé en plusieurs chapitres, accoste au moyen d’une dialectique convaincante divers terrains plaidés par les hommes : la dépression masculine étudiée selon le versant historique, du moyen-âge à nos jours ; les stratégies des groupes défendant les droits des pères divorcés et l’adhésion des femmes dans une économie capitaliste et vecteure de la mondialisation. C’est à l'aide d’abondantes sources qui ne soustraient aucune perspective que l’auteur offre au·à la lecteur·rice une rigoureuse analyse et une argumentation, frisant parfois le cynisme, perspicace qui révèlent alors le postulat pragmatique d’études féministes -ainsi que ses propres recherches- soutenant bien le paradoxe entre le discours de crise et la réalité empirique. Si cet essai d’adresse à chacun·e d’entre nous, il s’avère être un redoutable outil contre les détracteur·rice·s antiféministes et un ingrédient essentiel pour une éducation féministe. Indispensable !