Francesca Zappia

Francesca Zappia

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (18)

  • Couverture du livre « Eliza et ses monstres » de Francesca Zappia aux éditions R-jeunes Adultes

    lectrice.indienne sur Eliza et ses monstres de Francesca Zappia

    C’est avec ce livre que je découvre la plume de Francesca Zappia. J’ai beaucoup entendu parler de cet auteure avec son précédent roman, « Je t’ai rêvé », que j’ai très envie de découvrir à présent.

    Eliza est une jeune fille introvertie de 18 ans qui est devenue célèbre grâce à un webcomic...
    Voir plus

    C’est avec ce livre que je découvre la plume de Francesca Zappia. J’ai beaucoup entendu parler de cet auteure avec son précédent roman, « Je t’ai rêvé », que j’ai très envie de découvrir à présent.

    Eliza est une jeune fille introvertie de 18 ans qui est devenue célèbre grâce à un webcomic qu’elle dessine en ligne, sous le pseudo de LadyConstellation. Créative et solitaire, ses seuls amis sont ceux qu’elle s’est fait en ligne, jusqu’au jour où elle rencontre Wallace, un grand fan de La Mer Infernale, aka l'histoire d'Eliza…

    J’ai adoré le personnage d’Eliza auquel je me suis totalement retrouvée! Je l’ai trouvé très attachante et je l’ai vue évoluer au fil de l’histoire. J’ai également beaucoup aimé le fait qu’Eliza soit épanouie dans ce quelle fait sans prendre en compte les jugements de ses parents.
    J’ai trouvé ses petits frères très touchants et ses parents totalement incompréhensif. Je n’ai pas trop d’avis sur Wallace, même si je l’ai trouvé un peu égoïste vers la fin…

    En parlant de Wallace, je n’ai, malheureusement, pas du tout accroché à la partie romance. Je me suis plus intéressée à la partie artistique et passionnée qu’est l’univers d’Eliza. C'est un personnage tellement fort d'après moi!

    Les sujets abordés sont très intéressants, avec internet, les réseaux sociaux, les fanfictions et les relations sociales. L’histoire est émouvante et très originale!

    La plume de l’auteur est fluide et assez addictive. J’ai beaucoup aimé les quelques planches de dessin, sur l’histoire d’Eliza, insérés dans le livre (histoire que j’aurai aimé découvrir si elle existait vraiment!).

    Ce roman a été, pour moi, une très belle lecture, mais malheureusement pas un coup de coeur.

  • Couverture du livre « Je t'ai rêvé » de Francesca Zappia aux éditions R-jeunes Adultes

    entre_les_mots sur Je t'ai rêvé de Francesca Zappia

    "Si rien n'est réel, alors quelle importance?  a t'il répondu. C'est ici que tu vis. Ça ne suffit pas à rendre tout ça suffisamment réel?"

    L'une de mes plus gros coups de cœur 2018, le roman traite d'un sujet assez particulier. Nous suivons dans ce roman, la jeune Alex atteinte de...
    Voir plus

    "Si rien n'est réel, alors quelle importance?  a t'il répondu. C'est ici que tu vis. Ça ne suffit pas à rendre tout ça suffisamment réel?"

    L'une de mes plus gros coups de cœur 2018, le roman traite d'un sujet assez particulier. Nous suivons dans ce roman, la jeune Alex atteinte de schizophrénie et qui va faire son entrée dans un nouveau lycée.
    La couverture m'avait attiré, le résumé m'avait intrigué et le sujet m'a fait craquer. Je n'avais jamais lu de roman traitant de la schizophrénie chez les adolescents et je me suis dit que se serait pas mal de tenter le coup, seulement, je m'attendais pas à ce que cette lecture soit un gros coup de cœur ❤. Le roman est à la fois magique, flippant et amusant. Alex est un personnage tellement bien construit que j'avais l'impression de la connaître, comme une vraie amie. Elle était à la fois touchante et forte.
    Une lecture passionnante et poétique, où sentiment de tendresse et d'attachement envers Alex et Miles s'entremêlent. (je sens que je vais me jeter sur son autre roman, parce que je suis tombée amoureuse de sa plume

  • Couverture du livre « Je t'ai rêvé » de Francesca Zappia aux éditions R-jeunes Adultes

    Lunartic sur Je t'ai rêvé de Francesca Zappia

    Il me tardait vraiment de lire ce roman dès que j'eus posé les yeux sur lui dans la librairie du coin. Le titre, Je t'ai rêvé, semblait nous inviter dans une rêverie enchanteresse, poétique, une histoire hors du commun, du temps, de l'espace qui saurait me toucher en plein cœur. Quant au titre...
    Voir plus

    Il me tardait vraiment de lire ce roman dès que j'eus posé les yeux sur lui dans la librairie du coin. Le titre, Je t'ai rêvé, semblait nous inviter dans une rêverie enchanteresse, poétique, une histoire hors du commun, du temps, de l'espace qui saurait me toucher en plein cœur. Quant au titre original, à savoir Made you up, cela correspond beaucoup plus à la représentation qu'Alex se fait de Miles, à la relation qu'elle entretient avec lui, comme si elle... Ben, comme si elle l'avait rêvé, inventé rien que pour elle.

    Dans un sens plus large, cela m'évoque la construction de l'identité, ou encore l'imagination, qui nous fait divaguer, qui nous emporte, et qui nous fait inventer la réalité, pièce par pièce. (Cela colle bien à l'intrigue d'ailleurs, qui correspond à un puzzle à assembler pour reconstituer le vrai, la réalité) Cela m'inspirait véritablement, je me voyais sous la pluie artistique de la couverture, d'un bleu presque trop beau pour être vrai, un parapluie au-dessus de ma tête, à attendre mon rêve, qu'on m'emporte dans une belle aventure livresque, et je sentais que ce roman de la Collection R, qui ne m'a pas déçue jusqu'à présent, pourrait réussir cette prouesse.

    Qui plus est, John Green, un de mes écrivains de Young Adult favori, plébiscitait ce roman. Que demander de plus ? Je sais que mon avis est propre à moi et qu'il ne doit pas être influencé par un écrivain que j'adore, mais justement c'était l'occasion de tenter ma chance. Quand on a la chance que notre C.D.I. possède un tel ouvrage dans ses rayons, on se jette dessus et on profite de l'occasion. C'est avec fébrilité que j'ai commencé à tourner les pages de ce roman. Je ne savais pas à quoi m'attendre, du moins à quelque chose d'extraordinaire.

    Et, après ma lecture, je peux vous assurer que je ne savais effectivement pas sur quoi j'allais tomber. C'est comme dans Forrest Gump – et c'est reparti, cette citation culte, je la ressors tout le temps (incorrigible Nanette) : La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Voyez Je t'ai rêvé comme une boîte de chocolats (ça donne tout de suite envie hein)... aux homards. Wait... wait... whaaaat ?! Ben oui, rouge homard comme les cheveux si particuliers de notre héroïne, ou encore tout simplement comme sa passion des homards. Je vous en bouche un coin là, avouez !

    Dès le début du roman, on se sent de suite déroutés, pris de court... comme dans un rêve en somme. Un rêve passager, qui nous traverse de part en part, doux, insaisissable, et qui nous laisse sonné et un peu perdu dans notre définition de la réalité à notre réveil. Ce serait cette jolie métaphore que j'utiliserais pour décrire ce roman si... si atypique. Je dois l'admettre, je suis un peu à court de mots pour bien détailler ce que j'ai vécu au travers de cette lecture. Cela m'a tellement surprise et éberluée que j'en suis encore sonnée.

    Je t'ai rêvé, c'est l'histoire de deux êtres, qui sont au banc de la société, incompris, et qui vont vivre des choses hautes en couleurs et vraiment pas communes, à l'instar de leur statut de marginal. Certains lecteurs ont détesté ce roman, en ont été hautement déçus. Je peux les comprendre car je m'attendais à un autre rêve que celui-là moi aussi. Mais les rêves sont imprévisibles, n'est-ce pas ? Ils sont spontanés et ils viennent à nous d'eux-même, ce sont eux qui décident.

    Je sais que ce livre est venu à moi et j'en suis heureuse. J'ai vécu quelque chose de court, bref, il faut dire que ce roman se lit comme un petit pain (expression toute faite de Nanette bonjour), mais d'intense et que je ne suis pas prête d'oublier. Des petits fragments de rêve resteront ancrés dans ma mémoire, peut-être flous mais indélébiles. Tel un mirage qu'on ne peut s'enlever de l'esprit.

    Vous vous demandez sûrement comment est-il possible qu'un tel roman, qui semble les pieds bien ancrés dans la réalité avec son histoire de marginaux rebuts des autres élèves du lycée, qui ont de surcroît des problèmes familiaux en plus de problèmes d'intégration dans la société, puisse nous inviter au rêve. Mais la réalité est un rêve mes très chers. Je sonne un peu chat du Cheshire là, mais vous allez vite comprendre...

    L'histoire nous est racontée par sa protagoniste, Alexandra, Alex pour les intimes, qui se prénomme ainsi car ses parents sont férus d'histoire (ils sont historiens) et qu'ils voulaient à la base un garçon pour pouvoir l'appeler Alexandre, comme Alexandre le Grand. Ça envoie du pâté comme prénom, n'est-ce pas ? Alexandra pourrait sembler être une jeune fille banale, qui travaille dans un dinner pour se faire une place dans le monde du travail et même dans le monde tout court, qui a des cheveux d'un rouge si flamboyant, si... homard, que tout le monde pense que c'est une couleur, alors qu'ils sont parfaitement naturels ses cheveux.

    Je suis sûre que vous vous dites que ce n'est pas très passionnant tout ça. Alors qu'en fait, chaque détail compte. Comme nous, Alexandra a une identité, une histoire, sa personnalité, et des petits détails sur son existence qui ponctuent sa vie, qui semblent si banals alors qu'en réalité, ils sont fondamentaux car ils constituent ce qu'elle est, son vécu, ce qu'elle a traversé.

    Déjà, à travers chaque petit instant qu'Alexandra vit, j'ai compris une fois de plus que ma vie était simple, comme celle des sept milliards d'âmes sur cette planète Terre, mais merveilleuse comme dans un rêve parce-que c'est la mienne, et qu'elle est saupoudrée de moments de joie, de tristesse intense, de fous rires, de larmes, de petits moments entre amis, de bouleversements profonds... Dans le titre Je t'ai rêvé, je pense qu'in fine Alexandra ne rêve pas d'une autre personne, d'une âme sœur (enfin si, elle rêve de ça aussi au final), mais qu'elle se rêve surtout elle-même, d'une vie où on l'accepterait et qui ne la piégerait plus.

    Je t'ai rêvé, c'est bien plus qu'une histoire d'amour improbable et hors du commun, c'est l'histoire d'une vie, d'une personne qui ne demande qu'à exister et à ne pas être prise pour un monstre, pour une folle à lier. Car Alexandra est atteinte d'une maladie qu'on appelle schizophrénie. Nous, lecteurs, nous ressentons cette maladie de l'intérieur durant la lecture, car nous avons le point de vue de la malade. Le jeune écrivain qu'est Francesca Zappia (oui, c'est une femme, tout va bien, simplement j'évite d'écrire écrivaine) réussit ici un brillant tour de force en nous faisant douter de la réalité de chaque mot qu'elle emploie, de chaque phrase, de chaque rencontre qu'Alexandra fait, de chaque événement qu'elle vit.

    Comme si, nous aussi, nous étions malades et que nous ne sachions plus faire la différence entre l'abstrait, l'imagination destructrice, et ce qui est concret, la réalité. Je vous l'accorde, c'est fort peu par rapport à ce que de vrais schizophrènes peuvent vivre au quotidien, mais c'est une expérience de lecture extrêmement enrichissante, qui appelle à la tolérance et à l'amour de l'être humain, à la compréhension. A aucun moment je n'ai considéré Alex comme une folle, une cinglée, une malade mentale.

    Enfin si, elle est malade, mais elle en est consciente, bien plus que ses propres proches ne pourraient le croire, et j'ai ressenti une peine immense pour elle, qui ne demande qu'à être aidée et qui est regardée comme un déchet, un danger ambulant. Seul Miles, avec ses aaaaa-gah-gah (traduction : magnifiquement magnifiques) yeux bleu océan, bleu glace, bleu marine, bref toutes les teintes de bleu, va la contempler, pas seulement la voir, l'apercevoir, avec un regard autre, un regard compatissant, empli d'amitié puis d'amour inconditionnel.

    Pour un garçon considéré comme insensible et effrayant, c'est un comble tout de même ! Comme quoi, ne jugez pas les gens selon leur apparence, ou ce que vous croyez savoir sur eux : tout simplement car vous ne les connaissez pas, vous ne connaissez pas leur histoire, leur présent, leur passé, leur futur, ce qu'ils deviendront. Laissez-leur une chance, tout le monde mérite d'accomplir son existence en vue du bonheur plein, entier.

    C'est une leçon que même Alexandra et Miles vont apprendre et retenir en se rencontrant l'un l'autre, et en apprenant à se supporter. J'ai adoré les voir se chamailler, avancer à tâtons, se chercher, se trouver. Vous trouverez peut-être leur histoire d'amour incongrue, non naturelle. Dans ce cas, je vous conseille d'y regarder à deux fois. Parce-que leur histoire, elle m'a fait vibrer, elle m'a renversée et je n'en suis pas sortie indemne.

    Miles est un garçon très intelligent, major de sa promo, mais il s'en fiche, il insupporte les gens car il n'est pas assez expressif, il ne sait pas comment réagir face à ses sentiments qui sont exacerbés. Il m'a un peu fait penser à moi car je suis également une personne qui 'pleure de l'intérieur', j'ai du mal à faire ressortir mon intériorité et du coup, les gens me prennent pour quelqu'un d'insensible et me jugent, comme lui.

    J'ai été souvent cataloguée comme la fille sauvage, qui ne veut de contact avec personne. Miles, lui, est vu comme étant un gros connard dans son genre. J'ai pu facilement m'identifier à lui, qui ressent tous ses sentiments de manière amplifié et qui exorcise ce mal qui le ronge par l'écriture. Quand vous me lisez, je suis plutôt émotive non ? J'espère ne pas être glaciale car l'écriture, ça me permet d'exprimer qui je suis, mes diverses humeurs, et ce qui me fait vibrer en moi. Bref, c'est pas moi le sujet ici, c'est Miles...

    Ce garçon m'a chamboulée. Il peut sembler très antipathique, froid, étranger, alors qu'en réalité, il est le plus attentionné envers Alex. J'espère vraiment tomber sur un gars comme lui un jour, car ça ne court pas les rues... Miles a un humour particulier, qui a fait mouche avec moi (en même temps, je ris de tout, je vous l'assure) et un cœur gros comme ça mais qui souffre à cause de la bêtise humaine, des préjugés, de l'ignorance, de la négligence de son père, de l'injustice que subit sa mère...

    Bref, j'ai l'impression que j'en dis beaucoup trop là, je vais m'arrêter. Miles n'est pas le prince charmant, Miles est loin d'être parfait, mais perso, je m'en fiche de l'idéal de perfection. Ce que je sais en revanche, c'est que j'aurais adoré jouer au jeu des devinettes à 20 questions avec lui, car il possède une intelligence incroyable, un charme propre à lui, il est brillant et mérite d'être aimé.

    Je suis contente qu'Alex et lui se soient trouvés des amis sous la forme des membres du club d'entretien du gymnase : ce qui était une punition et une contrainte a forgé une amitié solide qui les lie tous. Le baraqué et compréhensif Art, la pétillante Jetta qui appelle Miles mein Chef (ça me faisait toujours rigoler ça), la belle Théodora au caractère bien trempé et deux incorrigibles jumeaux, mais comment on pourrait se passer d'eux ?

    J'oublie sûrement d'autres personnages formidables, complexes, drôles, touchants dans cette chronique alors je vous laisse le soin de les découvrir par vous-même. La petite Charlie (d'après Charlemagne, s'il vous plaît), la petite sœur d'Alexandra, est un véritable amour, elle m'a fait trop craquer et rire tant elle est choupinette ! Leur amour entre sœurs m'a fait versé quelques larmes, je le reconnais sans mal. Ce roman m'a fait traversé diverses strates d'émotions, et j'en suis ressortie vidée mais plus forte et heureuse. J'ai refermé le livre avec un sourire béat peint sur les lèvres, je crois que ça veut tout dire.

    Pour conclure, je dirais que je commence à comprendre l'enjeu de la première de couverture. Le bleu environnant, qui s'abat mais avec tendresse, sur le parapluie d'Alexandra, reconnaissable entre mille avec ses cheveux rouges homard qui sont de famille, représente le bleu des yeux de Miles, qui couvent sa chérie, la protège, et la regarde avec admiration, douceur, et avec un amour indéniable dans lequel on pourrait se noyer (trop tard...).

    Le parapluie, ce serait les tentatives d'Alex pour assurer la sécurité de Miles dans le roman, contre la société (car il y a un autre plan narratif avec un mystère du passé noir à résoudre et dans lequel Miles est impliqué malgré lui) et contre elle-même et sa maladie qu'elle ne sait pas combattre, malgré ses efforts pour se raccrocher à la réalité. Mais au final, Alex finit par sourire, car elle a Miles, des amis, dont un meilleur ami prénommé Tucker qui ne veut que son bien et qui l'a toujours épaulé (même si, comme tout le monde, il a fait des bêtises aussi).

    Alex a su traverser et affronter tout ça, et je suis ressortie de son parcours tumultueux et plein d'épines grandie et chamboulée dans ma vie personnelle. Si avec tout ça je ne vous ai pas convaincue de vous laisser tenter par ce roman, je ne sais plus quoi déployer d'autre comme armada. Tenez le vous pour dit : John Green is always right. C'est une maxime de mon cru, criante de vérité, je sais...

    L'écriture de Francesca Zappia, fraîche, barrée, et multicolore comme l'ensemble de ses personnages et de leur introspection m'a énormément plu. Elle est un jeune écrivain à suivre, moi je vous le dis. J'ai vu sur Booknode qu'elle avait publié un autre roman qui se prénomme Eliza and her monsters. J'espère de tout cœur qu'il sera publié en France, ce serait merveilleux, car il m'a l'air d'être un autre roman à côté duquel il ne faut pas passer.

    Sur ces paroles élogieuses, je vous laisse entre les pages de cet excellent et particulier livre, tandis que moi, je vais aller monter une association de défense des homards et en libérer de l'aquarium du supermarché le plus proche de chez moi. Ceux qui ont lu le livre, vous comprendrez très bien mon délire, j'en suis persuadée. Ce livre vous est chaudement recommandé par Nanette, parole d'amie. COUP DE COEUR ♥

  • Couverture du livre « Je t'ai rêvé » de Francesca Zappia aux éditions R-jeunes Adultes

    AliceClaireElise sur Je t'ai rêvé de Francesca Zappia

    Ce livre est un véritable coup de coeur pour moi, je n'arrive pas à décrire tout ce que j'ai ressenti durant cette lecture. Je suis passée du rire, à l'inquiétude, de la peine à la joie et du bonheur aux larmes. Et c'était tout simplement magnifique.

    Alex est un personnage principal assez...
    Voir plus

    Ce livre est un véritable coup de coeur pour moi, je n'arrive pas à décrire tout ce que j'ai ressenti durant cette lecture. Je suis passée du rire, à l'inquiétude, de la peine à la joie et du bonheur aux larmes. Et c'était tout simplement magnifique.

    Alex est un personnage principal assez atypique auquel je me suis énormément attachée. Découvrir la vie d'une schizophrène et ses hallucinations a été exaltant, mais aussi un peu angoissant quand on réalise que c'est le quotidien de personnes réelles. Je n'arrivais plus à discerner la réalité à travers ses hallucinations. Miles m’a énormément plu : il est drôle, réfléchi, mature... Lui aussi souffre de quelques troubles et j’ai trouvé  hyper intéressant de la part de l’auteure de lui donner  ce trait de caractère. Elle nous fait ainsi comprendre que personne n’est parfait malgré ce qu’il ou elle laisse percevoir même si la personne fait beaucoup d'efforts.

    Avant chaque lecture je parcours les commentaires sur booknode et j'ai adoré la comparaison de Sheo . Je vais donc l'utiliser pour mon commentaire. Merci ma belle pour cette belle comparaison! "JE T'AI RÊVÉ est un puzzle dont les pièces semblent toutes être à l'envers au départ. Et puis, plus on avance dans l'histoire, plus elles se retournent pour être à l'endroit et plus elles trouvent leur place dans le puzzle." Cette histoire était également un puzzle pour moi car nous avons du mal à comprendre au début puis au fil de la lecture nos incompréhensions sont éclairées.

    Lorsque j'ai refermé ce livre, je me suis demandée encore une fois si tout ça était bien réel. Et c'est fantastique car refermer un livre et continuer à se poser des questions par la suite est  hallucinant! Une très très belle histoire traitant d'un sujet tabou  qu'est la schizophrénie chez les jeunes. Certains passages du roman sont vraiment très amusants, le style de l’auteur est très simple mais franchement addictif. Les pages se tournent sans ménagement (j'ai failli arracher plusieurs pages sans faire exprès tellement j'étais en colère par moment. Oups. S'il vous plaît pas la sécurité de protection des livres! ) et je me suis retrouvée rapidement à la dernière page. Je félicite l'auteur et je remercie d'avoir publié ce magnifique roman!

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com