Florence Seyvos

Florence Seyvos

Florence Seyvos est née en 1967 à Lyon. Elle a passé son enfance dans les Ardennes et vit à présent à Paris. Ecrivain, scénariste, Florence Seyvos est notamment l'auteur de Les Apparitions (L'Olivier, 1995), qui lui a valu le Goncourt du premier roman et le prix France-Télévision.

... Voir plus

Florence Seyvos est née en 1967 à Lyon. Elle a passé son enfance dans les Ardennes et vit à présent à Paris. Ecrivain, scénariste, Florence Seyvos est notamment l'auteur de Les Apparitions (L'Olivier, 1995), qui lui a valu le Goncourt du premier roman et le prix France-Télévision.

Articles en lien avec Florence Seyvos (2)

Avis sur cet auteur (13)

  • add_box
    Couverture du livre « La sainte famille » de Florence Seyvos aux éditions Editions De L'olivier

    carole laulhere sur La sainte famille de Florence Seyvos

    Explorateurs de la rentrée littéraire - avis de la page 100

    Suzanne nous décrit avec des yeux d'enfants le monde des adultes qui l'entourent.
    A l'exception de sa grand-tante Odette et de son frère Thomas, tous les personnages du livre l'impressionnent et l'effraient.
    A la page 100...
    Voir plus

    Explorateurs de la rentrée littéraire - avis de la page 100

    Suzanne nous décrit avec des yeux d'enfants le monde des adultes qui l'entourent.
    A l'exception de sa grand-tante Odette et de son frère Thomas, tous les personnages du livre l'impressionnent et l'effraient.
    A la page 100 toutefois, même si le style est fluide, le thème m'échappe et le titre ne m'éclaire pas vraiment.
    La clé se trouve peut-être dans les 70 pages restantes....

    Explorateurs de la rentrée littéraire - Chronique

    Suzanne nous décrit avec des yeux d'enfants le monde des adultes qui l'entourent. A l'exception de sa grand-tante Odette et de son frère Thomas, tous les personnages du livre l'impressionnent et l'effraient. Une arrière grand-mère mourante, une mère froide et sévère, une cousine qui joue un rôle ambigu avec Suzanne, puis une belle-mère à forte personnalité mais largement indifférente à Suzanne. Quant aux hommes, que ce soit l'oncle ou le père des enfants, ils sont largement relégués au second plan.
    Florence Seyvos aborde certes le thème de la séparation et de la maltraitance : Suzanne et Thomas ont été battus par leur mère.
    Pour autant, même si le style est fluide et le livre se lit facilement, je crains d'être passée à côté du thème central, et le titre ne m'a malheureusement pas vraiment éclairée.

  • add_box
    Couverture du livre « La sainte famille » de Florence Seyvos aux éditions Editions De L'olivier

    Marion Harang sur La sainte famille de Florence Seyvos

    1. Explorateur de la rentrée littéraire - « Le rendez-vous de la page 100 »

    Ce roman est assez éloigné de ce que je lis habituellement mais j’ai trouvé que ces cent premières pages se lisaient plutôt bien. Même si j’ai pour le moment un peu de mal à comprendre où l’auteure veut nous mener,...
    Voir plus

    1. Explorateur de la rentrée littéraire - « Le rendez-vous de la page 100 »

    Ce roman est assez éloigné de ce que je lis habituellement mais j’ai trouvé que ces cent premières pages se lisaient plutôt bien. Même si j’ai pour le moment un peu de mal à comprendre où l’auteure veut nous mener, l'écriture fluide et rythmée permet de naviguer entre les souvenirs de Suzanne avec facilité.

    2. Mon avis

    Dans ce livre, Suzanne et Thomas qui sont frère et sœur, nous livrent, au fil des pages, les souvenirs marquants de leur enfance mais aussi de leur vie de jeunes adultes.

    J'ai été un peu dérangée par le manque de repères temporels dans ce livre car, même si les descriptions du quotidien permettent à peu près d'encrer l'histoire à une certaine époque, nous n'avons aucune date précise.

    Les souvenirs qui nous sont livrés pourraient être issus de n'importe quelle famille : religion, argent, jalousie, alcool, divorce ... ce qui rend ce roman débordant de réalisme. J'ai l'impression que ma mère ou une tante aurait pu avoir des souvenirs semblables. J'ai trouvé certains passages durs et stressants, notamment ceux concernant la cousine, Mathilde, qui ne mâche pas ses mots et réagit de façon très imprévisible.

    L'écriture est fluide et très rythmée avec une ponctuation très importante, des phrases plutôt simples et courtes.

    Au final, cette lecture me laisse un peu perplexe car j'ai beaucoup aimé l'écriture de l'auteure mais j'ai aussi le sentiment d'être passée à côté de quelque chose et de ne pas avoir bien saisi toute la profondeur du récit.

  • add_box
    Couverture du livre « La sainte famille » de Florence Seyvos aux éditions Editions De L'olivier

    Violaine belouard sur La sainte famille de Florence Seyvos

    L'avis des 100 premières pages :
    Je ne connaissais pas du tout l'auteur, la couverture ne m'attirait pas plus que ça et donc je suis rentrée dans la lecture avec un peu d'appréhension.
    Celle-ci a été vite levée car le texte est tout de suite intéressant. On entre dans la vie de Suzanne et on...
    Voir plus

    L'avis des 100 premières pages :
    Je ne connaissais pas du tout l'auteur, la couverture ne m'attirait pas plus que ça et donc je suis rentrée dans la lecture avec un peu d'appréhension.
    Celle-ci a été vite levée car le texte est tout de suite intéressant. On entre dans la vie de Suzanne et on y découvre ses souvenirs, ce qui l'a le plus marqué, sa famille qui a du mal à coller au titre de l'ouvrage...
    Je suis ravie de ce début de lecture, j'y retourne sans attendre !

    Mon avis global :

    En regardant la couverture et le titre, je m'attendais à un livre présentant une famille exemplaire, où rien, pas même un grain de sable viendrait perturber une ambiance calme, feutrée et douce.

    Et puis vient le moment de démarrer la lecture. Le début est relativement calme puisqu'il y a la présentation de certains membres de la famille et déjà on ressent que certaines paroles, certains actes, certains souvenirs sont ancrés dans cette maison familiale. Les narrateurs sont deux enfants, et leurs points de vue sont assez pointus, précis et sans vraiment de grands états d'âmes. Comme s'ils relevaient juste l'instant présent et le décrivait sans s'approcher trop près pour ne pas risquer de se blesser, peut-être !?. C'est mon interprétation...

    Chaque maison familiale recèle de nombreux secrets, plus ou moins lourds, plus ou moins mauvais. Souvent on s'habitue à ces maisons quand le moment de partir arrive alors on se dit qu'on va emmagasiner encore plus d'odeurs, de parfums, de sensations. Les deux narrateurs sont aussi tiraillés entre leurs parents divorcés, entre leur grand-mère et leur grande-tante. Ils veulent faire plaisir à tous et parfois en oublie ce que eux veulent réellement. Et puis certains jours ils s'aventurent à essayer de nouvelles expériences et vont ainsi apprendre à se connaître un peu plus, à développer leurs capacités physiques et mentales. Ce sont de formidables exercices que ces vacances !

    C'est un livre qui est touchant car il fait se remémorer des moments de l'enfance qu'on aimerait revivre, il est rassurant car finalement on y trouve tous un peu notre compte entre les différents personnages. Il est aussi attachant car chaque personnage apporte sa touche personnelle à l'histoire. Chacun dépose son petit grain de sel qui va finement mettre les rouages en route et ainsi retrouver les habitudes de vacances, baignades et compagnie.

    Je ne connaissais pas Florence Seyvos et je trouve que lire ce roman est une très belle découverte. L'écriture est très agréable, fluide et le livre se lit donc rapidement. Arrivée à la fin je n'avais pas envie de quitter cette famille, aussi "sainte" soit-elle !

    On se rend compte à nouveau avec ce roman que grandir n'est pas si évident et parfois on aime se replonger avec délice dans cette période faite souvent d'insouciance et d'apprentissage de la vie !

    C'est un livre à lire assurément !"

  • add_box
    Couverture du livre « Le garçon incassable » de Florence Seyvos aux éditions Points

    Les livres de K79 sur Le garçon incassable de Florence Seyvos

    C’est extrêmement difficile d’avoir un avis tranché sur ce livre. Effectivement l’écriture est belle et les thèmes abordés sont particulièrement attendrissants. La manière dont est traitée chaque histoire, sur un ton neutre, réussit à dégager de ces récits une grande humanité. Le comportement et...
    Voir plus

    C’est extrêmement difficile d’avoir un avis tranché sur ce livre. Effectivement l’écriture est belle et les thèmes abordés sont particulièrement attendrissants. La manière dont est traitée chaque histoire, sur un ton neutre, réussit à dégager de ces récits une grande humanité. Le comportement et la destinée de ces deux personnages m’ont évoqué autant de compassion que d’admiration. Devant leurs malheurs respectifs, ils font preuve d’une persévérance et d’une résistance hors normes.
    Seulement le livre est très court et le lien entre les deux histoires est infime. Ainsi bien lancé dans une des aventures, je me retrouvais brusquement frustré à chaque changement. Le fait que les histoires se succèdent par alternance, casse le rythme mais aussi l’empathie qui commençait à se créer avec les protagonistes. Chaque récit m’a réellement intéressé. La vie de Henri m’a bouleversé et impressionné. Le destin de Buster Keaton est passionnant et surprenant. Mais globalement, je ne garderai surement aucun souvenir de cette lecture dans l’avenir tant le nombre de pages est restreint et l’approfondissement des personnages quasiment illusoire. Deux livres distincts et plus étoffés auraient peut-être été nécessaires pour rendre justice à ces deux héros de leur temps.