Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Florence Hinckel

Florence Hinckel
Florence Hinckel est une écrivaine française. Elle publie des romans pour la jeunesse chez Gallimard, Nathan, Syros et Talents hauts. Elle a commencé à écrire des histoires quand elle était enfant puis a enseigné avant de se consacrer à son métier d'écrivain. Elle tient un blog très suivi de ses ... Voir plus
Florence Hinckel est une écrivaine française. Elle publie des romans pour la jeunesse chez Gallimard, Nathan, Syros et Talents hauts. Elle a commencé à écrire des histoires quand elle était enfant puis a enseigné avant de se consacrer à son métier d'écrivain. Elle tient un blog très suivi de ses lectrices et lecteurs.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Parole de Libraire spécial littérature jeunesse

    Dans ce "Parole de libraire" spécial jeunesse présenté par Khatleen, de la librairie Le Divan Jeunesse, découvrez les coups de cœur des ados du club de lecture. Léonore, 14 ans, nous présente "Animale" de Victor Dixen (Pôle fiction) :...

Articles en lien avec Florence Hinckel (1)

Avis sur cet auteur (38)

  • add_box
    Couverture du livre « Nos éclats de miroir » de Florence Hinckel aux éditions Nathan

    coquinnette1974 sur Nos éclats de miroir de Florence Hinckel

    Je remercie chaleureusement les éditions Nathan et lecteurs.com pour l'envoi, dans le cadre de l'opération Young Adult, du roman : Nos éclats de miroir de Florence Hinckel.
    Nous découvrons Cléo, qui va bientôt avoir 15 ans, 1 mois et 20 jours.
    Cette date est importante pour elle car c'est à...
    Voir plus

    Je remercie chaleureusement les éditions Nathan et lecteurs.com pour l'envoi, dans le cadre de l'opération Young Adult, du roman : Nos éclats de miroir de Florence Hinckel.
    Nous découvrons Cléo, qui va bientôt avoir 15 ans, 1 mois et 20 jours.
    Cette date est importante pour elle car c'est à cet âge-là qu'Anne Franck est décédée.
    C'est son écrivaine préférée alors la jeune adolescente a décidé de s'adresser à elle dans son journal intime. Nous découvrons ce qui la fait rire, la fait s'interroger ou bien ce qui la bouleverse...
    Nos éclats de miroir est un roman pour adolescents qui m'a beaucoup touché car je me suis retrouvé dans le personnage de Cléo.
    J'ai moi même écrit un journal intime quand j'étais jeune, le premier carnet adressé à Chère Kitty (comme le faisait Anne Franck), je l'ai écrit quand j'avais 10 - 11 ans après dévoré le journal d'Anne Franck. Cette jeune fille me fascinait, j'ai lu énormément de choses la concernant et j'espère bien un jour avoir l'occasion de visite l'Annexe à Amsterdam !
    Les mots de Florence Hinckel ont parfois fait écho avec mes propres pensées, j'ai trouvé ça troublant.
    J'ai adoré le ton employé par Cléo, elle est franche, elle dit les choses comme elles sont sans en faire trop.
    Nous avons là un très bon roman pour ados, bien écrit et qui m'a énormément touché.
    J'attendait beaucoup de ce roman et à aucun moment je n'ai été déçue ; au contraire j'ai adoré cette lecture.
    Je mets un très très gros cinq étoiles :)

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qui fait battre nos coeurs » de Florence Hinckel aux éditions Syros

    Ramettes sur Ce qui fait battre nos coeurs de Florence Hinckel

    Florence Hinckel nous propose pour cette rentrée littéraire 2019 un roman fort qui met les nerfs à rude épreuve. Action et réflexion, tout plutôt que ce laisser aller au fatalisme des dérives médicales et financières. Une dystopie jeunesse que les adultes devraient lire pour réveiller les...
    Voir plus

    Florence Hinckel nous propose pour cette rentrée littéraire 2019 un roman fort qui met les nerfs à rude épreuve. Action et réflexion, tout plutôt que ce laisser aller au fatalisme des dérives médicales et financières. Une dystopie jeunesse que les adultes devraient lire pour réveiller les consciences. Car demain commence aujourd'hui.
    C’est un roman choral, à chaque chapitre on change de narrateur à la première personne, son nom permet au lecteur de savoir qui s’exprime même si on identifie chaque intervenant par son contenu. C’est important car cela permet de suivre les émotions et les réflexions de plusieurs personnages. Tout le monde ne prend pas la parole.
    Nous avons à faire à des adolescents avec des fêlures, des souffrances, et chacun sa particularité. Chacun évolue dans un milieu familial différent et aucun n’a la solution aux questionnements de ces jeunes. On va s’attacher à plusieurs personnages qu’on va voir évoluer au fur et à mesure qu’ils vont vivre des chocs.
    On se dit qu’ils se sont mis dans une situation qui ne peut que mal finir, si le gouvernement cède c’est la porte ouverte à tout et s’il refuse il y a le risque d’une révolte… je vous assure que je n’ai pas deviné comment l’autrice aller achever son roman. On dévore les 400 pages pour découvrir ses choix.
    Avec Florence Hinckel on ne fait pas dans la facilité. Elle argumente, étaye tout ce qu’elle avance. En fin de volume des notes permettent de se référé à certaines sources. Elle propose des pistes de réflexion sur l’éthique en mettant les personnages en situation, face à des groupes différents, c’est très concret. Elle soulève aussi les questions financières qui ne sont qu’une facette du problème.
    L’IA, l’homme augmenté, l’eugénisme, les nouvelles technologies ce sont des sujets d’actualité, des sujets de réflexion et de recherches dont le grand public ne voit que la partie immergée. J’ai trouvé très intéressant de voir différents points de vue sur le sujet et ce qui en découle. Humanisme, transhumanisme, deshumanisme, féminisme, il ne faut pas perdre de vue l’être Humain dans tout son ensemble, l'esprit, le cœur et l'âme.
    Qui dit réseaux sociaux dit communication et diffusion d’infos sans recul. C’est l’actualité à chaud, les réactions qui vont dans tous les sens et plutôt vers les extrêmes et les excès. Les effets de groupe, les manipulations, l'instrumentalisation font monter encore plus la pression. Ce roman parle aussi d’intimité bafouée, de sphère privé jetée en pâture sur les réseaux sociaux, sans filtre, omniprésence de l’image hors de contrôle…
    Le rythme effréné, l’accélération des événements, la perte de contrôle de la situation, Esteban n’avait rien anticipé, il a agit sous le coup de l’émotion. Le road trip contribue aussi à être dans l’action et le mouvement, heureusement ils vont avoir des petites pauses pour reprendre leur souffle et réfléchir.
    Nous sommes dans un roman jeunesse, on retrouve des sujets qui intéressent les ados, l’amitié, les premiers émois amoureux, la quête de son identité sexuelle. Ce qui vient compliquer les choses.
    La couverture du livre et le titre sont à l'unisson. Comme les 65 expressions avec cœur répertoriées par Esteban le littéraire qui nous les distille petit à petit comme des battements de cœur. Mon premier coup de cœur de la rentrée littéraire jeunesse.
    C’est un roman qui entre dans ligne éditoriale de chez Syros qui propose des romans qui font réfléchir les jeunes lecteurs à des questions sociétales actuelles.
    J'arrête là pour vous laisser découvrir la kyrielle de rebondissements et sujets de réflexion qui tiennent en haleine le lecteur.
    Je remercie les éditions Syros de leur confiance.

  • add_box
    Couverture du livre « U4 ; Yannis » de Florence Hinckel aux éditions Nathan

    PurpleRain sur U4 ; Yannis de Florence Hinckel

    Lors de la propagation du virus, Yannis se trouve à Marseille et perd ce jour-là, ses parents et sa sœur Camila. Sans le message d’espoir lancé par WOT il n’aurait pas eu la force de quitter sa chambre et serait mort de faim une fois ses réserves épuisées.

    Yannis est garçon faible, paumé,...
    Voir plus

    Lors de la propagation du virus, Yannis se trouve à Marseille et perd ce jour-là, ses parents et sa sœur Camila. Sans le message d’espoir lancé par WOT il n’aurait pas eu la force de quitter sa chambre et serait mort de faim une fois ses réserves épuisées.

    Yannis est garçon faible, paumé, doux et sensible, et pas courageux : tout l’opposé de son avatar dans le jeu vidéo WOT : Chevalier Adrial qui est fort et puissant.

    Son quartier devient vite sensible et dangereux. Cette zone est une jungle. Ceux qui étaient les plus pauvres, veulent prendre le pouvoir et gouverner sur les classes moyennes voir aisées, afin de prendre leur revanche sur la vie. Il décide de partir et de quitter le quartier de son enfance en compagnie de son chien Happy. Son premier objectif est de se diriger vers Lyon et pouvoir retrouver Lady Rotweiler (alias Stéphane).

    Après moult mésaventures et un séjour en R-Point pour soigner de vilaines blessures, Yannis y rencontre François, Marco ainsi que Stéphane. Tous les 4 vont s’allier pour s’échapper du R-Point et relier Paris pour être au rendez-vous du 24 décembre minuit. Il est de plus en plus difficile et dangereux de survivre en dehors des zones protégées par l’armée, mais avec tout le courage nécessaire, ils arrivent à s’échapper et partent vers leur destin.

    Yannis est un rêveur, doux, tendre et à des rêves utopiques ou le monde serait plus beau, meilleur et ou les hommes seraient enfin égaux. Il est contre les violences et essaye le plus possible de résoudre les problèmes sans avoir recourt à des armes.

    Ce livre se lit en complément de l’histoire de Stéphane.

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qui fait battre nos coeurs » de Florence Hinckel aux éditions Syros

    Lunartic sur Ce qui fait battre nos coeurs de Florence Hinckel

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un roman qui m'intriguait tout particulièrement parce qu'il traite des progrès colossaux de la robotique et de l'empiètement de plus en plus conséquent des nouvelles technologies sur nos vies privées et professionnelles,...
    Voir plus

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un roman qui m'intriguait tout particulièrement parce qu'il traite des progrès colossaux de la robotique et de l'empiètement de plus en plus conséquent des nouvelles technologies sur nos vies privées et professionnelles, ainsi que sur nos sentiments les plus intenses et convaincus. La critique littéraire du jour sera donc consacrée à Ce qui fait battre nos cœurs et je remercie pour cela infiniment les éditions Syros. Un immense merci en effet pour ce très bel envoi en avant-première qui m'a permis de retrouver la si merveilleuse plume de Florence Hinckel dans un genre radicalement différent de celui par lequel j'avais pu la découvrir auparavant et je n'ai pour ainsi dire pas été déçue ! Sur ce, direction l'année 2030, on fait un bond dans le temps de dix ans en avant pour que je puisse vous donner mon opinion sur ce livre très spécial !

    Pour commencer, ce qui me frappe instantanément quand je repense à ce roman en écrivant ces lignes, c'est le fait incontestable à mes yeux qu'il soit extrêmement complet : il s'agit là d'un authentique mélange d'action, de science-fiction, d'aventure, de mystère, de premiers émois adolescents, le tout en dénonçant habilement les inégalités sociales qui mettent notre pays, et par extension le monde entier, à feu et à sang de nos jours (et d'une certaine façon depuis belle lurette si on y réfléchit bien...). L'histoire a beau se passer dans un futur hyper-connecté où les êtres humains ont littéralement la technologie dans la peau, la plupart de ses aspects nous parlent énormément. On ne peut que s'identifier à cette société en perte d'identité et d'harmonie, de cohésion, qui ne sait plus vraiment où elle va ni quelle est la limite de sa cupidité et de son ambition. En tant que lecteurs, nous sommes à proprement parler à l'orée de cet avenir sérieusement high-tech sur les bords mais tout à fait rétrograde en terme d'égalitarisme, de protection des individus, peu importe leur sexe, leur âge et leur classe sociale ou ethnique, et surtout en matière de justice. L'autrice pointe du doigt tous les travers de notre monde actuel, tous ces rouages mal huilés et imbriqués qui l'empêchent de tourner rond avec un brio qui force l'admiration. Sans forcément prendre de parti et sans se permettre d'émettre un quelconque jugement, elle parvient à parfaitement nous dépeindre tels que nous sommes à l'heure où je vous rédige cette chronique, à savoir acculés, sans réel issue de secours vers laquelle se diriger et contraints pour le cas de beaucoup de minorités ou de marginaux isolés à faire des choix difficiles pour se faire enfin entendre. En clair, j'ai trouvé ce roman tout bonnement effrayant et je dirais même glaçant parce que ce qui y est décrit est tout ce qu'il y a de plus plausible et envisageable dans les années à venir. En réalité, le compte à rebours a déjà commencé. Certes, Florence Hinckel nous fait vivre tout cela comme si l'on avait les yeux rivés sur un palpitant film d'anticipation/thriller (par ailleurs, j'adorerais voir une adaptation de Ce qui fait battre nos cœurs sur grand ou petit écran - voilà, le message est passé !) mais le contenu de son roman est in fine palpable et assurément concevable. On patauge déjà dans la semoule, on s'y est jetés dedans pieds et poings liés. Ce livre nous fait juste ouvrir grand les mirettes à la manière d'un bon coup d'eau froide qu'on se balancerait à la figure et c'est aussi douloureux que particulièrement appréciable et salvateur. J'ai également adoré le fait que l'autrice nous invite vivement à faire travailler nos méninges et à se poser un tas de questions sur des thématiques qui nous touchent ou envers lesquelles on devrait se sentir directement concernés.

    Pour ce qui est des personnages, j'ai trouvé les membres de notre quatuor principal de choc extrêmement attachants, charismatiques et courageux. J'ai su me retrouver en chacun d'entre d'eux, que ce soit en la détresse, l'abnégation et la passion naturelle pour la littérature classique de l'adorable Esteban ; en le cran, la détermination, la vulnérabilité à fleur de peau de la magnifique et ingénieuse Maria ; en l'assurance et le magnétisme énigmatique mais irrésistible de Noah ou encore en l'innocence, la douceur et le besoin irrépressible de vivre des expériences et de tout simplement ressentir profondément les choses de Leila. Les rapprochements entre les uns et les autres furent peut-être un peu trop précipités à mon goût mais au fur et à mesure que chacun de nos quatre protagonistes se dévoile, au cours d'une nuit qui semble interminable et parfaite pour laisser sortir toute sa rage et sa tristesse, on éprouve nous aussi comme ils l'ont ressenti toute leur jeune vie durant ce désir inassouvi et ardent d'agir, d'être l'acteur de sa propre vie, d'embrasser sa véritable nature et d'aller au-delà des interdits. C'est comme si nous avions vécu nous aussi jusqu'à présent en apnée, dans l'angoisse et la frustration la plus insoutenable, comme si nos cœurs battaient à l'unisson au rythme des leurs, et c'est là que le si joli titre du roman prend véritablement tout son sens d'après moi. Je dirais que cette intrigue résolument haletante et éprouvante que Florence Hinckel nous fait vivre, c'est comme un tambour qui réveillerait petit à petit, au fil des ahurissants événements qui se déroulent au cours du livre, la vie et l'humanité qui somnolent en nous. Voilà comment résumer au mieux ce livre sans rien vous en dire de trop compromettant avant la sortie officielle le 22 août - encore un peu de patience, vous verrez qu'elle sera dûment récompensée le Jour J !

    Pour conclure, je dirais qu'une fois de plus, l'indéniable talent de Florence Hinckel pour nous raconter des histoires bouleversantes qui nous laissent sans voix se fait fortement ressentir. Cette dernière n'a plus rien à nous prouver en matière d'histoires extrêmement bien ficelées aux enjeux essentiels et traités en profondeur bien il faut et de personnages à fleur de peau, indubitablement inspirants qui nous émeuvent dans leur fragilité et nous éblouissent dans leur faiblesse qu'ils transforment au fil de l'histoire en véritable force. Qui plus est, ce n'est pas pour vous faire saliver et vivre une torture de tous les instants en attendant la sortie du livre, mais son dénouement final m'a TOTALEMENT prise de court. Très honnêtement, je m'imaginais tout sauf ça, et bizarrement (vous comprendrez le choix de cet adverbe en lisant ce roman), cela m'en a fait aimer le roman que d'autant plus. Sur ces paroles tout ce qu'il y a de plus sadiques et injustes pour vous, mes chers visiteurs, j'achève cette chronique qui, je l'espère sincèrement, vous aura donné envie de vous procurer ce formidable (ce n'est probablement pas le meilleur adjectif pour le désigner au vu de tout ce que celui-ci nous fait endurer) roman et je remercie encore une fois les éditions Syros pour leur gentillesse et générosité ! En clair : un titre YA juste palpitant et inoubliable à lire absolument ! COUP DE CŒUR ♥

Récemment sur lecteurs.com