Florence Cestac

Florence Cestac

Florence Cestac est née un 18 juillet à Pont-Audemer.

Après une scolarité modeste (pas de diplômes trop voyants), elle intègre en 1965 les Beaux-Arts de Rouen et en 1968 les Arts Décoratifs de Paris. Elle dessine pour "Salut les Copains", "Lui", "20 ans", et rencontre Etienne Robial, avec qui el...

Voir plus

Florence Cestac est née un 18 juillet à Pont-Audemer.

Après une scolarité modeste (pas de diplômes trop voyants), elle intègre en 1965 les Beaux-Arts de Rouen et en 1968 les Arts Décoratifs de Paris. Elle dessine pour "Salut les Copains", "Lui", "20 ans", et rencontre Etienne Robial, avec qui elle ouvre en 1972 la première librairie de bande dessinée et fonde en 1975 les éditions Futuropolis.

Dans le feu de l'action, nounou d'auteurs, attachée de presse et directrice de collection. Elle voit défier dans son bureau toutes sortes de jeunes talents en friche, pas toujours bien peignés ni très polis, et racontera cette expérience enrichissante avec Jean-Marc Thévenet dans un livre intitulé Comment faire de la "bédé" sans passer pour un pied-nickelé.

Elle crée, parallèlement, le personnage de Harry Mickson : une sorte de haricot (le haricot dodu du cassoulet, pas le modèle de régime) vêtu d'une salopette-short d'où émergent quelques bras et jambes caoutchouteux, un gros nez et un béret directement vissé à la cervelle. Ce rejeton illégitime de Mickey Mouse, qui se balade dans (A suivre), Métal hurlant et Charlie, est promu mascotte de Futuropolis et du Mickson BD Football Club. Elle reçoit, en 1989, l'Alph'art de l'humour d'Angoulême pour les Vieux copains pleins de pépins, et crée les aventures de Gérard Crétin dans "Mikado". Dans le Journal de Mickey, elle transforme la rubrique-jeux des Déblok en bande dessinée.

Elle publie, en 1996, chez Dargaud Le Démon de midi, hilarante tragédie post-conjugale où l'on voit un quadragénaire quitter son épouse usagée pour une plus fraîche. Avec ce chef-d'oeuvre d'humour vache et de franchise désarmante, elle récolte un deuxième Alph'art d'humour à Angoulême. Michèle Bernier avec Marie Pascale Osterrieth l'adaptent avec talent au théâtre, c'est un succès. Parallèlement, elle inonde la presse (Play-Boy, Cosmopolitan, L'hebdo des juinors, Quo, etc.) de ses dessins humoristiques à "gros nez". En 1997, elle rapatrie la famille Déblok chez Dargaud. En 1998, paraît "La Vie en rose" - album retraçant la jolie vie de Noémie - femme monomaniaque ou ravissement qui est née au début des années 50, a eu 20 ans en 68 et la cinquantaine triomphante en l'an 2000. Puis en 1999: Du sable dans le maillot - genre de projection des diapos de nos vacances - chaque lecteur, parmi les 12 propositions de vacations, se retrouvera obligatoirement. L'ambiance est bonne, il fait beau et les gens sont sympas. Depuis 1993, Florence expose régulièrement à la galerie Christian Desbois : - 1993 : Oeuvres récentes - 1994 : Trophées - 1996 : L'obsédante image de la biche au bord de l'eau - 2000 : piquante ! En janvier 2000, consécration...elle reçoit le Grand Prix de la ville d'Angoulême, pour l'ensemble de son oeuvre. C'est la première femme à obtenir cette distinction, et à ce jour la seule autrice française à l'avoir décrochée.

En 2007, elle publie La véritable histoire de Futuropolis, fabuleuse aventure éditoriale et humaine, dont elle fut l'une des principales actrice de 1972 à 1994. Futuropolis qui fut au départ la première librairie de bandes dessinées à Paris se transformera en maison d'édition où s'épanouiront les grands noms du 9e art et l'éclosion d'un nouveau genre: la bande dessinée d'auteur.   En Janvier 2009 : elle au dessin et Jean Teulé au scénario, ils réalisent la biographie de Charlie Schlingo sous le titre Je voudrais me suicider, mais j'ai pas le temps. Charlie Schlingo, auteur de bandes dessinées décédé en 2005, était un poète déglingué dont la vie incroyable oscillait entre tragédie et farce énorme.

En 2015, Un amour exemplaire est publié, sur un scénario original de Daniel Pennac.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Filles des oiseaux T.1 ; n'oubliez jamais que le seigneur vous regarde ! » de Florence Cestac aux éditions Dargaud

    Manika sur Filles des oiseaux T.1 ; n'oubliez jamais que le seigneur vous regarde ! de Florence Cestac

    Nous suivons les aventures de Marie-Colombe et Thérèse dans le pensionnat des oiseaux. Deux amies qui se trouvent pourtant issu de milieux bien différents amis qui font s'entendre comme larrons en foire.

    Les dessins sont dans la styles de Bretecher, fluides et pas très fins mais dynamique....
    Voir plus

    Nous suivons les aventures de Marie-Colombe et Thérèse dans le pensionnat des oiseaux. Deux amies qui se trouvent pourtant issu de milieux bien différents amis qui font s'entendre comme larrons en foire.

    Les dessins sont dans la styles de Bretecher, fluides et pas très fins mais dynamique. Les aventures bien vivantes et rythmées, on ne s'ennuie pas une minute. Je pense que ceux qui ont vécu le pensionnat chez les bonnes soeurs à cette époque s'y reconnaitront.

    Pour ma part je me suis amusée avec cette lecture et c'est déjà pas mal.

  • add_box
    Couverture du livre « Un amour exemplaire » de Daniel Pennac et Florence Cestac aux éditions Dargaud

    Christine GAZO sur Un amour exemplaire de Daniel Pennac - Florence Cestac

    Une pépite de sensibilité, de tendresse, de drôlerie et d'amour !
    Daniel Pennac, secondé par l'illustratrice Florence Cestac, raconte l'histoire d'amour un peu folle mais exemplaire de Jean et Germaine, voisins de sa grand-mère.
    Cette histoire donne le sourire, et donne envie de croire à...
    Voir plus

    Une pépite de sensibilité, de tendresse, de drôlerie et d'amour !
    Daniel Pennac, secondé par l'illustratrice Florence Cestac, raconte l'histoire d'amour un peu folle mais exemplaire de Jean et Germaine, voisins de sa grand-mère.
    Cette histoire donne le sourire, et donne envie de croire à l'Amour. Elle place aussi l'amour des livres au premier plan ! Quelle jolie découverte !

  • add_box
    Couverture du livre « Filles des oiseaux T.1 ; n'oubliez jamais que le seigneur vous regarde ! » de Florence Cestac aux éditions Dargaud

    FLORENCE VANRECHEM sur Filles des oiseaux T.1 ; n'oubliez jamais que le seigneur vous regarde ! de Florence Cestac

    1er tome d'une série inspirée de la propre vie de Florence Cestac. On retrouve ses personnages "à gros nez" et son humour caractéristique.
    L'histoire se passe dans un pensionnat religieux normand pour jeunes filles, plusieurs thèmes sont abordés : l'amitié, la découverte de la sexualité, le...
    Voir plus

    1er tome d'une série inspirée de la propre vie de Florence Cestac. On retrouve ses personnages "à gros nez" et son humour caractéristique.
    L'histoire se passe dans un pensionnat religieux normand pour jeunes filles, plusieurs thèmes sont abordés : l'amitié, la découverte de la sexualité, le rapport entre les classes sociales.
    La couleur utilisée presque monochrome donne à l'album une teinte sépia nostalgique.

  • add_box
    Couverture du livre « Des salopes et des anges t.1 » de Tonino Benacquista et Florence Cestac aux éditions Dargaud

    Marianne Kmiecik de DELOCHE sur Des salopes et des anges t.1 de Tonino Benacquista - Florence Cestac

    Des Salopes et des Anges est dédié à Simone Veil et à toutes les signataires du manifeste des 343 salopes de 1971. Le ton est donné ! C'est une histoire vieille comme le monde que celle du droit de la femme à disposer d'elle-même, notamment sur la question de la maternité.
    «Je sais pas qui a...
    Voir plus

    Des Salopes et des Anges est dédié à Simone Veil et à toutes les signataires du manifeste des 343 salopes de 1971. Le ton est donné ! C'est une histoire vieille comme le monde que celle du droit de la femme à disposer d'elle-même, notamment sur la question de la maternité.
    «Je sais pas qui a dit «jouissez sans entrave», mais ça devait être un mec. Les entraves c'est toujours pour nous...». Sur un ton parfois décalé, drôle souvent, mais surtout toujours sincère, Tonino Benacquista et Florence Cestac relatent la véritable expédition de ces femmes qui, en 1973, montent dans un bus, direction Londres, pour se faire avorter, parce que là-bas, c'est autorisé. Odile, Anne-Sophie, Maïté... toutes ont des histoires différentes mais toutes ont des raisons d'être là : celle-ci qui a été abandonnée par son compagnon, celle-là qui ne peut subvenir aux besoins de sa famille, ou cette autre encore qui porte en son ventre le résultat d'un viol... Pendant les quelques heures que dure le trajet, les pensées, elles, sont toutes semblables ; la peur, le doute, la culpabilité, la solitude, les remords, les regrets, la honte...
    Le scénariste et la dessinatrice reviennent dans cet album de bande dessinée sur le long combat qu'ont mené les femmes pour obtenir le droit à l'avortement. L'avocate Gisèle Halimi, l'écrivaine Simone de Beauvoir, la femme politique Simone Veil, et tant d'autres anonymes finiront par obtenir gain de cause en 1974, lorsqu'enfin est légalisé le recours à l'interruption volontaire de grossesse.
    Un livre à mettre entre toutes les mains !