Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Fanny Wallendorf

Fanny Wallendorf

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (15)

  • add_box
    Couverture du livre « L'appel » de Fanny Wallendorf aux éditions Finitude

    OP sur L'appel de Fanny Wallendorf

    J'ai plutôt bien aimé « l'appel » de Fanny Wallendorf, qui est un roman inspiré de quelques années de la vie de Dick Fosbury, champion olympique du saut en hauteur à Mexico en 1968 avec la technique innovante à l'époque du rouleau dorsal. J'ai certes mis quelques dizaines de pages pour...
    Voir plus

    J'ai plutôt bien aimé « l'appel » de Fanny Wallendorf, qui est un roman inspiré de quelques années de la vie de Dick Fosbury, champion olympique du saut en hauteur à Mexico en 1968 avec la technique innovante à l'époque du rouleau dorsal. J'ai certes mis quelques dizaines de pages pour véritablement accrocher à ce livre mais lorsque cela a été fait il m'a vivement intéressé.
    Il y a évidemment la dimension sportive : voilà Richard un gamin d'une dizaine d'années, qui fait de l'athlétisme à l'école, du saut en hauteur tout particulièrement et qui y obtient des résultats tout à fait médiocres. Pourtant, une dizaine d'années après, il remporte la médaille d'or aux Jeux olympiques et il révolutionne sa discipline : voilà belle lurette que sa technique, le fameux « fosbury flop », s'est généralisée parmi les compétiteurs de haut niveau. L'auteure nous raconte comment il parvient à s'imposer dans un milieu sportif rétif à la nouveauté et quelles épreuves, pas seulement sportives, il doit remporter pour arriver au sommet.
    C'est aussi un livre sur un adolescent qui se cherche, qui trouve sa voie, différente de celle des autres et de celle que le milieu qu'il fréquente, celui des entraîneurs sportifs, tente de lui imposer. Le passage où le héros, une fois de plus obligé de constater que ses performances avec la méthode classique des ciseaux sont très insuffisantes, est amené à s'essayer au triple saut ou à la course de haies est à la fois drôle, loufoque et pathétique. C'est aussi un livre sur la différence et sur la force de caractère qui est nécessaire à un adolescent pour l'accepter puis la faire accepter par son entourage.
    C'est enfin un livre sur la vocation, l'accomplissement et la performance. L'auteure raconte comment Richard est constamment en recherche de la plénitude dans sa pratique sportive, elle décrit la ténacité qu'il met à en perfectionner chaque aspect, elle retrace la manière qu'il a de se mettre à l'écoute de son corps pour franchir chaque nouvelle hauteur. La volonté inébranlable de Richard de creuser son propre sillon et sa propre identité sont stupéfiantes et attachantes à la fois.
    Même en connaissant l'issue du parcours, j'ai été tenu en haleine par ce très bon roman. A lire !

  • add_box
    Couverture du livre « L'appel » de Fanny Wallendorf aux éditions Finitude

    Scarlett19 sur L'appel de Fanny Wallendorf

    Quand j’ai vu la quatrième de couverture j’ai eu un peu peur en voyant le thème, tant de pages sur le sport qui n’est pas un de mes sujets préférés. Mais j’ai joué le jeu, ouvert le livre et suis tombée dedans.
    Richard est un jeune adolescent de Portland qui très tôt apprend à se concentrer....
    Voir plus

    Quand j’ai vu la quatrième de couverture j’ai eu un peu peur en voyant le thème, tant de pages sur le sport qui n’est pas un de mes sujets préférés. Mais j’ai joué le jeu, ouvert le livre et suis tombée dedans.
    Richard est un jeune adolescent de Portland qui très tôt apprend à se concentrer. Vu sa grande taille, on le dirige vers le saut en hauteur mais il ne réussit pas à dépasser 1,62 m en ciseau, il essaiera le rouleau mais là encore échouera sans jamais se décourager. A force de travail et de concentration, il mettra au point seul une nouvelle technique le saut dorsal ou saut Foxbury (son nom). Il a dû se battre pour imposer cette méthode souvent contestée en compétition mais qui l’emmènera jusqu’à la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Mexico en 1968. Ce qui est intéressant dans la personnalité de Richard c’est qu’il n’est pas compétiteur, on sent qu’il se bat avant tout contre lui même pour progresser et se surpasser.
    Le livre refermé, je me suis précipitée sur internet pour découvrir la véritable vie de Richard Foxbury et me rendre compte que l’auteur l’avait fidèlement respectée.
    Un excellent premier roman que j’ai beaucoup aimé.

  • add_box
    Couverture du livre « L'appel » de Fanny Wallendorf aux éditions Finitude

    Mes échappées livresques sur L'appel de Fanny Wallendorf

    À en croire les entraîneurs de Richard, ce dernier ne posséderait aucun talent pour le sport. Inscrit dans un club d’athlétisme simplement parce qu’il souhaite se faire des amis, le jeune garçon est loin d’imaginer qu’une dizaine d’années plus tard, il remportera une médaille d’or aux Jeux...
    Voir plus

    À en croire les entraîneurs de Richard, ce dernier ne posséderait aucun talent pour le sport. Inscrit dans un club d’athlétisme simplement parce qu’il souhaite se faire des amis, le jeune garçon est loin d’imaginer qu’une dizaine d’années plus tard, il remportera une médaille d’or aux Jeux Olympiques de Mexico grâce à une nouvelle technique dont il sera l’instigateur, le saut dorsal.

    Issu d’une famille de classe moyenne, Richard est un adolescent plutôt rêveur et solitaire qui grandit dans l’Oregon. Il partage son temps entre l’école et ses entraînements dans un club de saut en hauteur. Mais, gêné par sa grande taille, il ne parvient plus à progresser et à faire évoluer son saut en ciseaux.

    Guidé par son instinct et sa volonté de perfectionnement, multipliant les heures d’entrainement seul dans un stade à l’abandon, il réussit à mettre au point une nouvelle technique pour franchir la barre.

    Cette fiction s’inspire de la vie de l’athlète Dick Fosbury, inventeur du célèbre rouleau dorsal qui porte son nom. Avec ce roman, Fanny Wallendorf relève brillamment le défi de faire du lecteur le témoin de la naissance de ce saut novateur qui a bouleversé la discipline et l’univers du sport à la fin des années 60.

    Elle nous dépeint, grâce à une plume simple et alerte, le parcours stupéfiant de ce garçon qui a choisi d’écouter son corps en dépit des moqueries et de l’hostilité que suscite ce saut inédit.

    Richard visualise la trajectoire, maîtrise sa respiration. Il dompte ses émotions et fait abstraction du monde extérieur qui l’entoure. Le jeune homme se concentre uniquement sur le sautoir. Il démarre sa course et courbe son élan, se propulse dans les airs et franchit la barre sur le dos avec une sensation de plénitude extrême.

    Avec pour toile de fond la guerre du Vietnam et les premiers émois amoureux de l’adolescent, l’auteure s’immisce dans la tête de Richard avec talent. N’ayant pas du tout l’esprit compétiteur, le jeune homme, humble et passionné, se révèle attachant et fascinant par la persévérance ainsi que l’audace dont il fait preuve.

    Un premier roman captivant sur le dépassement de soi avec le récit de vie particulièrement inspirant de cet homme qui a ébranlé la pratique du saut en hauteur.

  • add_box
    Couverture du livre « L'appel » de Fanny Wallendorf aux éditions Finitude

    Fab. sur L'appel de Fanny Wallendorf

    L'appel est le premier roman de Fanny Wallendorf publié aux Éditions Finitude. Je l'ai lu dans le cadre des 68 premières fois. C’est grâce à une vieille photo de Dick Fosbury, le champion olympique de 1968 qui a donné son nom au saut en hauteur, que l'auteure a trouvé l'inspiration. Loin d'être...
    Voir plus

    L'appel est le premier roman de Fanny Wallendorf publié aux Éditions Finitude. Je l'ai lu dans le cadre des 68 premières fois. C’est grâce à une vieille photo de Dick Fosbury, le champion olympique de 1968 qui a donné son nom au saut en hauteur, que l'auteure a trouvé l'inspiration. Loin d'être un traité sur la technique du saut en hauteur, L'appel est un roman sur la détermination et la différence.

    Richard est un gamin de Portland, maladroit et un peu fantasque. Comme tous les adolescents de l’Amérique triomphante du début des années 60, il se doit de pratiquer un sport. Richard est grand, très grand même pour son âge, alors pourquoi pas le saut en hauteur ?
    Face au sautoir, il s’élance. Au lieu de passer la barre en ciseaux, comme tout le monde, il la passe sur le dos. Stupéfaction générale. Cette singularité lui vaut le surnom d’Hurluberlu. Il s’en fiche, tout ce qu’il demande, c’est qu’on le laisse suivre sa voie. Sans le vouloir, n’obéissant qu’à son instinct, il vient d’inventer un saut qui va révolutionner sa discipline.
    Les entraîneurs timorés, les amitiés et les filles, la menace de la guerre du Vietnam, rien ne détournera Richard de cette certitude absolue : il fera de son saut un mouvement parfait, et l’accomplissement de sa vie.

    Nul besoin d'être un féru de sport et plus particulièrement de saut en hauteur pour apprécier L'appel. D'ailleurs ce roman n'est pas la biographie de Dick Fosbury. L'auteure a revisité la légende, celle d'un athlète qui a révolutionné cette discipline. Ce qui la fascinait davantage, c'était la détermination de ce sportif. Richard pratique l'athlétisme plus par dépit que par passion. La compétition ne l’intéresse pas. Mal à l'aise avec ce corps qui ne cesse de grandir, Richard plafonne à 1,62 mètre. N'écoutant que ses envies et son intuition, c'est en passant la barre de dos qu'il progressera. En ce temps-là, l'originalité n'est pas franchement bien accueillie. Les conventions doivent être respectées, les entraîneurs s'y emploieront. Peu importe, Richard aura la force intérieure de n'écouter que ce que lui dictent ses jambes. C'est donc à coup de persévérance et de détermination que l’hurluberlu imposera envers et contre tous son style et remportera les jeux olympiques en 1968. Cette année-là, à Mexico une légende est née et par là même une nouvelle technique de saut en hauteur.

    L'appel est une véritable ode à la liberté, à l'opiniâtreté et au dépassement de soi. Fanny Wallendorf a su captiver l'attention du lecteur grâce à sa plume aérienne et fluide mais également à l'originalité avec laquelle elle a abordé ce mythe. Un premier roman à découvrir.

    https://the-fab-blog.blogspot.com/2019/08/mon-avis-sur-lappel-de-fanny-wallendorf.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !