Fabrice Le Henanff

Fabrice Le Henanff
Fabrice Le Hénanff est né en 1972 à Quimperlé où il vit toujours. Licencié en Arts Plastiques par l'Université de Rennes, il collabore régulièrement au quotidien régional Le Télégramme de Brest. Sa première bande dessinée, Les Caméléons sur scénario de Henri Fabuel, est publiée en 2003 par les éd... Voir plus
Fabrice Le Hénanff est né en 1972 à Quimperlé où il vit toujours. Licencié en Arts Plastiques par l'Université de Rennes, il collabore régulièrement au quotidien régional Le Télégramme de Brest. Sa première bande dessinée, Les Caméléons sur scénario de Henri Fabuel, est publiée en 2003 par les éditions Casterman.

Avis (1)

  • Couverture du livre « Modigliani, prince de la bohème » de Fabrice Le Henanff et Laurent Seksik aux éditions Casterman

    Jean-Paul Degache sur Modigliani, prince de la bohème de Fabrice Le Henanff - Laurent Seksik

    Révélé au grand public par son excellent roman, L’Exercice de la médecine, paru en 2015, Laurent Seksik se montre aussi très talentueux dans la rédaction de scénarios pour la bande dessinée. Après avoir collaboré avec le dessinateur Guillaume Sorel pour "les Derniers jours de Stefan Zweig", il...
    Voir plus

    Révélé au grand public par son excellent roman, L’Exercice de la médecine, paru en 2015, Laurent Seksik se montre aussi très talentueux dans la rédaction de scénarios pour la bande dessinée. Après avoir collaboré avec le dessinateur Guillaume Sorel pour "les Derniers jours de Stefan Zweig", il s’est associé à Fabrice Le Hénanff pour réaliser un album consacré à Amedeo Modigliani.

    D’un format magnifique, 23 x 32 cm, cet album permet d’abord au lecteur de se régaler les pupilles grâce au dessin très soigné de Le Hénanff. Chaque page est remarquablement présentée avec une ligne suffisamment précise et des tons pastel, allant du plus sombre au plus coloré, collant bien au talent de l’artiste auquel ce livre est consacré.
    L’album retrace les trois dernières années de la vie de Modigliani qui aime qu’on l’appelle Dedo et débute donc en 1917, à Montmartre, alors qu’il neige sur Paris. Jeanne Hébuterne, reniée par sa famille, vit avec celui qu’elle aime passionnément mais sa mère tente de la ramener à la maison.
    Dedo se qualifie lui-même d’ivrogne rital, lui qui aurait tant aimé réussir comme sculpteur, comme son maître, Brancusi. Il vit très mal que la presse le mette plus bas que Derain et dise qu’il est influencé par Picasso, poussant son mépris jusqu’à ajouter : « C’est un dessinateur qui colore ses dessins. »
    Les bombes allemandes tombent sur Paris mais on n’a pas voulu de lui à la guerre. Les auteurs n’oublient pas ce qui se passe sur le front au même moment, les souffrances des populations bombardées et toutes ces vies sacrifiées. Léopold Zborowski, ami fidèle, tente d’être son agent et réussit à vendre un tableau : Le joueur de violoncelle mais les 500 francs qu’il rapporte suffiront à peine à régler les dettes du peintre qui a pour maîtresses : « l’absinthe, le rhum, la cocaïne, l’opium, le haschisch… »
    Le conflit mondial revient lorsque Dedo parle avec Picasso des peintres allemands qui sont morts au front ou blessés. Celui-ci réplique : « Moi je ne fais pas la guerre… Je révolutionne l’art. » Les auteurs évoquent aussi cette exposition dans la galerie de Berthe Weill, le scandale qui a éclaté à cause des tableaux de nus en vitrine et donc aucun de vendu.
    Avant le triste dénouement de sa vie qui n’aura duré que 36 ans, Modigliani retrouve Livourne, sa ville natale, puis Nice avant de revenir à Paris. Il apprend qu’il va être père mais la tuberculose l’emporte et sa compagne le suit dans la mort. Leur fille, prénommée aussi Jeanne, grandira en Italie, les derniers mots de la dernière planche résumant bien l’artiste : « … un géant. »

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com