Fabrice Caro

Fabrice Caro

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (9)

  • Couverture du livre « Le discours » de Fabrice Caro aux éditions Gallimard

    STOLL AUDEBEAU BENEDICTE sur Le discours de Fabrice Caro

    Même si l'idée de départ est intéressante, ce livre ne m'apporte rien. Il est complètement creux, dommage.

    Même si l'idée de départ est intéressante, ce livre ne m'apporte rien. Il est complètement creux, dommage.

  • Couverture du livre « Le discours » de Fabrice Caro aux éditions Gallimard

    Olivier Auroy sur Le discours de Fabrice Caro

    Parfois jubilatoire, souvent horripilant. Comme beaucoup de lecteurs, je me suis fait piéger. J’ai acheté ce roman en étant convaincu qu’il aurait toutes les qualités de la célèbre BD « zaï, zaï, zaï, zaï ». Je tombe de haut. L’esprit est identique, certes. Caro a un talent fou pour disséquer le...
    Voir plus

    Parfois jubilatoire, souvent horripilant. Comme beaucoup de lecteurs, je me suis fait piéger. J’ai acheté ce roman en étant convaincu qu’il aurait toutes les qualités de la célèbre BD « zaï, zaï, zaï, zaï ». Je tombe de haut. L’esprit est identique, certes. Caro a un talent fou pour disséquer le quotidien et le tourner en dérision à la moindre occasion. Il nous fait rire par l’absurde et le comique de répétition. C’est très « tongue-in-cheek », comme disent les anglais. On se comprend, on est entre nous. C’est là que le bât blesse. Ça devient très vite parisianniste. Les deux moteurs de l’intrigue tombent en panne. On attend tellement le discours qu’on est déçu par sa version finale. Quant à Sonia, la muse fatale, elle est expédiée. Caro n’est pas à l’aise dans un format long, un peu comme si Kyan Khojandi s’essayait à une version cinématographique de son jouissif « bref », justement jouissif parce que bref. Une histoire banale prétexte à quelques bons mots donc, des tartines sur de petits riens, une succession de sketches plutôt qu’une véritable histoire. Si Caro continue comme ça, il finira comme Arnaud le Guilcher, une caricature. Vite, retour à la BD.

  • Couverture du livre « Le discours » de Fabrice Caro aux éditions Gallimard

    Nathalie Bullat sur Le discours de Fabrice Caro

    .Ma chronique
    Joli court roman où la mélancolie flirte avec l humour !!
    Plutôt intimiste, plutôt nombriliste ! Il ne se passe rien d’extraordinaire mais le lecteur se délectera avec cette plume à la fois mordante et touchante C’est l’histoire d’un looser au grand cœur. Adrien,40 ans,...
    Voir plus

    .Ma chronique
    Joli court roman où la mélancolie flirte avec l humour !!
    Plutôt intimiste, plutôt nombriliste ! Il ne se passe rien d’extraordinaire mais le lecteur se délectera avec cette plume à la fois mordante et touchante C’est l’histoire d’un looser au grand cœur. Adrien,40 ans, accepte tous les malentendus « autant par lâcheté que par paresse ». Il y a 38 jours son amour Sonia l’a quitté pour une « pause ».
    Adrien n’aime pas les sempiternels repas de famille où les conversations l’ennuient, mais il veut préserver ses parents comme ses parents l’ont préservé quand il était enfant. Alors, entre le gigot et la tarte aux poires il ne pense qu’à Sonia, espère une réponse au mail qu’il vient de lui envoyer. Et pour combler son désarroi on lui demande de préparer un discours pour le mariage de sa sœur. Une sœur pragmatique et ordonnée qui l’agace mais qu’il aime tout autant ! Les souvenirs affluent tour à tour drôles ou nostalgiques : l’enfance, les soirées d’étudiants.
    Mais que va-t-il dire pour ce satané discours ??
    Rien que l’idée de danser la « chenille « lui fait horreur. Eclats de rire assurés à la lecture de la scène de la « chenille« !
    Vous aurez de la tendresse pour Adrien, envie de lui dire que la vie peut être belle même si son coeur balance «entre le vide du présent et le trop plein du passé « !!

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com