Eric Pessan

Eric Pessan
Né en 1970, Eric Pessan a déjà publié 5 romans, 3 pièces de théâtre et des fictions radiophoniques pour France Culture. Il anime des ateliers d'écriture ainsi que des renTcontres littéraires à Nantes et ailleursT. Il vit dans le vignoble nantais.

Avis (32)

  • Couverture du livre « Les étrangers » de Eric Pessan et Solminihac aux éditions Ecole Des Loisirs

    Claudia Charrier sur Les étrangers de Eric Pessan - Solminihac

    Lu Les étrangers et Aussi loin que possible d'Eric Pessan
    Je serais bien incapable de dire lequel j'ai préféré puisque je les ai aimés tous les deux, beaucoup, passionnément....
    Mon avis sur mon blog : https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/02/les-etrangers-aussi-loin-que-possible.html

    Lu Les étrangers et Aussi loin que possible d'Eric Pessan
    Je serais bien incapable de dire lequel j'ai préféré puisque je les ai aimés tous les deux, beaucoup, passionnément....
    Mon avis sur mon blog : https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/02/les-etrangers-aussi-loin-que-possible.html

  • Couverture du livre « Aussi loin que possible » de Eric Pessan aux éditions Ecole Des Loisirs

    Claudia Charrier sur Aussi loin que possible de Eric Pessan

    Lu Aussi loin que possible et Les étrangers à la suite.

    Je serais bien incapable de dire lequel j'ai préféré puisque je les ai aimés tous les deux, beaucoup, passionnément....Ma chronique sur mon blog :...
    Voir plus

    Lu Aussi loin que possible et Les étrangers à la suite.

    Je serais bien incapable de dire lequel j'ai préféré puisque je les ai aimés tous les deux, beaucoup, passionnément....Ma chronique sur mon blog :
    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/02/les-etrangers-aussi-loin-que-possible.html

  • Couverture du livre « Quelque chose de merveilleux et d'effrayant » de Eric Pessan et Quentin Bertou aux éditions Thierry Magnier

    kryan soler sur Quelque chose de merveilleux et d'effrayant de Eric Pessan - Quentin Bertou

    Le photographe Quentin Bertoux et l'écrivain Eric Pessan "s'associent" pour ce photo roman jeunesse.
    C'est magique et poétique parfois un peu bizarre.

    Le photographe Quentin Bertoux et l'écrivain Eric Pessan "s'associent" pour ce photo roman jeunesse.
    C'est magique et poétique parfois un peu bizarre.

  • Couverture du livre « Quichotte, autoportrait chevaleresque » de Eric Pessan aux éditions Fayard

    Colette LORBAT sur Quichotte, autoportrait chevaleresque de Eric Pessan

    Eric Pessan et Don Quichotte de Cervantès, une grande histoire d’amour, jusqu’à vouloir, non pas recopier l’œuvre, mais en écrire une composition moderne
    Eric Pessan, respecte Don Quichotte jusqu’à écrire le même nombre de chapitres que l’original et publier les lettres de recommandations...
    Voir plus

    Eric Pessan et Don Quichotte de Cervantès, une grande histoire d’amour, jusqu’à vouloir, non pas recopier l’œuvre, mais en écrire une composition moderne
    Eric Pessan, respecte Don Quichotte jusqu’à écrire le même nombre de chapitres que l’original et publier les lettres de recommandations écrites par des romanciers. De belles épitres au demeurant. Il va s’appuyer sur cette contrainte pour mieux s’en échapper
    Oui, et si Don Quichotte revenait ici, maintenant ? Postulat de départ pour ce livre.
    Don Quichotte et Sancho Panza de la grotte de Montesinos se retrouvent à notre époque et, coïncidence d’auteur, parmi les enfants de Don Quichotte, près des plus démunis. Et oui, avec l’aide de Sancho, il marche dans Paris et ailleurs, pourfend le proxénète, le djiadiste, l’employeur violeur, l’exploiteur, le filou… « Ainsi, à quelques minutes d’intervalle, sa présence est formellement signalée dans plusieurs villes. Des témoins dignes de fois et des enregistrements vidéo ne laissent subsister aucun doute » Quichotte pourfend mais ne tue point.
    Imaginons un héros de livre, un auteur mort, revenant sur terre, écoutant la conversation de cette femme dans un wagon de métro ou de RER. Elle est entrain de se faire mlicencier, pardon virer est le mot plus juste, comme ça par téléphone, devant les autres ,voyageurs indifférents aux larmes de la femme.
    Don quichotte, figure connue, même si l’on n’a jamais lu le livre. « Bien sûr, certains ont lu le livre, un tome, quelques chapitres, un extrait ; Ils sont rares et peu importe. Quichotte est plus qu’un livre, comme Dracula ou Moby Dick, il est une figure qui échappe au sens strict de la littérature».
    Par le truchement de Quichotte et Penza, Eric Pessan parle de la dureté de la vie que ce soit en France ou ailleurs. Il n’a garde d’oublier Trump, les puissants, les chefs et petits chefs « Les seigneurs comme les présidents ont beau n’être que des hommes, ils jouissent de l’illusion de la puissance et cette illusion est plous épaisse que la plus résistance des cuirasses. Tandis que les faibles, les mal-nourris, les miséreux et les simples d’esprit, les salariés craintifs et les précaires, les artistes et les égarés, il est si facile de les faire chuter, de ‘s’en prendre à eux, de les bâtonner, de leur dérober bourse et vie ? Les vulnérables acceptent les coups par peur de descendre encore plus bas »

    Dans ce livre, il y a également la vie d’Eric Pessan, son amour de la lecture et de l’écriture. « Tout livre est un rêve qui se cherche. » D’ailleurs, plusieurs auteurs sont invités à une fête qu’il donne en son jardin. Ainsi se rencontrent Cervantès bien sûr, mais aussi Kafka, Montaigne,… Il raconte son besoin d’écrire, son rêve d’écrivain, ses ateliers d’écriture, ses difficultés. « Un rêve d’écrivain : ouvrir un livre, se glisser à l’intérieur et ne plus entendre les gémissements, ne plus en voir les fissures, les dysfonctionnements. Demeurer dans la place forte de la fiction, dans une lointaine galaxie… » Eric Pessan, sachez, et vous le savez très bien, que c’est également le rêve, le besoin du lecteur et la destinée d’un livre, enfin pour moi.
    Le livre est scandé par des refrains commençant tous par « Ce qu’il faut d’héroïsme … » « Ce qu’il faut d’héroïsme pour desserrer le poing et l’adoucir en caresse ». « Ce qu’il faut d’héroïsme pour faire un pas quand tout pousse à prendre racine. »… pour mener à bien une existence difficile, en marge, normale. Ainsi, il convoque tous les anonymes qui doivent se lever le matin pour affronter une vie triste, survivre ou tout simplement vivre. Il note toutes les injustices qui devraient nous révolter.

    Tout n’est pas noir avec Eric Pessan, « Il ne me faut pas plus de trois mots échangés avec Quichotte pour qu’il reparte protéger veuves, orphelins et déshérites des injustices et du cynisme social »
    La littérature est là pour essayer de sauver notre humanité. « Les livres n’inventent rien, tout est déjà disposé sur la table du réel, les livres remodèlent, déplacent certains éléments pour les redistribuer différemment. S’il est possible que la littérature pétrisse tout ce qui est à portée de notre main, alors il est certainement possible de le faire également dans la réalité : à nous d’obliger nos vies à nous rendre heureux ».
    En faisant agir Don Quichotte, peut-être Eric Pessan veut-il nous faire comprendre que la littérature, la lecture, peuvent changer le monde ou, pour le moins, y contribuer.
    Un livre qui bouscule notre petite vie , qui questionne.
    Notre monde actuel ne permet plus à un Quichotte de pourfendre le mal… Les fameuses « fake news », je préfère le terme de ragots, beaucoup plus parlant, le salirait.
    Monsieur Pessan, j’aimerais être petite souris pour me glisser dans votre bibliothèque, avoir le temps de lire tous les livres qu’elle contient. Promis, je n’en grignoterai aucun. Et puis, vous regarder discuter avec tous ces auteurs qui sont à la base de votre amour littéraire, vous regarder écrire, vivre autour et pour les livres serait un grand plaisir.
    Eric Pessan, un auteur dont j’aime l’écriture politique et engagée. Merci pour ce dernier livre.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com