Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Eric Holder

Eric Holder

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (39)

  • add_box
    Couverture du livre « Bella ciao » de Eric Holder aux éditions Points

    Bill sur Bella ciao de Eric Holder

    Après 30 ans de mariage, deux enfants, Myléna a craqué. 

    Mais le narrateur précise qu'elle ne l'a pas mis à la porte, c'est lui qui l'a prise et a essayé d'en finir dans l'océan .... 

    Mais il s'est retrouvé nu sur une plage, alors il a accepté l'offre d'un couple d'Anglais repartant au...
    Voir plus

    Après 30 ans de mariage, deux enfants, Myléna a craqué. 

    Mais le narrateur précise qu'elle ne l'a pas mis à la porte, c'est lui qui l'a prise et a essayé d'en finir dans l'océan .... 

    Mais il s'est retrouvé nu sur une plage, alors il a accepté l'offre d'un couple d'Anglais repartant au bercail pour l'hiver, et il s'est installé dans leur maison.

    Imbibé d'alcool, en panne d'écriture, il va enchaîner des petits boulots alimentaires sur les marchés, qui lui permettent à peine de financer sa diète liquide ... et au départ des derniers vacanciers, quand les marchés s'arrêtent, il devient ouvrier dans les vignes .... 

    Un roman simple mais pourtant si efficace, aux descriptions minimalistes mais si évocatrices de la vie dans ces landes girondines où les bois de pins alternent avec les vignes.

    Un roman d'hiver, de brumes, de travail manuel qui détruit les mains tout en permettant à l'âme de reprendre pied, au narrateur de réfléchir à ce qu'il veut vraiment de sa vie et à sa reconquête de son ego, de ses amours, de sa vie ...

    Il est des écrivains qui ont le sens de la formules, où avec des phrases courtes et simples, ils décrivent un monde ... Eric Holder est de ceux là, voyez plutôt ces deux extraits : 

    "L'aïeule (...) entretenait son petit-fils qui, ignorant le travail, éprouvait à l'égard de ce dernier une crainte irraisonnée, épuisant sa vie, somme toute, à l'éviter." 

    "Franck a trois enfants. Il s'ennuie avec eux le dimanche."

    Il y a des écrivains qu'on retrouve comme de vieux amis, où le temps passé se contracte, et dont on vient régulièrement (ou pas) prendre des nouvelles, lire ou relire leurs romans et se demander pourquoi on a laissé passer le temps ...

    Eric Holder est de ceux là, et sa mort récente m'a attristée ...

  • add_box
    Couverture du livre « Bella ciao » de Eric Holder aux éditions Points

    Chantal Lafon sur Bella ciao de Eric Holder

    Le narrateur est un écrivain dont la plume est desséchée par l’alcool qu’il ingurgite depuis 30 ans, addiction qui n’est plus vivable comme le lui signifie sa femme.
    Il erre pauvre hère, même pour sa noyade l’eau n’a pas voulu de lui, alors il va essayer de s’ancrer dans la terre, par de...
    Voir plus

    Le narrateur est un écrivain dont la plume est desséchée par l’alcool qu’il ingurgite depuis 30 ans, addiction qui n’est plus vivable comme le lui signifie sa femme.
    Il erre pauvre hère, même pour sa noyade l’eau n’a pas voulu de lui, alors il va essayer de s’ancrer dans la terre, par de multiples petits boulots très physiques. Il a besoin de sentir son corps lui faire mal pour se sentir un tout petit peu vivant.
    La gestuelle devient très importante dans son quotidien, cela lui redonne un peu de fierté, il est épaulé par diverses personnes, qui vont lui procurer de quoi survivre.
    « Les paumes éclatées laissaient apparaître par endroits la chair à vif. Leur dos était quadrillé de cicatrices. A l’extrémité des doigts boudinés, ayant doublé de volume, certains ongles étaient devenus noirs, l’un d’entre eux attendait de chuter. »
    Un long chemin avec lui-même commence, ponctué de visites à celle qui lui a dit :
    « Je ne veux pas revivre ce que j’ai déjà vécu. Je n’en ai plus la force, tu comprends ? »
    Ainsi défile sous les yeux du lecteur, une galerie de portraits croqués au sein du village, dans ce lieu qu’est le bistrot, mélange des genres et diffuseur de rumeurs, des paysages de vignes et de dur labeur.
    La vie est comme un cep de vigne, noueuse et branchue et prend des formes tortueuses.
    Ce livre peut paraitre sombre comme un ciel d’orage au-dessus de l’océan, mais cette noirceur est régulièrement déchirée par des éclairs de vie, car le narrateur sait observer, engranger des moments de fulgurance qui lui permettent de se raccrocher aux branches de la vie.
    L’écriture est à la fois âpre, rude, fine, ciselé, poétique toujours et d’une belle humanité.
    Humanité d’un regard qui transperce les apparences, qui déshabille les convenances.
    Un coquillage poli par les marées.
    Et encore et toujours en filigrane cet amour des livres.
    « Les livres sont des drôles d’objets magiques, des boîtes à récupérer des coïncidences. »
    Eric Holder est parti bien trop tôt et comme l’a écrit Jérôme Garcin il savait si bien parler des « gens de peu ». Ne le quittons pas, pour cela lisons et relisons ses livres, comme l’on savoure un plat ou un vin : en gourmet.
    Et je vous souhaite lecteur d’aller votre chemin vers « Une seule femme possède en même temps le derrière arrogant d’une adolescente, l’épanouissement irradiant des maternités heureuses, les pattes d’oie, au coin des yeux, de qui a tellement aimé rire. La sienne, si l’on a eu la chance de la rencontrer tôt. »
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 1er février 2019.

  • add_box
    Couverture du livre « Hongroise » de Eric Holder aux éditions J'ai Lu

    Elizabeth Neef-Pianon sur Hongroise de Eric Holder

    Un écrivain (Eric Holder ?) qui vit en campagne se lie d’amitié avec un médecin en retraite. Au gré de leur rencontres ce dernier lui raconte sa vie et notamment la fascination qu’il avait pour une famille hongroise, dont la belle Vera. Ce sont des courtiers en tableaux et ils ont changé sa...
    Voir plus

    Un écrivain (Eric Holder ?) qui vit en campagne se lie d’amitié avec un médecin en retraite. Au gré de leur rencontres ce dernier lui raconte sa vie et notamment la fascination qu’il avait pour une famille hongroise, dont la belle Vera. Ce sont des courtiers en tableaux et ils ont changé sa vie.
    C’est avec beaucoup d’amitié et de respect que l’écrivain nous confie la vie de ce médecin.
    Comme toujours avec Holder, on se demande si c’est vrai.
    Mais vrai ou pas, peu importe c’est une belle histoire, bien écrite qui m’a bien intéressée.
    Les liens qui se créent ou pas entre les gens, l’estime ou l’amitié qui en découlent, tout cela est traité avec finesse et sensibilité.

  • add_box
    Couverture du livre « Mademoiselle Chambon » de Eric Holder aux éditions J'ai Lu

    Florence Mur sur Mademoiselle Chambon de Eric Holder

    Un livre tout en délicatesse, en pudeur, en retenue
    Une douce lecture sur une histoire d'amour en suspens...

    Un livre tout en délicatesse, en pudeur, en retenue
    Une douce lecture sur une histoire d'amour en suspens...

Récemment sur lecteurs.com