Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Eric Corbeyran

Eric Corbeyran
Né en 1964 à Marseille, Corbeyran vit et travaille à Bordeaux. Après avoir touché à la photo, au conte pour enfants et à la publicité, il s'oriente définitivement vers le scénario de BD, activité qu'il exerce depuis 1990, avec une quarantaine d'albums publiés à ce jour (notamment chez Dargaud, De... Voir plus
Né en 1964 à Marseille, Corbeyran vit et travaille à Bordeaux. Après avoir touché à la photo, au conte pour enfants et à la publicité, il s'oriente définitivement vers le scénario de BD, activité qu'il exerce depuis 1990, avec une quarantaine d'albums publiés à ce jour (notamment chez Dargaud, Delcourt et Casterman). Curieux de tout, friand d'images et d'anecdotes, Corbeyran s'intéresse aux sujets les plus variés et aborde de nombreux genres : fantastique, historique, thriller, aventure, policier... A l'aise dans des registres plutôt musclés, Dargaud lui offre en 93 la possibilité de publier des récits empreints de tendresse et de poésie comme Graindazur ou L'As de Pique. De ses collaborations régulières avec Berlion, Falque et Guérineau, on retiendra quelques titres de séries grand public qui font aujourd'hui partie du paysage de la bande dessinée : Le Cadet des Soupetard, Sales Mioches !, Le Fond du Monde et le Chant des Stryges. 1999, parution d'un nouvel album dans la collection Long Courrier : Lie-de-vin chez Dargaud qui est nominé pour l'Alph'Art du meilleur album de l'année à Angoulême 2000.

Avis sur cet auteur (37)

  • add_box
    Couverture du livre « Le ravageur T.1 ; la hache et le rêve » de Eric Corbeyran et Nicolas Begue aux éditions Robinson

    Claire @fillefan2bd sur Le ravageur T.1 ; la hache et le rêve de Eric Corbeyran - Nicolas Begue

    D’un monde où se rencontrent Niflheim (au nord le monde de glace et de ténèbres), Muspellsheim (au sud avec le feu) et Midgard (la terre du milieu bâtie sur le corps d’un géant tué par Odin), il n’y a qu’une terre pour Vikings qui ne pouvait en émerger. C’est bien la légende que son père...
    Voir plus

    D’un monde où se rencontrent Niflheim (au nord le monde de glace et de ténèbres), Muspellsheim (au sud avec le feu) et Midgard (la terre du milieu bâtie sur le corps d’un géant tué par Odin), il n’y a qu’une terre pour Vikings qui ne pouvait en émerger. C’est bien la légende que son père racontait à Gunnar, ce guerrier à la fois impulsif et rêveur, quand il n’était qu’un enfant.

    Alors quand lors d’un raid, Biôrn ce père s’en va rejoindre les autres guerriers auprès d’Odin, ses fils orphelins veulent soit retourner venger la mort de leur père, soit s’emparer de son trône de roi.
    Le fils ainé Leid devient « kronungr » et exige de Gunnar son frère cadet l’obtention de la totalité des biens de la famille. Mais le valeureux guerrier refuse de céder sa part à son frère, en raison de son comportement de lâche lors du dernier raid.

    Alors Gunnar décide de quitter le village en compagnie de Solveig, la femme de Leid, que celui-ci n’a de cesse d’humilier avec ses nombreuses conquêtes féminines. Pour aller venger la mort de son père, il s’empare d’un bateau, de la moitié du butin du raid et part sur le Dniepr en direction de Kiev pour aller chez les Rus…

    C’est à une véritable aventure que nous invitent Corbeyran (scénario) et Nicolas Bègue (dessin) en alternant dans ce récit rêves et réalité, amour et action, aventure et découvertes. Ce premier tome nous fait naviguer depuis le Grand Nord, vers Kiev, Byzance, Athènes et nous entraîne dans un monde à la découverte de la connaissance mais surtout de ce que peut être la vengeance fraternelle.

    Les dessins sont très réalistes et nous plongent dans un univers de violence où les hommes sont prêts à tout. Quelques planches en dehors des scènes de batailles apportent un peu de répit grâce à de magnifiques décors naturels et de très beaux bâtiments.
    Le second tome devrait nous permettre de découvrir enfin pourquoi Gunnar est surnommé « Le ravageur » et comment il compte procéder pour assouvir sa vengeance.

  • add_box
    Couverture du livre « La désobéissance d'Andreas Kuppler » de Eric Corbeyran et Manuel Garcia aux éditions Delcourt

    Bulle noire sur La désobéissance d'Andreas Kuppler de Eric Corbeyran - Manuel Garcia

    Cette belle couverture dit tout de cet homme, Andreas Kuppler, seul, perdu dans ses pensées, déboussolé dans un pays qu’il ne reconnait plus, l’Allemagne, infectée par la pensée nazie.
    Andreas nous raconte tout, la montée de l’antisémitisme, la manipulation de la population, l’impact sur la vie...
    Voir plus

    Cette belle couverture dit tout de cet homme, Andreas Kuppler, seul, perdu dans ses pensées, déboussolé dans un pays qu’il ne reconnait plus, l’Allemagne, infectée par la pensée nazie.
    Andreas nous raconte tout, la montée de l’antisémitisme, la manipulation de la population, l’impact sur la vie quotidienne, sur son travail de journaliste sportif en 1936, année des JO. Il nous livre surtout ses pensées intimes, ses doutes : doit-il s’opposer ? Jouer le jeu ? Il se demande même pourquoi il ne parvient pas à adhérer pleinement… Cette introspection est riche d’enseignements et d’intérêt. En opposition, le regard de sa femme est tout autre, influencé par les idées fermes de ses parents.
    De ces deux regards nait une réflexion profonde sur notre attitude face à la tyrannie.
    Ce scénario noir et intense de Corbeyran est servi par un dessin épais, pesant de Manuel Garcia et des couleurs sombres de Degreff idéales dans ce contexte.

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme bouc » de Eric Corbeyran et Aurelien Moriniere aux éditions Robinson

    Bulle noire sur L'homme bouc de Eric Corbeyran - Aurelien Moriniere

    J’ai tourné la dernière page de cet album un peu interloqué et frustré. Certes le dessin noir et blanc est parfait, il met idéalement en place l’atmosphère rurale, étrange…. Certes l’enquête est intéressante et Corbeyran sait distiller les ingrédients fantastiques au fur et à mesure… Mais à la...
    Voir plus

    J’ai tourné la dernière page de cet album un peu interloqué et frustré. Certes le dessin noir et blanc est parfait, il met idéalement en place l’atmosphère rurale, étrange…. Certes l’enquête est intéressante et Corbeyran sait distiller les ingrédients fantastiques au fur et à mesure… Mais à la fin, force est de constater qu’il y a plus de questions que de réponses… L’amateur de polar (éclairé mais peut-être trop rationnel) que je suis reste sur sa faim.

    Le cahier graphique, très réussi, et les explications de Corbeyran et Morinière viennent un peu éclairer ma lanterne : Ici la volonté n’était pas tant « d’expliquer les mystères mais au contraire de les laisser dans l’ombre, à l’abri de toute forme de rationalité ». Dont acte, en ce sens, « l’homme-bouc » est incontestablement une réussite.

  • add_box
    Couverture du livre « Natty t.2 » de Eric Corbeyran et Melvil aux éditions Dargaud

    kadeline sur Natty t.2 de Eric Corbeyran - Melvil

    - une histoire qui fait passer un bon moment
    - des dessins magnifiques
    - Natty une princesse à la Jasmine mais dans un univers plutôt indien
    - une fuite pour éviter de choisir un des mariages arrangés imposés
    - la découverte de la vie du peuple
    - une héroïne active pour s’en sortir et...
    Voir plus

    - une histoire qui fait passer un bon moment
    - des dessins magnifiques
    - Natty une princesse à la Jasmine mais dans un univers plutôt indien
    - une fuite pour éviter de choisir un des mariages arrangés imposés
    - la découverte de la vie du peuple
    - une héroïne active pour s’en sortir et faire changer les choses
    - de beaux messages