Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Eric Chauvier

Eric Chauvier
Éric Chauvier, trente-cinq ans, anthropologue de formation et de profession, travaille sur la perception des risques industriels. Il s'est déjà distingué l'année dernière en faisant paraître, aux éditions Allia, Anthropologie. Ce texte hybride et déroutant livrait un récit novateur dans le domain... Voir plus
Éric Chauvier, trente-cinq ans, anthropologue de formation et de profession, travaille sur la perception des risques industriels. Il s'est déjà distingué l'année dernière en faisant paraître, aux éditions Allia, Anthropologie. Ce texte hybride et déroutant livrait un récit novateur dans le domaine de la littérature anthropologique.

Articles en lien avec Eric Chauvier (1)

  • Les mots sans les choses d'Éric Chauvier
    Les mots sans les choses d'Éric Chauvier

    Anthropologue et auteur, Éric Chauvier est né en 1971. Professeur à l'université de Bordeaux 2 et chargé de conférence à l'École des hautes études en sciences sociales, Éric Chauvier travaille sur l'ordinaire dans les sociétés contemporaines. Des travaux anthropologiques qu'il partage dans des livres, dont le dernier, Les mots sans les choses, met au jour la maladie qui frappe le langage aujourd'hui.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Laura » de Eric Chauvier aux éditions Allia

    Jen sur Laura de Eric Chauvier

    Le bled c’est l’endroit lointain et rural ou a grandi le narrateur. Le bled, ou il retrouve la belle Laura pour laquelle il se pâme de désir depuis l’adolescence. Entre rejet et affection il tente de comprendre l’attirance irrésistible qui le pousse à traîner dans cette voiture 25 ans après,...
    Voir plus

    Le bled c’est l’endroit lointain et rural ou a grandi le narrateur. Le bled, ou il retrouve la belle Laura pour laquelle il se pâme de désir depuis l’adolescence. Entre rejet et affection il tente de comprendre l’attirance irrésistible qui le pousse à traîner dans cette voiture 25 ans après, alors qu’il a une famille qui l’attend. Laura si éloignée de son monde, ses codes sociaux, moraux, langagier que s’en est incompréhensible pour lui.
    Pourtant il est là, et c’est ce huit clos que l’on suit dans ce court récit. L’auteur décortique et joue avec les mots. Il nous interroge sur l’essence du langage. Que veut dire parler le même langage ? A quel point le langage nous catégorise, nous range dans des cases scellées, étiquette nos pensées ?
    A travers le regard distancié de l’anthropologue et celui en adoration du jeune pré-pubère, l’auteur nous livre une satyre étonnante sur l’opposition des multiples mondes qui compose notre société et qui souvent ne font que se croiser, sans se voir ni s’entendre réellement et qui parfois même se déchire lors de frottement. Un roman énigmatique sur la puissance de l’adolescence et son déterminisme existentiel. Un ensemble plutôt contemplatif et lent. Beaucoup de bruit pour peu d’action qui me laisse une appréciation de lecture en demi-teinte.
    https://unmotpourtouspourunmot.blogspot.com/2020/04/laura-deric-chauvier.html

  • add_box
    Couverture du livre « Laura » de Eric Chauvier aux éditions Allia

    Joëlle Buch sur Laura de Eric Chauvier

    Laura et Eric sont les deux protagonistes de ce court roman. Ils se retrouvent sur un parking et parlent du passé tout en buvant du rosé ! Eric est le double de l'écrivain. Il a "réussi" et quitté le "bled" pour faire des études. Laura, elle, a un physique avantageux mais n'est pas douée pour...
    Voir plus

    Laura et Eric sont les deux protagonistes de ce court roman. Ils se retrouvent sur un parking et parlent du passé tout en buvant du rosé ! Eric est le double de l'écrivain. Il a "réussi" et quitté le "bled" pour faire des études. Laura, elle, a un physique avantageux mais n'est pas douée pour les études. Il y a 30 ans, Eric était amoureux d'elle, comme tous les garçons du coin, et il l'est encore… Eric cherche comment lui parler sans la blesser ni lui paraître supérieur. Deux mondes s'opposent. Laura attend des "potes" sur le parking "pour foutre le feu à la boîte du vieux"…
    .
    Eric Chauvier est anthropologue, il a déjà écrit plusieurs romans aux éditions Allia. Il peint avec justesse le portait d'une France multiple. Un roman sociologique empreint de nostalgie et c'est beau !

  • add_box
    Couverture du livre « Laura » de Eric Chauvier aux éditions Allia

    Henri-Charles Dahlem sur Laura de Eric Chauvier

    «J’ai 47ans. À cette heure-là, je devrais être en famille, avec mon épouse et mes enfants. Je devrais m’efforcer d’être un père aimant et un mari productif. Je devrais faire et refaire l’épreuve de ce principe que je pensais fondateur de mon existence: “Dans la vie conjugale, il est plus...
    Voir plus

    «J’ai 47ans. À cette heure-là, je devrais être en famille, avec mon épouse et mes enfants. Je devrais m’efforcer d’être un père aimant et un mari productif. Je devrais faire et refaire l’épreuve de ce principe que je pensais fondateur de mon existence: “Dans la vie conjugale, il est plus difficile et gratifiant de construire que de déconstruire.” Je devrais l’éprouver pour me sentir mieux, conforté dans le choix d’avoir évité les tentations. Je devrais refréner mon romantisme absurde et le diluer dans ma vie de couple. Sauf que je suis ici, avec Laura, l’amour de ma vie du bled, à déconstruire je ne sais quel mystère qui s’épaissit notablement.»

    S'il existe un amour qui ne meurt pas, c'est le premier. Celui qui marque la fin de l'enfance. Celui qui, comme un rite de passage, vous offre tous les possibles. À la fois creuset de tous les fantasmes et rêve d'une vie idéale. Dans son «bled» Éric a la chance de côtoyer Laura, la fille au bikini rouge qu'il croise à la piscine et dont la beauté renversante met en émoi tous ses sens.
    Dans une vie idéale cet amour emporterait tout. Parce que pur et absolu. Sauf qu'Éric est timide, sauf qu'Éric n'ose pas avouer sa passion brûlante, sauf qu'Éric est un gentil garçon qui ne peut rivaliser avec une horde de jeunes mâles entreprenants. Laura, quant à elle, s'est parfaitement rendue compte de l'effet qu'elle faisait et a décidé de jouer sur ses atouts pour se choisir un bon parti. «L'héritier», le fils du riche industriel pourra lui permettre de sortir de sa condition, de se construire un avenir à la hauteur de ses espérances...
    Éric Chauvier a choisi de construire son roman sur deux époques, celle de cette jeunesse où tout était encore possible et de nos jours, soit une trentaine d’années plus tard, au moment où l'amoureux transi revient dans sa région natale et y retrouve Laura. L’occasion de revisiter le passé, l’occasion aussi de mettre en perspective les rêves d’alors et la réalité d’aujourd’hui. De retracer le parcours de ses camarades de classe, ceux qui sont partis et ceux qui sont restés, ceux qui se sont rangés et ceux dont on a perdu la trace.

    Pour Éric, Laura est restée toujours aussi belle et désirable. Aussi accepte-t-il volontiers de la suivre quand elle lui propose une virée du côté de l'usine. L’occasion rêvée pour lui avouer son amour, peut-être même de ne plus fantasmer et de passer aux actes. Après quelques verres d'un rosé en cubi et quelques joints d'une herbe dont Laura peut s'enorgueillir d'être la productrice, la conversation se fait plus ouverte, les langues se délient.
    Éric raconte comment il est parti en 1989, s’inventant «des raisons qui font diversion» pour suivre des études de philo et d'anthropologie, qu'il a trouvé un emploi, s'est marié et a eu des enfants, partageant son temps entre Paris et la banlieue de Bordeaux.
    Laura dit son mal-être après le départ de «l'héritier» qui a choisi de céder aux injonctions de son père qui refusait cette mésalliance et un mariage raté auprès d'un mari violent. Elle dit sa colère et son désarroi, mais aussi l'espoir que sa fille devenue «influenceuse» réussisse là où elle a échoué.
    La force de ce court roman tient dans ce choc des cultures, dans le constat amer que la vie est passée et qu'elle aurait pu être toute autre, mais aussi dans ce désir aussi fou que désespéré de remettre les choses à l'endroit. Éric Chauvier, à l’instar de Nicolas Mathieu avec Leurs enfants après eux peint la France d’aujourd’hui, celle qui s’est résolue à essayer de s’en sortir mais qui n’a plus de rêves, celle dont l’avenir semble s’obscurcir à mesure qu’elle avance. Entre nostalgie et mélancolie, c’est à la fois triste et beau.
    https://urlz.fr/bwR7

  • add_box
    Couverture du livre « Les nouvelles métropoles du désir » de Eric Chauvier aux éditions Allia

    Marie-Laure VANIER sur Les nouvelles métropoles du désir de Eric Chauvier

    Télérama n° 3135. Février 2010. Titre de la couverture : Halte à la France moche !
    On y voit des hangars, un rond-point, des panneaux. Chacun de nous a ça pas loin de chez lui, me direz-vous. Oui, peut-être, n’empêche, j’imagine la stupeur des gens qui ont reconnu LEUR ville. Parce que, dans...
    Voir plus

    Télérama n° 3135. Février 2010. Titre de la couverture : Halte à la France moche !
    On y voit des hangars, un rond-point, des panneaux. Chacun de nous a ça pas loin de chez lui, me direz-vous. Oui, peut-être, n’empêche, j’imagine la stupeur des gens qui ont reconnu LEUR ville. Parce que, dans une ville, il y a des gens qui vivent et moi, ça ne me plairait pas que l’on dise que ma ville est moche. Alors, les journalistes ont répondu qu’ils avaient choisi une photo, pas une ville. Bien naïfs ! Une image, pas des gens… Oui, mais les gens, eux, ont reconnu l’image qui représentait LEUR ville, ils ont reconnu Villebon dans l’Essonne et un élu dit dans le Parisien qu’il se sent stigmatisé, que ça ne lui plaît pas du tout, cette histoire et que chez lui aussi, il y a des quartiers historiques et que ces quartiers historiques, si les journalistes s’étaient donné la peine de les montrer, la France entière les aurait trouvés beaux et aurait peut-être eu envie d’aller faire un tour à Villebon (ça, c’est moi qui ajoute) mais là, non, c’est sûr, personne ne viendra passer ses vacances à Villebon, non, PERSONNE…
    J’imagine aussi la tête de l’élu lorsqu’il a découvert l’article de messieurs Xavier de Sarcy et Vincent Rémy intitulé « Comment la France est devenue moche », article dans lequel les deux journalistes se proposaient de faire « l’historique illustré de ces métastases périurbaines ». Je ne sais pas quel effet la lecture du terme « métastases » a eu sur lui, s’il s’est senti devenir « de trop », une espèce de tumeur maligne qu’il faut se presser d’enlever sous peine de mort, s’il a eu le sentiment qu’on devait tout raser (et lui avec), bref s’il s’est dit qu’il vivait sur un « non-lieu » et qu’il était personne. En tout cas, il était en colère et je le comprends bien.
    Un autre non plus n’était pas content : c’est Eric Chauvier, anthropologue, et il l’a dit dans le livre qu’il a publié en 2011 Contre Télérama. Qualifier ainsi ces lieux, c’est exclure les gens qui y vivent, ce qui est un motif de colère. Et, dépassant les critères d’ordre esthétique (c’est beau, ça n’est pas beau), il a voulu comprendre ce qui se passait dans ces zones périurbaines car finalement, on ne le sait pas.
    On retrouve cette problématique dans son dernier livre Les Nouvelles Métropoles du désir. Eric Chauvier souhaite passer par la littérature pour parler d’anthropologie et c’est ce qu’il fait.
    Un homme branché, type hypster, belle barbe, chemise bûcheron, lunettes grosses montures, passe. Trois gamines de banlieue, jogging baggy, veste à capuche, baskets montantes, le voient. Lui ne les voit pas, lui les ignore : elles n’appartiennent pas à son monde, elles sont en dehors de SON monde, elles viennent de nulle part, d’un lieu qui n’existe pas, elles n’ont rien et ne sont rien, malgré leurs efforts pour ressembler à quelque chose. Elles essaient mais savent qu’elles ne feront qu’imiter, qu’elles resteront des espèces de contrefaçons ridicules et qu’elles retourneront « dans l’obscurité » de leur périurbanité, dans leur « terra incognita », dans leur néant. « Ce jeune homme leur montre qu’il ne sait rien d’elles mais, plus encore, qu’il est en train de les transformer en motif éternel d’indifférence. »
    Et c’est violent, peut-être encore plus violent que les coups de pied et de poing qu’elles vont lui asséner. Elles frappent pour montrer qu’elles existent parce qu’elles n’ont pas les mots pour le dire et que personne n’est là pour les écouter.
    Elles n’ont ni raison ni tort, le problème n’est pas là. Il est dans le fait que la métropole lumineuse crée des envies terribles : c’est là qu’est la vie, la beauté, la richesse. Ça brille et « les occupants des limbes » étouffent de désir et de rage.
    Le narrateur observant la scène suit l’homme dans un bar branché du coin et observe les mimiques des clients qu’il ressent comme des étrangers. Il essaie d’interpréter leurs codes, leur langage, émet des hypothèses pour décrypter le fonctionnement de ceux qui mènent la danse, au milieu de la piste, sous les projecteurs, au cœur de la ville, de la métropole du désir.
    Et surtout il tente désespérément de commander une bière mais comment commande-t-on une bière dans un lieu super branché ? Mystère !
    Un petit livre passionnant : merci à Eric Chauvier de nous avoir, par la littérature, ouverts à l’anthropologie et permis de comprendre les rapports de force qui se jouent et dont nous sommes chaque jour témoins.
    Si cela pouvait permettre d’éviter parfois certains jugements hâtifs…

    Retrouvez Marie-Laure sur son blog: http://lireaulit.blogspot.fr/