Enzo Bianchi

Enzo Bianchi
Enzo Bianchi a fondé en 1964 la communauté de Bose dans le nord de l'Italie, une communauté monastique oecuménique dont il est encore responsable. 1/ a publié de nombreux ouvrages dont Le Dieu de mes grandes amitiés, Vivre la mort et Aux prêtres. Lieu de résidence de l'auteur: 13887 Magnano Voir plus
Enzo Bianchi a fondé en 1964 la communauté de Bose dans le nord de l'Italie, une communauté monastique oecuménique dont il est encore responsable. 1/ a publié de nombreux ouvrages dont Le Dieu de mes grandes amitiés, Vivre la mort et Aux prêtres. Lieu de résidence de l'auteur: 13887 Magnano

Avis (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Foi et confiance » de Enzo Bianchi aux éditions Cerf

    Anne Boulanger-Pécout sur Foi et confiance de Enzo Bianchi

    « Un livre sur la foi, donc un livre pour les croyants : inutile de l’ouvrir ! » Ne vous y trompez pas. Le message est autrement plus large.
    La foi ne concerne-t-elle que les croyants ? Non, répond Enzo Bianchi, car « durant toute notre vie, chacun d’entre nous se demande si la vie a un sens,...
    Voir plus

    « Un livre sur la foi, donc un livre pour les croyants : inutile de l’ouvrir ! » Ne vous y trompez pas. Le message est autrement plus large.
    La foi ne concerne-t-elle que les croyants ? Non, répond Enzo Bianchi, car « durant toute notre vie, chacun d’entre nous se demande si la vie a un sens, si l’on peut croire, faire confiance à une parole, à Quelqu’un. »
    Nous sommes tous concernés par ce que l’auteur appelle la confiance-foi, par « l’acte humain de croire », celui qui construit l’amour, la vie relationnelle, qui permet le « vivre-ensemble » de toute société.
    Dans cette invitation insistante à la confiance-foi qui court tout au long du livre, l’auteur fait vraiment place, et sans restriction ni jugement, aux non-croyants dont il définit clairement et respecte les identités diverses : ceux qui professent que Dieu n’existe pas, les agnostiques qui confessent ne pas pouvoir affirmer ni nier l’existence de Dieu, les indifférents qui n’envisagent même pas de se poser des questions sur Dieu, les nihilistes pour qui le néant s’impose. Non seulement il leur fait place, mais il vit le dialogue avec eux, prenant au sérieux les raisons de l’incrédulité « pour s’en instruire ». Une ouverture d’esprit qui touche profondément l’agnostique que je suis.
    Un regret : que l’auteur n’ait pas mis de majuscule à la Foi religieuse : elle est d’un ordre tout différent de la confiance-foi dont il parle, il le dit d’ailleurs lui-même au tout début du premier chapitre de son livre. La confusion m’a parfois gênée.
    Je vous encourage à le lire : c’est un petit livre de grand poids.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !