Emmanuelle Favier

Emmanuelle Favier


Emmanuelle Favier a publié un recueil de nouvelles (Confession des genres, éditions Luce Wilquin, 2012), plusieurs recueils de poèmes et trois pièces de théâtre.


Le courage qu’il faut aux rivières son premier roman parait en 2017 chez Albin Michel.



... Voir plus


Emmanuelle Favier a publié un recueil de nouvelles (Confession des genres, éditions Luce Wilquin, 2012), plusieurs recueils de poèmes et trois pièces de théâtre.


Le courage qu’il faut aux rivières son premier roman parait en 2017 chez Albin Michel.



Articles (2)

Avis (26)

  • add_box
    Couverture du livre « Le courage qu'il faut aux rivières » de Emmanuelle Favier aux éditions Albin Michel

    Dominique Sudre sur Le courage qu'il faut aux rivières de Emmanuelle Favier

    Dans un village des Balkans, Manushe est devenue une « vierge jurée », ce qui lui donne un statut d’indépendance et une vie qu’elle n’aurait jamais eue si elle était restée une femme seule. Mais elle a renoncé à la vie de couple et aux enfants pour vivre une solitude choisie à un moment précis...
    Voir plus

    Dans un village des Balkans, Manushe est devenue une « vierge jurée », ce qui lui donne un statut d’indépendance et une vie qu’elle n’aurait jamais eue si elle était restée une femme seule. Mais elle a renoncé à la vie de couple et aux enfants pour vivre une solitude choisie à un moment précis de sa vie. Un jour arrive Adrian, un jeune homme un peu secret, dont la force, le magnétisme et la fragilité apparente la fascinent et la séduisent sans qu’elle ait le droit de céder à cette tentation, elle qui a juré de rester vierge et de se comporter en homme. Une relation va se tisser, tous deux vont réussir à profiter d’instants volés, liant leurs solitudes dans des marches silencieuses au bord d’un lac, mais c’est une relation qui éveille à la sensualité, à l’amour peut-être, cette femme qui y avait renoncé.
    Emmanuelle Favier nous offre un récit sensible qui interroge sur l’enfance, le genre, la féminité et la relation amoureuse, les relations de dépendance entre homme et femme mais également sur le poids et la force des traditions, l’oppression envers les femmes en particulier. Etrange tradition que ces vierges jurées, que l’on retrouve encore aujourd’hui au nord de l’Albanie. S’il m’a manqué un petit quelque chose pour m’emporter dans l’âme des personnages, peut-être de mieux connaître Manushe. Je me suis cependant laissée porter par les mots. Il y a beaucoup de poésie dans ces descriptions magnifiques des animaux, de la nature, et des sentiments. Et surtout, l’auteur réussi à nous placer dans un espace-temps hors du temps, rien ne transpire, nous sommes transportés « ailleurs ».

  • add_box
    Couverture du livre « Le courage qu'il faut aux rivières » de Emmanuelle Favier aux éditions Albin Michel

    catherine airaud sur Le courage qu'il faut aux rivières de Emmanuelle Favier

    Sélection 2007-2 68premieresfois
    Je commence ma nouvelle sélection des premiers romans de la rentrée littéraire (68premièresfois 2007-2) avec un livre très étrange et surprenant. De premier abord, un titre très poétique (titre que l’auteure nous expliquera au fil des pages et il est vrai que...
    Voir plus

    Sélection 2007-2 68premieresfois
    Je commence ma nouvelle sélection des premiers romans de la rentrée littéraire (68premièresfois 2007-2) avec un livre très étrange et surprenant. De premier abord, un titre très poétique (titre que l’auteure nous expliquera au fil des pages et il est vrai que les rivières ont du courage à suivre leur route !) et une belle couverture avec le regard d’un loup ou plutôt d’un lynx. Un livre sur des femmes qui se rencontrent, qui essaient de se trouver et de trouver leur place dans une société qui les a mis au ban de la société. Nous sommes dans un pays des Balkans, dans un pays de forêts, de petits villages avec des chefs de villages et des habitudes bien ancrées. Nous allons découvrir Manushe, qui est une « vierge jurée », c'est-à-dire une enfant-jeune fille qui a « accepté » de rester vierge et de pouvoir vivre comme un homme dans son village. Elle ne peut avoir aucun contact avec les hommes et doit cacher sa condition de femme. Mais un jour, Adrian va arriver dans ce village et cela va changer son comportement. L’auteure va nous parler de plusieurs générations de femmes-hommes. Ce texte est très beau dans ces descriptions de la nature, des balades dans les forêts mais c’est aussi de beaux portraits de femmes qui vont essayer de trouver leur place dans la société. Elle va aussi très bien parler du désir, de la découverte de son corps mais aussi du corps de l’autre. De belles pages très sensuelles.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !